Communauté Fire Emblem
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Communauté Fire EmblemConnexion

Forum de partage
et d'entraide


Chapitre 1 : Flusseim

descriptionChapitre 1 : Flusseim - Page 13 EmptyRe: Chapitre 1 : Flusseim

more_horiz
Calcias hocha la tête, l'air serein. Elle en avait déjà fait plus qu'il ne fallait, et ne voulait pas la déranger pour les quelques égratignures restantes. De manière générale, c'était de l'excellent travail.

- C'est parfait. Vous n'avez pas à vous en inquiéter. Et si on a le temps, une fois au château, je redemanderais l'aide des serviteurs, pour mon manteau !

L'épéiste inspecta sa tenue un peu plus sur ces mots. Au pire, il pourrait toujours tenter de recoudre tout ça, s'ils seraient trop occupés. Avec le temps, il avait apprit à se débrouiller avec une aiguille, par nécessité, et le résultat était souvent acceptable, mais au prix de nombreuses piqûres et de beaucoup de patience.

Avec un soupir, Il se demanda combien de fois encore il aurait à faire cela. Et la réponse était simple. S'il continuait à se fourrer dans des problèmes de ce genre, beaucoup trop.
Secouant légèrement la tête, il préféra revenir sur le sujet du départ. Elle n'avait donc pas d'autres affaires à emporter. Le fait qu'il s'agissait de livres écrits par ses soins l'intriguait cependant.

- Du coup... vous êtes une écriv-- ?

Il n'eut pas le temps de terminer que Signy s'était déjà installée sur le sol, déployant tout son barda pour rédiger, et elle se mit a méthodiquement arracher certaines feuilles, et à écrire sur de nouvelles. Elle semblait dans son monde...

Calcias, un peu pris au dépourvu, ramassa les feuilles qu'elle avait jeté, et après avoir vérifié qu'il n'avait pas d'encre humide dessus, se permit de les ranger dans sa poche. Ça pouvait encore être utile.
Cela lui permit de voir quelques notes dessus. Intrigué, et par pure curiosité, il jeta un coup d’œil à l'écrit actuel de Signy, avant de se retirer presque immédiatement. Lire par dessus l'épaule des gens n'était pas vraiment une bonne chose à faire, ne serait-ce que par courtoisie.

Juste voir le nom d'une des personnes de la milice inscrit le perturbait, cependant. Lorsqu'elle eut finit, elle lui expliqua de quoi il s'agissait, mais cela ne le rassurait pas pour autant.
Être passé au crible, ce n'était pas vraiment une sensation agréable. Le savoir couché sur papier, encore plus.

- C'est purement pour un usage professionnel, du coup, on est bien d'accord, si ...?

Il posa cette question, visiblement mal à l'aise. Ce n'était franchement pas ce qu'il souhaitait, même pour un ancien stratège.

Mais cette inquiétude laissa place à l'étonnement, lorsqu'elle se releva, pour le fixer droit dans les yeux. Il les détourna instinctivement, avant de lui faire à nouveau face.
Puis à l'étonnement s'ajouta la surprise, puis la joie, le temps de réaliser, lorsque Signy posa sa question.
Elle voulait s'entraîner à l'épée ? Avec lui ? Tremblant légèrement, il afficha un grand sourire, sautillant presque sur place, mais ne quittant pas pour autant le sol. Cela allait faire plus de deux ans qu'il n'avait pas eu l'occasion de s'entraîner avec quelqu'un qui le souhaitait sincèrement !
S'il voulait s'améliorer, c'était l'occasion idéale. Et s'il pouvait aider quelqu'un, c'était encore mieux. Rien que l'idée effaçait temporairement ses pensées sur ces notes.

- Oui, ce sera avec joie ! S'écria-t-il. Il ne mesurait visiblement plus son ton. Ne vous en faites pas, je ne suis pas particulièrement plus doué que vous, je pense ! Mon jeu d'épée n'est pas exceptionnel non plus, et je ne souhaite que m'améliorer, et si vous aussi, je suis sûr qu'on arrivera à devenir des bretteurs sur lesquels la milice pourra compter !

descriptionChapitre 1 : Flusseim - Page 13 EmptyRe: Chapitre 1 : Flusseim

more_horiz
Le groupe des miliciens prit congé des Templiers, et se mit en route vers le château d’Arsenus. Arrivé à destination, ils furent reçus par l’habituel Majordome, inflexible et toujours fidèle à son poste.

Majordome : Vous êtes revenus ? Votre mission fut-elle un succès ?

Néo : D’une certaine manière, oui, et non… Pourrait-on parler à Arsenus ?

Majordome : J’ai bien peur qu’il ne soit occupé pour le moment. Mais prenez donc place ! Je vais lui faire part de votre retour. Je gage qu’il vous recevra, dès qu’il le pourra.

Le membres de la Milice de Gaïa s’installèrent donc, dans une attente lente et anxieuse.



Quelques heures plus tôt, au deuxième château d’Arsenus (celui dans lequel les miliciens n’ont encore jamais mis les pieds) :

https://listenonrepeat.com/?v=BNCNgtI6fP0#Fire_Emblem%3A_Rekka_No_Ken_Soundtrack_(Remastered)%3A_Stratagem

Arsenus est assis sur son trône. Richement habillé, les cheveux et le bouc parfaitement taillés, il arbore le talisman rouge de rubis à son cou. Un jeune homme entre, aussi brun qu’Arsenus, il est tout aussi élégamment habillé d’une redingote bleue agrémentée d’une cape. À sa ceinture est accroché le fourreau d’une rapière. Le jeune prend la parole en premier.

??? : Tu as demandé à me voir… Père ?

Arsenus : Octave, mon fils. Oui, c’est au sujet de mon plan.

Octave : De ce que je sais, il se déroule comme prévu, non ? Tu as déjà envoyé la Milice de Gaïa au fort Riban, comme convenu.

Arsenus : Oui, en effet. Ils ont chassé les mercenaires qui l’occupaient, et l’ont repris.

Octave : Pourquoi n’en reviennent-ils pas pour faire leur rapport ?

Arsenus : Il est temps que je te dévoile la suite de mon plan, mon fils.

Octave : Je suis tout ouï.

Arsenus : Tu te souviens de mon homme de main ? Celui que j’ai envoyé pour passer le contrat auprès des mercenaires d’Esther ?

Octave : Ce sinistre sorcier ? Brr… Rien que de penser à lui, j’en ai des frissons.

Arsenus : Eh bien, je lui ai aussi demandé de passer un contrat auprès d’un groupe de… Templiers.

Octave : Mais pourquoi donc ?

Arsenus : Ce contrat stipule que les Templiers doivent libérer le fort du groupe de mercenaires
qui l’occupent illégalement, et qui en ont chassé les occupants légitimes.

Octave : Mais, pourtant, ces mercenaires ont déjà été… Ah ! Je vois : les Templiers ont donc attaqué les Miliciens de Gaïa, les prenant pour les mercenaires en question ?

Arsenus : Tout juste ! Eh eh, tu comprends tout le brio de mon plan. Mais, l’horaire était serré. Mon homme de main a du veiller à attendre que les miliciens en aient terminé avec les mercenaires, et se soient tous rassemblés à l’intérieur du fort, avant de faire venir le groupe de Templiers. Une erreur, de quelques minutes seulement, aurait fait plonger tout mon plan à l’eau. Heureusement, ce n’était pas un problème pour lui, et sa magie noire.

Octave : Si je comprends bien, les miliciens de Gaïa se retrouvent coincés, et se battent contre les Templiers. Père, es-tu sûr qu’ils n’ont aucune chance de s’en sortir ? S’ils venaient à gagner contre les Templiers, cela minerait ton plan.

Arsenus : Ils n’ont aucune chance. Le Templier avec qui j’ai traité, Charles, m’a bien dit que lui et ses hommes étaient vraiment très forts ! Je fais confiance à ses dires. Et donc, une fois qu’ils auront massacré ces pauvres miliciens, et qu’ils se rendront compte de leur faute… ils viendront à moi pour implorer mon pardon ! C’est l’opportunité que j’attendais, depuis tant d’années : j’en profiterai pour demander audience aux Sentinelles. Je leur demanderai de faire de moi l’un des leurs, en échange de quoi je passerai l’éponge sur cette bévue. Et, enfin, après toutes ces années… je deviendrai une Sentinelle !

Octave : Ce sera une vraie consécration !

Arsenus : Effectivement. Les Sentinelles ne servent pas seulement à diriger les Templiers. De par leur statut, ils ont un pouvoir et un poids politique, sur les diverses nations. Je pourrai influer le roi de Flusseim, pour que davantage de terres me soient octroyées… mais ce n’est qu’un exemple. Je deviendrai l’un des plus puissants nobles de tout le pays : puis je ferai de toi, à ton tour, une Sentinelle, afin de permettre à ma descendance de s’élever au rang de la plus puissante famille de tout Flusseim… voire de Terra toute entière ! Bouah ah ah !

Octave : Mais, Père… Si j’ai bien compris, les membres de la Milice de Gaïa vont être tués. J’ai un peu de peine pour eux. Ils n’avaient rien fait de mal, après tout : c’est triste qu’ils doivent mourir.

Aresenus : Ce n’est qu’un léger sacrifice, au regard du sacre de notre gloire ! De toute façon, ce ne sont que de simples roturiers. Ils ne sont là que pour nous servir, leur vie est vouée à ça, et à rien d’autre.

Octave : Je sais bien, Père, c’est ce que tu m’as toujours appris. Mais, tout de même… ce groupe avait un projet intéressant, je trouve.

Arsenus : Quoi ? Chasser le grand nuage méphitique ? Rendre les continents à Gaïa, la Terre Originelle ? Ce ne sont que des fantasmes ! Des idées absurdes, sorties de l’esprit trop rêveur de mon imbécile de frère ! Tu penses vraiment qu’un tel objectif est atteignable ? Cela fait si longtemps que nous vivons, loin du bas-Monde. Pourtant notre civilisation s’en est très bien sortie. Nous n’avons pas besoin de courir après des chimères. De toute façon, à quoi me servirait-il de garder ce groupe en vie ? Je ne sais même pas ce qu’avait prévu Léonard.

Octave : Mon oncle Léonard ne t’avait fait part de rien ? Pourtant tu as dit savoir quelque chose aux miliciens.

Arsenus : Non, je n’ai pas dit ça, justement : j’ai dit que je leur transmettrai tout ce que je savais, une fois qu’ils auraient accompli la mission qui leur était incombée, mais je n’ai pas dit que je savais quoi que ce soit. Voilà la nuance.

Octave : Ah, je comprends. Tu les as bien bernés ! Mais alors, tu ne sais vraiment rien, rien du tout ?

Arsenus : Non, et cela me fait une belle jambe. Léonard ne m’a jamais rien transmis à ce sujet, c’est là la vérité.

Octave : Je vois. C’est dommage, tout de même. Je trouvais son projet intriguant, voire…  passionnant. J’aurais tellement aimé le voir aboutir, un jour ! Cela aurait été si beau… Ah ! C’est dommage qu’il soit mort. A-t-on une idée de qui l’a tué ?

Arsenus : Non, l’enquête n’a rien donné. Ces idiots de la maréchaussée sont même incapables de dire avec certitude s’il s’agit d’un meurtre, d’un suicide ou d’un accident ! Tss ! Vraiment, tous des incompétents !

Octave : Pour moi, c’est un meurtre. Quelqu’un voulait le tuer pour mettre fin au projet, j’en suis convaincu ! Tu n’as pas d’idée sur qui a pu commettre une chose pareille, Père ?

Arsenus : Non, pas la moindre ! Mon frère était un doux rêveur, certes, mais… il ne méritait pas de mourir. Pas de cette façon, en tout cas. Si c’est bien un assassinat, utiliser comme arme du poison, c’est bien fourbe… Non pas que je ne serais pas capable de faire ça, non, mais lui ne le méritait pas. C’est vrai que je l’ai toujours envié, mais il avait bon cœur. Vraiment. De toute façon, si j’avais vraiment voulu le tuer, j’aurais utilisé du cyanure, ou de l’arsenic, et pas un poison exotique, difficile à manipuler.

Octave : De quel poison s’agit-il ?

Arsenus : Selon les enquêteurs, il s’agit de curare. Un poison venu du fin fond des jungles d’Ezralcoat, utilisé notamment dans l’Empire de Kitiuacan. Selon la dose, ce poison peut infliger une paralysie complète, des fièvres délirantes, ou une mort certaine. C’est très dangereux à manipuler. Enfin, de toute façon, si les enquêteurs ne savent même pas conclure si l’empoisonnement est volontaire ou accidentel… ça ne sert à rien d’en discuter ! Du coup, Octave ? Pour la suite du plan, nous allons attendre patiemment que les Templiers en aient terminé. Lorsqu’ils auront tué tous les miliciens jusqu’au dernier, et qu’ils se seront rendus compte de leur méprise, ils viendront me demander audience. Je t’ai déjà dit tout ce que tu avais besoin de savoir. Voudras-tu être présent lorsque je les recevrai ?

Octave : Oui, je veux bien. Cela risque d’être fort intéressant. J’ai hâte de les voir s’excuser platement devant toi, Père ! Et, j’ai surtout hâte que toute cette mascarade se termine, et que tu sois élevé au rang de Sentinelle !

Arsenus : Oh oui… Avec ce talisman de rubis, de grands pouvoirs me sont déjà conférés, et, avec le rang de Sentinelle, j’aurai en sus le pouvoir politique ! Rien n’égalera plus ma toute puissance ! Bouah ah ah ah ah !




De retour au moment présent. Le Majordome se présenta devant Arsenus.

Arsenus : Oui ? Qu’as-tu à me dire ?

Majordome : Mon seigneur. Les membres de la Milice de Gaïa sont revenus au château. Leur mission est… disons terminée, et ils demandent à vous voir.

https://www.youtube.com/watch?v=4ANaEsE5bdI

Arsenus : Que… pardon ? C’est impossible ! Ils ne peuvent être en v… Euh, je veux dire, c’est, c’est surprenant ! Je ne m’attendais pas à… ce qu’ils soient si rapides !

Majordome : Ahem. Que décidez-vous, mylord ? Souhaitez-vous les recevoir ? Que dois-je leur répondre ?

Arsenus, bas : Mince, ça ne va pas, pas du tout ! Qu’est-ce qui s’est passé ?

Arsenus, haut : Eh bien, hum… Je vais les recevoir, oui. Mais, je ne pourrai pas me déplacer. Fais-les venir ici, dans ce château. Je les recevrai en salle de cérémonie.

Majordome : Il en sera fait comme vous désirez.

Un peu plus tard, le majordome, de retour au premier château (eh oui, le luxe de posséder deux châteaux… ) fit part de la décision d’Arsenus au groupe, et conduisit ce dernier dans l’autre demeure d’Aresnus.

Le fameux deuxième château… celui que les miliciens n’avaient encore jamais vus. Celui dans lequel ils auraient pu se rendre dès le début du chapitre, si le choix avait été fait. C’est finalement dans ce château que tout se terminera…



Encore un peu plus tard, au deuxième château d’Arsenus…

Le majordome frappa trois grands coups dans la porte de la salle de réception.

Arsenus : Entrez. Je vous attendais.

Le majordome ouvrit la porte, et fit entrer les membres de la Milice de Gaïa. La salle de réception était immense. Très haute de plafond, presque tout le mur de gauche était recouvert d’une immense baie vitrée qui donnait une vue magnifique sur les jardins et les bois environnants. Du côté droit, le mur arborait de nombreux tableaux, et était percé de trois cheminées imposantes. Le long de la pièce, plusieurs tables très longues s’étendaient, richement décorées. Arsenus était assis au fond, sur un petit trône, le talisman rouge de rubis bien en évidence à son cou, mais, il était loin d’être seul… De nombreux gardes étaient présents, debout, immobiles. Ils étaient plus nombreux que les miliciens, et, à vue de nez, plus forts également. Néo déglutit.

Arsenus : Alors… on m’a dit que vous aviez terminé votre mission. Expliquez-moi plus en détail.

Néo : Monseigneur. Le fort a été libéré des mercenaires qui l’occupaient, mais… Au cours de notre mission, nous avons subi une… déconvenue. Notre groupe s’est retrouvé à affronter un groupe de Templiers !

Arsenus : Oh ? Je vois, c’est en effet anormal. Cela n’aurait pas dû se produire… Que vous ont dit ces Templiers ? Ont-ils avancé une explication sur la raison pour laquelle ils vous ont attaqués ?

Néo : C’est que… il semblerait que vous leur ayez donné l’ordre, par l’intermédiaire de votre homme de main, de reprendre le fort des mercenaires qui l’occupaient.

Arsenus : Hum… C’est regrettable. Où sont-ils ? Il faut que je leur présente mes excuses pour cette bévue…

Néo : Ils sont morts.

Arsenus : Pardon ? Ils sont… morts ? Tous ?

Néo : Oui, je suis navré de vous l’apprendre. Se pourrait-il que votre homme de main se s…

Arsenus : C’est impossible ! Il m’avait pourtant dit que ses hommes et lui étaient suffisamment forts pour cette mission !

Néo : Que dites-vous ?

Arsenus : Damnation ! Ma réputation risque d’en être ternie… Grr… Gardes ! Vous savez ce qu’il vous reste à faire. Miliciens de Gaïa… je regrette vraiment tout ça, sincèrement, mais… je me vois contraint de vous mettre aux arrêts.

https://www.youtube.com/watch?v=ngjafJDxMJs

Aussitôt les gardes sortirent leurs armes. Ils restèrent toutefois sur place, prêts à attaquer s’il le fallait.

Néo : Mais… mais pourquoi ?

Arsenus : Je suis contraint de le faire, voyez-vous. Pour ne pas ternir ma réputation, je me dois de vous arrêter. C’est vous, après tout, qui avez tué ces Templiers de vos mains ! Mais ne vous en faites pas, je saurais me montrer magnanime : si vous vous rendez de bonnes grâces, vous serez bien traités durant votre captivité. Vous pourrez même être libérés une fois que j’aurai présenté mes plates excuses à l’ordre des Templiers !

Arsenus sourit.

Arsenus : Vous êtes intelligent, Néo, vous pouvez me comprendre. Alors, ne rendez pas les choses plus compliquées qu’elles ne le sont, et déposez les armes. Je vous jure que vous serez bien traités, le temps que ce malentendu ne se dissipe.

Néo paniquait. Se rendre ? Est-ce que c’était vraiment acceptable ? Qu’est-ce qui garantissait la parole d’Arsenus, qui disait qu’il les traiterait bien ? Néo réfléchit à toutes vitesses pour trouver une autre solution. Se battre contre ses hommes ? Ils étaient plus nombreux, et semblaient bien entraînés. Certains d’entre eux étaient des T1 aguerris, Néo vit même du coin de l’œil un T2 Général ! Ils n’avaient a priori vraiment pas beaucoup de chance de gagner. S’enfuir alors ? La baie vitrée était là, juste à côté, il était facile de la traverser, mais… une fois en fuite, seraient-ils capables de vivre en cavale, comme de vulgaires criminels ? Et Arsenus ne lancerait-il pas alors ses gardes à leurs trousses ?

Aucune solution ne semblait décente. Et pourtant il fallait faire un choix, dans l’immédiat. Les miliciens n’avaient que très peu de temps à leur disposition…

Désormais, trois voies sont possibles pour la suite, et le choix de la voie déterminera la façon dont le chapitre se terminera. Selon le choix qui est fait, le chapitre peut se terminer sans combat, ou avec un combat relativement difficile, ou avec un combat particulièrement ardu. En outre, selon le choix qui est fait, il se peut que le groupe récupère le talisman rouge de rubis, ou bien qu’il ne le recouvre jamais.

Chaque joueur à l’exception des deux MJ doit voter pour l’un des trois choix, et c’est l’option la plus populaire qui l’emportera. Le groupe ne se scindera pas, tous les miliciens iront dans le même chemin même ceux qui auront voté contre cette voie.


Choix 1 : Se rendre

Choix 2 : Se rebeller

Choix 3 : S’enfuir

_________________
Chapitre 1 : Flusseim - Page 13 E743317b725c3909444b1a12ea851cad

descriptionChapitre 1 : Flusseim - Page 13 EmptyRe: Chapitre 1 : Flusseim

more_horiz
Calcias : C'est purement pour un usage professionnel, du coup, on est bien d'accord, si ...?

Signy haussa un cil. Elle avait senti le mal-être de Calcias. De sa vie, elle n'avait jamais pensé qu'on puisse vraiment être gêné par sa façon de faire. Surtout qu'elle ne cherchait pas non plus à tout examiner, il s'agissait plus de ce qu'on constatait d'un combattant et d'une personne. Ce qui pouvait donc l'aider à mettre sa stratégie en place, en somme.  

Signy : Bien sûr que oui, c'est à usage purement professionnel. Que voudriez-vous que j'en fasse d'autre ? La seule autre chose que je pourrais en faire, ce serait la vendre à des personnes qui vous voudraient du mal. Cependant, pour trois raisons, ce serait stupide. Premièrement, si c'était réellement ce que je voulais, je ne vous l'aurai pas expliqué aussi ouvertement. Et encore plus aussi tôt. Je viens de vous rejoindre après une trahison, évidemment que tout le monde se méfie de moi. Faire un coup aussi risqué aussi tôt est tout sauf une bonne idée. Second point, même si je voulais vraiment faire cela, y allant au culot, ce qui n'est pas mon fort, il n'y a pas assez d'informations là dedans pour vous nuire. Et troisièmement, admettons que les deux premiers points soient invalides, ce qui est déjà de l'extrapolation. Il faudra quand même que je trouve un groupe qui me permette de voyager, d'analyser le monde et dans lequel je me sente plus à l'aise qu'avec vous. Beaucoup trop de facteurs pour que je ne le fasse.

Cela la gênait qu'on puisse la mettre en doute, sur le sujet. Elle avait, certes, ses preuves à faire, Calcias ne semblait pourtant pas être du genre à juger ? Peut-être se méprenait-elle sur la raison de son inquiétude... ? Dans tous les cas, elle préférait qu'on accepte sa manie, bien qu'elle ne s'adapterait pas pour qui que ce soit. Cette façon de faire, c'était tout simplement elle.

Cependant, la réponse que l'épéiste lui donna à sa requête lui arracha un grand sourire. Elle avait eu peur que la méfiance qu'avait suscité son journal lui fasse refuser. Néanmoins, il semblait tout aussi content qu'elle d'avoir une partenaire d'entraînement. Pourtant, elle avait peur que le précédent sujet les mettent mal l'un vis-à-vis de l'autre, si bien qu'après une brève hésitation, elle ressortit son carnet, l'ouvrit à une page et la lui tendit.

Signy : …. Si vous voulez la lire, c'est la page qui traite de vous. Je n'ai vraiment aucune intention de vous nuire.

-----

Signy se raidit, à l'annonce d'Arsenus. Définitivement, cet homme était bel et bien un triste sir, pour recruter trois groupes différents et les trahir tous les trois. Et sa langue claqua dans sa bouche en voyant les gardes qu'il avait appelé. Dans le lot il y avait même un général, autrement dit aucune chance pour leur petit groupe de les vaincre. Cependant, elle avait bien remarqué l'aversion de la traîtrise que ce groupe avait, elle espéra donc qu'il aie assez de bon sens pour se replier malgré tout. La situation n'était pas à leur avantage du tout, et se rendre équivalait à être condamné à mort par un noble qui n'avait visiblement pas eu le moindre problème à les sacrifier tous pour ses projets.

Signy : … Néo, je pense que je ne vous surprendrai pas ici mais il faut qu'on fuie, et très vite. Arsenus a encore le bijou que vous lui avez offert et ils sont bien mieux entraînés que nous.

(Choix 3)

_________________
L’oiseau et le guerrier
Le noir et le blanc
L'annonciateur de mort et son semeur.

descriptionChapitre 1 : Flusseim - Page 13 EmptyRe: Chapitre 1 : Flusseim

more_horiz
Aleister ne put réprimer un soupir d'agacement lorsque Arsenus leur posa un ultimatum.

- Arsenus, tu cumules tout les éléments d'un parfait antagoniste du dimanche. Il ne manque plus qu'un insupportable rire satisfait...

Le sarcasme mis à part, le danger de la situation n'en demeurait pas iréelle pour autant et il fallait agir rapidement. Le combat n'était pas envisageable, trop d'ennemis, sans doute des combattants expérimentés qu'un noble tel qu'Arsenus a les moyens de s'en offrir les services, sans compter que tout le groupe n'était pas encore remis de la précédente bataille.

Aleister s'approcha de Neo et Xena afin de parler suffisamment bas pour que l'ennemi ne l'entende pas.

- Neo, Xena, je ne vous apprends rien si je vous dis que les affronter maintenant est suicidaire. La capitulation, ça n'est peut-être pas mieux, Arsenus nous "garantit" la vie sauve, mais il est évident qu'il ment aussi bien qu'il respire. Mieux vaut fuir. Tant pis pour l'honneur et l'amour-propre, là on parle de survie. On avisera après. Si besoin, je peux transporter l'un d'entre nous.

(Choix 3)

descriptionChapitre 1 : Flusseim - Page 13 EmptyRe: Chapitre 1 : Flusseim

more_horiz
Arriver au premier Château Arsenus n'étais pas là encore une fois, ce qui énerva passablement Yuzu qui partie voler un truc à manger dans les cuisines avant de partir pour le deuxième château.

Arriver au deuxième château entendu les paroles d'Arsenus qui les avais clairement trahis de vive voix, quel idiot perdrais son sang froid aussi vite pour dévoiler son plan ?! Ce qui mit Yuzu totalement en colère on pouvais sentir émané de lui une grosse envie de meurtre tourner vers le vieux noble.

Yuzu dis tout bas : Tss, il se crois tout permis ! attends de voir ce qui t'arrivera.

Il frappait le sol avec le pommeau de son épée sur le sol pour montré qu'il avait envie d'en découdre avec Arsenus et ses soldats, tenant le manche de son épée d'une main et le pommeau de l'autre pour dégainer à tout moment.

(Choix 2)

descriptionChapitre 1 : Flusseim - Page 13 EmptyRe: Chapitre 1 : Flusseim

more_horiz
Calcias resta figé quelques secondes devant la main tendue qui tenait le carnet. Il n'entendait pas remettre en doute la bonne foi de sa collègue après ses explications, mais hésita quelques instants, avant de prendre le carnet, en la remerciant.
La curiosité l'avait gagné, et il se raidit en lisant les quelques lignes :

"Nom : Calcias
Style de combat : Épéiste léger
Caractère : A l'air serviable et gentil. Possibilité de pouvoir compter sur son écoute au milieu d'un combat pour écouter les demandes stratégiques.
Note Annexe : A l'air de posséder des notions de magie et d'avoir un secret lié à sa broche. Plus d'informations nécessaires, quand il sera prêt à en parler."


Sa main se posa sans qu'il ne réfléchisse sur sa broche. Comment ...? Mais à part ce détail, rien ne semblait être particulièrement frappant. Tout ce qu'il pouvait constater, c'était surtout que ces lignes n'avaient pas l'air destinées à un usage autre que personnel.
Ou en tout cas, vu les derniers mots, non destiné à la vue des concernés.
Il avait clairement l'impression d'avoir fauté en lisant ces notes. Il rendit le carnet à sa propriétaire, ne sachant trop que dire.

- Vous... Vous avez décidément un sens de l'observation remarquable, pour en aussi peu de temps... J'espère au moins que je pourrais répondre à vos attentes.
... Si vous voulez savoir, pour ma broche, c'est juste que j'y tiens énormément.


Evidemment, ce n'était pas toute la vérité derrière cette histoire. Mais après avoir lu cela, il se sentait obligé de lui dire au moins quelque chose à ce propos. L'ignorer aurait bien été irrespectueux.

- Je ne pensais pas particulièrement que vous vouliez nous nuire, non. C'est juste que je n'apprécie pas l'idée d'être listé à l'écrit. Mais tant que vous gardez cela pour vous, il ne devrait pas y avoir de problèmes. Quoiqu'il en soit... Si j'ai eu l'air de douter de vous ainsi, vous m'en voyez navré.

Voyager, et analyser le monde, heh ...? Peut-être que ces livres qu'elle avait écrit en traitait. Ce devait sûrement être un passage obligé, dans ce cas.
Il craignait toujours un peu qu'elle ne finisse par rédiger un pan entier sur lui et en déduise des choses qu'il souhaitait garder pour lui, cependant.
Signy n'avait pas l'air stupide, très loin de là. Et c'était justement cela qui l'embêtait, dans cette affaire précise.

Peu après, Néo sonnait le rassemblement. Il était temps d'y aller. Calcias profita de ce signal pour couper court à cette discussion.

- Oublions ça, voulez-vous ? Je n'aurais pas dû être aussi indiscret. Allez, un peu de courage, il va falloir tenir le voyage !

Et sur ces mots, il s'éloigna de Signy, un pas devant l'autre. Encore un peu, et cette mission chaotique serait enfin terminée.

-------------------------------------

Calcias fulminait, à l'annonce d'Arsenus.
Il avait beau lui avoir laissé le bénéfice du doute, lui trouvant des excuses, il y a quelques jours, par son statut, et s'en était légèrement méfié ensuite, mais jamais il n'aurait pensé qu'il s'agissait d'un si mauvais homme, qui irait même jusqu'à les manipuler, et encore pire, vouloir manipuler des Templiers. Cela le révulsait, venant de la part de quelqu'un qui avait du pouvoir.

Il s’avança légèrement, s'adressant à Arsenus en personne, furieux.

- Alors, c'est cela, la noblesse de Flusseim ? Des misérables faisant des coups bas tout en voulant garder leur réputation à tout prix lorsque leurs plans n'aboutissent pas ? A vouloir sacrifier des innocents, et manipuler son monde à sa guise ?!
Vous n'êtes pas un noble, Arsenus. Pas à mes yeux. Vous leur faites honte, même, et j'ose vraiment espérer qu'ils ne sont pas tous comme vous, dans ce pays !
Un vrai noble a son honneur, le devoir de défendre son peuple et ses hommes, et de l'aider à s'élever !


Il se mit ensuite en garde. Il était décidé à en découdre avec ce prétendu noble, même s'il n'était pas totalement remis.

(Choix 2 !)

descriptionChapitre 1 : Flusseim - Page 13 EmptyRe: Chapitre 1 : Flusseim

more_horiz
Pov de Lamne.

« -Talalala. ♪ »

C'est gaiement que je sifflote, allant et venant dans la cuisine du château. Après notre départ du fort, nous nous sommes (encore) retrouvés à patienter là où nous avions rencontré notre employeur pour la première fois. Cela m'aurait sans doute agacé en temps normal, mais... J'ai trouvé de quoi m'occuper !

Comme je n'ai pas pu trouver tous les ingrédients dont j'ai besoin au fort, il m'a d'abord fallu aller faire quelques cueillettes et emplettes. Une fois de retour, j'ai demandé à un gouvernant si je pouvais faire usage de leur cuisine... J'ai eu le droit à la même réaction que pour le potager, mais ils ont accepté ! Ils m'ont même proposé leur aide, mais j'ai été contraint de refuser. Seul un Tagüel peut faire des pâtisseries Tagüels !

« -J'espère que j'aurai le temps d'en faire pour tout le monde ! J'avais dit que ça serait juste pour Nez-Haut et Tête de Piaf, mais c'est dommage pour les autres... Peut-être que je pourrai leur faire un supplément carotte, pour compenser ?... »

Ouais ! Excellente idée ! Aaaah, j'espère que ça leur plaira, je n'ai strictement aucune idée des préférences culinaires Beorcs. On verra bien ! Quitte à retravailler la recette plus tard pour que ça leur convienne... Cela ne sera plus un dessert traditionnel Tagüel, mais le cœur y sera !

« -Oh ! Je sais ! Je vais aussi en faire pour Arsenus ! Après tout, c'est parce qu'il a accepté de reprendre la milice que j'ai pu rencontrer tout le monde... Lui aussi mérite sa part du gâteau ! Littéralement, haha... »

***

« -... Quoi ? Je... Je ne comprends pas, là ... »

Qu'est-ce qu'il se passe, bon sang ?! Après le retour du majordome, nous avons pris la route en direction du second château de notre employeur. J'ai en toute logique pensé que c'était pour nous remercier du travail effectué, ou encore nous octroyer un nouveau job... Mais rien de tout ça, visiblement !

J'ai toujours eu un peu de mal à suivre, donc on va reprendre les choses calmement. Des gens pas gentils ont pris son fort, donc il nous a envoyé les chasser. On y est parvenu sans trop de casse, mais ces Tabliers nous ont attaqué, et on a également mis fin à l'affrontement. Nez-Haut a ensuite déclaré qu'il prétendra qu'on les a tous tué - je ne sais pas trop pourquoi mais ok - ce qui a provoqué l'énervement d'Arsenus... Logique, a priori. Enfin, oui et non, on n'a fait que se défendre ! Pourquoi devrait-on se faire arrêter pour ça ?! Mais en tout cas, il est compréhensible que tuer des gens qu'il n'était pas prévu de tuer puisse ternir sa réputation... Ce que je ne comprends pas, c'est que ces Tabliers, c'est Arsenus qui les a embauché ! Donc s'ils nous ont attaqué, c'est de sa faute à lui, non ?!

J'ose espérer que c'est encore moi qui interprète mal les événements, mais... En vue des réactions des copains, j'ai bien peur que pour une fois, je ne sois pas aussi stupide. Dire que ça m'aurait bien arrangé...

« -Quelle lâcheté ! Pourquoi ne pas assumer votre responsabilité, au lieu de la rejeter sur nous ? Vous êtes une honte pour vos semblables. »

Je me détourne, et avise les soldats alentours. A voix basse, je me parle ensuite à moi-même.

« -Ce n'est pas grave... J'aurai fait une part de plus pour rien... »

La question reste maintenant de savoir s'il faut fuir ou combattre. J'opterai volontiers pour la seconde option, mais ils ont l'air bien plus balèzes, et mieux organisés que nous... Sauf que si on fuit, nul doute qu'on va se faire traquer par tout le pays !

« -Si on s'en va, on va être déclarés comme des criminels, puis traqués ! On pourra alors dire adieu à nos chances de nous expliquer... Je sais de quoi je parle : les sous-humains, étrangers de surcroît, font d'excellents boucs émissaires. »

Je sens la panique me gagner, et me tourne vers nos chefs.

« -On ne pourrait pas juste leur dire la vérité ?! Ces Tabliers... S'ils viennent s'expliquer, on pourrait être saufs, non ?... »

(Lamne ne se prononce pour l'instant pas. Il le fera en fonction des réponses des autres miliciens. Si jamais il n'y a pas le temps, considérez qu'il opte pour le Choix 1.)

les petits noms de Lamne :
Xena -> Nana
Néo -> Nez-Haut
Calcias -> Calciné
Aleister -> Tête de piaf
Yuzuro -> Yuyu
Telrar -> Très Rare
Signy -> Signe Ici
Templiers -> Tabliers
Charles -> Le Chat

descriptionChapitre 1 : Flusseim - Page 13 EmptyRe: Chapitre 1 : Flusseim

more_horiz
Cela faisait longtemps que Kurtis s'était rendu aussi silencieux qu'une ombre mais cette fois, il refusait de prendre part à un suicide collectif. Arsenus avait beau l'air malhonnête, fuir aurait été compliqué car il n'était ni très rapide, ni très endurant mais affronter un groupe bien plus puissant que le siens s'avérait perdu d'avance alors, la dernière solution résidait dans l'abandon où, avec un peu de chance, Arsenus les auraient vraiment épargnés. Il s'exprima alors sur le sujet avant de croisé les bras en attendant la décision finale.

(Choix 1 du coup)

descriptionChapitre 1 : Flusseim - Page 13 EmptyRe: Chapitre 1 : Flusseim

more_horiz
Depuis la fin du combat avec les templier, Telrar n'eu pas décroché un mot.

Lors de la discussion avec Arsenus, ce dernier décida de les trahir pour préserver sa réputation, ce qui fit sourire le guerrier.
S'attendant à un énième combat, il décida de prendre les armes, mais ne se prononça pas.

(Aucun choix)

_________________
Zunashy, chef de la Zunarmy.

Chapitre 1 : Flusseim - Page 13 Zuna_510

descriptionChapitre 1 : Flusseim - Page 13 EmptyRe: Chapitre 1 : Flusseim

more_horiz
Comme elle s'en doutait, Arsenus n'était pas un homme de confiance...  Il s'était servi d'eux afin de récupérer le talisman qu'il portait autour du cou ainsi que son fort et ne leur trouvait désormais plus aucune utilité. Dès le début, ses intentions lui avaient parues suspicieuses. Elle regrettait de ne pas avoir quitté la milice à la mort de Léonard.

En voyant les gardes de leur "employeur" pointer leurs armes sur eux, elle sentit ses muscles de figer. Ils étaient tous déjà exténués par le combat qu'ils avaient mené contre les templiers. Elle avait encore des ressources en réserve, certes, mais ces hommes avaient l'air d'un tout autre niveau qu'eux... Les combattre maintenant n'était pas le meilleur choix à faire. Quand à rendre les armes, il n'en était pas question. Elle n'était pas une criminelle et elle n'accepterait jamais d'être traitée tel quel par un homme aussi fourbe. Elle n'avait aucune confiance en sa parole.

Erina jeta un regard discret derrière elle. Une grande baie vitrée leur permettait de s'enfuir. C'était probablement leur seule chance de s'en tirer, bien que la fuite n'était pas la plus honorable des solutions. Tenant fermement son pégase par la bride (qui commençait à s'agiter à cause de la pression ambiante), elle se rapprocha lentement de Telrar et de Xena.

- Si les choses tournent mal, sautez sur Mira... Leur murmura t-elle.

Elle aurait voulu pouvoir aider tous ses camarades à s'enfuir, mais sa monture ne pouvait en transporter que deux d'entre eux.

Choix 3 : S’enfuir

descriptionChapitre 1 : Flusseim - Page 13 EmptyRe: Chapitre 1 : Flusseim

more_horiz
A la suggestion d'Erina, Telrar hocha la tête.

De toute façon, le bougre eu prévu que le groupe aurait prit la décision de se battre, encore une fois. Il commença à chercher la porte de sortie afin de s'en aller en douce pendant que tout les autres se battaient.
Mais il constata que la milice pensa plutôt à fuir au lieu de se battre, cela l'étonna. Il ne prononça pas un mot mais n'en pensa pas moins, pour lui, la milice fut condamnée, quoiqu'il arriva.

Observant les membres de la milice, épuisés et un peu dérouté, il se demanda s'ils avaient vu Arsenus venir, pourtant au départ assez d'accord avec lui. Il soupira doucement du nez et commença à reculer. Plus proche il se situait de la porte de la sortie, mieux il était.

_________________
Zunashy, chef de la Zunarmy.

Chapitre 1 : Flusseim - Page 13 Zuna_510

descriptionChapitre 1 : Flusseim - Page 13 EmptyRe: Chapitre 1 : Flusseim

more_horiz
https://www.youtube.com/watch?v=meACQ4ZEvO0&index=

Arsenus : Je suis contraint de le faire, voyez-vous. Pour ne pas ternir ma réputation, je me dois de vous arrêter. C’est vous, après tout, qui avez tué ces Templiers de vos mains ! Mais ne vous en faites pas, je saurais me montrer magnanime : si vous vous rendez de bonnes grâces, vous serez bien traités durant votre captivité. Vous pourrez même être libérés une fois que j’aurai présenté mes plates excuses à l’ordre des Templiers !

Xena bouillonner à l'intérieur d'elle la milice de Gaïa touchait déjà à sa fin entraînant au passage la chute des deux chefs de la milice et le reste de la milice d'élite, incluant au passage leur nouvellement nommée stratège: Signy. Elle serras son poing de toutes ses force tout en regardant autour d'elle, son attention se reportât directement sur le général, un puissant T2 à l'armure épaisse, il était très imposant et arborais une lance en argent. Il était évident que le moindre de ses coup tuerais sur le coup n'importe quel milicien dans la salle, et même si Xena venais à protéger le reste des troupes deux coup suffiraient amplement pour que le groupe meurs sous les assaut puissant de ce dernier... Personne à part Kurtis ou la magie de Néo ne pourraient passer les défenses de ce dernier également, puisque le groupe était à 95% composer d’élément se basant sur les armes physique, Xena regardât Arsenus droit dans les yeux en fronçant les sourcils. Xena voulais faire payer à Arsenus sa trahison, mais elle savais également que ce serais une attaque suicide, et il était trop tôt pour mourir.

Xena: Arsenus espèce de sale fils de...

Mais Xena fut interrompue par Aleister qui se rapprochât d'elle et de Néo en leur murmurant à voix basse.

Aleister: Neo, Xena, je ne vous apprends rien si je vous dis que les affronter maintenant est suicidaire. La capitulation, ça n'est peut-être pas mieux, Arsenus nous "garantit" la vie sauve, mais il est évident qu'il ment aussi bien qu'il respire. Mieux vaut fuir. Tant pis pour l'honneur et l'amour-propre, là on parle de survie. On avisera après. Si besoin, je peux transporter l'un d'entre nous.

Xena: Je suis d'accord avec toi Aleister, nous battre ou nous rendre c'est du pur suicide. Si tu pourrais transporter Finley ce serais le mieux à faire. Il est déjà habituer après la mission du fort et on as pas le temps de faire de l'improvisation.

Xena entendit alors Yuzu et Calcias formuler le souhait de se battre. Xena n'était clairement pas de cet avis et leur fit savoir sans tarder.

Xena: VOUS DEUX, RANGEZ MOI CES ARMES ET OUVREZ VOS YEUX ! VOUS VOULEZ VOUS SUICIDEZ C'EST CA ? C'EST UN ORDRE PAS DE DISCUSSION SINON C'EST MOI QUI VOUS ASSOMME, SURTOUT TOI YUZU TU N'EN FAIT QU'A TA TÊTE DEPUIS LE DÉBUT !

Xena observât ensuite Lamne et Kurtis, tout deux voulant se rendre, elle n'était pas d'accord avec ces derniers également, mais au moins ces deux là avaient compris qu'ils n'avaient aucune chance dans un combat opposant les unités d'élite d'Arsenus, et surtout cet imposant général. Puis vint ensuite Erina qui s’approchât d'elle et Telrar pour leur donner l'accord de monter avec elle sur sa pégase Miria qui attendais dehors également. Xena hochât du positif avant de lui répondre à voix base également tout en observant Arsenus et ses hommes.

Xena: Merci de penser à moi Erina, je vais accepter ton offre avec plaisir. Il faut qu'on survive, tous. J’espère que les autres trouverons un moyen de fuir également. A mon signal, on explose ces baies vitrées et on saute. Tenez vous prêts tout les deux.

_________________
Chapitre 1 : Flusseim - Page 13 15480110

The Light and the Darkness... Both are absolutely fascinating.

descriptionChapitre 1 : Flusseim - Page 13 EmptyRe: Chapitre 1 : Flusseim

more_horiz
C'est bien leur veine. Après les templiers, voila que Arsenus décide de trahir les miliciens. Cela ne surprenait pas vraiment Zaris, lui qui n'avait aucune confiance envers lui même si il aurait préférer que les choses se passent autrement. Il avait bien envie d'aller s'occuper d'Arsenus mais se battre contre ses gardes n'était pas une bonne idée. Et pour qu'il est de se rendre, c'était même pas la peine d'espérer s'en sortir ainsi.

Il dégaine sa hache au cas ou, mais il garde un œil sur le groupe pour partir avec eux, vu que la plupart des miliciens voulait fuir, il valait mieux essayer de partir avec eux plutôt que seul.

(Choix 3)

descriptionChapitre 1 : Flusseim - Page 13 EmptyRe: Chapitre 1 : Flusseim

more_horiz
Fin alternative 3 au chapitre 1 :

La Glorieuse Fuite de la Milice de Gaïa

https://www.youtube.com/watch?v=W8BfcADXqf0

Alors que le glas semblait sonner pour le groupe, dans leur malheur il se trouvait que les miliciens étaient plutôt d’accord sur la marche à suivre, les rares qui avaient l’envie d’en découdre au péril de leur vie se firent vivement corrigés par Xena.

Arsenus : Ah, voilà qui est bien raisonnable, Xena. Tu as compris qu’il était vain de se battre… Eh oui, un bon chef doit savoir reconnaître son impuissance quand c’est nécessaire, et nul doute que tu es une très, très bonne cheftaine. Du coup, vous allez déposer les armes ? Je n’ai pas entendu vos petites messes basses, mais j’imagine que c’est cette décision que vous avez prise. Après tout, c’est la seule qui soit raisonnable ! Une fois ce malentendu réparé, vous serez tous libérés, sains et saufs. Alors ? Vous vous ren… Quoi ?

Néo et Xena avaient échangé un regard. Puis, aussitôt, ils envoyèrent un signal, menant tous les miliciens dans la même voie…

Tous de concert foncèrent dans la grande baie vitrée. Ils la traversèrent sans souci, le problème qui pouvait se poser serait peut-être l’atterrissage… Aleister prit Finley sur son dos en se transformant, le pégase d’Erina prit deux passagers comme convenu, la wyverne de Néo deux autres.

Arsenus : Non ! Je n’avais pas pensé à ça… C’est de la folie, il y a plus de trois mètres de vide en-dessous !

Arsenus se précipita à la baie pour constater que… les rares miliciens à ne pas avoir pu bénéficier d’ailes avaient chuté sur d’imposants buis, parfaitement bien taillés au biseau, qui avaient amortis leur chute. Et, devant le regard médusé d’Arsenus, tous prirent la fuite, en bonne santé.

Arsenus : Ah ! Les buis, bien sûr… J’ai de trop bons jardiniers ! J’avais prévu l’éventualité que certains s’enfuiraient, mais, tous à la fois… Grr… Gardes ! Poursuivez-les ! Il faut les rattraper au plus vite !

Alors que les miliciens fuyaient hors du château, une horde de cavaliers fut lancée à leur poursuite, tandis qu’Arsenus et ses gardes d’élite se lancèrent à leur trousse. Un T2 Général, ne pourrait jamais les rattraper, mais… si les cavaliers rattrapaient les Miliciens, et les occupaient assez de temps pour qu’Arsenus et ses gardes arrivent, c’était gagné pour lui ! Voilà pourquoi Arsenus avait apprêté sa cavalerie, dans cette éventualité…

Alors qu’ils traversaient les bois alentours au château, les miliciens de Gaïa furent rattrapés par les cavaliers ! Néo s’interposa pour bloquer leur avancée, tandis que les autres miliciens continuaient d’avancer, mais… ils durent s’arrêter net, suite à une violente explosion. Très vite un incendie apparut, et se répandit dans les bois environnant. Le feu leur barrait la route, ils étaient bloqués !

Le groupe s’arrêta. Les cavaliers s’approchèrent, tranquillement, les encerclant.

Un homme encapuchonné sous un manteau noir apparut en se téléportant.

??? : Alors, vous appréciez le joli feu de camp que je vous ai préparé, rien que pour vous ?

Signy : C’est… c’est lui ! L’homme qui avait passé le contrat auprès d’Esther, dans une taverne. C’est lui, ça ne fait aucun doute !

Néo : Je vois.

Cavalier : Miliciens de Gaïa ! Vous enfuir était une erreur… Notre maître l’a interprété comme un signe d’insoumission, et cela aura des répercussions sur votre traitement, une fois en cellule. Pour la dernière fois, rendez les armes, et notre seigneur se montrera clément envers vous.

Néo : Jamais !

Cavalier : Plaît-il ?

Néo : Nous avions hésité à nous rebeller, à l’intérieur du château, à cause de la présence des troupes d’élite d’Arsenus… Mais vous, vous ne nous faites pas peur ! Notre milice est puissante, et valeureuse. Nous ne nous laisserons pas intimider par un petit groupe de cavalerie de courrier telle que vous, nous avons déjà affronté bien pire par le passé. Alors, nous allons nous battre, et vous vaincre ! Après quoi, nous serons libres ! Miliciens, pour votre liberté !

Tous les miliciens acclamèrent.

Cavalier : Zut ! Je n’aurais pas cru… Mais ça ne fait rien ! Aux armes ! Tuez tous les dissidents !

Alors que le feu leur barrait la route, et que les cavaliers étaient tout autour d’eux, les Miliciens de Gaïa rassemblèrent leur courage pour donner l’assaut final. C’est l’ultime bataille du chapitre qui était lancée, et la liberté du groupe en dépendait…

Le combat se déroule en extérieur, dans une zone mi-boisée mi-aérée. Des arbres brûlent d’un côté, ce qui barre la route, mais le feu ne se répand pas.

Les cavaliers sont une quinzaine. Ils sont tous des T1 Cavaliers de niveau 4, et possèdent diverses armes (Lance, épée, arc, et hache). Ils sont agressifs et tenteront d’en finir rapidement.

Le mage noir pyromane est présent, mais plus passif, il n’entrera pas en conflit de lui-même mais ripostera si on l’attaque. Il est T1 Shaman de niveau 6, possède un tome de Nosferatu qui le soignera à chaque attaque, et a la qualité du boss de la carte.

_________________
Chapitre 1 : Flusseim - Page 13 E743317b725c3909444b1a12ea851cad

descriptionChapitre 1 : Flusseim - Page 13 EmptyRe: Chapitre 1 : Flusseim

more_horiz
Signy arbora un sourire. Vu la réaction précédente du groupe, elle avait peur d'être tombée sur une bande de brutes sans finesse, ou à peine plus que les mercenaires. Il n'en était rien, la plupart semblait reconnaître un combat perdu d'avance. Certains semblaient pourtant vouloir y aller, notamment, à sa surprise, Calcias. Si bien que lorsque tout le groupe sauta à travers la baie vitrée, la stratège fit partie de ceux qui durent se réceptionner sur les buis.

Elle courut aussi vite que possible, mais elle le savait pertinemment, si leurs adversaires allait leur envoyer un groupe de cavaliers, ils seraient vite rattrapés. Et lorsque Néo se précipita pour empêcher les cavaliers de les rattraper, une explosion se fit entendre, ce qui souffla un peu la Beorc. Et lorsque l'homme en capuche responsable de ce qui s'était passé s'avança, Signy le reconnut. C'était bel et bien le même qui leur avait fait signer le contrat. Elle le signala à son nouveau leader, mais ses pensées étaient déjà parasitées par quelque chose.

Cette disposition, ces adversaires... Ils étaient certes, encerclés, mais quelque chose la gênait réellement. Un tic nerveux agita le coin de sa lèvre, alors que chacun sembla se concentrer sur le combat à venir. Puis, submergée par ses sentiments, Signy.... Explosa de rire.

??? : Plaît-il ? … Une minute, vous êtes la stratège des mercenaires !
Signy : Houhouhou ! Veuillez m'excuser, j'ai du mal à me retenir quand je vois une erreur aussi grossière d'action. Si vous êtes vraiment le bras droit d'un Noble, je lui conseille de vous virer rapidement ! Vous êtes stupide...


Signy n'aimait pas être prise pour une idiote, faisant qu'elle en avait peut-être trop fait. Néanmoins, ce n'était pas basé sur rien du tout. Cet homme avait vraiment fait une erreur totalement ridicule. Prête à illustrer son propos, elle se saisit d'une branche, près du brasier. Puis, elle fit en sorte que le bout prenne feu, avant de retourner sans se presser au front, un léger sourire aux lèvres.

Signy : Néo, Erina, vous aussi Sir Taguël et Sir Laguz... Préparez-vous à agir lorsque ça sera... Plus confus.

Elle s'approcha de quelques cavaliers, toujours plutôt nonchalante. Puis, elle saisit fermement la branche et fendit l'air avec, juste sous les naseaux des chevaux à portée. La soudaineté du mouvement et les flammes dansantes au bout de la branche de Signy eurent effet instantanément. Les chevaux se cabrèrent vers l'arrière et cherchèrent à s'éloigner de cette chose terrifiante. Mais la réaction de protections des animaux déstabilisa les cavaliers, tandis que leurs montures devenaient folles.

Saisissant à deux mains la branche, Signy donna d'autres coups à l'horizontale afin d'effrayer les chevaux qui cherchaient à s'approcher d'elle.

_________________
L’oiseau et le guerrier
Le noir et le blanc
L'annonciateur de mort et son semeur.

descriptionChapitre 1 : Flusseim - Page 13 EmptyRe: Chapitre 1 : Flusseim

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum