Communauté Fire Emblem
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Communauté Fire EmblemConnexion

Forum de partage
et d'entraide

Le deal à ne pas rater :
Clé licence Windows 10 professionnel 32/64 bits – Français
1.09 €
Voir le deal

description2 - L'univers Empty2 - L'univers

more_horiz
Très important à lire avant de s'inscrire : ici est résumé l'univers du jeu de rôle, en trois parties essentielles.

_________________
2 - L'univers E743317b725c3909444b1a12ea851cad

description2 - L'univers EmptyRe: 2 - L'univers

more_horiz
L’ancien monde et le cataclysme :
Il y a des temps immémoriaux, le monde était tout ce qu’il y a de plus terrestre. Il se composait de multiples continents, séparés les uns des autres par une immense étendue d’eau, l’Océan Primordial. Les différents continents étaient eux-même divisés entre diverses nations. Les nombreuses populations qui peuplaient ce monde vivaient dans un équilibre fragile, parfois en paix, parfois en guerre.

En cherchant à s’approprier toujours davantage de ressources, l’homme creusa la terre, encore, et encore. Année après année, il inventait de nouvelles techniques, et de nouveaux outils, qui lui permettaient de creuser encore plus profondément. Mais un jour, il creusa si profondément, qu’il ouvrit une poche renfermant un gaz croupi, enfermé depuis des millions d’années…

Le gaz s’échappa à une vitesse démentielle, tuant sur le coup tous les hommes qui eurent le malheur de l’inhaler. Lorsque l’on se rendit compte du problème et que l’on chercha à reboucher le trou, il était déjà trop tard, des panaches de fumée mortifère inondaient déjà toute l’atmosphère autour de la cheminée, empêchant quiconque d’approcher. Le gaz se répandit alors, peu à peu, sur le reste du continent, rayant de la carte toutes ses nations les unes après les autres. Puis, il atteignit l’Océan Primordial, puis les autres continents.

La menace était mondiale. Les hommes n’avaient que peu de temps pour réagir, sans quoi ils seraient tous décimés. Le gaz semblait en quantité incommensurable, si bien qu’il risquait de se répandre sur toute la surface du globe. Mais, cela étant, on remarqua qu’il était relativement lourd et qu’il ne montait, en altitude, qu’à quelques dizaines de mètres, jusqu’à une centaine tout au plus. Alors les hommes choisirent de s’élever dans les cieux.

Usant de tous les progrès en magie et en technique qu’ils avaient pu accumuler jusqu’alors, ils entreprirent l’impossible : faire monter les nations, toutes entières, loin au-dessus du nuage de gaz. Dans chaque continent qui n’était pas encore complètement intoxiqué, cent grands sages se donnèrent la mort. Par leur sacrifice, ils offrirent leur essence magique à un sortilège qui leva le continent tout entier dans les airs, à plusieurs centaines de mètres, loin au-dessus du nuage de gaz, déjà nommé, le grand nuage méphitique.

Mais le sort ne permettait que d’élever les continents, pas de les faire demeurer dans les airs : alors, sur le continent qui était le plus au centre de tous les autres, le continent de Terra, le plus puissant archimage du monde transmis son âme à une pierre. Animé de la magie la plus pure, brillant de mille feux, l’Emblème du Feu canalise la magie offerte par le sacrifice et permet le maintien dans les airs de tous les continents, à jamais.

Détruire le Fire Emblem reviendrait à plonger les continents tout entiers dans le grand nuage méphitique, où la mort emporterait chaque individu, ce qui mettrait un terme à l’humanité.


Le nouveau monde, et les races jouables :
Un millénaire s’est écoulé depuis l’apparition du grand nuage méphitique. L’ancien monde n’est plus qu’un lointain souvenir, presque une légende, et est désormais appelé « Gaïa » par nostalgie.

Les continents ne sont plus séparés par un océan d’eau, mais par un vertigineux océan d’air. Les hommes ont donc développé tout un système de machines permettant de relier les continents les uns aux autres, afin de poursuivre le commerce dont ils avaient goûté aux avantages. Tout en gardant la forme des bateaux d’antan, ils créèrent des véhicules capables de voler dans les airs : les aéronefs.

Mais à part ça, leur technologie n’a guère évolué, en raison de la grande rareté des ressources depuis l’envol des continents. Dans de nombreuses nations la féodalité est encore de mise, et l’épée, la lance et la hache restent les armes des champs de bataille.

Toutes les races d’hommes qui existaient déjà avant le cataclysme se retrouvent dans les continents flottant : les Beorc, les Laguz de toutes sortes, les Taguel, les Ulfhedin et les Kitsune. En plus de ces cinq grandes variétés d’origine terrestre, une sixième est venue les rejoindre…

En s’élevant dans les cieux, les hommes se sont en effet rapprochés d’une autre espèce : les dragons, qui vivent dans les plus hautes strates de l’atmosphère. Épris de liberté, ils n’étaient jamais descendus dans le bas-monde, et n’étaient que des légendes pour les hommes. Mais désormais, les continents flottant haut dans le ciel, les hommes se sont rapprochés sans le savoir des dragons, et certains d’entre eux se sont décidés à se mêler à eux. Par l’usage d’une Dracopierre, leur donnant une apparence humaine, certains spécimens ont ainsi appris à vivre au sein des nations humaines : les Manakete.

Les Beorc et les Laguz peuvent se reproduire, mais donneront alors naissance à un Marqué. Les Marqués quant à eux peuvent se reproduire avec les Beorc et les Laguz, comme s’ils étaient eux-même Beorc. Les Taguels, Ulfhedin et Kitsune ne peuvent se reproduire avec les Beorc, leur union est stérile. Ils peuvent cependant se reproduire avec les Laguz : le fruit de leur union aura alors la race d’un des deux parents, à 50 % de chance, mais il ne s’agira pas d’une race différente comme les Marqués. Il se passe la même chose en cas de couple Taguel/Ulfhedin, Ulfhedin/Kitsune ou Taguel/Kitsune. En revanche, les Manakete ne peuvent avoir de descendance avec d’autres humains, quels qu’ils soient : ils ne peuvent se reproduire qu’entre eux. Toutefois certains chercheurs ont étudié récemment les cas d’unions entre un Manakete et un Laguz Dragon, mais de telles unions étant rarissimes du fait de la rareté de ces deux races, ils n’ont pas encore publié leur conclusion sur le sujet…

Ainsi les personnages, jouables ou non, devront tous appartenir à l’une de ces sept races : Beorc ; Laguz ; Marqué ; Taguel ; Ulfhedin ; Kitsune ; Manakete.

Les divers Laguz sont Tigre, Chat, Lion, Faucon, Corbeau, Héron, Loup et Dragon.

Mis à part les magies spécifiques aux Hérons et aux Kitsune, la magie est réservée aux Beorc, les Marqués étant la seule autre race pouvant utiliser la magie.

Les Dieux ne sont pas utilisables, ni en personnages jouables, ni en PNJ. De toute façon, ils ne seront pas présents dans le RP. Il n’existe pas de démons ou d’entité de la sorte.

Le jeu de rôle débute dans le continent de Terra, dans le pays de Flusseim.

Les joueurs sont libres d’inventer les nations qu’ils souhaitent, et même des continents entiers s’ils le désirent.


Rogwel, le projet Gaïa, Néo, Xena et les autres miliciens :
La nation de Flusseim, sur le continent de Terra.

Flusseim est une nation dominée par les Beorc, mais dans laquelle toutes les autres races peuvent se retrouver.

Doté d’un régime néoféodal, ce pays suit un ordre pyramidal : le roi est aux commandes de tout. La haute noblesse est la sphère la plus haute, les seigneurs de province leur doivent allégeance. Les chevaliers, tout en bas de la noblesse, assurent la sûreté de l’ordre interne, mais aussi externe. Les artisans et les commerçants doivent l’impôt envers les seigneurs, en échange de maigres terres et biens pour exercer leur activité. Tout en bas de l’échelle sociale, les paysans n’ont presque rien, et travaillent dur pour nourrir l’ensemble de la population.

Rogwel est un seigneur doté du titre de duc, l’un des plus hauts de la noblesse. En plus de son prestige social, sa fortune personnelle est immense, renforcée par les domaines de ses nombreux vassaux. Mu par une conviction, presque divine, il a utilisé sa puissance, son influence et son argent pour se donner les moyens de réaliser un rêve fou : chasser de Gaïa le nuage méphitique qui l’empoisonne, et redonner aux hommes la possibilité d’y retourner !

Il est ainsi passé pour un illuminé auprès de tous les autres nobles. Mais qu’importe ! Il a mené à bien son projet démesuré, le « Projet Gaïa ». Mettant toute sa fortune sur la table, il recruta de nombreux hommes, qui formèrent la milice de Gaïa. Néo et Xena furent les deux premiers à être recrutés, mais vinrent bien d’autres. Alors que les rangs de la milice grossissaient, tous se demandaient avec impatience quelle pouvait bien être la façon de chasser le nuage méphitique, ce qui semblait impossible. Mais Rogwel tardait à révéler ce qu’il savait. Quand, enfin, arriva le jour où Rogwel annonça qu’il allait partager son secret, car il sentait que sa vie était menacée. Le duc convoqua alors Xena, Néo et quelques autres miliciens de Gaïa triés sur le volet. Hélas, lorsqu’ils arrivèrent au lieu et à l’heure du rendez-vous, il découvrirent avec stupeur le corps du pauvre homme, et tentèrent en vain de le réanimer.

Les forces de l’ordre prirent l’affaire en main, mais furent incapables d’élucider les causes exactes de la mort : la seule certitude est qu’il a été empoisonné, mais nul ne sut dire de quoi, et s’il s’agissait d’un accident, d’un suicide ou d’un meurtre.

Toujours est-il que la mort mystérieuse de Rogwel mit un terme au projet Gaïa. Toutefois, Néo, Xena et les autres refusèrent de dissoudre la milice. Le rêve de Rogwel était si beau, et semblait si proche ! Ils voulaient demeurer unis, dans l’espoir qu’un jour le secret que Rogwel semblait avoir emporté dans la tombe ne ressurgisse. Mais en attendant de trouver le mystérieux moyen de chasser le nuage méphitique et de rendre Gaïa aux hommes, le groupe était coincé. Néo et Xena en prirent rapidement la tête, mais ils ne savaient pas que faire pour que la milice reste unie.

C’est alors qu’Arsenus, le frère de Rogwel, vint les voir pour leur confier une mission. Il aurait besoin de la milice que son défunt frère avait levée, et était prêt à les payer en retour. Arsenus était réputé pour sa fourberie, il était tout aussi sournois que Rogwel n’était honnête, toutefois, Néo et Xena se résignèrent à accepter, faute d’un meilleur choix.

Les miliciens de Gaïa devaient désormais attendre le jour où Arsenus les convoqueraient dans son château, pour leur expliquer en détail ce qu’il attendait d’eux.

Les joueurs ont désormais deux choix possibles pour inscrire leur personnage : soit il s’agit déjà d’un milicien de Gaïa, auquel cas il n’y a pas de RP spécifique à écrire mais juste sa fiche technique à renseigner ; soit il s’agit d’un personnage qui rejoint la milice à ce moment-là, auquel cas il faut trouver pourquoi il rejoint le groupe alors et rédiger un RP relatant le moment où il rencontre Néo et Xena.

Le premier choix est plus facile pour les joueurs qui ne seraient pas trop inspirés ; mais le deuxième choix permettrait de déjà exploiter une partie de la personnalité de votre personnage, et de le faire agir un peu avant que ne commence le réel scénario, où les actions seront un peu moins libres.

_________________
2 - L'univers E743317b725c3909444b1a12ea851cad
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum