Communauté Fire Emblem
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Communauté Fire EmblemConnexion

Forum de partage
et d'entraide


Chapitre 2: Princesse en danger !

descriptionChapitre 2: Princesse en danger ! - Page 13 EmptyRe: Chapitre 2: Princesse en danger !

more_horiz
Sur la réunion qui fut conclue par Cécilia, la nuit passa rapidement pour Calcias, au château de Ghysitia. Il faisait les cents pas devant sa chambre, repensant aux événements qui avaient eu lieu, agacé de n'avoir rien pour s'occuper en même temps.

Refusant de choisir son tome pour lire, et ayant déjà donné la dernière feuille qu'il avait à Signy, il finissait par ruminer plus que réfléchir. Il avait encore en tête le regard perçant que Cecilia lui avait lancé la veille, ce qui l'avait fait reculer de quelques pas, ainsi que la question que Finley avait posé à la volée.

Inutile de raisonner avec eux... Non. C'était simplement que les Mercenaires n'avaient pas eu le choix. Cela aurait pu être possible, en réalité, s'ils avaient eu en tête l'avenir de leur pays et leurs semblables en priorité plutôt que leur propre vengeance, et uniquement cette vengeance. Si cela n'avait pas été pour ça...

Tous les tuer... Était-ce nécessaire ? Malheureusement, l'épéiste s'était déjà posé la question, et avait déjà sa réponse, encore plus claire avec les événements qui avaient eu lieu.
Puisqu'il fallait les arrêter, et qu'ils auraient été torturés et mis à mort ensuite par le gouvernement s'ils s'en sortaient, la réponse était... Oui. Pour eux, c'était le meilleur. Calcias avait bien envisagé la possibilité qu'ils auraient pu s'enfuir et se cacher, mais la découverte ensuite des plaines gelées ne laissait plus aucun doute sur leur sort, si ça avait été le cas. Une mort rapide et la moins douloureuse possible était le mieux pour eux.

C'était néanmoins un concept avec lequel il avait du mal. En être coincé à en arriver à cette extrémité... Même sous couvert de simplement vouloir protéger ses alliés, c'était une solution qu'il fallait éviter, si possible.

Dans un profond soupir, il finit par retourner dans sa chambre, ses pensées ne le quittant pas néanmoins. La Chef y avait vraiment mis tout son cœur pour s'assurer de leur sécurité également... C'était admirable. Que ce soit l'un ou l'autre, les deux avaient vraiment des qualités indéniables.
Une détermination sans faille, et le courage d'aller au bout des choses... A cette pensée, Calcias sourit simplement. Ils étaient vraiment différents de ses anciens Chefs... Rien d'étonnant à cela, mais le changement lui faisait du bien. Il fallait juste qu'il apprenne à leur faire plus confiance.
Apprendre à être dirigé... Il s'en était plutôt bien sorti jusqu'à présent. Du moins, ça lui semblait être le cas. Il y avait eu quelques ratés, certes. Il était chez les Mercenaires pour s'améliorer aussi, après tout.

Mais de cette aventure, l'épéiste ne souhaitait désormais plus qu'une chose : Partir d'ici.
Ces "Révolutionnaires" n'étant qu'un désastre ambulant, le gouvernement allait reprendre sa place en toute quiétude, et ce soi-disant "Espoir du peuple" vivrait tranquille pour diriger ensuite son peuple.
Grand bien lui en fasse. Le peuple désirait une maudite en tant que meneur. Soit. L'incompréhension de cette société le frustrait au plus haut point, mais il s'était finalement résigné à ne pas s'en mêler. Leur mission était terminée, ils allaient rentrer à Terra sur le Fire Emblem, et il ne voudra plus jamais entendre à nouveau parler de ce pays remplit de dévoreurs d'âme et dominés par ceux-ci.
Il avait déjà assez de mal avec un seul d'entre eux, après tout.

C'était à peine s'il sortait de sa chambre durant ce temps de répit, attendant juste que les blessés se remettent. Il se nourrissait juste lorsque que c'était nécessaire, essayant d'éviter le plus de monde possible qui ne faisait pas partie des Mercenaires.
Calcias préférait tout de même minimiser les risques, bien que son comportement lui rappelait des souvenirs plus que désagréables, en conséquences.
Mais si c'était pour que ses alliés puissent aller mieux, il le subissait volontiers. Il fallait juste prendre son mal en patience...

descriptionChapitre 2: Princesse en danger ! - Page 13 EmptyRe: Chapitre 2: Princesse en danger !

more_horiz
Le groupe de mercenaire s'était clairement mieux débrouillé qu'au tout début, la disparition d'un membre impulsif n'a pas été de trop et l'organisation commençait à prendre forme, ce qui le rassura.

Le bougre commença à penser à un bilan personnel lors de leur retour au château pour y passer la nuit.
La confiance commença un peu à s'installer au sein du groupe. Peut être qu'il était temps de commencer à parler avec les autres membres, il gloussa puis secoua la tête, jamais de la vie. Le plan actuel lui convenait parfaitement : Les gens faisaient leur boulot, et il faisait le sien, et c'était déjà bien.

Il s'inquiétait un peu de l'état de Xena ainsi que du restant du groupe, mais y penser n'aurait rien changé, de plus, il avait autre chose en tête, la mission était accomplie, et une promesse devait être tenue.


Lorsqu'ils arrivèrent au château, il parti, seul, pour aller voir le premier ministre, sans se faire remarquer par les mercenaires afin d'éviter la moindre inquiétude.
L'infirmerie fut le premier endroit auquel il pensa étant donné que le pape s'y rendait.

Pour le coup, le mercenaire vit juste, il remarqua le premier ministre assez rapidement et attendit sagement qu'il finisse ce qu'il fut en train de faire avant de le saluer pour tenter de lui parler. Le presque intéressé le regarda en fronçant les sourcils, s'attendant sans doute à une autre attaque frontale du garçon impulsif.

"Je tenais à présenter mes excuses pour le raffut de la dernière fois où je suis intervenu, j'y ai bien réfléchit et j'ai besoin de parcourir le monde et les cultures qui le composent pour devenir une personne respectable." Commença-t-il avant de reprendre "Maintenant que la mission est terminée, nous avions discuté à propos du manoir de mon..."

Avant que le garçon ne finisse sa phrase, le premier ministre appela deux gardes. "Le voila, vous avez vos ordres." s'adressa-t-il.

"Je vois que l'enquête que vous avez menée a été forte enrichissante pour votre personnalité. Et je me vois contraint d'accepter vos excuses, vous n'êtes certainement pas le genre de personne dont la vue me réjoui, mais vous avez honoré votre part."

Telrar serra son poing extrêmement fort pour ne rien faire de stupide, puis ferma les yeux avant de répondre un simple "merci."

"Mes hommes vous conduiront au manoir d'Hélior, votre père, vous avez jusqu'à la fin de la journée pour le visiter, il me semble évident que vous ne devez rien voler, ni casser, autrement, je me verrais obligé d'ajouter un autre trou au cimetière que vous avez exploré."

"Cela va de soi." Acquiesça le mercenaire.

"Dois-je informer votre père de votre visite à son manoir ?"

"Oui, je ne suis pas un espion."

Le mercenaire alla alors au lieu intéressé avec les gardes qui se postèrent devant, la noblesse de Ghysitia n'avait pas lésiné sur l'espace et les moyens, tout était absolument impeccable, la décoration extérieure et intérieure fut entretenue il y a quelque jours. A quel point Hélior était-il apprécié pour avoir une résidence secondaire de cette envergure ?

"Merci à vous, je n'en aurais pas pour longtemps." Dit Telrar en déposant sa lance devant la porte, signe de confiance.

Le manoir fut organisé et rangé comme nul autre endroit que le mercenaire pu voir dans sa vie. Cela commença à étonner le bougre qu'à moitié, si l'église mangeait avec une argenterie particulière, pourquoi en donner si peu à une personne hautement appréciée ?
Mais qu'est-ce qui faisait d'Hélior une personne aussi appréciée ? Telrar observa les tableaux, soit artistiques, soit historiques. Il monta alors vers une pièce qui sembla être la chambre du propriétaire.

Contrairement à toute la zone, la chambre était en bazar, de nombreux parchemins jonchaient le sols, à l'exception d'une lettre posée en évidence sur le bureau, devant un coffre avec plusieurs autres rangées dedans.
Il eu le réflexe de lire.

"Ylliane, tu n'es peut être plus de ce monde mais tu es la seule personne à qui je souhaite écrire, au final, je n'aurais protégé personne dans toute cette maudite histoire qui est la mienne. Je finirais par rencontrer notre enfant, j'aimerais l'intégrer dans notre ordre, mais il est trop jeune et inexpérimenté, si je n'étais pas aussi sollicité dans ces affaires, je l'aurais entraîné moi-même. J'ai cru comprendre qu'il se rendrait ici même pour une mission, connaissant nos tempérament, j'espère qu'il n'a pas hérité de celui qui pourrait énerver le premier ministre... Je vous aime tout les deux, même si je ne me souviens d'aucun de vos visages."

Telrar soupira en lisant cette lettre, énormément curieux et tenté de lire les autres, il ouvrit un peu plus le coffre et en piocha une vers le fond de la boite.

"Ylliane, ma destinée m'attends, je me vois contraint de partir sans t'impliquer, je vais dans un endroit dangereux et je ne veux pas t'exposer à de graves conséquences. Cependant, je me suis rendu compte que nous avons eu un fils, j'ai perdu mes pouvoirs, mais je suis heureux d'être père, prend en soin, j'aimerais rentrer pour le rencontrer, même si j'imagine que tu dois être en colère après moi et qu'il le sera aussi en raison de mon départ et de mon absence. Je ne pense pas que sa destinée soit sur un chemin paisible, mais j'espère que vous vivrez des moments heureux."

Le jeune garçon ferma les yeux et finit par remettre la lettre dans le coffre, au bon endroit et de le fermer comme à son état initial. Ce n'était pas le moment de pleurer ou céder à ses émotions, car il avait promit de partir assez vite du manoir.

Il retourna alors dans le rez de chaussé et regarda les tableaux, il vit alors des personnes lui ressemblant, certainement les générations passées avant lui. Il regarda alors le plus grand d'entre eux, il s'agissait d'un homme lui ressemblant, bien plus massif, avec les cheveux plus épais, accompagné à quelqu'un qui ressemble au premier ministre. Voici donc à quoi ressemblait Hélior à ce moment là, Telrar se concentra pour le mémoriser avant de partir.

Il sorti alors du manoir, salua les deux gardes et reprit sa lance avant de partir, hésitant à poser des questions au premier ministre, mais il finit par se raviser. Ce dernier ne l'appréciait clairement pas et lui non plus, il avait eu ce qu'il voulait, il valait mieux ne pas en demander plus. Il retourna au château sans faire d'histoire.

_________________
Zunashy, chef de la Zunarmy.

Chapitre 2: Princesse en danger ! - Page 13 Zuna_510

descriptionChapitre 2: Princesse en danger ! - Page 13 EmptyRe: Chapitre 2: Princesse en danger !

more_horiz
(ce texte suit directement le premier post de soutien se trouvant dans ce lien. Sa lecture n'est pas nécessaire, mais si jamais vous devez choisir un ordre...)

Pov de Lamne.

Mon regard balaie cette pièce, où je suis assigné depuis… Je ne sais plus vraiment, à vrai dire. J’étais déjà à moitié sonné quand on m’a emmené jusqu’ici, et j’ai dormi un bon moment avant d’émerger. Du reste, j’ai attendu que l’on m’adresse des soins, et… C’est tout. Je ne fais rien d’autre à part patienter, depuis.

Enfin, patienter, c’est vite dit. Je ne peux pas m’empêcher de faire remuer mes jambes dans mon lit. Je veux sortir d’ici ! On n’oblige pas un Tagüel à s’enfermer ! Comment je peux me dégourdir les pattes dans ces conditions ?!...

Je sais bien que je dois prendre mon mal en patience, mais tout de même… Heureusement qu’il y a Fifi qu’est venu me rendre une petite visite. Sans ça, j’aurai craqué il y a longtemps déjà…

D’ailleurs, juste après son départ, le lit placé à l’autre bout de la pièce s’est agité. Le vieillard qu’il contient somnole depuis mon réveil, et mes quelques appels, balancés plus tôt, n’ont pas réussi à capter son attention. Mais il semblerait que ma discussion avec le Beorc ait réussi à le tirer de sa léthargie…

Sa voix rauque résonne, et m’est directement adressée.

« -Je te trouve bien insouciant, pour un prétendu guerrier… »

Je redresse la tête, et cligne des yeux d’un air un peu surpris. J’ai besoin de quelques secondes pour assimiler le fait qu’il cherche à entamer une discussion.

Et comprendre ce qu’il a voulu me dire, au passage.

« -Euh… Quoi ? »

Il lève les yeux au ciel. Avec visiblement quelques difficultés et toute la lenteur du monde, il se redresse pour s’accoler au mur derrière lui, pareillement à moi. Puis il reprend.

« -Tu ne devrais pas laisser un Beorc raconter ce genre de choses sur les hommes-bêtes… Surtout pas ici. »

Je détourne un instant le regard, pensif. Il fait référence à notre échange avec Fifi ? Peu inquiété, je hausse nonchalamment les épaules.

« -Baaah… Moi ça me dérange pas. Après tout, moi aussi, je ne suis pas sûr de les comprendre... »

Il plisse les yeux, comme pour me sonder. Je lui rends une œillade plus perplexe, ne sachant pas trop si je l’ai vexé ou quoi que ce soit d’autre. Mais finalement, il enchaîne.

« -Que fait un Tagüel ici ? Parmi une troupe de mercenaires exclusivement Beorcs, qui plus est. »

Je hausse les sourcils, surpris.

« -Oh. Vous savez qui on est ? »

Il rit.

« -Bien sûr. Ce genre d’affaire finit aisément par se faire entendre… »

Je réponds alors à sa question.

« -Je voyage, tout simplement ! Enfin… Pas comme je voyageais avant. Ma tribu s’est toujours cantonnée à des plaines, des forêts, des plaines, des forêts… Moi, j’avais envie de voir d’autres paysages. Et rencontrer des gens ! Pour l’instant, ça m’a plutôt bien réussi. J’étais jamais venu dans ce pays, avant… »

Le vieil homme affiche une expression sceptique.

« -Et devenir mercenaire était la solution la plus simple ? »

Je souris.

« -Je suis un bon à rien, vous savez. A part me battre… »

Puis je détourne le regard, l’esprit ailleurs.

« -Et puis, j’ai aussi mes raisons, pour les avoir rejoint ! »

Il soupire longuement.

« -De nos jours, les jeunes ont si peu de considération pour leur propre vie… Cela dit, je ne peux que saluer ta combativité. Il ne faut pas non plus la laisser sommeiller, après tout… »

Sa remarque m’intrigue, et je le dévisage avec curiosité.

« -Vous êtes un guerrier, vous aussi ?
-Évidemment. Je dois pouvoir défendre mon honneur en combat, s’il le faut… Malade ou non. »

L’ironie de ses paroles m’arrache un léger rire. Lui non plus ne peut pas s’empêcher de vouloir combattre malgré qu’il soit alité, et que cela soit imprudent…

« -Ahaha, comme quoi !… Ne vous inquiétez pas. Entre sous-humains, on se comprend… »

Son expression change alors du tout au tout. Il me dévisage avec gravité, et prend un air bien moins détendu.

« -… Que viens-tu de dire ? »

Ne comprenant pas ce changement d’attitude, je réponds un peu hasardeusement.

« -Euh… De ne pas vous inquiéter, parce qu’entre sous-humains se comprend… ?
-Non mais je l’ai très bien entendu, ça ! Je suis vieux, pas sourd ! »

Il laisse s’échapper un râle rauque.

« -Mais comment peux-tu employer le terme de sous-humain avec autant de légèreté ? »

Je cligne des yeux, profondément perplexe.

« -Euh… ‘Faut pas ? J’ai entendu beaucoup de Beorcs s’en servir, pourtant... »

Son poing tape contre sa couette.

« -Et tu ne réalises pas pourquoi ?! Tu te rends compte qu’ils nous discriminent ?!
-Hein… Comment ça ?
-Idiot ! Que peut bien signifier "sous-humain" pour toi ?!
-Bah… Humain, comme humain, et sous… Comme les sous, quoi ! Genre… L’argent ! »

Je bombe le torse, fier.

« -Nous sommes des êtres tellement exceptionnels qu’on en est riches ! Des "sous" humains ! 
-... »

Il ne semble pas partager mon enthousiasme. Son visage vire au blanc, et il porte doucement sa main à sa poitrine.

« -Je crois que… Si on continue cette discussion, mon cœur va...  S’arrêter… Devant tant... D'idiotie...  »

Il se détourne alors de moi, et se rallonge lentement dans son lit.

Je l'observe un instant, et devant le long silence qui s'installe, reste tout pantois. A vrai dire, je suis quelque peu largué par l'entièreté de la discussion en elle-même. J'ai vraiment dit quelque chose de travers... ?

descriptionChapitre 2: Princesse en danger ! - Page 13 EmptyRe: Chapitre 2: Princesse en danger !

more_horiz
Deux jours plus tard, dans l'après-midi, à 14h30. Salle du trône du château de Ghysitia.

Thème de Ghysitia :


Tous les mercenaires, à l’exception de Lamne, Signy et Xena étaient présents dans la salle. Selon le Pape Kasyade qui s'occupait de traiter les patients de son infirmerie, il ne faisait aucun doute que ces trois là seraient en parfait état dès le lendemain, ils pourraient même reprendre leurs activités de mercenaire dès ce moment là. Apparemment, Xena avait fait des progrès et pouvais dès à présent marcher, son mal de tête semblait s'être allégé lui aussi. La réputation de soigneur du Pape Kasyade semblait être méritée. Dans la salle, avec les mercenaires, étaient présent le Pape Kasyade, la Princesse Eléanora, le Premier Ministre Arnold ainsi qu'une vingtaines de servants et servantes, dix chacun d'un coté de la salle non loin du mur.

Le silence de la salle fut rapidement rompu lorsque le premier Ministre Arnold s'avança face aux mercenaires tout en se raclant la gorge. Son regard finit par balayer la salle. Il fini ensuite par faire un signe de main en direction de Néo pour lui signaler qu'il devait approcher.

Arnold : Allons, mon brave, ne soyez pas timide. Vous êtes le Chef après tout. Bien, à présent j'aimerais remercier au nom de Ghysitia tout entier chaque mercenaire ici présent. Vous avez accompli un travail remarquable au cours de ces quelques jours passés en Ghysitia. Grâce à vous, la vie de la Princesse Eléanora est en sécurité... Pour l'instant.

Ce dernier soupira à ces mots alors que la Princesse baissa légèrement la tête, toujours aussi silencieuse.

Arnold : Je pense qu'il est également temps de remettre à chacun d'entre vous vos récompenses bien méritée, mais avant de vous remettre votre argent, je vous avais promis à tous et à toutes un Magister. Ces médailles prestigieuses vous permettant d'accéder à une classe de niveau supérieur d'une valeur de 8000 écus. Cependant, cette récompense ne sera pas distribuée à vos deux nouvelles recrues, étant donné qu'ils n’ont pas participé dès le premier jour à l'enquête. Servants, veuillez remettre aux mercenaires leur récompense dès à présent. Excepté pour ce jeune homme noir de peau dans le fond de la salle ainsi que pour cette... Grossière jeune femme qui se trouve non loin de lui. Edena et Mwindo, si je ne dis pas de bêtises. Ah oui, Néo, voulez-vous bien vous charger de remettre le Magister des trois blessés de votre groupe lors de leur remise sur pied demain ?

Néo : Oui, sans problèmes.

C'est alors que plusieurs servants s'avancèrent chacun tenant un cousin rouge dans ses mains, avec en son centre une médaille dorée, plus communément appelé : Magister. Cet objet précieux qui permettait à une unité de niveau 20 de changer de classe pour passer à son stade supérieur. Quand aux Laguzs et toutes autre être vivant capable de se transformée en créature, ces derniers devaient utiliser ce Magister au niveau 20 également, mais ils ne changeaient pas de classe. Pour une raison mystérieuse, à la place, ces dernier débloquaient leur véritable potentiel leurs permettant de monter jusqu'au niveau 40.

Une fois les Magisters remis à leur nouveaux propriétaires légitimes, Arnold se racla de nouveau la gorge, balayant de nouveau la salle du regard, vérifiant que chacun avait bel et bien reçu la récompense à l'exception de Mwindo et Edena. Arnold leva ensuite la main au dessus de lui, et claqua des doigts.

Arnold : Bien, dès à présent, si vous voulez bien apporter à nos sauveur leur ultime récompense, je pense que vous l'avez bien mérité, 7500 écus pour chaque personnes présente dans la salle. Néo, vous devrez remettre la somme d'argent à vos trois blessés tout comme leurs Magister. Je compte sur vous. Ah oui, nous avons également passé un contrat avec le marchant vendant ces Magisters pour votre groupe, c'est un sage répondant au nom de Ray, un homme respectable d'une bonne centaine d'années, ne vous fiez pas à son apparence de jeune homme de 20 ans, il s'agit d'un Marqué. Il est déjà parti sur le Fire Emblem avec la lettre signé de ma main pour que votre Capitaine Jin puisse l’accueillir parmi vous. Il a les cheveux très long et noir ainsi que les yeux rouges, vous ne pouvez pas le manquer.

Néo : Très bien, je vous remercie de nous avoir prévenu ! Je vous remercie également pour votre générosité à notre égard.

Arnold : Ne vous en faites pas pour ça. C'était le minimum que nous puissions faire pour les sauveur de Ghysitia après tout. Servants, veuillez distribuer l'argent à nos invités.

Le même schéma que précédemment se répéta. Cette fois, une bourse en cuir de couleur marron se trouvait au centre du cousin rouge, garnis chacune de 7500 d'écus à l'intérieur. Cette fois, tout le monde sans exception avait eu droit à la récompense, incluant Mwindo et Edena. Mwindo pour avoir fait preuve d'une remarquable prouesse lors du combat contre la Résistance et Edena pour avoir couvert les deux Évêques ayant accompagné les mercenaires dans la planque de la résistance, lors du combat contre ces derniers. Une fois les récompenses remises aux divers mercenaires présents dans la salle du trône, le Pape Kasyade s'avança d'un pas, alors que le Premier Ministre Arnold recula.

Thème du Pape Kasyade :


Kasyade : Mes amis, je vous remercie également au nom du peuple de Ghysitia pour vos accomplissement. Grâce à vous, l'ombre pesant au dessus de la tête de notre Princesse adorée s'est évaporée. Vous lui avez sauvé la vie et pour cela, le peuple de Ghysitia vous en est éternellement reconnaissant. Enfin... Je dis ça, mais il reste un mystère que nous n'avons pas encore élucidé. Qui a pu vendre ces maudits bracelets explosifs aux membres de la résistance ? Au jour d'aujourd'hui, est-ce que l'ont peut réellement dire que la Résistance à bien été éliminée... ? Je n'y crois personnellement pas. Je pense que d'autres Membres de la Résistance se terrent encore en Ghysitia. Que l'ombre du mal, continue de peser sur la tête de notre Princesse adorée ! ... N'ayez craintes, cependant, moi, le Pape Kasyade en personne, a déjà trouvé une solution de secours, ce fut certes, compliqué de convaincre notre Premier Ministre bien aimer, mais il à fini par capituler et accepter ma proposition...

Arnold soupira aux mots du Pape Kasyade, alors que la Princesse releva la tête, curieuse elle aussi, puisqu'elle n'avais pas été mise au courant de quoi que ce soit.

Kasyade : Tout d'abord, l'Elite de Ghysitia que sont les Anges servant l'Eglise ainsi que les Chevaliers Divins servant la couronne serons de retour d'ici la fin de la semaine de leurs missions respectives. Leurs but sera, grâce aux information que vous avez pu récolter, de traquer et d'éliminer la menace rebelle se terrant dans l'ombre, ainsi que de trouver le responsable vendant les bracelet explosifs à la Résistance. Nous nous montrerons sans pitié envers les personnes ayant attenté à la vie de la Princesse Eléanora.

Arnold : C'est une honte que vous ne puissiez pas rencontrer les Anges et Chevaliers Divins de Ghysitia. Je suis convaincu qu'ils auraient aimer vous remercier pour ce que vous avez accompli en leur absence. Mais nous savons que vous ne pouvez rester éternellement ici. Vous avez un devoir à accomplir après tout : Le Projet Gaïa.

Kasyade : Tout à fait. J'aimerais également vous confirmer que nous allons respecter notre part du marché et que nous allons étendre votre renommée. Vos exploits vont faire le tour des différents continent, du monde. Je suis convaincu que cela impacteras positivement votre travail et que les demande de travail pleuvons d'ici peu. Nous avons également confié en main propre ce matin même une somme astronomique d'argent pour couvrir vos voyages et autres dépenses importantes tel que l'achat de nourriture. Ce qui a ravi le capitaine du Fire Emblem Jin, qui nous a appris ce matin que votre trésorerie approchait dangereusement du seuil critique. Avec ce que nous vous avons donné, vous aurez de quoi couvrir vos dépenses pour au moins deux ans. Nous parlons là de cinq millions d'écus. Nous avons également confié quelques vivres pour tenir une semaine en plus du marchant de Magister que nous avons déjà évoqué un peu plus tôt.

Arnold : Cependant... Avant de respecter notre part du marché entièrement, le Pape Kasyade et moi-même avons une annonce importante à vous faire. Princesse Eléanora, veuillez vous lever je vous prie.

Eléanora : ... ?

La Princesse, perplexe, se leva comme il lui avait été demandé. Elle s’avança timidement aux coté de Néo. Son cœur battant à tout rompre dans sa poitrine, ne comprenant pas ce qu'il se passait.

Arnold : Avant de répandre votre renommée, nous devons nous assurer de vous mettre au courant de quelque chose de capital pour la suite. Après avoir refusé les demandes de la Princesses en boucle quand au sujet de son voyage initiatique, voyage traditionnel que chaque Roi et Reine de Ghysitia doit entamer avant de monter sur le trône après avoir pu brandir la lame de légende : Nægling.... J'ai décidé d'accepter la proposition du pape Kasyade. Après avoir vu vos prouesses et avoir pu jauger de vos capacités, après avoir réalis » que la Princesse serait en danger permanent, ici, en Ghysitia... Je demande humblement aux mercenaires de Gaïa de prendre la Princesse Eléanora sous votre aile. Je refuse de la voir entamer son voyage initiatique seule, et je refuse de l'exposer plus longtemps au danger se terrant dans notre belle Ghysitia. Dès demain, vous pouvez considérer la Princesse comme étant des votre, du moins, jusqu'à ce qu'elle mûrisse, gagne en sagesse ainsi qu'en puissance. Une fois la Princesse remplissant ces conditions, elle reviendra en Ghysitia, brandira Nægling et montera sur le trône. En attendant, je vous demande de protéger la Princesse à notre place, nous vous la confions et n'avons aucun doute qu'elle puisse se révéler utile à vos troupes de mercenaires. Je lui ai moi-même enseigné les rudiment de l'épée, bien qu'elle manque cruellement d'expérience encore aujourd'hui.

A ces mots, les yeux de la Princesse s'ouvrirent en grand, elle ne savait pas quoi dire alors que les servant dans la salle semblaient agités.

Servant : Comment ça ? La Princesse travaillant comme mercenaire pour son voyage initiatique ?

Servante : C'est un scandale... ! Le roi et la Reine n'auraient jamais approuvé que cette tradition sacrée soit transformée en... Mascarade... !

Servante2 : Savoir la Princesse en compagnie de... Roturiers ! C'est insensé ! Je sais que la Parole du Pape Kasyade est absolue mais...

Kasyade : Du calme dans la salle je vous prie. La décision à été mûrement réfléchie et il est hors de question de la révoquer. Je peux comprendre vos inquiétude, mais la Princesse Eléanora sera plus en sécurité avec ces mercenaires que toutes seule. Souvenez vous que le voyage initiatique n'aurait pas du être fait avant que la Princesse n'aie au moins 500 ans ! Aujourd'hui elle n'a que 18 ans, c'est beaucoup trop tôt. Mais puisque nous n'avons personne d'autre pour monter sur le trône et que la Princesse n'arrive pas à brandir Nægling, il est important de prendre des mesures d'exception. Il en va de l'avenir de Ghysitia tout entier ! De plus je sais que nous pouvons compter sur les mercenaires de Gaïa pour aider notre cher royaume. Confier la Princesse à des groupes de mercenaires n'étant attirés que par l’appât du gain, il en est hors de question. Nous avons pu voir de nos yeux que les mercenaires de Gaïa sont sincère. Et de ce fait, nous pouvons leurs confier la Princesse Eléanora le cœur léger.

Arnold : Qu'en dites vous, mon cher Néo. Pouvons-nous vous confier la Princesse ? Vous sentez vous à la hauteur de la tâche ? La décision vous reviens, sachez juste que pour finaliser notre part du marché quand à vous faire une bonne réputation, vous devrez accepter cette condition. Vous êtes les seuls sur qui nous pouvons compter. Sachez également que, puisque votre deuxième Chef se repose jusqu'à demain, vous êtes le seul en mesure de décider si oui ou non, vous voulez accepter d'avoir dans vos rang notre chère Princesse. Et nous voulons la réponse tout de suite.

Eléanora : ... J... Je vous en prie Sir Néo, c'est la première fois que le premier Ministre Arnold et le Pape Kasyade acceptent enfin de me laisser entamer ce voyage initiatique... Je me sentirais plus en sécurité aux cotés de votre groupe de mercenaires qui a tant fait pour moi... ! Je ne serais pas un fardeau, je vous le jure !

A ces mots, la Princesse s'inclina face au Chef des mercenaires, sa décision seule allait changer le destin des mercenaires à tout jamais...

_________________
Chapitre 2: Princesse en danger ! - Page 13 15480110

The Light and the Darkness... Both are absolutely fascinating.

descriptionChapitre 2: Princesse en danger ! - Page 13 EmptyRe: Chapitre 2: Princesse en danger !

more_horiz
Néo était étonné de cette décision. Toutefois, il ne laissait rien paraître de sa surprise à ses interlocuteurs, et écoutait avec grande concentration ce qui était en train de se jouer. Ainsi donc, ils proposaient qu’Eléanora, la dauphine du royaume de Ghysitia, accompagne la Milice de Gaïa dans son périple ? Qu’elle se joigne à eux, et qu’elle se batte, comme une mercenaire ? Au nom du voyage initiatique qui était la tradition du pays. Arnold et la princesse se tournèrent vers lui, et le premier ministre lui demanda s’il autorisait la princesse à se joindre à eux, ou s’il s’y refusait.

A ces mots Néo répondit.

https://www.youtube.com/watch?v=v-o_pqYznsU&t=24s

Néo : Je dois avouer que je ne m’attendais pas à une telle proposition. C’est inhabituel qu’une tête couronnée se batte en compagnie de roturiers… du moins, on ne verrait pas ça sur le continent de Terra, à n’en point douter. Mais, je comprends que le voyage initiatique est une tradition de votre pays, et que ce voyage, en notre compagnie, serait bien moins dangereux pour Eléanora, que si elle demeurait seule, peu importe nos classes sociales. Je ne vais pas davantage tourner autour du pot, vous attendez une réponse claire, alors la voici : en tant que chef de la Milice de Gaïa, je choisis d’accueillir Eléanora parmi nous. Notre groupe manque d’unités, et la venue d’une nouvelle recrue, ne peut être qu’un pas de plus vers l’accomplissement de notre but final, le Projet Gaïa. Toutefois, je ne pourrai assurer qu’il lui soit octroyé un traitement de faveur dû à son rang : elle devra se battre comme les autres mercenaires, elle aura une chambre comme celle des autres, et partagera les repas au Mess comme le reste de notre Milice. Si elle accepte ces conditions, alors elle sera la bienvenue dans notre groupe !

Eléanora : Je… J’accepte, bien entendu !

Arnold : Ainsi soit-il ! Une dernière formalité, avant de nous quitter.

Il claqua des doigts. Aussitôt un serviteur apporta un coussin sur lequel était posé une fine épée de duel.

Arnold : Princesse, prenez cette Rapière par-devers vous ! J’ai bien conscience que vous n’avez pas encore suffisamment de maîtrise à l’épée pour vous servir de cette arme convenablement… Mais le moment opportun, cette fine lame pourrait vous sauver la vie sur le champ de bataille !

Eléanora : Merci, Arnold.

Arnold : N’oubliez pas, la rapière est efficace sur les unités montées à cheval, mais aussi sur les chevaliers en armure lourde ! Je vous souhaite bonne chance pour votre voyage.

Kasyade : Oh, ma chère princesse, vous me manquez déjà !

Eléanora : Merci… merci, pour tout.

_________________
Chapitre 2: Princesse en danger ! - Page 13 Hyrule10 Chapitre 2: Princesse en danger ! - Page 13 12348510 Chapitre 2: Princesse en danger ! - Page 13 Lehran10

descriptionChapitre 2: Princesse en danger ! - Page 13 EmptyRe: Chapitre 2: Princesse en danger !

more_horiz
Gains du chapitre 2 :

♣ Points d’expérience :

La partie enquête n’ayant pas donné de points d’expérience, seul le RP du combat contre la Résistance aura été pris en compte pour le calcul de l’expérience de chaque personnage. Quelques remarques importantes :

_ L’expérience gagnée contre le boss :
Pour ce chapitre, les combats contre Jean-Paul n’auront pas été pris en compte dans le calcul d’xp, le fait d’avoir combattu Jean-Paul donnant un gain fixe de 250 xp qui s’ajoute aux éventuels gains dus à des combats contre d’autres sbires. C’est pourquoi notamment Erina et Telrar auront gagné exactement 250 xp chacun, ne s’étant pas battu contre d’autres unités ennemies.

_ Les danses ratées d’Abina :
Pour cette bataille, j’ai compté que chaque danse ratée d’Abina lui rapportait moitié moins d’expérience qu’une danse réussie. Concrètement, vu qu’elle est T1, je compte 20 xp pour une danse réussie, ce qui fait qu’une danse ratée lui aura octroyé seulement 10 xp.

_ Le familier de Mwindo :
Pour l’invocation de Mwindo, j’ai calculé l’expérience exactement de la même façon que je fais pour les loups fantomatiques d’Erina. C’est-à-dire que l’invocation en elle-même ne donne aucun point d’expérience (contrairement à Sacred Stones où chaque invocation octroie 10 xp), en revanche chaque fois que le fantôme se bat contre un ennemi, je compte les gains d’expérience pour Mwindo comme si c’était lui qui se battait directement.

♣ Points de compétence :

Chaque personnage gagne 50 PC pour la partie enquête, à l’exception de Mwindo et Edana qui ont été recrutés alors que cette partie avait déjà débuté. De plus, chaque personnage gagne 50 PC pour la bataille contre la Résistance, quelles qu’ont été ses actions durant cette bataille. Ce qui fait un total de 100 PC pour la majorité des unités.

Erina, quant à elle, gagne 50 PC en bonus pour la perspicacité dont elle a fait preuve en étant la première à deviner le lien entre le fragment de pierre et la pierre tombale. Elle est donc la seule à obtenir 150 PC pour ce chapitre.

♣ Écus :

Chaque unité ayant participé à la bataille, quelles qu’ont été ses actions, gagne 7 500 écus, offerts par le premier ministre Arnold au nom de toute la nation de Ghysitia.

♣ Récompense supplémentaire :

Chaque unité que comptait le groupe au début du chapitre 2 se voit remettre personnellement un Magister par le premier ministre Arnold. C’est la récompense spéciale que ce dernier avait prévue si le groupe réussissait à éradiquer la menace pesant sur la couronne dans un délai de deux jours, ce qui a été le cas. Par défaut, je place systématiquement ces Magister dans le convoi personnel de chaque mercenaire.

Tous les gains du chapitre 2 par perso :
Chapitre 2: Princesse en danger ! - Page 13 210

_________________
Chapitre 2: Princesse en danger ! - Page 13 Hyrule10 Chapitre 2: Princesse en danger ! - Page 13 12348510 Chapitre 2: Princesse en danger ! - Page 13 Lehran10

descriptionChapitre 2: Princesse en danger ! - Page 13 EmptyRe: Chapitre 2: Princesse en danger !

more_horiz
Alors que les Mercenaires avaient pénétré dans la salle où les attendaient le Premier Ministre, le Pape et les servants, Calcias était resté au milieu du groupe, de toute évidence nerveux.
Il avait des sentiments contraires qui se bousculaient, bien qu'un côté prenait facilement le dessus. Être convoqués, cela voulait enfin dire qu'ils n'en avaient plus pour longtemps ici. Mais en même temps, le décor et la disposition des autres dans la salle lui donnait l'impression d'être encerclé, ni plus ni moins.
N'était-ce pas le cas, en réalité ?

Après avoir timidement pris la médaille qu'un des servants lui avait donné, il l'observa longuement avec curiosité avant de se raidir à l'annonce du premier ministre. Comment ça, un Maudit allait habiter sur le Fire Emblem ?!

Pas encore... ! Il ferma les yeux, et inspira profondément, essayant de faire le vide, en vain, bien évidemment. Non. Ce devait être une erreur. Ou il avait mal entendu. Et une seconde. Si c'était un marchand, cela voulait dire... Que ce qu'ils avaient reçu venaient de lui.
Calcias serra la médaille dans sa main, ne sachant quoi en penser. Un artefact de Maudit... Ça pouvait être dangereux. Plus il y songeait, plus il se tenait droit comme un piquet, n'osant plus bouger.

Ils n'avait pas le choix, encore une fois. Le moindre geste de sa part pouvait signer l'arrêt de mort du groupe entier. Il ne pensa même pas à prendre l'argent qu'on lui tendait après, trop rigide pour ne serait-ce que penser à le prendre. Ce n'était pas sa priorité, après tout.

Sa priorité, c'était d'essayer d'éloigner le désespoir qui enserrait son cœur, et faire illusion. C'était juste un cauchemar... Ou une mauvaise blague. Une très. Mauvaise. Blague.
Et ça ne s’arrangea pas lorsque la situation de la Princesse fut expliquée. Il avait fait en sorte de la protéger pour qu'elle puisse guider son peuple, pas qu'elle vienne AUSSI avec eux !

L'épéiste était désormais totalement figé, semblable à une statue tremblante. C'était le mieux qu'il puisse faire pour garder l'illusion, et s'évertuait du mieux qu'il pouvait d'éloigner ces images infernales qui l'assaillaient alors que la réponse du Chef était attendue. Une mauvaise blague. Il savait bien qu'il trouvait le groupe bizarre vis-à-vis des Maudits, mais le Chef avait sûrement la présence d'esprit de...
Il avait accepté. Ce fut le coup de grâce pour l'esprit de l'épéiste, qui voyait déjà les trois monstres semer la pagaille et le chaos dans le vaisseau, dévorant tout ce qui passait à leur portée lorsqu'ils décideraient du bon moment pour cette fête.
La vision qu'il avait eu avant de partir sur ces terres se concrétisait de plus en plus, sinon en une version plus horrifique encore que la précédente.

Et bien que son désir de protéger ses compagnons l'avait emporté sur son corps qui avait finit par arrêter ses tremblements à cause de son esprit et à rester debout, droit et stoïque, cette fameuse conscience avait définitivement décidé de faire groupe à part, emportée rapidement par les divagations de Calcias jusqu'à embrasser un doux vide dénué de tout.

Tant et si bien que si l'illusion d'être là tenait, il suffisait de le toucher un peu pour qu'elle se brise facilement.

descriptionChapitre 2: Princesse en danger ! - Page 13 EmptyRe: Chapitre 2: Princesse en danger !

more_horiz
Le lendemain matin, vers 8h00... Lamne, Signy, et Xena étaient déjà remis sur pieds, grâce aux soins du Pape Kasyade. Lamne était déjà parti en avance et n'avait pas attendu les deux jeunes femmes. Jin était passé rendre visite aux trois personnes concernés pour prévenir qu'ils partiraient de Ghysitia vers 10h00 à bord du Fire Emblem. Il en avait également profité pour glisser à Lamne qu'il lui avait préparé une soupe de Carotte exprès pour le récompenser de ses efforts durant le combat contre Jean-Paul. Et bien entendu, même si ce dernier n'avait rien dit il était fou d'inquiétude pour les trois blessés il avait même confié quelques écus de la trésoreries à Xena et Signy au cas où elles voudraient se faire plaisir dans l'une des tavernes du coin. Après tout, elles n'avaient rien mangé pour le petit déjeuner ce matin là. Après le départ de ce dernier, les jeunes femmes se changèrent dans un coin de la salle et leurs armes furent rendues.

Xena : Sympa de la part de Jin de nous avoir confié 50 écus chacune. Je t'avoue que j'ai un petit creux. Aller manger un petit déjeuner à la taverne du coin me semble être une excellente idée et je t'avoue que ça fait des mois que j'ai envie de lait aux fraises. Puis, ça nous permettra de passer un moment toutes les deux avant de partir d'ici. Il nous reste deux heures.

Signy était encore un peu sous le choc de tout ce qui s'était passé depuis que le combat contre Jean-Paul s'était achevé. En effet, ils avaient tous reçu beaucoup d'argent, 7500 écus chacun de la part de Ghysitia, et sans parler du renflouement des fonds du groupe, ainsi que le don des Magisters... Il n'y avait pas à dire, cette mission avait été extrêmement bénéfique pour le groupe, sans parler de la renommée qu'ils allaient gagner selon Sir Anrold. Pourtant, la jeune femme ne savait trop quoi penser du fait que la princesse Eléanora les rejoigne. Dans les faits, le groupe venait de prouver sa valeur, donc autoriser la princesse à faire son voyage initiatique avec eux était plutôt sûr, mais accueillir une marquée royale, elle avait en tête quelques noms de personnes qui pourraient être perturbées...

Signy : En effet, Jin est vraiment gentil d'avoir pensé à nous ainsi. Et... Oui, je crois que ce ne serait pas de refus de manger un bout à deux, même si nous avons passé plusieurs jours l'une avec l'autre, tu pourrais en avoir marre de moi hihi!

Après cette petite blague, la stratège mit son manteau, le ferma et fit un signe de tête à Xena.

Signy : Espérons qu'ils servent du lait aux fraises en ce cas. Après toi du coup!

Xena : Marre de toi ? Je ne pense pas que ça soit le cas...

Xena n'avait évidement pas compris que Signy blaguait puis après s'être habillée dans son coin et avoir eu la bonne surprise de constater que ses habits étaient flambant neufs, elle franchit le seuil de l'Eglise du Pape Kasyade pour se retrouver dehors, sa nouvelle fourrure offerte une fois de plus par Arnold l'empêcher d'avoir beaucoup trop froid.

Xena : J'avais vu une taverne qui semblait sympa non loin du port aérien, on fera d'une pierre deux coups comme ça, on pourra prendre notre temps pour manger et être non loin du Fire Emblem. Par contre, avant de nous y rendre, tu aimerais visiter un endroit en particulier ? Contrairement aux autres, nous n'avons pas eue la chance de visiter Ghysitia de manière plus libre puisque nous étions traitées par les soins du Pape Kasyade. J'aurais aimer le remercier, mais on dirais qu'il n'était pas là ce matin, dommage...

Signy hocha doucement du chef avec un sourire. Elle avait compris que l'humour n'était pas le fort de Xena, si bien qu'elle ne s'offusqua pas du fait que sa blague était complètement passée par dessus la tête de son amie.

Signy : Hmm, j'avais repéré un magasin sur le trajet, mais si je visualise la taverne dont tu parles, elle est plus loin du Fire Emblem que le magasin que je souhaiterais visiter. Ce... Ce n'est pas un magasin qui nous sera utile en tant que mercenaires, mais j'y ai vu...

Elle fut interrompue par les gargouillis de son estomac, lui provoquant une perle de sueur sur sa tempe.

Signy : ... Je crois que les explications devront attendre le repas.

Xena : Très bien, on peux y aller après manger alors, tu sembles avoir encore plus faim que moi, allons-y. Et après quelques minutes de marche, les deux têtes rousses montrèrent le bout de leur nez à la fameuse Taverne nommée "Perce-Ciel".

Xena : C'est pas le nom d'une arme ça "Perce-ciel" ? Enfin bref, installe toi à cette table juste là, je vais aller demander au serveur si il peut venir s'occuper de nous au plus vite, notre temps est limitée après tout.

La femme à la crinière de feu s'éloigna alors, laissant Signy s'installer à son aise alors que Xena abordait le serveur. Finalement, après quelques secondes, elle revint vers la stratège et s'installa à son tour, face à elle.

Xena : Il a dit qu'il en aurait pour cinq minutes, on peux jeter un œil à la carte en attendant, les différents menus et boissons y sont indiqués.

Signy se contenta d'obéir et regarda le menu du coin de l’œil. Vu qu'ils étaient aux hauts quartiers, il y avait des propositions intéressantes mais une particulièrement attirait son attention. Si bien que lorsque Xena revint, la stratège avait déjà fait son choix.

Signy : Je ne t'ai pas attendu, tu m'excuseras. Et ils ont du lait aux fraises, tu peux être rassurée. En revanche, ils n'ont pas de thé à la Cerise mais à la bergamote, je ferais avec.

Xena : Sans rire ?! Enfin du lait aux fraises après des mois entier sans en consom... Eu...

La Chef s’arrêta un instant, les joues rosies par ce qu'il venait de se passer puis reprit un air un peu plus sérieux, se raclant la gorge tout en se sentant extrêmement gênée.

Xena : Je veux dire... Merci de m'avoir prévenue, je pourrais survivre encore des mois sans avoir ma douceur favorite en bouche après tout. Mais je veux bien en commander. Tiens ils ont aussi du pain aux abricots, je vais en commander aussi, ça devrais aller pour le petit déjeuner.

Le serveur vint ensuite à la table des deux jeunes femmes pour confirmer leurs choix.

Serveur : Alors, avez vous fait votre choix charmantes demoiselles ?

Xena : Un pain aux abricots et un grand verre de lait aux fraises pour moi.

Signy : Et moi, je prendrai deux parts de tarte au citron avec un thé à la bergamote, merci.

Alors que le serveur retournait en cuisine pour passer la commande, Signy s'étira doucement.

Signy : Du coup, nous allons maintenant voyager avec une princesse... J'ai comme l'impression que mes journées vont être mouvementées, une pirate du ciel, un invocateur... Le groupe va être très coloré.

Xena soupira à la remarque de Signy. Le soir avant, lorsque Néo est venu donner les récompenses des trois blessés et faire part de la situation sur la nouvelle recrue des mercenaires, Xena se sentait un peu vexée, personne ne l'avait consultée pour une pareille décision, et elle s'était sentie mise à l'écart.

Xena : Tu as raison, par contre le fait de voyager avec la Princesse ne me plaît pas vraiment. Elle n'est pas taillée pour le combat, ça se voit immédiatement. Je doute qu'elle nous serve à quoi que ce soit pour nous aider à remplir les missions que nous allons recevoir. Sans compter que, si jamais elle venait à perdre la vie, nous perdrions nos têtes nous aussi, je n'ai aucun doute là dessus. Je me demande quel genre de personne sera notre prochaine recrue. J'espère au moins quelqu'un d'aussi utile que Abina ou Mwindo. Bref, en attendant le serveur, j'aimerais savoir du coup ce que tu avais en tête tout à l'heure, tu sais, avant de te faire interrompre par tes gargouillis. sourit

Signy : Je suis d'accord, du peu que j'ai constaté, elle n'est pas faite pour la vie que nous menons. Cependant, si elle peut se renforcer elle-même et apprendre des choses sur l'art de régner, Ghysitia pourrait en ressortir grandie. Néanmoins, je pense que c'est trop tôt par rapport à elle. Je ne me souviens même pas avoir entendue sa voix jusqu'ici, il faudra donc qu'elle travaille sur sa timidité. Après, je peux bien penser à une ou deux situations où elle pourrait avoir de la valeur ajoutée pour notre groupe.

Et alors que Xena la questionna sur ce qu'elle avait en tête. Elle ne répondit pas tout de suite, surtout que leur commande arrivait. Elle regarda sur le côté avant de reprendre la parole.

Signy : .... Un violon. Messire Alexander m'a appris à en jouer, ça faisait partie de mon éducation. Je n'ai pas pu en avoir chez Esther, c'eut été un rien dangereux avec les babouins qu'elle appelait compagnons. Mais... Jouer du violon pour jouer du violon me fait du bien, enfin, pour les souvenirs que j'en ai qui datent d'au moins 4 ans.

Le serveur déposa les commandes des jeunes femmes sur la table, puis il finit par s'éloigner. Après avoir porté à ses lèvres le lait au fraises tant attendu, Xena semblait étrangement détendue, un sourire naturelle affiché son visage pour la première fois. Xena écoutait Signy, puis elle finit par opiner, toujours souriante.

Xena : Un Violon tu dit ? Étrangement je trouve que ça t'irait bien. Et je serais curieuse de t'entendre en jouer une fois au moins. J'espère simplement que tu ne seras pas rouillée, 4 années sans pouvoir y jouer, il ne fait aucun doute que, même une personne aussi talentueuse que toi, aie besoin de reprendre ses marques pour que ça te revienne.

Puis après ses mots, Xena mordis dans son pain aux abricots, avant d'afficher un air un peu plus grave.

Xena : Tu sais, Signy, ça me gêne un peu de te dire ça tout un coup... Je n'ai pas l'habitude de ce genre de choses mais... Disons que je tenais à te présenter des excuses.

Signy : Oh, je n'ai aucun doute sur le fait de devoir réapprendre à en jouer, donc mes excuses en attendant de parvenir à jouer correctement, je devrais vous casser les oreilles.

Cette fois, elle était à moitié ironique. Oh, elle ne doutait pas d'avoir rouillé mais il fallait vérifier. Après avoir bu une gorgée de thé, Signy écouta simplement ce que Xena avait à dire.

Signy : ... Des excuses? Je ne vois pas ce que tu m'aurais fait qui mériteraient des excuses pour ma part? Mais si cela peut t'aider, excuses acceptées.

Xena : Tu sais, si tu ne me demande pas ce dont il s'agit, je n'en dirais pas plus. Tu ne sembles pas te rendre compte que je suis une personne qui a sa fierté, et ce n'est pas tout les jours que je m'excuse auprès de quelqu'un. Et encore moins admettre que j'avais tord.

Signy : Eh bien.... Disons que je suis curieuse mais que justement, je me rends bien compte que tu as ta fierté. Alors te faire avouer ce que tu considères être ton tord, je ne pense pas que ce soit très élégant. Mais si d'un autre côté, tu as quand même envie d'en parler pour que tu saches que j'ai compris, je vais le demander, pourquoi donc des excuses? Et si répondre te met trop mal, ne me répond pas.

Xena soupira, elle et Signy vivaient dans des mondes bien différents. Xena n'arrivait toujours pas à la cerner, c'est après avoir mâchouiller une autre bouchée de son pain aux abricots que Xena finit par s'adresser de nouveau à cette dernière.

Xena : Vu comment tu parles parfois, je me demande si tu n'as pas de sang de bourgeois dans les veines. Enfin bref, passons. Je voulais surtout m'excuser d'avoir douté de toi pendant ces deux derniers mois où tu nous à rejoins. Même si ça peux sembler justifié au début, le fait que je n'avais pas confiance en toi était... Injuste. Je ne pense pas que quelqu'un de mauvais irait jusqu'à tomber d'épuisement pour vouloir soigner quelqu'un qu'elle connait à peine au point de finir elle aussi dans un lit pour les trois prochain jours. Donc voilà, je sais que tu as déjà accepté mes excuses sans avoir pris le temps d'écouter ce que j'avais à dire... Ce que je trouve assez malpoli d'ailleurs. Mais voilà, il fallait que je t'en parle avant de... Changer d'avis. Présenter des excuses est quelque chose de très difficile pour moi. Bref, j'ai été injuste avec toi, ça ne se reproduira plus à l'avenir. Je te fait confiance.

Signy sourit doucement, avant de reprendre une petite partie de tarte.

Signy : Je ne sais pas si j'ai du sang bourgeois mais j'ai été élevée par un bourgeois, oui. Donc, pour tes excuses... Comme je l'ai dit, malgré que tu aies trouvé ça malpoli, et je t'en présente mes excuses mais je ne voulais pas que tu te sentes obligée de répondre et de toute façon, je ne voyais rien qui nécessitait des excuses, elles sont acceptées. Car oui Xena, je me suis évanouie pour essayer de te sauver la vie, mais d'un autre côté, avant que je le fasse, comment pouvais tu le deviner? Tu as des responsabilités en tant que meneuse envers nous tous et... Vu certaines "choses" que tu m'as montré dans la chambre, je devine que ton enfance a été difficile même si je n'en demanderai pas plus. Je n'avais pas de raisons de base de te trouver trop méfiante avant mais si j'en avais, elles auraient disparues après ces trois jours. Mais je suis néanmoins ravie de voir que tu ne doutes plus autant de moi.

Avec un autre sourire, la stratège finit tranquillement son dessert avant de siroter le thé.

Xena : Je te remercie d'accepter mes excuses. Et j'accepte les tiennes. Tu sais qu'avec moi, tu peux oublier ce genre de forme de "politesse" en tout cas. D'ailleurs, je vois que tu fais enfin l'effort de me tutoyer sans hésitation, ça me fait plaisir. Déjà que je me sentais mal à l'aise de devoir parler de manière aussi formelle au Pape Kasyade et au Premier Ministre Arnold. J'espère que les choses iront bien entre moi et la Princesse, les nobles ont tendance à m'irriter, surtout depuis cette histoire avec Arsenus. Quand à mon enfance eh bien, je préfère éviter le sujet oui et je te remercie de ne pas avoir de curiosité mal placée à ce sujet d'ailleurs.

Elle but alors d'une traite son lait aux fraises après avoir fini son pain aux abricots avant de reprendre.

Xena : Aaaaah. Rien de tel qu'un bon lait aux fraises pour retrouver le moral en tout cas. Bon, quand tu auras aussi terminé ton petit déjeuner, je pense qu'on peut aller payer le serveur et aller voir pour ton violon. Avant ça, j'aimerais juste passer devant le Fire Emblem si tu n'y vois pas de problèmes, juste le voir pourrait me faire du bien au moral. Tu te doute bien qu'après ces nuits passées dans le château ça me ferait chaud au cœur de voir que notre "maison" soit toujours en bon état.

Signy finit elle aussi son petit déjeuner et sourit à Xena.

Signy : Ce n'est pas facile, je dois encore faire attention mais je commence à m'habituer à te tutoyer. Mais pour ce qui est d'Eléanora, le peu de temps que j'ai passé avec elle et Arsenus me fait déjà me rendre compte de leurs différences, il reste à voir si ça changera quelque chose pour toi sachant ce que tu viens de dire. Et pour le Fire emblem.... Hmm, je pense que je vais te laisser partir devant, je risque d'en avoir pour un moment dans le magasin, et ainsi tu pourras constater que Jin n'a pas perdu la main pour l'entretien de son bébé.

Encore une fois, elle rigola doucement. Elle se sentait bien aujourd'hui, la perspective d'acheter un violon après toutes ces années lui faisait cet effet.

Xena : Contente de te l'entendre dire. Pour ce qui est de la Princesse je n'ai aucun doute que ce soit une bonne personne mais... Bah, ce n'est rien, on ferait mieux d'aller payer. Les deux femmes se levèrent alors puis partirent payer le repas, elles se mirent toutes deux d'accord pour rendre la monnaie à Jin. Il n'était pas impossible que ce dernier aie tapé dans ses propres économies pour leur permettre d'avoir ce petit déjeuner.

Xena : Très bien alors, je pars devant. Je te rejoins dès que j'en ai fini, mais ne m'attend pas non plus. Sinon tu risques de devoir faire la queue et de rater ton occasion. Bien, on se voit tout à l'heure alors. Fait attention à toi. Et après un dernier signe de main. La Chef et la stratège prirent des chemins différents.

Dernière édition par Jevana le Dim 31 Mai 2020 - 20:21, édité 1 fois

_________________
Chapitre 2: Princesse en danger ! - Page 13 15480110

The Light and the Darkness... Both are absolutely fascinating.

descriptionChapitre 2: Princesse en danger ! - Page 13 EmptyRe: Chapitre 2: Princesse en danger !

more_horiz
Deux minutes de marches après que les deux femmes se soient séparées, Xena arriva devant le Fire Emblem, son visage arborait un sourire alors qu'elle se contentait de contempler ce dernier.

Xena : Ca fait du bien de rentrer à la maison, il n'y a pas à dire. Bon, je suppose que je peux rejoindre Signy à présent... Euh, qu'est ce qu'il fait lui ?

https://www.youtube.com/watch?v=Zixn-cXyllE

En effet, Xena avait repéré dans les buissons un grand homme, qui serrait de ses mains une hache. De plus, son regard était posé sur le Fire emblem avec une certaine.... Animosité? Il semblait marmonner quelque chose mais elle était trop loin pour entendre ce qu'il disait. Les choses virèrent à l'absurde lorsque l'homme brandit son arme en hurlant.

????? : VIENS TE BATTRE, ENGEANCE DE DEMON!!

Puis il courut droit... Sur le Fire Emblem. Pas du côté où les gens pouvaient monter mais plus sur l'avant.

Xena dégaina son espadon de Bronze instinctivement alors que l'inconnu se dirigeait hache en mains vers le Fire Emblem. Cette dernière para de sa lame la hache de l'inconnu alors qu'elle était sur son flanc.

Xena : Non mais franchement... Je peux savoir ce que vous faites au juste ? Pourquoi vous hurlez comme ça, vous avez passé votre temps à la taverne, espèce d'ivrogne ?

La lame bloqué de l'homme lui fit baisser les yeux vers la jeune femme. Soudain, une grande tristesse se lisait dans son regard.

????? : ... Je vois, le démon a déjà envoûté quelqu'un. Vous m'en voyez désolé mais je vais devoir vous assommer.

Il rangea soudainement sa hache et se mit en garde, mains nues. Pouvait-il être lui aussi un pratiquant du combat sans armes?

Xena : A bien y réfléchir, vous ne puez pas l'acool... Vous me semblez être un idiot. Très bien, si c'est un combat à mains nues que vous voulez, ainsi soit-il.

Xena rengaina son arme, puis tapa de son poing droit dans la paume de sa main gauche.

Xena : Ça tombe bien au final, j'ai besoin d'une bonne séance de réhabilitation et vous tombez à pic. Par contre quand à ce qui est de m’assommer, j'aimerais bien vous voir essayer.

????? :
Tiens, vous combattez vous aussi aux poings? C'est plutôt rare... ... Non, je dois me concentrer.

Il se donna quelques claques sur les joues avant de reprendre la posture. Puis il chargea, plutôt agilement malgré son armure plus lourde que celle de l'infanterie. Il n'était pas spécialement mauvais en combat à mains nues, un peu comme un autodidacte. Et le poids de sa tenue rendait ses frappes plus lourdes.

Xena ouvrit les yeux en grand alors que l'inconnu la chargeait à toute vitesse... Il ne semblait pas être dérangé par le poids de son armure, ce qui surprit la Marquée qui se contenta de faire un rapide pas de coté pour esquiver la charge... Avant de riposter, son poing frappant en direction du visage de ce dernier.

Au même moment, il la regardait de côté, semblant remarquer quelques chose. Ses yeux s'agrandirent sous le choc.

????? :
... Xen--

Il ne put pas finir sa question que le poing impitoyable de son adversaire s'abattit sur sa face, ce qui le fit reculer de deux pas, accusant clairement le coup, mais il n'était visiblement plus en garde.

Stop musique

????? : Argh, si vous êtes celle que je pense, vous n'avez pas perdu votre droite, Aouch....

Xena regarda l'homme perplexe, elle avais juré qu'il était sur le point de dire son nom avant que le poing de la marquée ne heurte son visage.

Xena :
Désolée mais... On se connait ? Vous alliez prononcer mon prénom un peu plus tôt non ?

????? : .... Alors c'est bien vous, Xena ? Eh bien, je ne m'attendais pas à vous revoir ici, mais c'est un vrai plaisir! .... Si on oublie la partie où je me prends votre poing dans la face bien sûr.

L'homme se redressa et arbora un sourire.

????? : Vous ne vous rappelez peut-être plus puisque j'ai grandi, mais mon père a été un de vos clients, C'était une mission que vous aviez accepté.... j'étais un petit garçon à l'époque, si le nom "Morag" vous rappelle quelque chose, mais j'en doute.

Xena : Hé, tu l'avais bien cherché ce coup de poing, il me semble.

Xena écouta ce que l'homme avais à lui dire, puis elle se figea alors qu'il disais être un petit garçon, avant de froncer les sourcils, les bras croisés. Elle n'aimait pas du tout ce qu'il était en train de se passer.

Xena : Petit garçon tu dit ? C'était quel genre de mission ? Et plus important... Quand ça ? Tu m'excuseras cependant mais ce prénom ne me dit rien. Tu dois facilement deviner que j'ai vu beaucoup de clients au cours des années et il m'est impossible de me souvenir de chacun d'entre eux comme tu te doutes. Bref, j'aimerais avoir des réponses à mes questions, tu dois avoir deviné ce qui m’inquiète, non ?

Alors qu'il sentait Xena commencer à être sur la défensive, l'homme retira doucement son gantelet doit.

Morag : C'était une mission on ne peut plus basique, de l'extermination de bandits. Et... Si je ne me trompe pas dans les dates, c'était voilà dix ans?

Et alors que son gantelet était totalement enlevé, Morag montra l'intérieur de sa main à Xena.... où résidait une marque. Et ses doigts tracèrent dans sa paume le nombre 50, espérant qu'elle comprendrait ce qu'il voulait dire par là, avant de finalement remettre son gantelet.

Morag : D'ailleurs, c'est grâce à vous que j'ai voulu apprendre à me battre comme je l'ai fait.

Xena semblait soulagée de par sa réponse ainsi que le fait que ce dernier lui montre sa Marque puis de tracer le nombre 50 dans la paume de sa main. Cependant, elle était surprise que cet homme soit lui aussi un Marqué, mais ce qui l'étonna encore plus, était le fait qu'il se souvienne d'elle aussi longtemps ainsi que le fait qu'il l'avait prise pour modèle.

Xena : Je te remercie pour ton honnêteté Morag. Dix ans déjà ? Le temps passe si vite, je devais avoir quoi... 15 ans à tout casser à l'époque ? Je suis surprise que tu aies été inspiré par une débutante. souris En tout cas, je m'excuse de ne plus me souvenir de toi. Comme j'ai dit, quand on travaille dans le milieu aussi longtemps il est dur de mémoriser tout nos clients, surtout qu'une extermination de bandits, c'est quelque chose d'assez commun dans le milieu. Toi en revanche, tu semble ne pas m'avoir oubliée, d'un coté ça me fait plaisir. Désolée pour la droite en tout cas, mais tu t'apprêtais à endommager mon "foyer" il était normal que j'intervienne.

Morag : Votre foyer....?

Ses yeux se posèrent soudain sur le Fire Emblem de nouveau, et il blêmit.

Morag : ... Ce démon est votre foyer...? Sainte Ashunera, donne moi la force de résister....

Il regarda ensuite la jeune femme, avec un sourire crispé.

Morag : ... Vous ne me semblez pas être contrôlée, j'imagine que vous avez donc passé un pacte avec cette chose. Très bien, je ne ferai plus rien envers lui. Ceci dit, si vous êtes parvenu à apprivoiser une de ces bêtes, je constate que les choses vont bien pour vous.

Xena : Euh... Je ne sais pas de quoi tu parles, mais je suis contente que tu ne penses plus à attaquer le Fire Emblem. De un, comme je l’ai dit, c'est mon foyer, et de deux, je pense que tu n'échapperais pas au courroux de Jin, son capitaine. Par contre, je n'ai jamais fait de mission à Ghysitia auparavant. Je peux donc en déduire que tu n'es pas du coin, ce qui me soulève une interrogation... Si tu détestes ces "Démons" autant que tu le prétends, pourquoi est-ce que tu es monté à bord de l'un d'entre eux pour venir ici ? Ça ne me semble pas très cohérent cette histoire, ou alors tu dois avoir tes raisons. Tu fait quoi exactement en Ghysitia, tiens ? En tout cas tu me rendrais service si tu t'adressais à moi de manière plus normale, je déteste qu'on me vouvoie quand ce n'est pas nécessaire.

Morag : Heh.... Parfois, il faut accepter de pactiser avec le diable pour atteindre ses propres objectifs. Je cherchais ma sœur, j'avais entendu dire qu'elle était à Ghysitia. Bien évidemment, je ne savais pas pour leurs politiques territoriales, je ne serais JAMAIS venu ici si j'avais su que ma venue autorisée ne pouvait que vouloir dire qu'elle n'était pas là. Et pour parler de manière plus "normale", c'est comme tu le sens, j'ai l'habitude de jongler entre les deux.

Xena : Ta sœur ? Je l'avais déjà rencontrer elle aussi à l'époque j'imagine ? En tout cas, le fait que tu la cherches signifie que tu n'es pas dans une situation enviable j'imagine, j'espère qu'elle n'a pas eu de soucis, comme un enlèvement par exemple. Par contre, oui la règle de Ghysitia a ses avantages et inconvénients, même si je peux comprendre leur méfiance vis à vis des étrangers comme nous. Au moins, tu sais que tu n'as plus à la chercher par ici et ça te fait donc gagner un temps précieux. En tout cas, je dois dire que tu as failli me prendre par surprise tout à l'heure, je ne pensais pas qu'il était possible de se déplacer de manière aussi aisée dans une armure aussi épaisse que la tienne. Tu m'a aussi l'air de quelqu'un d'assez musclé, je ne me souviens pas à quoi tu ressemblais à l'époque, mais je dois avouer que c'est impressionnant à voir. Tu as mon respect en tout cas, j'aime les hommes forts.

Morag : Haha, aucune chance que mon apparence de l'époque t'aide à comprendre, j'étais un petit maigrichon... Et pour ma sœur, disons que.... Les choses ont viré assez laid, mais elle n'était pas là à l'époque.... Elle n'est pas comme nous, passionnés par le combat.

Vu la façon dont Morag avait insisté sur le "nous", il espérait que Xena aie compris ce qu'il voulait réellement dire par là. Qu'elle n'était pas une marquée.

Morag : Et je suis ravi d'avoir réussi à gagner ton respect! ... Ca me fait me demander, puisque tu es dans cette situation, j'imagine que tu n'es pas seule sur cette... Chose. Est-ce que ça t'ennuierait si--

????? : Me revoilà!

Morag tourna les yeux vers une petite tête rousse qui arrivait, un étui à violon dans les mains.

Signy : Il était parfait, et ça n'a pas coûté aussi cher que je l'ai cru, seulement 650 écus. J'ai hâte de-- ... Bonjour? Puis-je savoir qui vous êtes, messire?

Morag : Oh, juste une vieille connaissance de Xena, mon père a été un de ses clients à l'époque, voilà une petite dizaine d'années. Et vous?

Signy : Je suis Signy, Stratège des mercenaires de Gaïa.

Xena avait complètement oublié d'aller à sa rencontre avec ce qu'il venait de se passer, et la Marqué avait pris plaisir à converser avec son camarade Marqué. Elle avait compris cependant ce que ce dernier voulait dire par le "nous" étant donner qu'il avais bien insisté sur ce mot. Sa sœur était donc plus jeune que lui ? Ou bien ils n'avaient pas les mêmes parents ?

Xena : Oh Signy, désolée j'ai complètement oublier de te rejoindre. Mais puisque tu mentionne ta position au sein des Mercenaires de Gaïa, c'est vrai que je ne t'ai rien dit à ce sujet Morag, mais je suis l'une des deux Chefs des Mercenaires de Gaïa. Le travail en solitaire, c'est fini pour moi depuis plusieurs mois.

Signy : Pas de soucis Xena, tu as été occupée, ce sont des choses qui arrivent!

Morag :
Vraiment? Eh bien du coup, ça rend moins hasardeux ma demande, puisque deux personnes de la haute hiérarchie sur trois sont ici. Comme je te l'ai dit, je suis à la recherche de ma sœur mais maintenant que je suis de retour à la case départ, il faudrait que je trouve un moyen de récolter des informations... J'aimerais donc devenir Mercenaire, si ça vous dérange pas toutes les deux?

Signy : A la recherche de votre soeur? Hmm, on commence à avoir beaucoup de personnes à la recherche d'un membre de leur famille sur le vaisseau.... Mais pour ma part, je n'ai aucune raison de refuser et même si j'en avais, ce n'est pas de mon ressort de refuser.

Morag : .... C'est ... Pourquoi vous parlez de ressort? Ce petit truc en métal entortillé?

Signy : Euh... Non, messire simplet... De mon ressort veut dire qu'il ne m'appartient pas de.... Ce n'est pas à moi de donner mon avis pour faire simple.

Morag : Ah!

Xena sourit à la remarque de Signy en réponse à ce que disait Morag.

Xena :
Allons bon Signy, peut être que tu es un peu dure avec lui. En tout cas, je suis heureuse que tu proposes de te joindre à nous Morag. En toutes honnêteté, si tu ne l'avais pas fait, je t'aurais proposé la chose. Je sens en toi un potentiel certain, et je pense que tes muscles ne seraient pas de trop dans l'équipe. Tu m'as impressionnée tout à l'heure, tu te déplaces à une vitesse terrifiante malgré le poids de ton armure, tu as failli m'avoir. Bienvenue parmi nous en tout cas. Tu te présenteras à Néo, puis aux autres, une fois à bord du Fire Emblem. Je crois qu'il ne nous reste plus qu'à attendre notre dernière recrue en date et je pense qu'on sera enfin parés à partir. En attendant, Morag, je me demandais quelque chose, quel est le nom de ta classe ? Ça m'a l'air bien différent du chevalier habituel non ? Tu m'a l'air d'être une personne plus offensive que défensive à première vus.

Signy :
Mes excuses, ma bouche a parlé plus vite que je n'ai réfléchi. Mais du coup Morag, je suis curieuse aussi, vous semblez avoir des prédispositions avec les armures lourdes mais moins qu'un chevalier, à première vue, vous seriez une sorte de combattant armuré.

Morag : Hmm? En gros c'est l'idée ouais. Par contre un nom...? Comment je pourrais savoir ça, moi? C'est mon style, que j'ai essayé de rapprocher du tien, Xena... Je pense qu'on pourrait dire que je je suis un Batailleur, j'aime taper les gens.

Signy : Mais avec votre armure lourde, il faudrait un nom qui reflète ce fait. Pour ma part, je pense que "Batailleur lourd" correspondrait mieux. Qu'en pensez-vous?

Morag : Batailleur lourd? ....

L'homme se gratta le menton un moment, semblant réfléchir à la proposition.

Morag : .... Ouais, je pense que ça ira, j'aime bien.

Xena se gratta l'arrière du crâne alors que Signy et Morag étaient tous deux occupés de nommer sa classe, un peu gênée.

Xena : En gros, c'est une classe que tu t'es inventé toi même en t'inspirant de ma classe de Zweinhander, mmh... Par contre tu sais que ma maîtrise du corps à corps est quelque chose de particulier non ? Ça ne vient pas de ma classe en elle-même, c'est quelque chose que j'ai travaillé seule, pour tenter de compenser mes faiblesses, notamment le fait que je m'épuise assez vite, espadon en mains. En tout cas, je suis contente que tu ne te soit pas totalement inspiré de ma classe, je veux dire, la hache te va plutôt bien en fait, j'imagine que tu as testé un espadon et que ça ne t'a pas convenu ? En tout cas, ce n'est pas à moi de juger, mais j'espère que lors de tes promotions tu resteras un fantassin. Avec ce style de combat ce serais du gâchis de vouloir une monture. J'ai déjà vus beaucoup de gens gâcher leur potentiel sur ce genre de décisions. Tu gâcherais énormément ton potentiel et je suis convaincue qu'avec un peu de pratique tu pourrais au moins arriver à mon niveau si tu ne négliges pas ton entraînement Morag. Par contre je plains les voleurs et épéistes qui croiseront ta route lors des combats. Le fait que tu maitrise les technique de corps à corps est un avantage certain contre ce type d'unité, je sais de quoi je parle, mais pour toi en plus de ces techniques tu as de quoi nullifier leurs dégâts tout en restant agile. J'avoue que ton cas est unique, je me demande comment tu as pu parvenir à porter ce genre d'armure tout en gardant une telle célérité... Bref, je parle beaucoup, il faut croire que ça me fait plus plaisir que prévu de retrouver une connaissance qui a su prendre sa vie en main. Tu peux compter sur moi pour t'aider à retrouver ta sœur.

Morag : ... Pour l'espadon, j'ai un aveu à faire, non, je n'ai pas pu essayer. Je viens d'une famille plutôt pauvre et tout ce que j'avais pour m'entraîner, c'était une vieille cognée que j'utilisais pour couper du bois. Peut-être que bouger des troncs est ce qui m'a permis de me renforcer physiquement, ça ou un talent naturel, héhé... Mais non, je n'ai jamais eu d'Espadon en main, et quand j'ai commencé à avoir les sous pour pouvoir m'acheter de l'équipement, je m'étais habitué à la maîtrise de hache.

Signy : Ah... Un concours de circonstances, donc.

Morag : Des "circonstances" qui concourent? Je.... Suppose?

Une goutte perla sur la tempe de la stratège. Elle avait un nouvel allié qui pourrait bien s'entendre avec Lamne, leur niveau de culture semblait similaire, même si pour des raisons différentes.

Morag : Enfin bref! A priori je compte pas monter à cheval, pauvre canasson... Et tout ce qui vole me met pas à l'aise pour le coup.

Signy : Ah, eh bien nous sommes bien tombés, vu que Néo est Cavalier Wyverne, et que nous vivons sur le--

Morag : Sur le démon, oui. Mais s'il faut ça pour retrouver ma sœur, je ferais mon possible.

Signy :
Un dé... Démon...? Eh bien, je sens que je vais m'amuser...

Morag : Enfin bref, merci pour cet accueil, je ferais de mon mieux pour vous être utiles!

Xena : Ah, je vois. Si tu veux, une fois que j'ai un espadon en trop tu pourras l'essayer à l’entraînement, juste pour voir si tu as choisi la voie qui te conviens le mieux ou non, même si je n'ai aucun doute que la Hache te sied à merveille. Enfin bref, je jaugerais de tes aptitudes lors d'un vrai combat tôt ou tard. Je pense que Signy sera d'accord avec moi pour t'assigner sur le front et...

??? : E-excusez-moi du retard, il a fallut que je me prépare et que je vois certaines choses avec Sir Arnold et le Pape Kasyade avant de pouvoir me libérer...

Xena se retourna et aperçut alors Eléanora, elle avait changé de vêtements et abordait à sa ceinture une épée de bronze ainsi que sa rapière, une arme qu'elle ne pouvait cependant pas encore manier avant d'atteindre le T1. Xena remarqua aussi que la Princesse portait une tenue rose assez mignonne, probablement pour passer inaperçue au vu de son rang.

Xena : Oh, Eléanora. Ne vous en faites pas. Nous avons encore au moins une heure de libre avant de décoller, par contre... Vous n'avez pas froid comme ça ?

Eléanora : N-non, je vais bien... J'ai reçu cet habits de la part de Sir Arnold ce matin, il m'a dit que ces vêtements avaient été enchantés, il y a une fonction chauffante lorsque la température atteint un certain seuil de froideur... Du moins, c'est ce que Arnold m'a dit ce matin, et je ne ressens pas du tout les effets du froid héhé... J-je suppose que damoiselle Signy a le même genre de fonction sur ses habits... Ça m'avait frappée la première fois que j'ai remarqué qu'elle n'avait pas eu de fourrure de la part d'Arnold. sourire timide

Xena : Ah ? Enfin bref, je suis reconnaissante envers le Premier Ministre pour avoir pensé à vous faire porter ce genre d'habits. Nous éviterons d'attirer le regard avec ça, ou des bandits malveillants. Je tenais à vous présenter Morag, nous venons de le recruter parmi nous. Ça fait de vous deux nos deux dernières recrues en date.

Eléanora : E-enchantée Sir Morag !

Morag : Je ne pense pas que ça soit quelque chose qui me va mais si tu veux Xena.

Signy : Et pour ta remarque Xena, tout à fait, Morag pourrait être utile au front. Il nous manquait un peu de présence défensive, vous tombez à point no... Vous arrivez quand nous avions besoin de vous!

Et alors que la princesse arrivait derrière eux, Signy se tourna et adressa un petit signe du chef, tandis que Morag fit un signe de la main, totalement ignorant du fait qu'il s'agissait de la princesse. Alors qu'elle expliquait l'intérêt de sa tenue, la stratège ne put s'empêcher de sourire. Ils étaient même parvenus à se fournir ce genre de matériel? Entre la princesse et la stratège, Néo avait de quoi être jaloux, lui qui voulait le même genre de tenue.

Signy : Tout à fait Eléanora, Ma veste entière a subit un enchantement de cette sorte. Tant qu'elle est fermée, elle chauffe mon corps suffisamment pour me protéger du froid. Ce qui m'a d'ailleurs impressionnée, je vais être sincère. Votre réseau d'information est très efficace.

Et alors que Morag fut présenté à la princesse, il lui adressa un sourire.

Morag : Moi de même.

Signy :
Ah au fait, Morag, je me dois de vous prévenir.... Il y a au moins trois marqués sur le Fire Emblem avec l'introduction de Eléanora dans notre groupe. Donc, si vous avez le moindre problème avec les marqués que vous ne pourrez pas mettre de côté pour votre travail, ce sera à vous de voir mais je ne vous laisserai pas mettre en danger le groupe pour des raisons aussi absurdes.

Morag : (Tiens, elle semble n'avoir aucun problèmes avec les marqués. Pourtant elle n'en est pas une? Hmm, il y a des Beorcs intéressants...) Pas le moins du monde. J'ai connu un homme qui était un marqué, et je lui dois tout. Je juge les gens sur leur caractère avant quoi que ce soit d'autre.

Xena : Ça me fait me poser une question en tout cas Eléanora, vous estimez à combien d'écus une tenue avec ce genre de fonction chauffante ?

Eléanora : Hum.... Sir Arnold m'a dit qu'une tenue de ce genre coûte au moins trois millions d'écus et que ça n'était pas accessible en dehors des hautes classes... Apparemment, le modèle le moins cher serait de deux millions d'écus.

Xena : Je vois, je crois que je vais m'abstenir de m'en acheter une dans ce cas. Il y a des choses plus importante à acheter dans la vie. En tout cas, Signy, tu dois avoir de bonnes connexions pour avoir la chance de mettre la main sur un exemplaire, au vus du prix exorbitant de la chose, ce n'est pas quelque chose qu'une roturière comme moi peut se permettre, ça c'est sûr. Enfin bref, ce n'est pas tout ça, mais il va falloir monter à bord du Fire Emblem, au moins pour vous faire visiter à tout les deux et vous montrer vos chambres. Princesse Eléanora, une fois à bord, je ne m'adresserai plus à vous de manière aussi formelle, vous serez traitée comme tout le monde à bord et comme Néo vous l'a dit, vous aurez une chambre comme tout le monde. J'aimerais aussi que l'on ne se vouvoie plus une fois à bord, pour être franche, j'ai horreur de ça.

Eléanora : P-pas de problèmes, Sir Néo à bien été clair là-dessus hier... Par contre vous tutoyer... Je n'oserais pas, surtout que vous serez ma supérieure à bord !

Xena : Par la Déesse... Je suis enfin parvenue à faire oublier cette sale manie à Signy au bout de deux mois quand elle s'adresse à moi, ce n'est pas pour repasser par la case départ maintenant avec vous...

Signy *pensées* :
Pourtant, tu as assez pour acheter des gantelets en Mythril, qui t'auraient permis de t'acheter une villa, sans parler de tes vêtements hors de prix...

Signy :
Pour le coup, vous n'oseriez pas essayer de Tutoyer Xena mais vous vous permettez d'ignorer la demande de votre chef? Je comprends, et sais, que combattre la façon dont nous avons été élevé peut être compliqué mais je pense que par respect pour Xena, vous devriez au moins essayer. Du coup, je le répète mais je suis la stratège du groupe que vous rejoignez, je vais donc vous demander un entretiens particulier avec chacun de vous pour que vous me parliez de vos compétences, que ce soit sur le terrain ou en dehors. Après tout, la vie de mercenaire ne se résume pas à combattre, bien que nous aurons notre quantité de combats.

Morag : D'accord, je vous expliquerai tout ce que je peux faire. Pas grand chose mais j'imagine que c'est toujours mieux que rien si je le fais bien.

Signy : A la bonne heure. Eléanora?

Eléanora : Je... Je veux bien essayer, même si je dois admettre que je ne connais que les bases héhé... Mais je vais faire de mon mieux, pour le bien de Ghysitia...

Xena, pensées : Ce manque total de confiance en soit m'irrite déjà.

_________________
L’oiseau et le guerrier
Le noir et le blanc
L'annonciateur de mort et son semeur.

descriptionChapitre 2: Princesse en danger ! - Page 13 EmptyRe: Chapitre 2: Princesse en danger !

more_horiz
Morgan n'en revenait pas. Un magister! A une époque, posséder un tel objet aurait pu lui valoir de se faire poignarder dans le dos, pour l'argent que ça valait. A l'idée qu'il s'en servirait un jour, il sentit son ancien lui mourir une autre fois. L'utiliser au lieu de le vendre lui aurait paru inconcevable, quelques années plus tôt.
La vie est pleine de surprises.
Quant à l'argent gagné, il n'en avait jamais possédé autant.
Il va falloir que je remplace mes armes. J'en ai les moyens, maintenant. Et ça fait déjà un moment que c'est devenu nécessaire. Depuis que ces deux-là se sont retrouvés sous le même toit que moi, en fait.
Il se rappelait ses premiers faits d'armes sous le commandement de Néo et Xena. Ça lui semblait remonter à une éternité, alors que ça ne faisait pas si longtemps que ça. Le temps écoulé depuis avait simplement été bien rempli, il n'avait pas eu le temps de compter les jours.
...Mais qu'est-ce qui me prend de ressasser ça, comme si j'avais passé des années au sein de cette troupe ? C'est ma première mission à leur service qui s'achève, là. Allez, au boulot. Faisons en sorte que ça ne soit pas la dernière.

descriptionChapitre 2: Princesse en danger ! - Page 13 EmptyRe: Chapitre 2: Princesse en danger !

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum