Soutien Calcias-Signy 14389410AccueilÉvènementsFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -60%
PHILIPS SHB3175BK/00 Casque Bluetooth
Voir le deal
28.80 €

 

 Soutien Calcias-Signy

Aller en bas 
AuteurMessage
Kirua

Kirua

Masculin Nombre de messages : 517
Age : 26
Localisation : Quelque part sur ce vaste monde. Eh oui, c'est beau.
Date d'inscription : 04/07/2011
Fire Emblem favori : Radiant Dawn

Soutien Calcias-Signy Empty
MessageSujet: Soutien Calcias-Signy   Soutien Calcias-Signy EmptySam 22 Fév 2020 - 10:12

Signy s'étira. Depuis les présentations générales et l'annonce comme quoi elle serait la stratège de la milice, elle n'avait pas eu le temps d'aller parler avec Calcias. D'autant plus qu'elle avait eu l'impression qu'une sorte de malaise s'était installé avec cette histoire de carnet. Si bien qu'elle le chercha et une fois trouvé, elle s'approcha .

Signy : Calcias?

Calcias referma le tome qu'il était en train de lire à l'énonciation de son nom, et leva la tête, pour en voir une autre, rousse, qui se tenait devant lui.

Calcias :  Hmm ? Oh, Signy ! Comment va ? Félicitations, pour votre promotion éclair ! J'espère au moins qu'il ne vous mettront pas trop de poids sur les épaules.

Signy : Oh, ce n'est rien. J'ai eu à gérer bien plus grand et... Clairement moins conciliant chez les mercenaires. Et du poids? Bien sûr que j'en ai, mais au même titre que Xena et Néo, c'est un rôle que j'ai accepté en toute connaissance de cause. Tous vous garder en vie avec mes stratégies, et si je me trompe, les erreurs peuvent être funestes... Et d'ailleurs, quand j'ai rédigé les notes, j'étais déjà au courant que j'allais recevoir ce rôle. Encore désolée que cela vous aie gêné…

Calcias :  Ces ivrognes, vous voulez dire. Ca n'a rien d'étonnant, du peu que j'en ai vu... On aurait plus dit des bandits que des mercenaires. Cela ne me choquerait même pas s'ils se battaient pour un rien et ne fichaient rien de la journée, à part pour se nuire à eux-mêmes. Vous avez dû passer de bien mauvais moments, avec eux.


Il marqua une pause, avant de reprendre.

Calcias :  Vous saviez déjà que vous seriez stratège, donc... Au moins, cela vous sera utile, du coup, pour faire de votre mieux. C'est le principal, j'imagine. Mais j'espère que ça n'annulera pas nos entraînements ? Même si vous voulez rester à l'arrière à tout contrôler, et qu'il y aura sûrement quelqu'un pour vous protéger, ça ne vous dispense pas de vous améliorer.


Signy leva les deux cils en l'air avant d'exploser de rire. Cette réaction bête et naturelle , elle n'avait jamais constaté cela auparavant. Les mercenaires se contentaient de n'avoir rien à faire d'elle, si bien que l'inquiétude de Calcias  sur le maintien de leurs séances d'entraînement était  assez mignon.

Signy : J'étais déjà au courant que j'allais être stratège quand je vous ai demandé, donc effectivement, je compte toujours sur votre aide pour devenir plus forte.

Calcias regarda son interlocutrice hilare, quelque peu déstabilisé par cette réaction, avant de faire la moue, en en comprenant la raison. Cela lui faisait plaisir de voir quelqu'un d'aussi bonne humeur, cependant.

Calcias : D'accord, cela s'est donc vraiment décidé aussi vite... Vous avez vraiment dû faire forte impression aux chefs. Bien, donc...


Il rangea son tome et son talisman à sa ceinture et recula d'un pas, avant de défeurrer son épée, lame en avant, et le sourire aux lèvres. Son impatience était facilement perceptible.

Calcias : Qu'en dites-vous ? Voulez-vous commencer dès à présent ?

Signy : Je suppose, à plus forte raison qu'elle semble avoir un gros problème avec la trahison. Du coup, c'est assez étonnant que ce soit aussi rapide.... Et pour commencer maintenant....


Elle aussi eut un sourire, et dégaina son épée. Même si ce n'était sensé être qu'un entraînement, Signy entendait bien se battre à fond. De toute façon, Calcias était probablement meilleur qu'elle arme au poing, et son bâton pouvait soigner les blessures.

Signy : Je suis prête, vous êtes prêt, alors pourquoi ne pas commencer?

Le sourire de l'épéiste s'élargit à cette réponse. Pleinement motivé, il s'élança sur Signy, avant de brandir son épée, pour tenter de l'abattre sur elle, d'un coup vertical.
Il ne pensait clairement pas aux éventuelles conséquences de ses actes, sans même prendre quelques précautions.

Signy repoussa difficilement l'assaut. Et dans un mouvement du poignet, elle tenta une percée au niveau du bassin. Elle l'avait senti, elle était plus faible que Calcias, mais elle ferait de son mieux.

Calcias esquiva le coup d'estoc de justesse, après s'être laissé exposé.
Ce n'était pas mal, pour un début. Vraiment pas mal. Dans l'instant, il tenta un nouveau coup, horizontal, cette fois, visant le bras porteur de l'arme. L'angle dans lequel il attaquait le laissait vulnérable à une éventuelle contre-attaque, cependant, ayant fait l'erreur de vouloir porter l'attaque de l'extérieur vers l'intérieur.

La manoeuvre était si grossière, même pour elle, que Signy n'eut que le temps d'esquiver d'un petit peu, lui laissant néanmoins une entaille sur le bras droit. Elle grimaça et se couvrit intuitivement la blessure. Cependant, elle repartit rapidement à l'attaque, tentant de déséquilibrer Calcias avec ses pieds.

Celui-ci claqua la langue, voyant que son attaque n'eut pas le résultat escompté. Il était décidé à lui faire lâcher son arme, d'une manière ou d'une autre. Il bloqua l'attaque de Signy sans trop de soucis, et lorsqu'il tenta de réitérer son geste, Signy lui balaya la jambe, rompant sa position offensive et le déstabilisant, sans pour autant le faire chuter.

Signy esquissa un petit sourire, voyant qu'elle commençait à pouvoir comprendre les attaques  de son adversaire. A défaut de la force ou de l'expérience, la jeune femme devait compenser avec son ingéniosité.  Si bien qu'elle profita du fait que son opposant soit déstabilisé pour claquer son arme avec sa propre épée. Et, dans le mouvement... Elle tenta de le renverser intentionnellement, comme elle avait renversé un autre épéiste, ce qui lui avait sauvé la vie.

Calcias lâcha un hoquet de surprise lorsqu'il vit son adversaire aller à sa rencontre à vive allure, et mit son épée devant lui pour se défendre de l'attaque qui allait venir en urgence. Celle-ci fut bien parée, mais il n'avait pas anticipé le fait que Signy le pousse aussi fort, ni avait eu le temps de se remettre totalement.

Le haut bascula, et il chuta de tout son long alors que ses jambes se dérobaient, le dos heurta lourdement le sol, et la tête cogna également, dans le geste. Il tenta de se relever péniblement, sonné.

Signy le laissa faire avec un petit sourire. Après tout, son but n'était pas de gagner mais de progresser, elle et lui devaient devenir meilleurs. Elle l'aida même à se relever et sortit son bâton de soin pour les guérir tous les deux.

Le jeune homme fit une moue épouvantable, vexé, lorsqu'il vit sa collègue déjà occupée à les soigner.

Calcias :  Ce combat n'était pas terminé... En garde !

Il se remit en position devant Signy, n'acceptant pas la défaite. Il estimait qu'il n'avait pas encore donné tout ce qu'il avait, lorsqu'un mal de tête le ramena à la réalité. Elle aurait très bien pu lui mettre la lame sous la gorge, lorsqu'il était à terre.

Signy : Je n'ai jamais dit qu'il l'était, juste qu'ainsi, on pourra continuer plus longtemps, et j'entraine mes soins aussi.

Elle se remit en garde elle aussi, étant néanmoins interloquée quand il montra des signes de mal de tête? Elle ne chercha pas plus, attendant simplement qu'il puisse reprendre le combat.

L'épéiste la fixa, perturbé. Il n'avait pas envisagé qu'elle veuille tout simplement continuer, plutôt que de mettre fin au combat.

Calcias : Je... Je vois. Merci.

Il attendit quelques secondes, le temps de se remettre totalement de ce mal de crâne, sûrement provoqué par la collision avec le sol, malgré les soins apportés.

Signy n'était certainement pas à sous-estimer... Il avait du mal à croire qu'elle soit aussi mauvaise qu'elle ne le prétendait. Elle avait beau être plus faible physiquement, elle avait de l'astuce, et la technique était plus dangereuse que la force.

Calcias sourit alors, avant de passer sa main sur le long de sa lame. Il voulait voir jusqu'où cette femme pouvait aller, et si elle pouvait tenir ses assauts, une fois son épée enchantée.
Quelques feu-follets dansèrent autour de lui, alors qu'il présenta son épée, entourée d'une magie d'un vent tranchant, plus que menaçant, le souffle court.

Tout ce qu'il souhaitait, à présent, c'était combattre sans retenue. Il était heureux d'avoir trouvé quelqu'un pour ça, et souhaitait remporter cette victoire coûte que coûte.
Les consignes de sécurité qui n'étaient déjà pas très présentes avaient totalement disparues, à présent.

Signy sourit aussi en voyant la technique de Calcias. Elle était très intéressante, peut-être pourrait-elle l'examiner une fois qu'elle ne serait pas au milieu d'un combat contre son adversaire. Car oui, elle ne s'y trompait pas, les deux partenaires ne s'entraînaient plus  maintenant, ils étaient des adversaires. Et elle comptait se battre à fond , donner le plus de mal possible à Calcias.

Se doutant que cette technique lui permettait d'attaquer à distance, Signy fonça au corps à corps , ne voulant pas le laisser profiter de son avantage.

Calcias ne s'attendait pas à ce que Signy lui fonce dessus après qu'il ait utilisé ses pouvoirs, ce qui ne le fit qu'exulter davantage.

Elle ne reculait pas. Ne se dérobait pas, et semblait décidée à combattre. Il repoussa son attaque, et tenta de porter un estoc vers l'épaule de son adversaire. Il n'avait pas abandonné l'idée de lui faire lâcher sa maudite arme.

Cette fois, le mouvement de Calcias était trop rapide. Certes, elle l'esquiva partiellement, mais une entaille relativement profonde frappa son épaule. Elle grimaça de douleur, ne lâchant néanmoins pas son arme. Si Calcias voulait s'entraîner aussi durement, elle ne pouvait que s'y plier, elle qui lui avait demandé le service. Et même si le moindre mouvement lui faisait mal, Signy  pouvait encore combattre. Elle chercha à attraper le bras tendu vers elle pour le stopper et le frapper d'une taille verticale.

Avant qu'il ne puisse soustraire son bras après son attaque, Calcias senti une main l'agripper. D'un geste brusque, il força pour la retirer, et se décaler lorsqu'il vit ce qui arrivait, mais il essuya tout de même une jolie taillade à son épaule gauche.

Se reprenant rapidement, il entreprit ensuite de l'attaquer directement, en face à face. Ses mouvements étaient vifs, certes, sauvages, surtout, sans aucune réflexion derrière.
Maintenant qu'il avait réussit à la mettre en difficulté avec son bras directeur, il ne lui restait plus qu'à en terminer.

Signy repoussa les mouvements autant qu'elle le put mais maintenant, son manque de puissance et de technique était ce qui allait la faire perdre, si bien qu'après plusieurs passes d'armes, Signy vit son arme être arrachée de ses mains et dans le même mouvement, elle fut mise à terre.

Calcias souffla profondément, alors que l'adrénaline provoquée par cet échange retomba.
Il prit son épée de la main gauche, pour pouvoir aider à relever Signy plus facilement de la droite. Il soupira de soulagement, avant de déclarer :

Calcias : Un partout.

Signy : Oui. Mais la belle sera pour une autre fois si vous êtes d'accord... Haa Haa... Je n'aurais pas forcément l'énergie de nous soigner de nouveau après un autre combat comme celui là.


En effet, l'échange fut éprouvant pour elle. Mais elle espérait ne pas avoir trop déçu son partenaire.

Calcias hocha la tête, avant de dissiper sa magie et de ranger son arme. Terminer sur un point lui allait bien. Et lui même commençait à fatiguer également.
Il aurait bien voulu pousser plus loin encore, mais si son partenaire n'était plus en mesure de se battre, cela n'avait aucun intérêt.

La priorité, c'est de panser les blessures. Un simple regard sur l'épaule de Signy le fit grimacer. Il ne souhaitait pas particulièrement la blesser, mais dans le feu de l'entraînement, il n'y faisait même pas attention.

Calcias : Concentrez-vous à soigner votre blessure. Je crois que j'y suis peut-être allé trop fort…

Signy : Une chance que je sois une soigneuse alors.... C'est votre façon de vous entraîner, je l'accepte.


Elle sortit de nouveau son bâton de soin et appliqua une aura apaisante sur son épaule. La blessure se ferma doucement alors que la jeune femme serrait les dents. Elle avait oublié à quel point fermer les chairs pouvait être aussi affreux. Et une fois que ce fut fait, elle s'approcha que Calcias et posa sa main sur la blessure qu'elle lui avait elle-même infligé. Ce faisant, elle put concentrer son flux curatif dans la plaie, la faisant se fermer plus vite. Puis, elle souffla et s'assit par terre pour reprendre son souffle.

Signy : ... Je suis contente que vous ayez accepté de vous entraîner avec moi. A travers les épées, j'arrive mieux à sentir la personne que j'affronte. C'est pour ça que même si je ne suis pas encore très forte dans ce domaine, je ne veux pas l'abandonner pour être soigneuse.

Calcias ria légèrement, mêlé à une plainte, alors qu'elle referma sa plaie. Non, décidément, il n'appréciait définitivement pas ce processus.

Calcias : J'avais quelqu'un qui m'entraînait, avant. Quelqu'un de beaucoup plus fort que moi. J'ai pris cette habitude de me donner à fond grâce à lui. Mais je ne sais pas comment m'y prendre avec d'autres, autrement.

Ce n'était pas vraiment ça qui allait servir d'excuses pour cette blessure. Mais Signy n'avait pas l'air en colère ou gênée de cette méthode pour autant. Il s'assied à son tour, jouant un peu avec les petites volutes du doigt.
Il s'était définitivement emporté.

Calcias : Je... Je vois. C'est une bonne méthode pour sonder les gens, pour les évaluer, c'est ça ? Pour sentir les personnes... Bah. Ce que je peux dire, c'est que vous êtes plus que capable de vous battre ! C'est un plaisir de pouvoir s'entraîner convenablement, avec vous. Ca fait si longtemps que je ne m'étais pas exercé de la sorte !

Signy : Je ne vois pas de soucis. c'est une méthode que vous utilisez contre un professionnel, et il ne vous corrigeait pas, donc c'est que c'était une méthode efficace. Je saurais m'adapter, ne vous inquiétez pas.

Elle lui sourit. Cet entraînement avait été rude, certes, mais c'était peut-être juste ce dont elle avait besoin. De plus, elle le sentait, Calcias ne lui reprocherait jamais de vouloir continuer ou arrêter, il semblait respectueux de ses limites.

Signy : Chez une stratège, l'analyse est essentielle, tout comme chez un chercheur de vérité.  Et ce qui est le plus parlant, c'est la pose de combat. Vous avez beaucoup à vous prouver vous-même par exemple, vous souhaitez être digne de la personne qui vous a entraîné, me suis-je trompée dans mon analyse? En tout cas, je suis moi-même ravie de pouvoir aider. Vous pouvez me demander un autre entraînement quand vous voulez.

Calcias : C'était surtout qu'il me rétamait la plupart du temps, ah ah...

Son esprit le ramena à cette époque, lorsqu'il était au village. Un passé auquel il tenait, et si possible, auquel il aurait bien voulu revenir.
Les fois où il ne portait jamais un coup, et apprenait plus en détails l'art du jeu d'épée, plutôt qu'une simple distraction.
Cette bulle éclata bien vite lorsque Signy lui posa son analyse. Décidément...

Calcias : Un chercheur de vérité, hein ? Je... Je dois bien l'admettre. Votre sens de l'observation en est vraiment effrayant. Disons plus... Que j'aimerais lui rendre hommage. Et qu'en m'améliorant, je pourrais réussir des choses que je n'ai pas pu accomplir, justement.

Signy : Effrayant....  .... Je vois. Je suppose qu'aux yeux de la majorités, la capacité de comprendre la vérité fait peur. Ca doit être pour ça, ce jour là....


Les souvenirs lui remontèrent de nouveau. Les souvenirs de feu, de cette personne encagoulée dont elle ne distinguait pas le visage, qui lui disait de ne pas intervenir....

Signy : ... Je suis désolée pour mon égarement. Repenser au passé.... Est douloureux parfois.

Calcias secoua la tête, avant de poser délicatement sa main sur l'épaule de la stratège. Il avait dû se passer des choses... Mais il ne voulait pas s'immiscer dans ces souvenirs. Poser la question aurait été comme jeter de l'huile sur le feu.

Calcias : Beaucoup de gens ont leur croix à porter. Vous n'avez pas à vous en excuser. C'est juste que la façon de gérer cette croix est propre à chacun.

Signy remarqua les gestes affectueux de Calcias et en frissonna. Même si elle commençait à accepter l'idée que ce groupe était bien plus gentil que son ancien groupe, la stratège avait encore du mal à s'y faire.

Signy : Effectivement... Mais je vous remercie de m'aider à porter celle là. Ca fait déjà deux fois... Et je ne connais pas encore votre croix. Serez vous d'accord pour m'en parler la prochaine fois, en échange de la mienne?

Calcias : Deux fois ...?

Son regard se détourna pour fixer un point inexistant, et il enleva sa main pour la poser sur sa bouche, pouce sur la joue. Il n'avait pas l'impression qu'elle lui en avait déjà parlé ou fait référence...

Abandonnant bien vite lorsqu'elle mentionna sa propre croix, il se mit ensuite à se gratter la tempe. Des deux qu'il avait, il y en avait une qu'il voulait absolument garder pour lui. Concernant l'autre...

Calcias : Ca n'a rien d'exceptionnel... Mais... d'accord. Si vous souhaitez vous confier à moi, je vous dirais bien la mienne.

Signy : La première fois, vous n'en aviez pas conscience. Rappelez-vous, c'était pendant le combat contre les templiers, lorsque j'ai dit qu'il ... Fallait rester en retrait.

Elle redevint sombre un instant. Même esquiver le sujet lui demandait de faire un effort. Cependant, l'idée de pouvoir parler à quelqu'un de tout cela lui ferait certainement du bien. Cependant, comme elle l'avait déjà dit, aujourd'hui, ce n'était pas possible pour elle.

Signy : Après notre prochaine session alors. .. Oups! J'allais oublier que Xena voulait me voir pour que nous discutions de choses en rapport avec mon rôle de stratège et la prochaine mission! Merci encore pour l'entraînement Calcias, et à charge de revanche!  

Calcias la salua une dernière fois, avant de la regarder s'éloigner.
C'était... lorsqu'il voulait aider le chef, oui. Rester en retrait... C'était cela ? Il ne se souvenait pas clairement des propos exacts. Mais c'était lorsqu'elle ne voulait pas qu'il y aille... Cela avait un rapport ?

... Calcias soupira. Ca ne servait à rien de se demander, pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kirua

Kirua

Masculin Nombre de messages : 517
Age : 26
Localisation : Quelque part sur ce vaste monde. Eh oui, c'est beau.
Date d'inscription : 04/07/2011
Fire Emblem favori : Radiant Dawn

Soutien Calcias-Signy Empty
MessageSujet: Re: Soutien Calcias-Signy   Soutien Calcias-Signy EmptyMer 8 Juil 2020 - 22:35

Le Soutien suivant faisant pas loin de 20 pages, il a été décidé de le diviser pour qu'il soit plus facile à lire, voilà donc la première partie :3

Soutien B, partie 1/?



Un après-midi, à bord du Fire Emblem, Calcias était parti en vadrouille. Il était à la recherche d'un objet bien précis, et s'était aventuré dans les profondeurs du vaisseau pour le chercher. 

Il n'était pas encore totalement familier avec les pièces autres qu'essentielles pour lui, bien qu'il avait remarqué l'existence d'une bibliothèque. C'est en s'approchant de celle-ci qu'il commença à entendre une mélodie, venant d'un peu plus loin. 

https://www.youtube.com/watch?v=NB0iOuSGHc0

Le jeune homme s'approcha de la porte, curieux, et écouta avec attention le morceau qui était joué. Il lui avait déjà semblé que quelqu'un jouait de la harpe, mais c'était clairement différent. 

Cela ressemblait davantage au frottement d'un violon. Harmonieux, et hypnotisant.
Il attendit que le morceau se finisse avant de frapper à la porte.

Calcias ne pouvait savoir qui était en train de jouer, mais les notes volaient, douces, pendant quelques secondes, quand soudain, une note jura affreusement avec les autres. Alors que la musique s'arrêta immédiatement, une voix se fit entendre que l'épéiste n'eut pas de mal à attribuer à la jeune stratège.

Signy : Damnation, j'ai perdu la main.... Ces primates, quelle plaie....

Le jeune homme sursauta à l'entente de cette fausse note, et encore plus lorsqu'il entendit la voix qui en avait résonné derrière. Il ne pouvait dire si c'était de la chance ou de la malchance.
Il ouvrit doucement la porte après avoir frappé, inquiet qu'il y eu un accident.

Calcias :
Bien le bonjour, Signy. Vous allez bien ?

Signy se retourna doucement en entendant l'épéiste s'approcher et arbora une petite moue.

Signy : Bonjour Calcias. Je tentais de jouer du violon, comme vous l'avez peut-être entendu, mais côtoyer des singes a transformé mes doigts en saucisses incapables de tenir un archer.... Sincèrement, c'est décevant....

Calcias : Disons que la fin était chaotique, mais c'était très beau. Oh. Oui, j'ai écouté un peu plus que ce que j'aurais dû. C'est juste...

Il secoua la tête, avant de se reprendre.

Calcias : Cela va revenir, doucement. Si ce n'est que quelques fausses notes, elles s'effaceront bien vite. Je ne savais pas que vous jouiez du violon. C'est un bel instrument.

Signy retrouva légèrement le sourire, même si elle ne semblait pas totalement convaincue.

Signy : Cela ne m'ennuie pas que l'on m'écoute jouer, enfin, sauf quand je joue aussi bien qu'un ivrogne tapant sur sa tête avec son instrument... Je vais faire mon possible pour retrouver le niveau que j'avais.

Elle inspira un petit coup, afin d'être dans son état normal.

Signy : Oh, vous savez, je n'ai pas vraiment eu le choix. J'ai appris à aimer en jouer parce que monsieur Alexander voulait que j'apprenne la musique. Il parlait d'éveil musical, bien que je ne me sente pas spécialement plus grandie en sachant jouer qu'en ne le sachant pas, mais subjectivité subjectivité. C'est le premier que je prends en main depuis trois ans, le dernier a.... Subit un traitement peu élégant lors d'une beuverie de mes anciens collègues. Ce n'était pas joli joli....

Calcias :
Pas le choix... Monsieur Alexander ? Est-ce une personne de votre famille ? J'imagine que la musique devait prendre une part importante de votre culture. Votre violon... Vu la taille d'un violon, c'était à prévoir, malheureusement.

Voilà qu'il recommençait à transposer ses propres soucis. Calcias toussota légèrement, avant de reprendre. 

Calcias :
Ne vous en faites pas. Du peu que j'en ai entendu, vous avez largement le talent pour retrouver votre niveau, si ce n'est pas déjà fait. Il doit bien manquer un ou deux réflexes pour éviter ceci, mais c'est tout. Il faudra également vous trouver un violon qui vous sied, si ce n'est pas le cas de celui-ci. Je pourrais vous diriger.

Signy : Monsieur Alexander? Ne vous en avais-je pas parlé? Hum, nous pourrions dire qu'il est ce que j'ai de plus proche d'un père. Je n'ai aucune idée de qui sont mes parents biologiques, mais monsieur Alexander m'aurait trouvé quelque part, même s'il n'a jamais voulu donner plus d'informations que cela. Il m'a élevé, il m'a éduqué, et c'est lui qui a fait de moi la personne que je suis.

Et alors que Calcias se proposait pour la diriger, Signy le regarda, avec un air légèrement surpris.

Signy : Vous aussi, vous jouez d'un instrument? Il est rare de voir un mercenaire faire de la musique, même si cet argument pourrait m'être retourné.

Puis elle rangea tranquillement son instrument en adressant un léger sourire à son compagnon.

Signy : Néanmoins, le soucis ici ne vient pas du violon. Lorsque nous étions à Ghystia, j'ai passé une heure au magasin de violons pour en essayer plusieurs, et je n'ai jamais été aussi confortable qu'avec celui-là.

Calcias : Je vois. Une personne que l'on doit remercier, en somme. C'est un geste noble que de prendre sous son aile une orpheline. Vous devez l'avoir en haute estime.

Il s'agissait d'une personne qu'il aurait aimé rencontrer, à l'occasion. Il se frotta ensuite la nuque, avant de répondre, quelque peu gêné.

Calcias : Non... Je ne sais jouer d'aucun instrument. On ne m'en a pas vraiment laissé l'occasion. Et puis, il est vrai, vous êtes plusieurs à jouer. Par diriger, je voulais dire vers un lieu. Si vous avez l'occasion de visiter Arnicae un jour, je vous conseille vivement  d'aller à Garthram. Vous pourrez trouver les meilleurs instruments du pays, là-bas, je suis sûr que vous pourriez changer d'avis.

Signy : Je pense que si quelqu'un d'autre m'aurait trouvé, nous ne nous serions jamais rencontrés, et il m'a permis de vivre ma vie telle qu'elle est aujourd'hui donc oui, je lui suis très reconnaissante et ai beaucoup de respect pour lui. 

Et à l'explication de Calcias, la jeune femme cligna des yeux avant de rigoler doucement, un rien gênée.

Signy : Oh, j'ai sauté aux conclusions.... Mais votre affirmation, dans le plus pur domaine de la croyance, m'intrigue. Je vais noter le nom du magasin pour ne pas l'oublier, et vous remercie du conseil.

Toujours aussi vive, elle sortit son carnet, sa plume, écrit rapidement les informations que Calcias lui avait donné, avant de l'éventer un peu pour sécher et le refermer.

Calcias : C'est vrai... Cela aurait été dommage. Vous n'auriez pas pu me sauver la mise, s'il n'avait pas été là. Je ne peux que l'en remercier. On peut dire qu'il m'a sauvé la vie, indirectement ! Sans compter le simple fait de faire connaissance. 

Et c'était définitivement des souvenirs qu'il voudrait garder. Il secoua la tête cependant, voulant corriger Signy.

Calcias : Ce n'est pas un magasin, mais vous en trouverez là-bas, oui. C'est le nom de la province qui les fabrique. Tous nos instruments viennent de cet endroit. Si je peux aider...

L'épéiste était toujours un peu perturbé par cette manie qu'elle avait. Mais quitte à noter des informations de son pays natal, autant qu'elles soient correctes. Il ne connaissait pas lui-même de magasins précis, mais avait toute confiance en ses dires.

Alors qu'elle s'apprêtait à ranger le calepin, elle se figea en regardant Calcias hocher négativement du chef et ressortit donc son nécessaire d'écriture, appliquant les correctifs qu'il lui indiquait. 

Signy : Mes excuses pour ma méprise, je suis aussi douée avec les noms qu'une poule l'est avec un cure dent. Vérité absolue qui a juste été décidée par un lointain ancêtre qui a décidé que "ici, ça s'appelle ainsi!". Vous comprendrez que je j'ai du mal à accepter le fait que des humains décident de ce qui est vrai ou de ce qui est faux.

De nouveau, elle rangea son nécessaire d'écriture.

Signy : Je ne vais pas vous ennuyer plus longtemps avec mon violon, je vais le ranger, sauf si vous souhaitiez me voir...?

Calcias haussa un sourcil à la remarque de Signy. Les noms n'avaient pas d'importance ? L'entendre dire cela le froissait.

Calcias :
Ne parlez pas de ces noms de manière aussi... déplacée, je vous prie. Ces ancêtres doivent être respectés, justement, que ce soit leurs noms ou les lieux qu'ils ont nommés. Ce qui est vrai, ce qui est faux... C'est juste ainsi. Si vous voulez vous faire comprendre, de toute manière, il faut bien que vous vous pliiez à ces conventions.

Il approuva néanmoins ses dires.

Calcias : Vous voir... Oui. Je ne pensais pas vous trouver ici, à vrai dire, mais je voulais effectivement vous demander de vous entraîner à nouveau avec moi, si vous le désirez.

Les épaules de Signy se haussèrent doucement.

Signy :
Vous savez, ce qui est vrai aujourd'hui peut ne plus l'être demain. Par exemple, Garthram. Seriez vous capable de me restituer tous les noms que cet endroit a eu? Et si vous le pouvez, cela ne changerait rien en mon point : cet endroit n'a certainement pas été appelé ainsi depuis qu'il fut créé. Mais vous l'appelez Garthram. Pourquoi, plutôt qu'un autre nom? Et une petite chose.

Son regard se posa sur l'épéiste, d'un air très neutre. Elle n'avait ni sourire ni moue. Quiconque avait passé un peu de temps avec la stratège se sentirait ne serait-ce qu'un peu perturbé par ce changement.

Signy blasée:
 

Signy : Je vous prierai de ne plus me dire qui je dois respecter, merci. C'est à moi de voir à qui j'accorde mon respect. Je respecte chaque personne sur ce navire, Notamment vous. Ce qui implique que je respecte votre façon de voir les choses. Je vous prierai donc de faire de même avec ma façon de voir les choses.

Soudain, tout redevint comme avant et elle avait de nouveau son sourire habituel.
Signy "normale":
 

Signy : Néanmoins, vous avez parfaitement raison pour les conventions et l'importance de se faire comprendre. Je n'ai pas dit ne pas essayer de retenir les noms, juste avoir du mal avec ce sujet. 

Alors que la stratège se grattait le menton à la proposition de Calcias, elle leva un cil, légèrement surprise puis tourna l'oeil envers Calcias.

Signy : ... Ai-je raison de croire que vous ne souhaitez pas vous entraîner tel que nous l'avons fait l'autre jour?

L'épéiste resta abasourdi par la réaction de Signy. C'était ahurissant. Et il avait énormément de mal à comprendre pourquoi elle réagissait ainsi. 
Ne pas vouloir respecter les anciens. 

Pour lui, c'était comme si la fierté de sa propre famille avait été blessée. Et le fait qu'elle disait qu'elle le respectait lui était bien égal.
Du respect, il n'en méritait pas autant qu'eux. Cependant, elle avait raison sur le point qu'il ne pouvait la forcer, même si cela lui déplaisait de l'entendre parler ainsi. 

Il finit par poser la main sur sa broche sans faire attention, caressant doucement les bois de l'animal. Non, décidément...

Il se détendit un peu cependant lorsqu'il la vit reprendre sa persona habituelle, bien qu'un tantinet dérouté. Il avait sûrement pris sa première remarque trop à cœur.

Calcias : Juste... Du mal à retenir. Je peux comprendre. Je... Peux essayer de comprendre. 

Il plongea rapidement dans quelques pensées, avant que Signy l'en tire immédiatement, avec sa question.

Calcias : Comment ...?

Signy : Et nous pouvons ne pas aborder le sujet à chaque fois que nous nous voyons aussi, ce n'est pas utile d'en parler tout le temps.

Elle rigola doucement avant de se figer en entendant son "comment", qui semblait être sur la défensive. Il fallait VRAIMENT qu'elle fasse plus attention à comment elle exposait ses hypothèses.

Signy :
Je conclue avoir raison, déjà. Et pour répondre au comment, disons que vous avez mentionné me chercher, mais ne pas penser me trouver ici. J'en conclue donc que vous aviez quelque chose à faire ici avant l'entraînement que vous souhaitiez me demander. Peut-être le fait que vous souhaitiez que notre entraînement se déroule ici et que vous vouliez réserver la salle? Ou que vous étiez venu chercher quelque chose pour notre entraînement se trouvant ici? Dans les deux cas, c'est incompatible avec l'entraînement que nous avons effectué.

Son étonnement ne s'arrêtait pourtant pas au fur et à mesure que Signy lui expliquait la situation. Après un léger rire nerveux, il se mit à fouiller un peu la pièce. Si c'était bien la salle de détente...

Calcias : Ah... Ce n'est pas la première fois, mais vos capacités de déduction m'étonneront toujours. J'espère m'y habituer, à force. En effet, j'aimerais pouvoir régler notre histoire avec un entraînement moins... physique. C'est mieux, pour pouvoir discuter en même temps. 

Lorsqu'il eut enfin trouvé ce qu'il cherchait, il présenta fièrement un plateau de bois quadrillé de noir et blanc, accompagné d'une boîte, également en bois. Ce n'était pas vraiment l'échiquier de son enfance, loin de là. Mais voir qu'il y en avait un le réjouissait.

Calcias :
Ils en ont un ! Je ne sais pas si vous connaissez les échecs, Signy ?

Signy regarda le plateau avec incrédulité. Etait-ce un jeu ? La stratège n'en avait pour ainsi dire jamais entendu parler.

Signy : Hmm, je suppose que vous ne parlez pas ici du sens général d'échec, mais de quelque chose ayant à voir avec ce plateau? Alors non, je ne connais pas ce jeu. En fait, il serait même plus précis de dire que je ne connais aucun jeu ayant passé ma vie à apprendre, expérimenter, observer et lire. Mais vu la façon dont vous parlez, ce doit être un jeu de réflexion, et en ce cas, je ne peux qu'être partante pour apprendre de nouvelles choses! Pourriez vous donc m'expliquer les règles, s'il vous plaît?

Le sourire de Calcias s'effaça alors d'un coup. Non pas par l'ignorance de sa collègue concernant les règles, mais d'entendre qu'elle ait passé sa vie à faire rien de plus que des études.
Si son frère et sa sœur ne l'avaient pas pas aidé à sortir de temps à autres de cette même routine... Sans ces petites distractions, il ne voulait pas imaginer quelle aurait été sa vie.

C'était décidé à présent. C'était lui qui devrait prendre le rôle du grand frère. Il ressentait une bien trop grande similitude avec Signy dans leurs parcours, et depuis un moment déjà. Un lien. Et s'il pouvait l'aider à faire apprécier cette chose de la vie, aussi petite soit-elle... 
Bien que ce n'était pas la seule chose qu'il voulait partager avec elle.

Calcias : Bien sûr ! Par contre, si cela ne vous dérange pas, j'avais déjà préparé un endroit pour notre petit duel. Il ne me restait plus qu'à chercher ce plateau. Disons que je ne voudrais pas dire quoi que ce soit qui pourrait être entendu par des oreilles indiscrètes.

Le sourire habituel de Signy s'accentua légèrement alors que Calcias mentionnait les oreilles indiscrètes. Lui faisait-il assez confiance pour parler de ce qui semblait le bloquer, qu'il avait mentionné la dernière fois? Pourtant, il s'effaça en se rendant compte qu'elle allait probablement devoir parler de son traumatisme en échange. Mais s'il fallait le faire.... Elle inspira un coup et répondit simplement.

Signy :
Je vous suis en ce cas, nous pouvons faire cela où vous le désirez.

Sur cet accord, Calcias guida Signy à travers le navire, remontant d'un étage, plateau sous le bras. C'est dans les longs couloirs qu'il s'arrêta, à la porte qui semblait gardée par une sculpture articulée en bois de bœuf assez massive.

Elle avait l'avantage de lui servir de repère fiable, à défaut d'être parvenu à la faire rentrer dans sa chambre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nagalfar

Nagalfar

Féminin Nombre de messages : 5078
Age : 26
Localisation : Grado's keep
Date d'inscription : 28/06/2009
Fire Emblem favori : Sacred Stones

Soutien Calcias-Signy Empty
MessageSujet: Re: Soutien Calcias-Signy   Soutien Calcias-Signy EmptyMer 8 Juil 2020 - 22:50

Calcias déverrouilla la porte, et la tint devant sa collègue.
L'intérieur était standard, et sans fioritures, mis à part son ancienne épée de bronze qui avait finie accrochée au mur, non loin du lit, et d'une petite table ronde qui trônait au milieu de la pièce, entourée de deux chaises.

Calcias : Je vous en prie.

La jeune stratège jeta un coup d'oeil dans la chambre, constatant qu'il aurait pu s'agir de la sienne pour le coup : pratiquement aucune décoration, rien ne ressortait, mis à part l'épée de bronze qu'elle l'avait vu manier.

Signy : .... Il semblerait que je ne sois pas la seule à voyager léger.  Vu l'agencement, j'imagine que nous allons nous mettre à la table. Puis-je poser mon violon sur votre lit?

Calcias : Je n'ai pas beaucoup d'affaires non plus, oui. Je portais déjà tout ce dont j'avais besoin, après tout. Mais qui sait, elle se décorera peut-être, au fur et à mesure. Et faites donc, faites donc. Ce sera mieux pour lui que d'être par terre.

Elle hocha du chef aux deux remarques avant de poser son instrument sur le lit. Il n'y avait rien à ajouter, ils se ressemblaient sur ce point, et d'autres aussi, même s'ils restaient différents sur d'autres sujets. Sans ajouter un mot, elle s'installa donc sur la chaise et regarda Calcias.

Signy  : Très bien, je suis prête à noter les règles du jeu, je vous écoute.

Il finit par rentrer à son tour, prenant soin de tourner la clef dans la serrure derrière lui, mais laissant néanmoins celle-ci sur la porte.
Ceci fait, il s'installa lui-aussi, face à Signy, et posa le plateau sur la table, avant d'ouvrir la boîte correspondante, et en sortit les petites figurines pour les disposer.

Calcias : Voyez-vous, les échecs, c'est un peu comme une bataille simulée entre deux armées. Vous contrôlez vos unités sur le champ de bataille, chacune ayant ses spécificités, et capturez les adversaires en les atteignant. Et comme lors de nombres de combats, le vainqueur se décide sur qui fera tomber le général de votre armée : Le Roi. Si celui-ci ne peut pas sans sortir malgré votre éventuelle intervention, c'est "échec et mat".  Fin de partie.

Il accompagna le geste en reversant la petite figurine correspondante, avant de la remettre en place.

Calcias : Voilà pour l'essentiel des règles. Celles que l'on m'a appris, en tout cas. Il va falloir que vous appreniez les capacités de déplacement de chacune de vos pièces.

Il continua alors en prenant chacune des pièces une par une, à expliquer leur mouvement, puis de les reposer.

Calcias : Cela viendra tout seul, sinon. Cela fait peut-être beaucoup de prime abord, mais c'est assez simple, en fin de compte.

Signy se révéla très attentive en notant tout ce que lui indiquait Calcias, et chaque fois que son collègue lui montrait un nouveau mouvement, elle le retranscrivait en schémas rapides dans son calepin. Mais contrairement aux autres fois, elle le laissa ouvert à la bonne page et le posa à côté d'elle-même. Ainsi, la jeune rousse pouvait parfaitement vérifier si son mouvement était correct.

Signy : Cela m'a l'air passionnant! Nous pouvons commencer quand vous le désirez.

Sur ces mots, Calcias prit un pion et le fit avancer de deux cases, pour ouvrir la partie. Elle allait sûrement durer un petit moment, à moins que l'un d'eux trouve rapidement une faille dans la défense adverse.
Et même s'il s'agissait d'un simple jeu, le jeune homme prenait ça très au sérieux. Il ne comptait pas la laisser remporter cette belle.

Calcias : Je vous assure, il l'est, en effet. Vous savez, je n'ai vraiment joué à ce jeu qu'avec ma sœur. Elle est exceptionnellement douée, du coup ça me fait un peu bizarre d'affronter une néophyte.

Signy : Je ferais en sorte de ne pas vous décevoir alors.

Elle sourit et déplaça une pièce elle même. Gérer l'ouverture laissé ou non par les pièces, trouver un équilibre entre offensive et défensive, c'était très similaire à un champ de bataille en effet, même si c'était à la fin plus simple et plus complexe, du fait du côté "chacun son tour".

Décevoir. Ce n'était pas vraiment le mot qui aurait convenu. Signy aurait eu beaucoup de mal à décevoir Calcias, à moins de le faire exprès.

C'était la première fois depuis longtemps qu'il avait l'occasion de se replonger plus profondément dans son passé, et de se souvenir d'agréables moments, plus lointains encore de ce qu'il avait l'habitude d'explorer.

A mesure que les coups furent joués, et les pièces prises, il commença à avoir un rictus. Il avait joué exclusivement sur l'offensive, et il percevait ce qui l'intéressait à présent.

Alors que c'était au tour de Signy de jouer, elle commença à compter quelque chose sur ses doigts. En jouant extrêmement offensivement, Calcias laissait son flanc droit exposé, mais aurait-elle le temps d'en profiter ? Peut être que oui, peut-être que non. Mais elle remarqua la percée que pouvait faire son adversaire, ce qui l'écraserait totalement si elle ne réagissait pas. Ainsi, elle joua un nouveau coup, lui assurant une relative défense. La différence de style de jeu commençait ici à se faire sentir, là où la stratège se concentrait sur la défensive, Calcias jouait offensivement.

Celui-ci observa Signy jouer, et fit son mouvement dans la foulée, en jouant son fou qui était resté aux côtés du roi jusque là pour prendre la défense qu'elle avait mise en place. Et au coup suivant, sa reine était prête.

Calcias : Échec.

Le roi adverse était à sa portée, à présent, malgré la petite forteresse qui l'entourait. Calcias considérait déjà cela comme une victoire.
Il considérait qu'il n'avait plus qu'à enfoncer le clou, sans trop considérer le coup d'après.

Signy se gratta le menton, et alors qu'elle semblait perdue, quelque chose se débloqua dans son esprit. Il y AVAIT une échappatoire. Au lieu de manger directement le fou, ce qui ferait tout s'écrouler, placer la reine juste entre le fou et le roi dé-bloquait la situation. La reine serait sacrifiée mais cela ouvrait le flanc droit de Calcias tout en protégeant le roi.

La manœuvre surprit Calcias, qui s'attendait à pouvoir finir la partie sur ce coup. Ce n'était pas vraiment le coup d'un débutant qui n'aurait pas vu le danger, bien qu'il était assez prévisible pour quelqu'un ayant un bon sens de l'observation.

Calcias : C'est intéressant. Sacrifier votre reine... Vous n'aviez pas le choix, après tout. Mais ca ne vous sortira pas encore de l'échec.

Le jeune homme procéda alors à la capture de la malheureuse. Certes, il perdait son fou sur cette action, et surtout, cela l'empêchait d'en finir.
Il soupira légèrement, alors qu'il attendait Signy, se demandant comment Dextra aurait géré cette situation, avant de trouver sa réponse immédiatement.
Elle n'aurait pas joué comme ça, tout simplement.

Un demi sourire se plaça sur ses lèvres. En bougeant sa tour, elle mangea le fou et le plaçait juste au dessus de son autre tour. En ayant obligé le fou à avancer un peu plus pour manger la reine, le plan de la stratège était de retirer la pression sur la pièce mangeant le fou.... Et de permettre à la tour de s'infiltrer dans un couloir menant jusqu'au roi de Calcias. Néanmoins, elle esquissa une toute petite grimace, en se rendant compte de quelque chose. Elle AVAIT une ouverture. Et si Calcias la voyait, c'était mort subite. Mais une pièce jouée ne pouvait pas être annulée, si bien qu'elle maintint son coup.

Calcias prit le temps de la réflexion une fois son fou disparu pour revoir ses possibilités. Ses rangs avaient été sérieusement amoindris par ses tentatives répétées d'assaut, mais il lui restait sa reine qui était déjà en place, ainsi que quelques pièces quadrillant la zone, notamment sa propre tour.
Il observa le roi adverse intensément, considérant les pièces qui le protégeaient, et prit son cavalier pour l'avancer en sécurité, pour pouvoir mettre en place un échec et mat certain au tour d'après.

Signy poussa un profond soupir et avança sa propre tour pour la placer juste à côté du roi ennemi. Il ne pouvait pas reculer ni se mettre en diagonale de la tour. Ses deux options étaient soit de se mettre en dessous de la tour, ce qui ne changeait rien, soit de manger la tour, et il serait encore en échec avec sa deuxième tour.

Signy : .... Je crois que c'est "Échec et Mat", non?

Calcias : Pardon ?

Quelque peu surpris, Calcias détourna le regard de Signy pour observer ses pièces. Elle avait réussi à s'infiltrer au cœur de ses rangs avant que lui-même ne puisse mettre en place son coup, et les quelques pièces qui lui aurait permis de lui sauver la mise avaient déjà été éloignées pour attaquer.

C'était fini, son commandant était fichu. Et quoi qu'il aurait pu dire ou faire, rien n'aurait changé ce fait, et n'avait plus qu'à admettre sa défaite. Il ria légèrement puis soupira. Ce n'était pas encore aujourd'hui qu'il allait gagner à ce jeu.

Calcias : On dirait que j'ai perdu la main moi aussi. Ne pas avoir remarqué ça... Dextra m'aurait fait la leçon, à n'en point douter. Bien joué, en tout cas. Si je n'avais pas eu à vous expliquer les règles, je n'aurais jamais pensé que cela aurait été votre première partie.

Signy : Vous savez, c'est peut être ma première partie, mais en tant que stratège, c'est loin d'être ma première réflexion stratégique. Par ailleurs....

Elle remit le cavalier et la tour là où ils étaient avant afin d'illustrer son propos.

Signy : Vous auriez gagné si vous aviez prêté attention à votre pion, celui près du roi. En l'avançant, j'aurais été échec et à cause de votre tour, ma seule échappatoire aurait été soit de me placer devant le pion, soit de le manger, et les deux m'auraient condamné à une absence totale d'échappatoire à cause de mes deux tours. Vous auriez déplacé votre reine pour mettre mon roi échec, et c'eût été la fin de la partie. C'est pourquoi j'ai grimacé après avoir joué ma tour. J'avais manqué ce coup. Vu la façon dont il se déplace, j'imagine qu'il est peu commun de voir un pion être déterminant.

Calcias suivi les explications de Signy attentivement, tout en regardant les pièces bouger. Il était admiratif de la technique de la dame, et avec quelle facilité elle avait finit par prendre la partie en main.
Mais plus il se rendait compte de ses erreurs ainsi, plus son visage s'assombrissait.

Calcias :
Je n'avais pas pensé à ça, en effet. Je pensais avoir la bonne stratégie, mais je n'ai juste pas considéré l'ensemble du plateau. Ce... Ce n'est pas acceptable...

Pas pour avoir manqué de vision à ce point là. Il ne pouvait l'accepter. Qu'il s'agisse d'un jeu ou non, il avait engagé ses souvenirs là-dedans. Il mit la main sur son front, cachant ses yeux.
Ce n'était pas comme ça qu'il rendrait honneur à sa famille, c'était certain.

Signy regarda Calcias, soudainement un peu perdue. Aurait-elle manqué quelque chose...? Sa réaction était extrême... Etait-il aussi mauvais perdant que ça? Ou alors le jeu d'échecs avait une autre signification pour l'épéiste?

Signy : ... Ai-je... Fait quelque chose de mal?

Calcias : Vous n'avez rien à vous reprocher, n'allez surtout pas le penser. C'est juste moi. Quoi que je fasse, je manque juste des qualités nécessaires. Je voulais vous demander quelque chose, parler un peu.

Oui... A la base, il voulait surtout lui demander deux faveurs. C'était la personne en laquelle il avait le plus confiance pour ça. Car cela impliquait de lui confier cette fameuse "croix" dont ils avaient parlés.
Seulement, il s'était trop impliqué dans cette partie. Avait-il ne serait-ce que le droit de lui demander, après ce fiasco ? Comment pourrait-elle considérer sa famille après ça ?

Signy : Parlez librement. Je devine que vous vouliez être discret à ce sujet alors sachez que je ne jugerai rien de ce que vous me direz ici.

Un lourd silence s'abattit dans la pièce. Les mots de Signy lui mettait du baume au cœur, et il se demanda si elle en avait conscience.
Calcias retira sa main, puis posa les deux coudes sur la table. Ne pas juger... Il prit le temps de se remettre un peu de ses questionnements, avant d'aborder ce sujet qui lui était cher, d'une voix quelque peu tremblante.

Calcias : J'aurais aimé vous parler un peu de ma famille, avant. Je suis un épéiste d'Arnicae, certes. Mais... Ce n'est pas tout. Je ne tiens pas particulièrement à ce que les autres le sachent, mais je suis aussi l'un des fils d'une des Maisons Principales de la Rose des Vents, la maison Carcel. Elle a un rôle extrêmement important dans le maintien du pays. Et... Elle a la particularité d'être la seule Maison uniquement constituée de mages.

La jeune femme écouta simplement les mots de Calcias, décidant cette fois de ne rien noter. Ainsi, si jamais son carnet était pris contre sa volonté, elle ne trahirait pas le secret de Calcias. Et mentalement, elle nota le fait que quelque chose devait l'avoir motivé à se détourner de la voie de la pure magie pour manier l'épée. Etait-ce un simple manque de talent? Ou peut-être que le mercenaire était en désaccord avec eux? Dans tous les cas, elle ne s'exprima nullement, se contentant d'écouter la suite de ce qu'il avait sur le coeur.

Celui-ci reprit doucement.

Calcias : Vous savez, j'ai vécu une bonne partie de ma vie là-bas. Mon frère excelle dans la magie de feu, ma sœur dans celle de foudre, en plus des éléments communs... Ils aident mes parents dans les tâches essentielles à notre territoire. Ce sont des héros qui contribuent à la renommée de la famille. De mon côté... C'est légèrement différent. En tant que fils de mages aussi puissants, je devrais maîtriser également la magie. Mais ce n'est pas le cas. Depuis tout petit, j'ai beau essayer, je n'arrive à rien. Mère m'enfermait presque tous les jours dans la bibliothèque pour que je trouve la magie qui me convenait, que j'arrive à la développer. A force, j'ai pu acquérir une petite technique faisant office de remplacement.

Il illustra son propos en retournant sa main et en créant un très court flux magique, juste assez pour une seule volute apparaisse.

Calcias : Ce n'est pas comme ça que la vraie magie se fait. Ce n'est pas suffisant. Mais c'est la seule forme que je peux un temps soit peu pratiquer.

Signy : Je vois.

Ainsi, elle avait deviné juste, Calcias manquait de talent pour la magie. Monsieur Alexander avait déjà parlé des familles se basant sur un talent particulier. D'un point de vue purement comportemental, ils ressemblaient aux animaux : l'enfant fort devient le chef, l'enfant faible est maltraité, banni voir tué. Apparemment, cette maison Carcel avait la charge d'un territoire.

Signy: Encore une fois, ce ne sont que des suppositions mais votre place de famille principale nécessite que vous maîtrisiez la magie, soit pour inspirer le respect envers les personnes que vous administrez, soit pour les protéger de diverses menaces. Ou du moins, ce fut le cas à une époque. Cependant, monsieur Alexander dit régulièrement "L'histoire est écrite par les vainqueurs". Peut-être devriez vous trouver une voie vous correspondant plus que la magie? Ou peut-être, comme le soupçonne votre mère, vous n'avez pas encore trouvé le domaine magique qui vous correspond. Ou peut-être m'embarque-je juste dans quelque chose ne me concernant pas finalement, n'ayant pas toutes les cartes en main. Cependant, quelle que soit la raison, il ne faut pas avoir peur de penser à des voies alternatives.

Calcias : Le domaine... Si l'on en croit mes pratiques, il s'agirait de la magie de vent. Ce serait celle avec laquelle j'ai le plus d'affinités. Mais vous avez raison. Ce n'est pas une question de respect. Notre maison comme toutes les autres sont respectées, de par leur simple statut. Mais c'est indispensable pour nos devoirs, et pour la réputation. Il est impensable qu'il existe un Carcel qui ne soit pas doué en magie.

Il marqua une courte pause, avant de sortir Euraquilo de sa poche, et de le poser sur un coin de la table non occupé.

Calcias : J'ai déjà une voie alternative, c'est l'épée. J'apprécie son maniement, ce qu'elle me permet de faire. Ce que tout noble devrait faire. Protéger les citoyens, les aider. C'est le minimum que je puisse faire, malgré mon niveau. Mais je ne peux pas abandonner la magie pour autant. C'est mon héritage, ma famille. Si je veux revenir chez moi... Il faut que je la maitrise. Père et Mère m'ont confié ce trésor de famille. C'est bien la preuve qu'ils comptent sur moi. Et... Je veux rentrer.

Au final, tout se résumait surtout à cette dernière phrase.

Signy ne dit rien, se contentant de regarder Euraquilo avec un air interrogateur. Il n'était pas spécialement affordant, empêchant Signy de comprendre son utilisation.

Signy : .... Vous souhaiteriez que je vous enseigne la magie, c'est exact? Et vous ne souhaitez pas demander à Cécilia, car elle est une marquée. Làs, la magie élémentaire est clairement un domaine que je ne contrôle pas le moins du monde. Si je devais gagner de la maîtrise magique le temps passant, je serais plus proche des arcanes anciennes que de la magie naturelle. Peut-être pourrais-je essayer lorsque j'aurais appris à lancer moi-même un sort basique de magie noire... A moins que vous ne souhaitiez vous essayer aux arts curatifs?  Dame S serait plus à même que moi de vous former dans ce domaine mais si la simple maîtrise de baguettes vous va, je peux voir ce que je peux faire. Ceci étant....

Elle se gratta le menton, songeant au fait que Néo maîtrisait justement la magie de vent, peut-être pourrait-il entraîner Calcias sur cette voie?

Signy : Néo pratique aussi la magie de vent. Et il est relativement bon pédagogue, en tout cas pour ce qui -- euh, rien. Ce n'est pas important. Mais peut-être pourrait-il vous aider? Vous n'avez pas forcément besoin de lui expliquer les raisons de votre demande, dites juste que vous souhaitez devenir plus fort, ce qui est une vérité détournée de toute façon. Après, libre à vous de faire comme vous le sentez et si j'ai raison sur la raison vous poussant à me parler de cela, je ferai ce que je peux avec mes propres maigres connaissances.

Calcias : C-Céci... Lia. C-Ca ira, merci. Je tiens à mon âme. Quant au chef, je lui en ai déjà parlé. Pas de mon passif, mais de mon désir de maîtriser cette magie. Je pense qu'il n'y a qu'en expérimentant que je pourrais arriver à quelque chose, connaissant déjà la théorie. Et...

Il secoua la tête, légèrement peiné. La magie des soins curatifs et anciens l'intéressaient également, mais uniquement dans l'optique de maîtriser cette magie anima et pour ses connaissances personnelles. Déjà qu'il n'y arrivait pas avec ses propres affinités, s'en distancer était hors de question pour lui.
Cependant, il fut touché par l'attention de Signy. Elle cherchait réellement à l'aider.

Calcias : En vérité, je voulais surtout vous partager cela pour vous demander un service. Ou plutôt, deux, si vous acceptez. Je ne voyais pas vous en parler sans au moins fournir un peu d'explications, concernant ma situation.

Signy ne fit pas la moindre remarque sur le sujet, se doutant parfaitement du fait qu'il souhaitait lui demander quelque chose pour lui expliquer tout. Bien qu'en l'occurrence, elle se soit trompée sur l'objet des faveurs qu'il souhaitait formuler.

Signy : Je ne vous garantis rien, ne pouvant promettre de l'aide avant même de savoir ce que vous attendez de moi car non, même si ma déduction peut s'apparenter à de la divination ou de la télépathie pour de simples esprits, je n'ai aucun pouvoirs du genre. Mais je vous invite néanmoins à me parler de vos services demandés et je verrais si je peux les accepter ou non.

Calcias se gratta légèrement la tempe à sa pique. Il ne savait pas vraiment si cela lui était destiné directement, mais elle avait raison sur le fait qu'elle ne pourrait pas deviner ses intentions à moins qu'il ne lui demande directement. Il prit donc une grande inspiration, avant de se lancer.

Calcias : Bien sûr. Mais je ne compte rien vous demander de compliqué. En fait... Je me suis rendu compte, lors de nos précédentes aventures, que je n'aurais peut-être jamais l'occasion de quitter les Mercenaires de Gaia. Nous risquons notre vie, et nous pouvons la perdre à tout moment. Pour moi, l'optique de pouvoir un jour manier la magie est un rêve, mais je suis surtout là en priorité pour protéger ceux qui en ont besoin. Et... Ce faisant, il n'est pas impossible que je ne puisse jamais vraiment rentrer chez moi. C'est même probable. Et si cela arrivait, je mourrais en anonyme, pas en tant que Calcias Carcel. Mais ce n'est pas ce que je crains. Euraquilo est ce que j'ai de plus cher à mes yeux. J'aimerais qu'au moins lui revienne à la famille, s'il devait m'arriver quelque chose. Pourrais-je compter sur vous ?

Signy eut un petit sourire. C'était un homme très gentil et prévoyant.

Signy : Pour cela, je prends conscience de l'importance pour que votre relique soit remise en mains propres, et je le ferai. Sauf si bien sûr je viens à disparaître avant vous mais dans l'optique, je préfère plutôt faire en sorte que vous atteigniez votre rêve. Peut-être pas en vous apprenant la magie de vent, en étant incapable, mais en vous empêchant de mourir par mes stratégies, tout comme je le fais pour tous les mercenaires qui m'ont confié leur vie en faisant de moi leur stratège. Ceci dit, si je ne parviens pas à vous maintenir en vie et que je vous survis, je ramènerai Euraquilo chez la famille Carcel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kirua

Kirua

Masculin Nombre de messages : 517
Age : 26
Localisation : Quelque part sur ce vaste monde. Eh oui, c'est beau.
Date d'inscription : 04/07/2011
Fire Emblem favori : Radiant Dawn

Soutien Calcias-Signy Empty
MessageSujet: Re: Soutien Calcias-Signy   Soutien Calcias-Signy EmptyMer 8 Juil 2020 - 23:01

L'épéiste fut ravi de cette réponse. C'était à présent un poids de moins qu'il avait sur la conscience. Il n'envisageait pas le moins du monde que Signy puisse mourir avant lui. Ni même qui que ce soit du groupe, d'ailleurs. 
C'était des personnes fortes et capables, qu'il ferait de son mieux pour les protéger de sa vie, comme il faisait confiance à Signy pour faire son possible pour s'assurer de la sécurité de tous.

Calcias : Je vous remercie, vraiment. Ça représente énormément pour moi. Je ne remet pas du tout en cause vos capacités, et je vous suivrais. Mais il vaut mieux prévenir. Ceci étant, j'ai autre chose à vous demander. Peut-être plus délicat, cette fois. Cela concerne justement mes recherches. Mais je ne vous embêterais plus, après.

Ceci dit, il se leva et finit de ranger les figurines d'échec dans leur boite et de les poser sur le plateau, avant de défeurrer son épée de fer et de la montrer à Signy.

Calcias :
Je suis peut-être inepte à la magie traditionnelle, mais cela n'enlèvera pas le fait que j'ai tout de même quelques capacités. Vous l'avez sûrement déjà constaté, mais je peux enchanter des objets. A part pour le divertissement, cela peut rendre des armes plus redoutables. Cependant... Je connais mes limites, de manière générale. Mais j'aimerais tester ce que donnerait une arme pour laquelle j'aurais donné la totalité de mes ressources, et pendant combien de temps resterait-elle dans cet état ? Cela risque d'être dangereux, et cela va sûrement me mettre hors d'état de combattre pour quelques jours, au mieux. Mais j'aimerais savoir. Et je ne peux pas vraiment le déterminer sans aide. Ne serait-ce que pour éviter d'alerter les passagers, en plus de l'observation des résultats.

Les yeux de Signy brillèrent dès que Calcias parla d'expérimenter. Ce n'était pas seulement un domaine qu'elle maîtrisait, c'était aussi ce qu'elle préférait faire! La quête de savoir, la recherche.... C'était magnifique! Cependant, elle retrouva son calme.

Signy : Pour déterminer ce que vous voulez savoir, il faut être rigoureux et organisés. Comme vous l'avez signalé, c'est peut-être dangereux, il faudrait donc éviter de tester lorsque nous avons plusieurs contrats à honorer. Il faudra donc anticiper que vous puissiez ne pas être disponible pendant une période étendue. De plus, il faudrait que nous jugions ensemble, mais je ne connais pas les variables, pour ma part. En temps normal, quelle est la puissance d'une arme que vous enchantez, et pendant combien de temps? Pouvez vous choisir d'influencer sur un seul des deux critères ou si vous n'avez pas le choix de modifier les deux à la fois?  Pour être sûr de nos observations, il faudrait avoir toutes les réponses en tête.

Calcias sourit à la réaction de Signy. Il s'attendait à ce qu'elle refuse, mais au lieu de cela, elle apportait des éléments pouvant l'aider. 
Il était heureux. Il n'avait jamais vraiment partagé ses connaissances sur le sujet, puisqu'il s'agissait de ses problèmes, et de ses propres tests. Mais l'idée de travailler avec Signy... C'était nouveau, mais cela ne lui déplaisait pas, bien au contraire.
Il tapota légèrement son épée contre la paume de sa main, pensif. Il voulait répondre de la manière la plus précise possible.

Calcias : J'ai toujours fonctionné à l'expérimentation, mais je dois bien l'admettre, pour le temps, je n'en ai aucune idée, s'il y en a un. J'ai toujours dissipé mes enchantements moi-même, et... si je ne pouvais le faire, je les ai toujours retrouvées revenues à la normale. Cela fait un moment que j'en ai déduis qu'il s'en va au bout d'un moment. Peut-être uniquement lorsque je suis inconscient. Pour la puissance par contre, c'est simple : Ça dépend avec quelle quantité de magie je l'infuse. Je me suis fixé un standard avec le temps, pour éviter de m'épuiser trop rapidement, mais c'est proportionnel. Quant au moment où le faire... pourquoi pas maintenant ? Si je puis me permettre, c'est l'idéal. Nous sommes de repos, relatif, certes, mais avec un peu de temps tout de même avec les voyages. Cela vaut le coup d'essayer !

Signy : J'insiste sur le fait que faire une expérimentation sans savoir où on va est dangereux. Vous avez déjà déduit des choses, mais si nous nous en servons pour ce nouveau test mais que le postulat de base s'avérait faux, nous serions bien avancés, voir pire, cela pourrait vous priver de cette faculté à jamais. Je pense qu'il faudra voir plusieurs tests pour être sûrs de nous. Nous devrions déjà tester la limite temporelle pour un enchantement classique. J'utiliserai un peu l'épée que vous aurez enchanté pour tester son efficacité avec un enchantement basique, puis nous ne nous en servirons plus, afin de voir si, lorsque vous ne perdez pas connaissance, l'enchantement disparaît au bout d'un moment tout seul.

Faire un constat, développer une hypothèse, tenter de réfuter l'hypothèse, apporter des correctifs et recommencer, voici quel était le schéma de Signy lorsqu'elle faisait des expérimentations. Mais Calcias voulait aller trop vite en besogne et cela pouvait mal tourner pour lui.

Cette méthode était assez nouvelle pour lui. Mais si Signy insistait, il était toujours ouvert à cette manière de faire. Il faudrait juste qu'il prenne son mal en patience. 
De la retenue... Il ne craignait pas de prendre des risques, loin de là. A l'abri des regards, c'était sa méthode privilégiée pour jauger ses pouvoirs et tenter de s'améliorer. Mais dans une collaboration, il fallait faire des concessions. 
Il acquiesça donc, sans trop faire d'histoires. Signy avait l'air sûre de ce qu'elle faisait. Il fit un léger soupir pourtant, ayant été coupé dans son élan.

Calcias : Si vous voulez vous assurer de mes constatations... Faisons comme vous dites, dans ce cas.

Il se dirigea vers son lit, et prit son épée de bronze au mur, tout en ayant un petit regard sur le violon, toujours posé. Il invita Signy a la prendre, en lui tendant.

Calcias :
Je ne veux pas risquer d'abîmer cette épée plus qu'elle ne l'est. Autant faire en sorte que ce soit elle qui reçoive cet enchantement. Nous pouvons faire une petite passe d'armes, si vous voulez vous faire une idée avant.

Signy : Il ne s'agit pas de juste m'assurer de la véracité de vos constats mais aussi de les affiner, afin d'avoir le résultat le plus pertinent possible.  Je m'en voudrais énormément si vous mourriez parce que j'ai manqué de discernement dans mes analyses.

Elle saisit délicatement l'épée de Calcias en lui faisant un sourire.

Signy : Je ne pense pas que ce soit nécessaire, et il serait même plus profitable que je teste l'épée de mon côté, avant et après enchantement. Ainsi, je verrai les conditions optimales, en ne vous faisant pas utiliser d'énergie pendant que vous maintenez votre magie. Veuillez m'excuser si cela vous ennuie, c'est juste ainsi que je fonctionne. Plus je peux être précise, plus je peux être prudente. Et .... Si vous acceptez de suivre mon protocole, je vais vous parler moi aussi de ma croix, celle que je vous ai mentionné.

Calcias fixa sa collègue d'un air concerné. Ca lui paraissait évident à présent. Elle s'inquiétait pour lui. 

Calcias : Vous savez, je ne devrais même pas être ici. Alors si je dois mourir de ça... Ce ne serait vraiment pas de votre faute. 

... Ce n'était pas vraiment la meilleure des choses à dire pour rassurer quelqu'un. Calcias claqua la langue, se maudissant au passage. Il préférait s'occuper des autres que le contraire, ou au moins qu'il y ait un échange équivalent. 
C'était aussi pour cela qu'il avait initié tout cela. 
Si quelque chose devait mal tourner, il voulait au moins être certain de pouvoir être utile au groupe.

Calcias :
Si vous ne voulez pas en parler, ne vous forcez pas. Pour cette recherche précise, je me plierais à vos exigences. Si cela peut amener aux meilleurs résultats, et que vous ne vous inquiétez pas... Je prendrais mon mal en patience. Je vous remercie déjà de bien vouloir m'assister. 

Il rangea sa propre épée de fer dans son fourreau, et retourna sur sa chaise. Ce sera donc pour une prochaine fois. 

Calcias : Cependant, si vous souhaitez sincèrement vous confier, personne d'autre ne vous entendra, ici.

Signy : Ce serait de ma faute de ne pas vous avoir empêché de faire une bêtise alors que j'en avais le pouvoir. J'ai dit que je vous maintiendrais en vie le plus longtemps possible, ce n'est pas pour jouer votre vie le jour même. 

N'écoutant qu'à moitié la deuxième remarque de l'épéiste, Signy bougea doucement l'épée, face à elle. C'était définitivement une épée de bronze on ne pouvait plus ordinaire. Pour en avoir manié elle-même pendant un moment, le doute n'était pas permis. Mais se baser sur ce qu'elle pensait savoir n'était pas une bonne idée, il fallait se baser sur ce qu'elle SAVAIT. Puis, effectuant quelques passes d'arme dans le vide, le regarde de Signy s'assombrit doucement. Les images défilaient dans son esprit.

Signy : .... ... Il faut savoir que je n'ai jamais vraiment porté la religion dans mon coeur. Pour moi, ce sont des vieux fous dogmatiques incapables de regarder le monde en face, et se servant de l'ignorance pour asservir les foules. Attention, je ne suis pas hostile à l’idée d’une divinité, mais suivre les hommes pour écouter la voie divine est une stupidité à laquelle je refuse d’adhérer. Monsieur Alexander a bien tenté de me réconcilier avec la religion mais n'y est jamais parvenu. Et.... ... Ce jour là, il a perdu toute chance de me réconcilier avec. Ce maudit jour....

La poigne de la stratège se serra autours du manche de son arme.

Calcias écouta attentivement Signy, tout en l'observant manier son épée. La religion... Il n'était pas très familier avec. Les croyances qu'il avait lui venaient toutes de l'éducation qu'il avait reçu. Et très peu concernaient la religion, sinon aucune.
Il n'avait jamais connu personnellement de prêtres ou de membres du clergé pour avoir un point de comparaison, mais Signy avait définitivement un passif avec. Des foules manipulées... Cela pouvait vraiment arriver ?

Calcias :
Ce maudit jour ?

Il avait parlé à voix haute sans se rendre compte. Il ne voulait pas faire de conclusions hâtives, mais se doutait qu'il y avait quelque chose qui n'allait pas. 
Vu comme elle parlait de la religion, elle était peut-être impliquée dans une page sombre de son histoire.

Ses coups étaient crispés soudainement, incapable de se retenir. Pourtant, la stratège gardait conscience de ses alentours.

Signy : ... J'ai recherché dans tous les domaines, des origines du vivant à pourquoi certaines plantes étaient comestibles, alors que d'autres non. J'avais consigné toutes mes années de travail chez moi. A 14 ans, j'étais semi autonome, vivant comme je le pouvais et continuant à faire des analyses. Jusqu'à ce jour.  Je ne sais comment, un groupe de religieux avait entendu parler de mes recherches.... Sensibles, à tout le moins. Alors que je finissais de retranscrire des constats pour je ne sais plus quelle raison, de la lumière, venant du dehors, attira mon attention. Cinq religieux venaient vers mon chez moi en chantant ce qui pourrait être des cantiques. L'un d'eux m'a saisit, m'a sorti de force et.... M'a forcé à regarder.... .... PENDANT TROIS HEURES!!! 

L'arme se fracassa soudain au sol. Mais comme n'avait pas dégainé l'épée de bronze, elle ne causa pas de dégâts, cela fit juste un gros bruit.

Calcias fit un bond lorsqu'il vit Signy jeter son arme, le bruit assourdissant accompagné de son hurlement le tétanisa deux secondes, avant qu'il ne se précipite vers la jeune femme, pour l'entourer de ses bras, et la serra, pour tenter de la calmer. 

Calcias : Ca va aller… Reprenez-vous ! Vous avez perdu beaucoup de choses précieuses, ce soir-là. Le travail d'une vie... C'est ça ? 

Une nuit fatidique... Et la perte de choses qui étaient chères. Entendre ce récit lui rappelait de mauvais souvenirs également, et il resserra son étreinte, plus qu'il ne le voulait, avant de se rendre compte, et de relâcher prise, pour lui caresser les cheveux.

Calcias :
Ces personnes ne sont plus là. Vous êtes libre de reprendre vos recherches ici. Je sais que ça ne remplacera pas le travail que vous aviez effectué à l'époque, mais avec du temps... Vous pourrez rattraper tout ça, sans que quiconque ne veuille effacer tout cela.

Signy sentit plus qu'elle ne vit les bras de Calcias autour d'elle. Cependant, bien que le geste se voulut rassurant, cela ne fit que l'enfoncer encore plus profondément ce jour là. Elle voyait l'incendie, plus fortement que jamais, ce satané cantique qu'ils chantaient, l'odeur de la braise, la chaleur insoutenable... Des larmes coulaient à flot des yeux de Signy, elle était littéralement en train de revivre la scène.

Signy :
Non, je vous en supplie.... Tout sauf ça, ce sont six années de ma vie! Sans mes recueils, je ne suis plus rien..!!! 

Juste après, les lèvres de la stratège bougeaient toujours mais pratiquement aucun son n'en sortait, alors qu'elle répétait d'un son presque inaudible "Il ne faut pas intervenir. Tu ne dois pas intervenir". Finalement, elle parvint à reprendre son calme, bien qu'elle était toujours livide. Ses yeux étaient rougis et gonflés.

Signy : .... Calcias....

L'épéiste continuait de porter les quelques marques d'affection qu'il pouvait envers Signy, lors de sa crise. 
C'était comme si les mots ne l'atteignaient pas, et il commençait à désespérer de la faire revenir à son état normal, bloquée comme elle avait l'air de l'être dans ce souvenir, et ces mêmes mots qu'elle répétait presque silencieusement. 
Ce n'est que lorsqu'elle le remarqua enfin qu'il fut relativement soulagé, bien que toujours inquiet. La pauvre avait une mine affreuse. 

Calcias : Je suis là. C'est fini... Vous êtes en sécurité.

Il ne dit plus rien, attendant simplement qu'elle se remette totalement de ses émotions.

La jeune stratège inspira profondément avant d'expirer doucement. Tout allait bien. Trois ans s'étaient écoulés, ce n'était pas les bras de cet homme qui étaient en train de la restreindre, mais ceux de Calcias, qui se voulaient rassurants.  Après une petite vingtaine de secondes, elle tapota doucement les bras de Calcias.

Signy : .... Je vous remercie Calcias. Je vais mieux maintenant. Il n'empêche, c'est amusant à dire mais entre le fait que je me sois endormie devant Néo et que j'ai revécu mon horreur sous vos yeux, vous êtes la deuxième personne du groupe devant laquelle je me montre vulnérable, ce qui n'est pas arrivé une seule fois dans mon ancien groupe de mercenaires. Je dois vraiment me sentir bien avec vous tous.

Il n'était pas vraiment convaincu de sa réponse, mais il la relâcha tout de même, pour reculer d'un pas. Ce genre d'image, gravées dans l'esprit, au point de les revivre... Ce n'était pas sain.
Elle disait trouver cela amusant, une fois que c'était passé, mais ce n'était pas du tout son avis. 

Calcias : Vous m'avez fait peur. Vraiment. C'est bien d'être à l'aise ici, mais... Ces souvenirs ne devraient pas vous mettre dans de pareils états.  J'ai cru ne plus vous retrouver. Pire, j'ai l'impression que vous n'arrivez pas à vivre avec. Que cette croix que vous portez pèse si lourd que vous la rejetez. 

Il s'avançait peut-être un peu trop, dans ses réflexions et propos, mais souhaitait tout de même partager ce qu'il en pensait.

Signy sourit de nouveau, mais c'était un sourire un peu plus triste.

Signy :
Je suis désolée de vous avoir fait peur. Je pensais pouvoir en parler sans tout revivre, mais visiblement, ce n'est pas encore le cas. Trois ans, si long mais pourtant si court à la fois.... Et le fait que je sois toujours aussi affectée ne veut dire qu'une chose. Je n'ai pardonné à personne ce jour là. Pas à ces monstres d'avoir brûlé ma maison, pas à cet homme qui m'a forcé à regarder.... Pas à moi même pour ne rien avoir pu faire. Je sais, c'est stupide, ce n'est pas de ma faute, mais est-ce que l'être vivant peut-il toujours être rationnel?  Et tant que ces monstres vivront, mes démons aussi.

Une dernière inspiration, et elle reprit son sourire habituel.

Signy : Bon, mes excuses pour ce... Spectacle affligeant. Nous pouvons reprendre l'expérimentation si vous le désirez

Calcias : Les excuses ne sont pas nécessaires. Et si vous avez besoin d'en parler à nouveau à un autre moment, n'hésitez pas. 

Il avait été attentif à ses dires, mais préférait ne pas enchérir. L'épéiste n'était pas totalement dans le faux, mais n'approuvait pas que Signy veuille la mort de personnes.
Bien que c'était son cas aussi, pour quelques individus. Mais lui avait appris à vivre avec ses souvenirs, et au contraire, cela lui servait de motivation pour l'avenir. 
Peut-être... Des recherches perdues, ca se refaisait toujours. Si ce passé était rattrapable, cela pouvait l'aider. Et ces tests pourraient peut-être y contribuer.

Il récupéra son épée de bronze qui gisait par terre, et regarda Signy, d'un air interrogatif. Certes, il tenait à reprendre. Mais il y avait plus important, aussi.

Calcias : Vous êtes sûre de vouloir continuer ? Si vous avez besoin de repos, je peux comprendre.

Signy se regarda et regarda aussi l'épéiste. Peut-être aurait-elle effectivement besoin de prendre du repos? Continuer sans savoir comment elle pourrait réagir serait dangereux, et absurde après le fait qu'elle aie insisté sur la prudence.

Signy :
... Je suppose qu'il va bien falloir. J'aurais aimé continuer mais je pense que ni vous ni moi ne sommes vraiment en état de le faire. Je vais aller me reposer alors. Merci de m'avoir écouté et aidé à me calmer, ça... Compte énormément pour moi.

Calcias :
Je n'allais pas vous laisser ainsi. Nous pourrons toujours reprendre plus tard, ne vous en faites pas. Autant réaliser tout ca dans les meilleures conditions, comme vous le souhaitez.

Il raccrocha l'épée au mur, et prit le violon de Signy pour lui redonner. 

Calcias :
Et vous jouez très bien. Ce n'est pas une ou deux fausses notes qui me feront dire le contraire. Laissez vos connaissances revenir, et avec la pratique, je vous garantis qu'elles auront disparues.

Signy reprit l'instrument avec délicatesse.

Signy : Merci pour le compliment. Je vais faire de mon mieux pour retrouver le niveau que j'avais.

Sans rien ajouter d'autre, Signy sortit de la chambre, toujours un peu dans ses pensées.

Fin du soutien B
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Soutien Calcias-Signy Empty
MessageSujet: Re: Soutien Calcias-Signy   Soutien Calcias-Signy Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Soutien Calcias-Signy
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Panda Soutien (sagesse-dommages) - Viable ?
» Pandawa Sagesse / Soutien : "muleavulne" 130
» Le pandawa soutien, une touche de fun dans un monde de brute
» Panda Soutien/air lvl 120
» Carnaque, mon panda soutien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum de la Communauté du Fire Emblem :: Divertissements :: [RPG] Projet Gaïa-
Sauter vers: