Communauté Fire Emblem
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Communauté Fire EmblemConnexion

Forum de partage
et d'entraide

Le Deal du moment : -50%
Fibre Sosh : La Boîte Sosh Fibre à ...
Voir le deal
14.99 €

[Mon roman] Trapped on the screen : Arc I

description[Mon roman] Trapped on the screen : Arc I - Page 2 EmptyRe: [Mon roman] Trapped on the screen : Arc I

more_horiz
Je trouve bizarre ta façon de faire des flash back, tu aurais dû tout mettre dans le même paragraphe plutôt que en faire un au début et un à la fin.
Et j'ai un peu de mal a suivre avec cette avalanche de persos dès le départ, t'as à peine le temps d'en assimiler un qu'il y en a un autre qui arrive.

description[Mon roman] Trapped on the screen : Arc I - Page 2 EmptyRe: [Mon roman] Trapped on the screen : Arc I

more_horiz
Oui, c'est vrai qu'il y a pas mal de perso mais je reste content qu'il n'y ait pas eu confusion entre les personnages de Bastian et Bastien.

description[Mon roman] Trapped on the screen : Arc I - Page 2 EmptyRe: [Mon roman] Trapped on the screen : Arc I

more_horiz
@teamexplosive a écrit:
Oui, c'est vrai qu'il y a pas mal de perso mais je reste content qu'il n'y ait pas eu confusion entre les personnages de Bastian et Bastien.

Ah merde, j'ai même pas fais gaffe qu'il y avait un Bastien et un Bastian X) Pourquoi tu leurs a mis un nom aussi similaire tout en sachant qu'il y aurait probablement confusion ?^^'

description[Mon roman] Trapped on the screen : Arc I - Page 2 EmptyRe: [Mon roman] Trapped on the screen : Arc I

more_horiz
Ah, tu n'as pas fais gaffe ? Ben dsl alors. Quant à la similarité de leurs prénoms, ce sera expliquer dans la suite (quoiqu'en relisant le prologue, tu peux peut-etre trouver ta solution).

description[Mon roman] Trapped on the screen : Arc I - Page 2 EmptyRe: [Mon roman] Trapped on the screen : Arc I

more_horiz
Bon le systeme de Flash Back n'as peut-etre pas changer mais on entre dans les moments importants de l'histoire

Chapitre 4 :
Partie 1 :
Chapitre 4 :
Assaut

Bastian parvint à se sauver du rayon d'explosion de la grenade mais Tomader fut tué sur le coup. Les forces ennemis entrèrent ensuite, fusils d'assaut à la main, dans l'hôtel de ville et executèrent tout ceux qui n'avaient pas trouver refuge dans une des rares cachettes du bâtiment. En quelques secondes, le sol était entièrement couvert de sang tandis que les victimes de la barbarerie des soldats du Modern World gisaient à terre. Bastian avait assister à la scène et se retenait inlassablement de crier, craignant que ses adversaires n'en finissent avec lui. Il se faufila discrètement dans les couloirs de l'hôtel de ville à la recherche d'armes avant de tomber dans une pièce avec plusieurs armoires de fer. Il les fouilla et trouva des shurikens éléctriques, une trousse de soin et une mitraillette. Il se saisit de tout quand un des soldats du Modern World se pointa et cria :
- Il reste des survivants, je viens d'en trouver un !

De retour à nos jours, tandis que Valens et son groupe parvenaient à atteindre la sortie de la prison, les ennemis se faisaient de plus en plus nombreux et Bastien devenait de plus en plus méfiant envers ses nouveaux alliés. Au bout d'un certain moment de bataille acharné, il se retira dans une pièce isolée où se trouvait tout l'équipement des ex-prisonniers dans un seule et même coffre. Il fouilla obstinément le coffre avant de sortir un vieil émetteur tout poussiéreux. Il retira un petit couvercle derrière l'appéreil dévoilant deux piles eux aussi poussérieuse et un bouton rouge assez bien dissimuler. Il appuya sans hésiter dessus et remit le couvercle. Une voix émana de l'appareil :
- Mot de passe ?
- Bastian, répondit Bastien
- Ok, on arrive.

En quelques minutes à peine, trois hélicoptères et une armée d'une cinquantaine de soldats se pointèrent au pied de la prison et s'allièrent au groupe de Valens dans le massacre des gardes de la prison. Le massacre fut tel que l'ennemi se replia très vite vers le palais de Melarif qui surplombait l'entièreté du Modern World. Lorsque tous furent repartient, Valens demanda au chef de l'armée allié :
- Merci pour votre aide mais, pouvons-nous savoir qui vous êtes ?
- Nous sommes des rebelles, nous avons pour but de poursuivre la tâche de Bastian de réinstaurer la lumière dans ce monde de ténèbres.
- Bastian est ici ?
Les soldats de la rebellion ne répondirent pas et tentèrent même d'esquiver la question en demandant :
- Est-ce que vous pouvez nous guider jusqu'à Emilienne.
- Bien..., commença Valens avant d'être interrompu par Ildut.
- C'est hors de question !, s'écria se dernier.
- Mais enfin, pourquoi ?
- Réfléchis voyons, tu as vu comment leur chef, Bastien, se méfie de Julienne et pour une raison qui m'est encore inconnu, je pense sérieusement qu'ils la tueront, elle et Emilienne.
- Ce qu'il dit est vrai ?
- Malheureusement, oui. Mais sâchez que si vous ne nous la livrez pas immédiatement, nous serons obliger de vous la prendre de force.

Julienne sentant son heure approcher s'empressa de se diriger vers le chef de l'armée allié afin de lui subtiliser son arme mais ce dernier était plus malin qu'elle ne le croyait et avait saisit le bras de Julienne avant de le tordre et de délicatement presser son arme contre le crâne de sa victime :
- Si vous ne me livrez pas Emilienne, sa chère copine ira faire un tour dans l'Over World, expliqua le chef des rebelles
- L'Over World ?, demanda Valens
- L'Over World est la partie sombre des serveurs : Il sert à abriter toutes les personnes tués afin qu'ils rectifient leurs erreurs et qu'ils échappent à leur mort, répondit Ildut.
Soudain, Emilienne sortit de l'ombre, mitraillette à la main, près à la poser et déclara :
- Vous me cherchiez, eh bien je suis là.
Elle posa son arme puis, le chef de la rebellion se dirigea vers elle et posa lentement son arme sur le crâne de sa cible avant de déclarer :
- Ton reigne de terreur s'arrête ici.

Deux mois plus tôt, tandis que Bastian venait d'éliminer le garde qui venait de le repérer, des renforts arrivaient en force. Ses munitions s'épuisaient au fur et à mesure qu'il éliminait les gardes du Modern World cependant, il parvint tout de même à tenir jusqu'au bout lorsque Bastian entende soudainement, sur une radio ennemi un garde expliquer que les habitants de l'Adventure World semblaient s'entretuer. Lorsque Bastian sortit de l'hôtel de ville, il vit au loin les assaillants de sa soeur se faire massacrer par les soldats de la reine avant qu'ils s'en prennent, eux aussi, à cette dernière et qu'ils l'achèvent de manière définitive. Les meurtriers aperçurent ensuite Bastian et se dirigèrent vers lui lentement. Ce dernier repris son arme et tira sur ses adversaires afin de les tuer. Tous s'effondrèrent dans une immense flaque de sang puis, Bastian retourna à l'hotêl de ville voler un cheval pour ensuite se diriger en direction du château de l'Adventure World.

description[Mon roman] Trapped on the screen : Arc I - Page 2 EmptyRe: [Mon roman] Trapped on the screen : Arc I

more_horiz
Chapitre 5 :
Partie 1 :
Chapitre 5 :
L'heure de la revanche

Bastian arriva au bout d'une heure au château et tua en chemin, quiconque se trouvait sur son chemin. Il entra dans le château et tua les gardes de la reine qui l'attaquaient sans relache avant d'entrer dans la salle du trône. Là, des soldats d'élite l'obligèrent à poser ses armes sans quoi, ils l'executerait. Il déclara alors avec une voix énervé :
- Où est la reine ? Où est Emilienne ?
Julienne passa entre les soldats de son amie avant de demander :
- Et qui es-tu, au juste ?
- Mon nom est Bastian, je suis le frère de Mia que vous avez lâchement éliminer.
- Cette fille a mis feu à l'une de nos bases et à décimer une centaine de soldat.
- Je n'en crois pas un mot !
Émilienne arriva enfin avec une demarche lente et un groupe de généraux en armure pour l'escorter avant de déclarer :
- Julienne, cesse ses mensonges et explique lui la vérité.

De retour à nos jours, tandis que le chef des rebels menaçait toujours d'éliminer Émilienne, Valens et Ildut cherchait un moyen de la sauver sans perdre d'alliés. Au début, ils pensaient à faire appel à la magie noir d'Ehouarm mais le long processus qui lui permettait de lancer ne serait-ce qu'un sort basique aurait été trop long et ils auraient été tués d'ici là. Ils pensaient ensuite à faire appel à l'arc et aux couteaux de Valens mais, les armes des soldats avaient une cadence de tir bien plus élevée et il risquait ainsi sa vie. La seule solution résidait en Bastien qui n'avait aucun mal à disparaître dans la fumée mais non seulement il faisait partie de la rebellion mais en plus, il voulait se débarasser lui aussi d'Émilienne qui avait indirectement causer la mort de son maître. Tout semblait perdu lorsque Jefferson demanda soudain :
- Si vous laissez partir la fille pour cette fois, je me joins à vos rangs.

Émilienne émit un sourire des plus sombres tandis que le chef de la rebellion pesait le pour et le contre. Au bout d'une dizaine de minute de réflexion, il accepta la demande de Jefferson et libéra Émilienne avant d'expliquer :
- Vous avez peut-être eu de la chance cette fois ci mais la prochaine fois, je tuerai votre amie. Et sâchez que même si vous vous cachez dans votre monde, je vous retrouverais et vous tuerez.
Au même moment, Émilienne se dirigea vers Julienne et lui chuchota :
- Tu avais prévu que Jefferson rejoigne la rebellion, pas vrai.
- Exactement, confirma Julienne.
Bastien arriva soudainement avant de déposer un regard lourd et sérieux sur sa grande ennemie. Il invita tout de même Ildut, Valens et leurs équipes respectives au dîner de la rebellion afin d'en découdre avec la vérité tandis que Julienne tentait de forcer ses nouveaux alliés à décliner mais ceux-ci préférèrent accepter. C'est ainsi que tous se dirigèrent vers le quartier général de la rebellion cependant, durant toute la durée du voyage, Ildut s'assura de la protection de Julienne.

Pendant les préparatifs du dîner, Ildut était rester dans la chambre d'Emilienne afin d'assurer sa protection. Tout étaient grand ouvert dans la pièce afin qu'Émilienne puisse s'enfuir à tout moment et le vent était si fort que les volets heurtaient violemment le mur à intervalle régulier. Tandis qu'Émilienne se changeait dans une pièce isolé pour aller au dîner, Ildut, toujours dans la chambre demandait :
- Pourquoi les rebelles vous en veulent-ils ?
- Vous savez, il y a deux mois, j'ai été victime d'un complot. Mes sujets ont pour beaucoup, été tuer et mon mari aussi, rétorqua Émilienne.
- Vous étiez marié ?
- Plus ou moins : Même si nous nous étions mariés avec Tomader, il n'y a rien eut de plus entre nous qu'une grande amitié.
Ildut n'en revint pas, il demanda :
- Vous... C'est vous la reine de l'Adventure World ?!
Émilienne se mit à sourir soudainement, seule dans sa pièce lorsque soudain, trois assassins pénétrèrent dans la chambre et tentèrent d'assomer Ildut mais ce dernier se défendit et projeta l'un d'entre eux contre la porte d'entrée.

Deux mois plus tôt, au château de l'Adventure World, Bastian faisait face à la reine Émilienne et son amie Julienne qui venait de déclarer qu'elle avait fait tuer Mia car elle s'apprêtait à révéler au roi Arthémon du Medieval World les plans de conquête de l'armée royale de l'Adventure World. Bastian sortit ensuite ces quelques mots : "C'est tout ce que je voulais entendre..." avant que le château ne commence à s'effondrer dans d'immenses explosions :
- Qu'est-ce que..., commença Émilienne.
- Vous devriez faire attention à qui vous vous en prenez et quand, expliqua Bastian.
Une vingtaine de soldats du Modern World entrèrent soudainement dans la pièce avec des armes toutes différentes avant qu'Émilienne ne s'enfuit et que le chef des nouveaux arrivant ne déclare à Bastian :
- Ça fait un bail, Bastian. Quand à vous, dame Julienne, vous êtes en arrestation pour traîtrise envers votre propre monde.
- Et Émilienne ?
- Elle reviendra chercher son amie, nous ne devrions pas avoir trop de problème avec ça.


Au fait, je vous l'avais peut-etre dis mais j'aime beaucoup (d'ailleurs c'est limite si je fais que ca) parler de personnes que je frequente dans ma vie de tout les jours (internet inclus). La question est la suivante : En avez-vous reperer quelques uns ?

description[Mon roman] Trapped on the screen : Arc I - Page 2 EmptyRe: [Mon roman] Trapped on the screen : Arc I

more_horiz
Chapitre 6 :
Partie 1 :
Chapitre 6 :
La naissance d'un assassin

Bastian et le chef des soldats du Modern World se dirigèrent à l'extérieur du château avec en prisonnière, Julienne avant de tomber sur Arty, chef de l'armée du Modern World lors de l'attaque de l'Adventure World. Ce dernier déclara :
- Toutes mes condoléances pour votre soeur.
- C'est votre armée qui l'as le plus lourdement blesser, pourquoi me présenter vos condoléances ?
- Hélas, là n'est pas la vérité : Les hommes qui ont blesser votre soeur étaient de nouvelles recrues qui viennent tout juste d'arriver du serveur 21.
- C'est pour ça que vous avez fait appel à moi, parce que je viens moi aussi de se serveur ?
- Exactement, monsieur.
- On raconte que le roi du Nightmare World de votre serveur s'est enfuit et serait arriver dans notre monde.
Bastian regarda Arty avec une expression horrifiée avant d'expliquer :
- Vous êtes tous perdu alors : On raconte que Jogues, notre ancien roi, a un jour perdu la tête parce que son armée lui avait désobéit et que le lendemain, son palais s'était transformer en un véritable bain de sang.
Julienne sorit immédiatement avant d'expliquer :
- L'homme dont vous parlez, je sais où il est et croyez-moi, il aura bientôt votre monde.
Arty la saisit par la gorge avant de la lever de manière aggressive en l'air. Il prit ensuite son sabre et le plaça contre la gorge de sa victime avant d'expliquer :
- Où est-il ?
Ce fut à ce moment que Julienne disparut tel une ninja, dans un nuage de fumée noir comme les ténèbres.

De retour à nos jours, tandis qu'Ildut venait d'abattre définitivement le dernier assassin, il fouillait les cadavres à la recherche d'informations. Il ne trouva rien mais pensa tout de même que les assassins avaient été engagés par la rebellion et que le soi-disant dîner n'était qu'un pretexte pour avoir plus de temps pour éliminer Émilienne. Il s'y rendit quand même mais garda sa nouvelle alliée sous sa protection. Là-bas, tous discutèrent en mangeant jusqu'à ce qu'Ildut ne vienne pimenter le repas en déclarant tout haut :
- Pourquoi avoir essayer d'assassiner Émilienne ?
Chacun posa soudainement ses couverts et regarda les autres personnes à table avec un regard inquiet. Bastian tenta de régler le malaise qui venait de se créer en déclarant :
- Il s'agit peut-être d'un coup de la reine Melarif.
- Ah oui ? Et comment aurait-elle fait pour deviner l'emplacement de votre base ?, demanda Mickaële.

Bastien se sentit imédiatement gêner et perdit son sang froid avant de se lever. Il saisit son couteau et expliqua :
- Cette fois-ci, s'en est trop, nous avons accepter naïvement de laisser en paix Émilienne toute la journée car vous sembliez être des personnes intelligentes qui comprennent le point de vue des autres mais avec de telles accusations, la seule chose que vous méritez, c'est...
- Fermez-là, messire Bastien, cria l'un des rebelles.
- Bosco, je regrette mais c'est hors de question.
- Bastian nous as tous réunis afin que nous punissions les hommes mauvais et en l'occurence, le ou plutôt les seules personnes qui méritent de mourir ici sont Émilienne et Julienne, déclara un autre rebelle du nom d'Anthony.
- Je dois admettre que tu as raison sur ce point : Tuez-là, nous n'avons plus rien à perdre.
Arty qui se trouvait également à table émit son sourire le plus noir avant de croiser les bras tandis qu'autour de lui, les rebelles s'emparaient de leurs armes avec une rage peu commune :
- Si c'est ainsi que doit se terminer notre repas, déclara Valens en se levant dévoilant au passage, une balle fumigène dans sa main droite.
- Que chacun mettent ses lunettes infrarouges, ordonna Pélage tandis que Valens lançait sa balle fumigène à terre.
Les rebelles mirent leurs lunettes infrarouges seulement, Bastien les interrompu et leurs demanda d'abandonner la poursuite en prétendant avoir des contacts dans Medieval World.

Ainsi, les équipes d'Ildut et Valens courrurent sans relâche vers le portail menant à leur monde avec Émilienne et Julienne alors que les rebelles avaient cesser de les poursuivre. Tandis qu'Ildut partait avertir Arthémon de toutes les informations qu'il avait apprises durant son passage dans le Modern World, Émilienne semblait regarder avec ambition le trône. Pendant ce temps, dans le Modern World, Bastien se saisissait de son portable et appelait un groupe de réfugié de l'Adventure World qui se cachait dans le Medieval World :
- Elle est revenu ?, demanda l'homme au téléphone qui se nommait en fait Meddy.
- Malheureusement, oui. Il va nous falloir réunir une armée dans chacun de nos deux mondes pour la tuer cette fois, expliqua Bastien.
- Très bien mais il va nous falloir ton aide.
Au même moment, une femme arriva non-loin de Meddy avant de lui tendre un colis.

Deux mois plus tôt, Bastian venait, lui, de rentrer au château de la reine Melarif avec son nouvel allié, le général Arty :
- Alors vous connaisser la menace qui plane sur nos tête, supposa Melarif.
- Vous voulez dire LES menaces qui planent sur nos tête, votre majesté, salua Bastian
- En effet mais à ce propos, savez-vous au moins pourquoi nous avons fait appel à vous ?
- Pour que je vous donne des informations sur le serveur 21. Es-ce bien cela.
- À vrai dire, je t'ai menti Bastian, expliqua Arty, ta véritable mission et de traquer et de tuer tout les membres de ton ancien serveur avant qu'ils ne forment l'armée que compte utiliser Émilienne pour s'emparer de notre serveur.
- Mais enfin, pourquoi m'avoir menti ?, demanda Bastian.
- Il fallait que te convaincre de me suivre et je savais que tu allais refuser si tu étais encore dans ton abris dans l'Adventure World.
- J'imagine que maintenant que je suis ici, je n'ai plus le choix...
- Vous allez peut-être sacrifier des vies au court de votre mission mais sâchez que vous en sauverez des millions d'autres, expliqua Melarif.
- Mais..., commença Bastian.
- Je t'en conjure, accepte car si tu refuse, la reine m'obligera à te tuer, supplia Arty.
- Je... J'accepte mais à une condition.
- Laquelle ?, demanda la reine
- Je garde le butin que les victimes laisseront derrière eux et le nom de Bastian ne servira plus qu'à parler du moi du passé.
- Alors comment voulez-vous qu'on vous appelle ?
- Le justicier de minuit.
Et ce fut ainsi que Bastian devint un redoutable assassin auprès des anciens membres du serveur 21 et qu'il recolta nombre de trésor sans se soucier de ses victimes jusqu'à ce qu'un mois plus tard, il recroise une vieille conaissance...


Chapitre 7 :
Partie 1 :
Chapitre 7 :
L'orphelin

Il y a de cela plusieurs années, aux frontières du pays de Tratas, se trouvait le petit village de Yassube qui menaçait déjà depuis six mois d'être abattu par le pays de Taceles. Le maire du village n'avait ni foi, ni loi et avait accéder au pouvoir en faisant un coup d'état sanglant qui avait coûter la vie à plus d'une dizaine d'innocent, malheureusement présent à la mairie ce jour là. C'est dans cette ville que sont nés deux personnes destinés à vivre la pire des vies : Bastian et Roberto. Bastian était à l'époque, le seul habitant du village a avoir beaucoup d'argent. Il vivait avec sa soeur Mia qui venait de quitter la misère dans laquelle elle vivait pour retourner avec son frère. Roberto, quant à lui, était un jeune homme ayant un peu moins d'une vingtaine d'année dont les talents militaires étaient acclamés mais, il haïssait tuer plus que tout. Seulement, tout cela changea du tout au tout lorsque six mois avant la sortie de Virtual World II, Roberto refusa de s'engager dans l'armée de Tratas et que ce fut à son père de le remplacer.

De retour à nos jours, Émilienne venait d'apprendre qu'elle avait été convoquer au tribunal du Medieval World par une certaine Marinaëlle qu'elle semblait avoir oublier. Il n'existait qu'un tribunal dans ce monde car ces derniers étaient majoritairement destinés au Modern World. Une fois là bas, elle se rendit compte qu'Ildut avait été lui aussi convoquer mais en temps que spectateur. Ce fut à ce moment qu'Émilienne comprit de qui et de quoi il s'agissait : Marinaëlle était en fait une des rares survivantes des événements de l'Adventure World et elle souhaitait témoigner du vrai visage d'Émilienne afin que tout ses auditeurs se liguent contre elle et la tuent. Comprenant cela ainsi, Émilienne voulut tout d'abord en parler à son amie Julienne mais cette dernière était absente.

Pendant qu'Émilienne était partit chercher son amie, un homme se dirigea vers Ildut et s'arrêta, une fois à côté de lui et lui demanda :
- Savez-vous pourquoi vous êtes ici ?
- Non mais qui êtes vous ?, demanda à son tour Ildut.
L'homme lui serra la main avec un grand sourrire :
- Mon nom est Meddy, dit-il.
- Vous êtes un ami de Marinaëlle, s'est bien ça ?, le questionna ensuite Ildut.
- Oui, il est vrai, je le reconnaît.
Au même moment, au château, Valens et Arthémon discuter du changement de camp de Jefferson tandis que Ehouarm était parti vers les cellules de prison du sous-sol après avoir discuter avec un certain Antime. D'un geste de la main, il fit s'évanouir toutes les personnes de la prison avant d'expliquer au prisonnier d'une des cellules qui restait tapis dans l'ombre :
- J'espère que te souviens que tu me devais un service parce que c'est demain ou jamais.

Il repartit comme il était venu et réveilla tout les gardes après avoir quitter le sous-sol. Une fois revenu au rez-de-chaussée, il croisa de nouveau Antime en train de marcher vers la salle du trône où se trouvait déjà Arthémon et Valens qui avaient été rejoint, durant l'absence d'Ehouarm, par Virginien et Valdenar. Lorsqu'Ehouarm voulut s'approcher de la salle lui aussi afin d'écouter la conversation, des gardes l'arrêtèrent et lui expliquèrent qu'il n'avait pas le droit d'acceder à la salle du trône à cause de sa pratique de la magie noir. Arthémon et Valens avaient tout deux cesser leur discution avant qu'Ehouarm ne se dirige vers Maure et qu'Antime disait silencieusement :
- J'ai de sérieuses raisons de penser qu'Ehouarm veut s'emparer du livre des rituels qui doit être livrer ce soir.

Dix-huit mois plus tôt, un messager du roi de Tratas venait d'annoncer à Roberto la mort, au combat, de son père. Ce fut pour lui, la fin d'une ère et il s'écroula par terre, au pied du messager, en larme. Le messager s'écartait lentement de Roberto, le laissant seul avec lui-même. Son père n'était pas le seul à le quitter et Roberto sombra, à cause des dettes de sa famille, dans l'extrême pauvreté. Tout semblant l'abandonner et il tenta même de suicider sur la place du village mais il fut arrêter à temps par Bastian et sa soeur qui l'invitèrent à vivre chez eux. Suite à cela, le temps passa, les soldats qui avaient abattus le père de Roberto avançaient peu à peu vers la frontière et il fallut bientôt prendre les armes au nom du village et des défunts des batailles précédentes. À quelques heures de la bataille qui semblait déjà imminente, Bastian fut transporter de toute urgence à l'hôpital car il avait eu une dispute avec des criminels locaux qui lui avaient mis plusieurs coups de couteaux.

description[Mon roman] Trapped on the screen : Arc I - Page 2 EmptyRe: [Mon roman] Trapped on the screen : Arc I

more_horiz
Chapitre 8 :
Partie 1 :
Chapitre 8 :
Instant critique

Mia s'arma immédiatement de son fusil d'assaut tandis que Roberto, lui s'arma d'un simple fusil à canon scié et tout deux se dirigèrent à l'hôpital tandis que la bataille venait d'éclater. Lorsqu'ils entrèrent dans la chambre d'hôpital de Bastian, ils furent surpris que seul un médecin soit rester auprès de lui :
- Nous sommes partie dès que nous avons sût, expliqua Roberto.
- Pourquoi n'êtes-vous pas sur le champ de bataille ?, demanda le médecin.
- Pour lui.
Le médecin sorti un revolver avant de le pointer vers son patient :
- Très bien, ma famille risque sa vie sur ce champ de bataille, vous allez devoir immediatement les aider à moins que vous ne vouliez que votre ami meurt, exigea le médecin.
- Vous n'oseriez pas, déclara Roberto.
- Arrête Roberto, tu ne sais pas de quoi cet homme est capable, expliqua Mia.
- Vous feriez mieux d'écouter votre amie, expliqua le médecin tandis qu'il raprochait délicatement son arme du crâne de Bastian.
- Vous bluffez, continua Roberto.
- Vous avez raison, expliqua le médecin avant de pointer son arme vers le bras de Roberto et de tirer.
Roberto s'effondra de douleur tout en serrant son bras ensanglanté.

De retour à nos jours, Ehouarm, qui venait d'être mis au courant des propos d'Antime par Maure dont il venait de prendre le contrôle, entra immédiatement dans la salle du trône. Arthémon, Valdenar et Virginien sortirent immédiatement leurs armes et se préparèrent au combat tandis qu'Antime se retournait vers Ehouarm et que Valens tentait désespéremment de convaincre ses alliés qu'Ehouarm était un homme bien :
- Vous n'allez tout de même pas prendre ce qu'Antime dit pour la vérité ?, demanda Maure toujours contrôler par Ehouarm.
- Si, tuez-le !, ordonna tout de même Arthémon.
Virginien se prépara à tirer sur Ehouarm mais Valens s'interposa sur la trajectoire de la flèche et Virginen n'eut d'autre choix que de remettre sa flèche dans son carquois et d'envoyer Valens valser d'un coup avec son arc. Au même moment, Maure disparut dans un nuage de fumée avant de réaparaître derrière Arthémon avec son couteau placer sous la gorge de sa victime mais elle le lâcha immédiatement après qu'Antime n'eut tirer une flèche sur le mur derrière elle.

Antime accrocha Maure au toit de la pièce d'un mouvement du bras grâce à sa maîtrise de la magie noir mais Valens qui se relevait du coup que lui avait infliger Virginien, lui asséna un coup de couteau dans le bras ce qui eut pour effet qu'il lâche Maure jusqu'à ce qu'elle attérisse dans les bras de Valens.
Ce dernier reposa à terre complètement gêné et écarlate, la jeune assassine avant de s'en écarter pour reprendre son combat face à Antime, Arthémon et Virginien. Pendant ce temps, au tribunal, tandis qu'Ildut, Emilienne et Meddy attendait depuis plus d'une demi-heure le début du procès, un cri ce fut soudainement entendre. Ildut et Meddy sursautèrent immédiatement de leurs sièges et se dirigèrent en courant vers l'origine des cris avant qu'Émilienne n'arrive également. Là-bas, ils firent face à un terrible spectacle qu'ils n'avaient jamais cru possible : Marinaëlle était pendu au milieu du placard vide où elle se préparait pour faire son entrée.

Émilienne fut la première à sortir de la pièce, elle se dirigea vers l'extérieur du tribunal avec un air apeuré. Meddy l'avait suivit des yeux pendant tout son parcours vers l'extérieur comme s'il avait l'intention de la tuer. Cependant, il était loin de se douter qu'une force extérieur l'observait avec les mêmes intentions. Émilienne arriva en face d'un escalier qui descendait sous terre avant de demander à voix haute :
- C'est toi qui l'as tuer, pas vrai ?
Une silouhette cachée dans l'ombre lui répondit :
- J'ai fait le nécessaire pour que tu vive...
- Hélas cela ne va pas suffire : Meddy s'approche un peu de trop près d'Ildut et il semblerait qu'Antime se soit déjà infiltrer dans le château d'Arthémon.
- Je sais, j'avais justement l'intention de m'en débarasser mais il faut agir prudemment si on ne veux pas se faire repérer.
Des bruits de pas se firent soudainement entendre non loin de là avant qu'Émilienne ne commente :
- On dirait que nous avons de la visite

Un an plus tôt, tandis que le sang coulait à flot du bras de Roberto, Mia demandait :
- Qu'est-ce que vous avez fait ?
- Vous voyez, ceci s'appelle une veine, c'est par là que circule le sang, répondit le médecin, maintenant, faites-moi plaisir et retournez sur le champ de bataille.
- Après ce que vous avez fait ?, répondit Mia
- Sort... de la... pièce, je vais... m'en charger..., marmona Roberto en se relevant
- Je... je ne peux pas te laisser là, ni toi, ni Bastian !
- La ferme ! La vérité c'est que... je... je t'aime et je ne veux pas que tu risque ta vie pour moi...
- Très bien, maintenant c'est dit, retournez sur le champ de bataille bon sang, ma famille ne tiendra plus très longtemps !
- Nous sommes venus pour Bastian, nous ne repartirons pas sans lui et même si nous partions, je doute que nous serions rester ici, expliqua Mia
- Bien, dans ce cas là, vous venez de signer votre arrêt de mort !, expliqua le médecin.
Il chargea son arme, la pointa sur Bastian mais au moment où il allait appuyer sur la gachette, Bastian s'empara d'un des nombreux objets tranchants de la chambre d'hôpital et trancha délicatement la gorge de son opposant avec colère. Il saisit Bastian et le fit sortir de la chambre avec l'aide de Mia mais ils furent brusquement interrompus lorsque une balle de sniper vint traverser la vitre qui se trouvait à côté du lit d'hôpital.


Chapitre 9 :
Partie 1 :
Chapitre 9 :
Sans foi ni loi

La balle qui avait toucher la vitre de la chambre d'hôpital de Bastian n'était qu'un début, l'hôpital fut très vite encerclé par l'ennemi. Les Tacelesiens avaient déjà pris l'escalier et par conséquent, Mia et Roberto prirent donc l'ascenceur mais ils tombèrent sur le chef de l'armée adverse. Ce dernier donna un coup avec sa canne sur le sol, cigare dans la bouche, avant de déclarer de sa voix grave et grisante :
- J'éspérais sincèrement tombez sur des survivants histoire de m'amuser une dernière fois avant la fin de la bataille et... Oh, je vois que vous avez avec vous un homme blesser et donc inapte à se battre... Bien, tâchons de le reveiller un petit peu avant de vous torturer à mort.
L'homme frappa Roberto et Mia avec sa canne. Cela eut pour effet que les trois amis dont Bastian, toujours inconscient, tombèrent à terre. Le général ennemi leva ensuite sa canne avant de frapper plusieurs fois de suite Bastian de toutes ces forces lorque soudain, Mia se saisit du fusil d'assaut qu'elle avait laisser à l'entrée de la chambre de son frère.

De retour à nos jours, Émilienne s'empressait de se diriger vers la personne qui avait interrompu sa conversation avant de se rendre compte qu'il s'agissait en fait d'une de ses amies de l'époque où elle était à la tête de l'Adventure World :
- On dirait bien que Marinaëlle est morte..., commença-t-elle.
- Oui, j'ai appris cette triste affaire tout à l'heure, expliqua Émilienne
- Et... Saurais-tu par hasard qui est le responsable ?
- Désolé Sandrine, Je... Je ne sais pas, non.
- J'ai l'impression que tu me ment
- Pourquoi donc ? J'ai toujours été franche avec toi.
- Et la fois et où tu as affronter le justicier de minuit dans le Modern World et que tu ne m'as rien dit ?
- C'était une exception, je voulais te protéger de Bastian.
- Lui aussi avait des raisons de t'en vouloir, non ?
Émilienne commença à froncer les sourcils comme si elle se doutait de quelque chose concernant son amie. Elle demanda alors :
- C'est Meddy qui t'as raconter que Bastian avait des raisons de m'en vouloir, pas vrai ?
- Qu'importe, nous étions tous amis jusqu'à ce que Julienne arrive, c'est elle qu'il faut en vouloir et pas à Meddy.

Émilienne s'énerva soudainement mais avant de dire ou de faire quoi que ce soit, elle repartit comme elle était venue. À ce moment, Sandrine appela Meddy avant de demander :
- Alors, tu as du nouveau ?
- La personne qui a tuer Marinaëlle a user de la magie noire pour la tuer. Et toi, tu as trouver quelque chose ?
- Rien que je ne savais pas
- C'est-à-dire ?
- Émilienne n'est pas directement responsable de la mort de Marinaëlle...
Pendant ce temps au château d'Arthémon, Valens, Ehouarm et Maure se battaient toujours contre Antime, Arthémon et Virginien. Valens venait de tirer la dernière flèche de son carquois et de sortir des couteaux de ses poches avant de courir à toute allure vers Antime et de tenter plusieurs fois de le blesser sans succès tandis qu'Ehouarm commençait à étrangler Virginien avec son propre arc et que Maure était encore à terre.

Valens voyant que Virginien allait mourir de la magie noir d'Ehouarm, ordonna à ce dernier d'arrêter, ce qu'il fit immédiatement. Virginien s'écroula à terre tandis que son arc lui avait laisser une marque rouge sang au cou. Ehouarm s'empara ensuite de l'épée d'Arthémon avant de la planter au plafond et que Valens n'aille l'attaquer. Avant de tomber provisoirement au combat, Arthémon expliqua :
- Ehouarm n'est... pas si différent... de Jefferson finalement...
Antime se retrouva ensuite seul contre Ehouarm et Valens mais décida de les enfermer entre plusieurs murs de pierre qu'il construisit immédiatement avec sa magie surpuissante. Antime révéla ensuite :
- Ça n'as rien de personnel, je veux juste me rapprocher d'Arthémon.
- Pourquoi ?, demanda Ehouarm
- Cela ne vous regarde pas, j'en ai déjà trop dit.

Un an plus tôt, Mia pointait toujours son fusil d'assaut en direction du général Tacelesien avant que celui-ci ne déclare :
- Tu n'osera pas appuyer sur la gâchette, je connais les femmes, elles ne sont pas faites pour la guerre.
- Eh bien, on dirait que vous avez tort, remarqua Mia avant de mitrailler son adversaire de tir jusqu'à ce qu'il meurt.
Les soldats adversaires pointèrent alors toutes leurs armes vers Bastian, Mia et Roberto avant que ce dernier ne lance un fumigène à terre. Au même moment, Bastian commença à se reveiller et à se lever avant que Roberto ne lui ordonne de s'enfuir. Tous entrèrent alors dans l'ascenceur, seul moyen de fuir qui n'avait pas été pris par l'ennemi et descendirent jusqu'au rez-de-chaussée avant de s'arrêter, voyant que l'ennemi encerclait l'hôpital et que les bâtiments en face et sur les côtés avaient pris feu. Bastian, Mia et Roberto décidèrent alors de reprendre à nouveau l'ascenceur mais, ils remarquèrent vite qu'il sur l'indicateur au dessus des portes, qu'il se dirigeait vers l'étage qu'ils venaient de quitter.


Chapitre 10 :
Partie 1 :
Chapitre 10 :
Fuite

La dernière chance pour Bastian, Mia et Roberto de fuir était devenu un dédale sous la ville qui joignait tout les bâtiments ainsi que les sorties Est et Ouest du village. Ils se dirigèrent donc vers le sous-sol de l'hôpital à tout vitesse tandis que l'ascenceur redescendait. Une fois arriver dans le sous-sol, chacun des trois compères cherchèrent un interrupteur mais ce fut finalement Roberto qui le trouva et qui l'actionna. Un couloir secret derrière une étagère à livre se dévoila et tous s'y engoufrèrent avant que le passage ne se referme derrière. Tout devint alors des plus sombres : Pas une lumière n'éclairait le couloir. Mia reprit alors son arme avant de tirer sur le mur qui lui faisait face afin d'éclairer le chemin. Il progressèrent alors dans le dédale souterrain jusqu'à arriver à la sortie Ouest du village mais des bruits de pas qui ne provenaient pas du trio se firent soudainement entendre.

De retour à nos jours, Ehouarm venait de créer un terrible champ de force de magie noir qui détruit d'un coup les murs qui le retenaient piéger avec Valens. Antime, lui, était déjà parti, Valens en profita donc pour aller réveiller Maure qui, à peine après avoir ouvert les yeux, frappa Valens de toutes ses forces en criant :
- Ça c'est pour m'avoir lâcher si brusquement !
- Mais... C'est pas ma faute : J'étais gêné de te tenir de la sorte, expliqua Valens sans succès.
Maure remarqua ensuite Ehouarm qui essayait de quitter la pièce silencieusement sans aucun mot :
- Tu n'avais pas besoin de me contrôler, Ehouarm, je t'aurai aider de toute façon, expliqua Maure
- Il t'as..., commença Valens
- ...Contrôler ? Oui, en effet... Je ne voulais pas qu'Arthémon sâche la vérité sur mes intentions et je ne savais pas en qui avoir confiance, l'interrompit Ehouarm
- Alors c'était vrai, tu as vraiment l'intention de voler le livre des rituels...
- Prend au moins le temps d'écouter ses raisons, lui demanda Maure.
- Je... J'ai l'intention de créer un portail vers l'Over World pour sauver une vieille amie à moi...
- Je vois... Tes intentions sont louables... Et puis tu mon ami... Je... Je souhaite t'aider moi aussi, expliqua Valens
- Merci à vous, j'ai déjà fait appel à un ami qui devrait pouvoir réussir à créer une émeute qui nous servira de distraction pendant que nous volerons le livre.

Valens, Maure et Ehouarm se mirent alors en courant vers la prison avant de finaliser le chemin vers la cellule de l'ami d'Ehouarm en marchant. Ehouarm lui fit alors un clin d'oeil discret avant que son ami ne demande à faire ses besoins et qu'Ehouarm repartent avec Valens et Maure mais cette fois en direction de l'objectif de leur mission tandis que Arthémon et Virginien était toujours à terre dans la salle du trône. Au même moment, au tribunal, Ildut vit Meddy partir en courant vers le château d'Arthémon et décida alors de le suivre avant de lui demander :
- Un problème ?
- Oui, tu es sûr que ton meilleur ami est un homme de confiance ?, demanda Meddy
Ildut s'arrêta brusquement avant de demander :
- Pardon ?
- On vient de m'apprendre qu'il est sur le point de voler le livre des rituels avec deux de ses amis

Ildut afficha un air d'incompréhension avant de demander :
- Savez-vous lesquelles sont-ils ?
- Ehouarm et Maure, tu connais ?, l'interrogea Meddy.
- Maure est une amie d'enfance de Valens et Ehouarm est un de ses amis qui l'as trahi plusieurs fois mais la naïveté de Valens l'a toujours pousser à lui pardonner.
- Maure, une amie d'enfance, dis-tu ?
- Oui, Valens la connaissais avant de me rencontrer, pourquoi ?
- Aucune importance, et ce Ehouarm, tu as bien dit qu'il a trahi plusieurs fois Valens
- En effet, mais Valens est persuader que ces trahisons sont dût à l'influence qu'a l'un des amis d'Ehouarm sur ce dernier.
- Je vois...
Meddy se remit à courir vers le château d'Arthémon tandis qu'Ildut le poursuivait, une fois de plus. Lorsqu'ils furent arriver au pied de l'immense château, ils croisèrent Bosco :
- Que me vaut l'honneur de la présence d'un rebelle ?, demanda ironiquement Ildut.
- Allons, Bosco est un vieil ami à moi, déclara Meddy
- Meddy, je venais ici pour vous parlez en seul à seul mais je vois que vous êtes occupés.
Meddy se dirigea avec Bosco à quelques mètres d'Ildut avant de se vanter à voix basse :
- Je t'avais dit que ça marcherais
- Parfaitement, même Émilienne et Julienne sont convaincus qu'elle est morte, commenta Bosco, toujours à vois basse.

Un an plus tôt, le trio composer de Bastian, Mia et Roberto venait d'entendre des bruits de pas se rapprocher d'eux, ils coururent, en conséquent vers la sortie à toute vitesse. L'homme qui les suivait, ayant entendu les bruits de pas, se mit à leur poursuite mais ne les rattrapa à temps, et le trio se réfugia dans une grande ville quasiment deserte, non loin de leur village. Ils étaient en fait, sans le savoir, arrivé dans la ville de Start :
- Bastian ?, demanda une voix au loin.
- Anthony ?, demanda à son tour Bastian.
Soudain, Anthony sortit de l'ombre accompagner de Valens :
- Ça fait combien, deux ans ?, demanda Valens.
- En effet, confirma Bastian.
- Vous vous connaissez ?, demanda Roberto.
- Oui, depuis quelques années déjà, expliqua Mia
- Bon, assez de blabla, vous êtes là pour echapper aux soldats Tacelesiens, non ?, reprit Anthony.
- Exactement, confirma Bastian
Anthony confia un exemplaire de Virtual World II à Bastian avant de lui expliquer :
- Faites-en bon usage.

description[Mon roman] Trapped on the screen : Arc I - Page 2 EmptyRe: [Mon roman] Trapped on the screen : Arc I

more_horiz
Alors, vous en pensez quoi pour l'instant ?

description[Mon roman] Trapped on the screen : Arc I - Page 2 EmptyRe: [Mon roman] Trapped on the screen : Arc I

more_horiz
Chapitre 11 :
Partie 1 :
Chapitre 11 :
Le passé secret de Valens

Dix mois plus tôt, Valens était ligoter dans le noir à un poteau en pierre au dessus de lui tandis qu'un homme à moitié cacher par la pénombre le frappais de toute ses forces avec un bâton en bois devant ses amis. Valens serrer les dents comme pour effacer la douleur de son village mais le sang qui coulait à flot de son maigre corps le trahisais :
- Je peux te dire un mot ?, demanda Valens.
Son agresseur approcha avant que Valens ne lui crache du sang dans les yeux, l'aveuglant sur le coup et qu'il ne saisisse le couteau que son agresseur détenait dans sa poche. Il lança ensuite le couteau en l'air en balançant ses pieds en l'air avant de rattraper l'arme avec sa main et de commencer à couper les cordes qui le retenaient piéger mais les amis de son agresseur arrivèrent très vite pour continuer à frapper Valens.

De retour à nos jours, Ehouarm venait de saisir le livre des rituels sous les yeux de Maure et Valens lorsque soudain, Antime fit son retour :
- Encore toi ?!, s'écria Ehouarm
Antime afficha un grand sourire avant de dévoiler derrière lui plusieurs copie de lui-même :
- Vous avez sûrement rencontrer une de mes copies, supposa Antime.
- C'était moi, expliqua l'une de ses copies.
- Dîtes-moi Antime, laquelle de vos copies obéis vraiment à vos ordres ?, demanda Maure voyant l'impuissance d'Antime sur ces copies.
- Malheureusement, aucune. Elles ont chacun un caractère différent du mien et aucune ne partage les même points de vue que moi.
- Parfaitement, confirma une copie d'Antime en saisissant une batte en bois dans son dos.
Valens sortit son couteau avant de se mettre en position de défense lorsqu'une des copies d'Antmie déclara :
- Tuons-les !
Valens courrut alors à toute allure vers Antime avant de le menacer devant toutes ses copies avec un couteau :
- Votre plan tombe à l'eau, on dirait, commenta Valens

Maure et Ehouarm regardèrent alors Valens avec stupéfaction avant qu'Ehouarm ne demande :
- Mais enfin, comment ?
- Il faut croire que vous ne savez pas tout sur moi, se vanta Valens
Valens avait beau retenir l'Antime original en otage, ses copies reprirent vite le combat :
- Je vois... Je n'aurai pas dû vous attaquer... Je ne vois plus qu'une solution, accrochez-vous !, ordonna Antime avant de invoquer un trou noir dans le mur opposer à ce lui à côté duquel il se trouvait.
Dès que toutes les copies, furent envoyés dans le trou noir, il le ferma et se dirigea vers Valens qui était tomber par terre pendant qu'Antime éliminait ses copies. Il l'aida à se relever avant de déclarer :
- Pas un mot de tout ça à Arthémon
- C'est déjà trop tard pour ça, déclara Ildut qui venait d'arriver avec Arthémon et Meddy
- Je regrette mais Ehouarm n'as rien fait de mal, expliqua Valens
- Alors, c'était donc vrai, tu nous as vraiment trahi...
- Nos seuls ennemis dans cette pièce sont Antime, Ehouarm et Maure, corigea Arthémon
- Vous êtes clément avec Valens, votre altesse, déclara Meddy
- Et vous un abruti, vous ne conaissez rien de moi et voulez déjà m'écarter de mes amis

Ildut sorti sa hache avant de s'avance vers Valens lorsque soudain, Meddy déclara :
- Il a déjà tuer un de ses collègues de classe, qu'est-ce qu'il l'empêche de recommencer avec vous.
- C'est uniquement la version officielle des choses : il n'as en réalité tuer personne, expliqua Ildut
- C'est lui qui vous l'as dit ?
- Qu'est-ce que vous essayez de prouver ?, demanda Valens
- L'homme que vous avez tuer ce jour là était le frère de l'un de mes amis
- Eh bien toutes mes condoléances mais ce n'est pas moi qui l'as tuer
- C'est ce qu'ils prétendent tous, declara Meddy avant de s'armer
Tel une ombre, il se projeta derrière Antime avant de le paralyser d'un coup avec le manche de son épée puis derrière Ehouarm qu'il paralysa également. Le temps que Meddy paralyse les deux mages noirs, Maure avait lancer une bombe fumigène à terre car Arthémon et Ildut avaient tenter de lui ascener un coup en duo mais ce dernier échoua donc. Lorsqu'ils tentèrent pour la seconde fois d'attaquer Maure, Valens para juste à temps avec son arc.

Un an et dix mois plus tôt, Valens retombait au sol, couteau à la main tandis que les amis de son agresseur continuaient à le frapper. Il les frappèrent donc tous avec le manche du couteau, se glissant en même temps derrière son premier agresseur et plaça la lame de son couteau sous sa gorge. Dans la précipitation, Valens avait blesser son agresseur et de maigres filets de sang commençaient à couler de sa gorge lorsqu'il commença :
- Laissez-moi partir et votre ami vit sinon...
- Sinon quoi ?, demanda le directeur du lycée qui venait d'entrer dans la pièce.
- Je... Je peux tout vous expliquer
- Pas la peine, je vois très bien ce qu'il se passe : Vous alliez le tuer, pas vrai ?
- Absolument, repondit l'un des amis de l'agresseur
Plus tard dans la journée, Valens appris qu'il allait être renvoyer et que son agresseur avait été envoyer à l'hôpital où il mourrut au bout de quelques heures. La fin des cours arriva. C'était les derniers auquel Valens assistait dans son lycée et quand il en ressortit, l'ami de son agresseur qui l'avait dénoncer le provoqua en duel devant tout les élèves du lycée mais personne n'avertit d'adulte.


Chapitre 12 :
Partie 1 :
Chapitre 12 :
Combat à mort

Valens ignora son ennemi et parti en marchant aussi rapidement qu'il put mais il se rendit vite compte qu'il était poursuivis. Il commença alors à courir mais au croisement de la rue dans laquelle il se trouvait avec une autre, quelqu'un vint se jeter sur lui. Valens s'effondra immédiatement et brusquement à terre lorsque ses poursuivants revinrent. Il se débattait de toutes ses forces quand soudain, un de ses poursuivants envoya un objet pointu en direction de son agresseur qui le saisit avant de l'utiliser pour le frapper. Quand l'agresseur en question tenta de lui porter un coup final, Valens se défendit de manière si violente qu'il en tordit les poignets de son adversaire avant de retourner la situation en projetant celui-ci contre le mur d'en face. Deux des poursuivants de Valens vinrent se diriger vers lui avec un air menaçant mais ce dernier brisa le nez du premier d'un coup de coude avant saisir le cou du second et de le plaquer à terre avant de lui ouvrir la lèvre d'un coup de poing.

De retour à nos jours, Valens venait de repousser le coup en duo qu'Arthémon et Ildut avaient tenter d'ascéner à Maure avant que Meddy ne vienne à son tour s'en prendre à Maure. Cette fois Valens ne put rien faire mais Maure s'était défendu toute seule :
- Ton heure viendra, souffla Meddy, s'adressant tout autant à Maure qu'à Valens.
Arthémon se jeta soudainement sur Valens pour qu'il tombe sur le côté tandis qu'Ildut venait projetait violemment Maure au sol. Meddy saisit alors la main d'Arthémon, l'obligeant à se relever avant de lancer un coup d'épée à Valens qui lui aurait été mortel s'il ne s'était pas protéger avec son arc qui se brisa sur le coup tandis que ses mains furent profondément blesser laissant de profondes et terribles entailles. Ildut frappa soudainement Meddy avant déclarer avec colère :
- Valens n'est pas notre ennemi, nous avons eu ce qu'ils nous fallaient, allez-vous en enfermer Antime et les autres mais il faudra s'arrêter là.

Meddy se redressa en bredouillant :
- Je... je suis désolé, ça ne se reproduira plus.
Le sang de Valens coulait toujours à flot de ses mains profondément ouvertes tandis qu'il se relevait et déclarait d'une voix sec :
- Pas moi...
Meddy fronça les sourcils :
- Pardon ?
Adriano, qui venait d'arriver avec quelques hommes armés de la tête aux pieds sépara les deux hommes avant de d'ordonner :
- Brigade anti-violence, séparez-vous !
- Il a raison, séparons-nous, confirma Valens
Meddy resta sans mot tandis que Valens quittait la pièce avec Arthémon et Ildut. Adriano et ses hommes saisirent Antime, Ehouarm et Maure et les traînèrent jusqu'à la prison du sous-sol avant de les enfermer chacun dans une cellule et de repartir du château.

Au même moment, Meddy reprit contact avec Sandrine avant que celle-ci ne lui demande :
- Tout s'est bien passer ?
Meddy prit une profonde inspiration avant de souffler :
- Oui...
- Tu en est bien sûr ? On dirait que tu as vu un fantôme.
Meddy regarda soudainement le sol avant d'expliquer d'un mot :
- Valens...
- Ne me dis pas que...
- Si, bien sûr que si...
- Tu l'as averti ?
- Pas encore
- Il a le droit de savoir, tu sais ?
- Arthémon, Ildut et lui sont trop proche pour ça
- Il va décidemment vraiment falloir nous débarasser de lui...
- Ce ne sera pas une tâche aisée...
- Je savais à quoi m'attendre quand nous avons démarrer cette mission.

Un an et neufs mois plus tôt, Valens partait de la ville dans laquelle il avait été tabasser pour se diriger vers la ville de Start où habitait ses seuls amis qu'il avait quitter un an plus tôt lors de son entrée au lycée. Dans le train qui l'y emmenait, il se retrouvait en face de son vieil ami, Ehouarm, qui se dirigeait lui aussi vers Start :
- J'ai appris pour ce qui s'est passer dans ton ancien lycée, commença Ehouarm
- Je..., continua Valens
- Non, tu n'as tuer personne
- Pardon ?
- Le type qui t'as blesser, c'était en vrai le fils du maire...
- Quel est le rapport ?
- Si quelqu'un avait appris ce qu'il t'as fait, ça aurait nuit à la réputation de son père.
- C'est pour ça qu'il est mort ?
- Parfaitement. Malheuresement, ce soi-disant meurtre va rester dans ton dossier
- Qu'est-ce que tu propose ?
- Eh bien, je te dirai dès que j'aurai trouver un plan.
- Merci pour tout ce que tu fais...


Chapitre 13 :
Partie 1 :
Chapitre 13 :
Sang pour sang

Onze mois plus tard, Meddy était parvenu à mettre la main sur le dossier de Valens avant que ce dernier ne le vole avec l'aide d'Ehouarm. Il avait communiquer les informations que contenait le dossier au frère de l'homme qui avait auparavant aggresser Valens afin qu'il comprenne la vérité avant de remettre le dossier à son emplacement d'origine. Le frère de l'homme qui avait aggresser Valens réunis immédiatement un petit groupe de personne avec lesquelles il planifiait sa vengeance sur Valens. Parmis eux se trouvait Jefferson, un jeune homme manipulateur qui haïssait profondemment Valens depuis quelques années déjà. Sa haine envers Valens fit de lui, l'homme le plus impliquer du groupe. Malheureusement pour lui, Arthémon, l'un de ses plus fidèles alliés, entretenait également une grande amitié avec Valens.

De retour à nos jours, Valens venait de se mettre à la recherche d'Émilienne et de Julienne qui semblait avoir disparu depuis le procès qu'avait démarrer Marinaëlle. Il était accompagner dans ses recherches par Ildut qui était en réalité celui qui avait eu l'idée de mener des recherches pour retrouver les deux femmes. Meddy, connaissant les deux femmes, leurs avaient demander de commencer leurs recherches dans la forêt et c'est ce qu'ils firent. Au fur et à mesure qu'ils s'enfonçaient dans la forêt, cette dernière devenait de plus en plus sombre jusqu'à devenir aussi noir que la nuit. Ils arrivèrent finalement dans un coin perdu de la forêt où se trouvait des inscriptions au sol lorsqu'en face d'eux, se pointa Jefferson et quelques hommes de mains de rebellion :
- On dirait que nous ne sommes pas seuls, vos amis sont ici aussi..., commenta l'un des hommes de mains.
- Ce ne sont pas mes... Enfin bref, tuez-les

Les hommes de mains de la rebellion pointèrent tous d'un coup leurs armes en direction d'Ildut et Valens :
- Tirez !!!, ordonna Jefferson lorsqu'Ildut et Valens se cachèrent chacun derrière un arbre.
Valens jeta soudainement un regard interrogateur à Ildut mais celui-ci ne répondit pas et fit même une courte apparition dans le viseur de ses ennemis afin d'identifier la situation. Il se remit ensuite dans sa cachette avant de donner les positions ennemis à Valens qui préparait déjà ses couteaux de lancer. Il tua ainsi deux gardes en leur lançant des couteaux dans la gorge tandis qu'Ildut profitait de la situation pour se faufiler derrière l'ennemi. Jefferson remarqua à peine Ildut que plusieurs de ses gardes s'ecrasait douloureusement sur le sol devenu rougâtre. Il ne suffit ensuite que de quelues secondes pour que Jefferson tire en direction d'Ildut qui esquiva tant bien que mal les balles.

Très vite agaçé Anthony, qui se cachait quelques arbres plus loin sorti avec Émilienne et Julienne qu'il menaçait avec son magnum :
- Messire Bastien requit votre présence, Valens, si vous souhaitez résister, les deux filles meurent, expliqua Anthony
- S'il requis ma présence, pourquoi vouloir m'éliminer, répliqua immédiatement Valens
- Jefferson privilégie la rancoeur aux ordres, ce n'est pas notre cas.
- "Notre" ? Je savais que tu avais changer depuis notre derniere rencontre mais à ce point...
- Là n'est pas la question, vous venez ou non ?
- N'y va pas, conseilla Ildut
- Désolé Ildut mais il faut que je parte. Tu t'es donner tant de mal pour protéger ces filles que je ne souhaite pas réduire ton travail à néant à cause d'un petit choix de rien du tout, insista Valens
- Bien, partons... Ah, et Jefferson, tu es viré..., souffla Anthony
Le petit groupe parti s'aventurer encore plus profondemment dans la forêt jusqu'à atteindre un petit bâtiment ressemblant à un bunker, qui semblait abandonner. Une fois entrés dans le vieux bâtiment, Anthony pressa un bouton dissimuler dans le mur lorsque la plate-forme sur laquelle il se trouvait avec Valens descendit vers un sous-sol secret.

Dix mois plus tôt, Jefferson avait pris l'initiative de s'en prendre à Valens avec l'aide d'un autre membre de son groupe qui se nommait Alexian. Ils étaient paré à toute éventualité et projetait déjà de mettre Valens à mort. Leur plan était quasiment parfait à l'exception d'un point : Ils pensaient que la seul aide extérieur qui s'opposerait à eux serait des professeurs. Leur plan commença à être mis en execution lorsqu'une semaine après l'élaboration du plan, Alexian que Valens ne connaissait à peine, lui demanda de le rejoindre dans la reserve du lycée. Valens accepta avant de s'en aller voir Ildut et quelques uns de ses amis qui se trouvaient au même endroit, au même moment. Il les avertit assez rapidement que Alexian souhaitait le retrouver à la reserve avant de s'y pointer quelques minutes après.

description[Mon roman] Trapped on the screen : Arc I - Page 2 EmptyRe: [Mon roman] Trapped on the screen : Arc I

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum