Communauté Fire Emblem
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Communauté Fire EmblemConnexion

Forum de partage
et d'entraide


Chapitre 2: Princesse en danger !

descriptionChapitre 2: Princesse en danger ! - Page 6 EmptyRe: Chapitre 2: Princesse en danger !

more_horiz
Xena repensa rapidement à la rencontre entre Signy et son Professeur, cet homme semblait être un formidable opposant. Et c'est uniquement de par le fait que Signy s'était lancé dans un duel consenti que Xena ne s'était pas interposée plus tôt, elle était cependant déçue que Signy n'était pas capable de jauger la force d'un adversaire au premier coup d’œil. C'était un peu inquiétant, et si la jeune stratège les envoyez à la morgue sur une prise de mauvaise décision tôt ou tard ? Xena espérait ne pas avoir pris une mauvaise décision avec Néo ce jour là, le jour où la petite nouvelle était presque immédiatement nommée stratège. Cependant, il n'y avait personne de plus apte à remplir ce rôle, il fut un temps ou elle aurait jugé Telrar digne de ce rôle, mais c'était avant de voir que le jeune homme semblait être du genre colérique, de voir qu'il n'avait aucun sang-froid. Elle finit par soupirer puis tourna rapidement son regard vers Abina qui semblait interroger la seule personne présente au cimetière.

Xena : Bon, inutile de regarder comment ils s'en sortent. Il est temps que je mette la main à la pâte moi aussi.

Xena utilisa donc son gant de Mythril pour frotter la plus grande des pierres tombales devant elle, cette dernière était de couleur ébène et semblait ancienne. Xena frotta un peu plus pour voir les inscriptions de la pierre tombale, mais ils étaient effacés par le temps et complètement illisibles. Elle répéta donc l'opération sur les deux pierres tombales, ces dernières étaient grisâtres et également anciennes, les inscriptions également illisibles, la mercenaire semblait désormais agacée, elle était certaine que ces tombes seraient importantes, mais ça ne semblait pas être le cas.

Xena pensées : Des quatre lieux proposés par Arnold c'était clairement le pire. Nous avons cherché à faire compliqué alors qu'on peut tout autant avoir des indices capitaux dans les endroits les plus simple. Je crois que nous avons confondu les consignes, ce n'est pas " Trouvez par vous même la planque de la résistance" mais plutôt " Trouvez des témoignages pour trouver la planque de la résistance" Dans ces cas là, aller dans des lieux peuplés était le choix le plus évident. Je ne nie cependant pas que le cimetière est un endroit calme et reculé, assez pour que personne ne pense à le fouiller et mener des activités dans l'ombre, cependant, ça fait bien deux heures que l'ont fouille et nous n'avons toujours rien trouvé.

Xena soupira légèrement de nouveau pour que personne ne puisse l'entendre puis elle retira la neige derrière les pierres tombales, on ne savais jamais. Curieusement il y avais des sorte de "poignées" derrière les deux tombes grisâtre, des espèces d'anneaux rouillés de forme ovale. Xena fit une petite prière dans sa tête puisqu'elle se sentait assez mal de troublée ainsi le repos des morts, mais elle tentât de tourner ces poignées, de tirer dessus et de les poussés, mais ça ne bougeais pas d'un centimètre. Il semblait également que sur le dessus de la grande tombe noire, il manquais un fragment de la dite pierre tombale, la pierre tombale était d'ailleurs fissuré sur le dessus, comme si des vandales auraient tenté de saccager cette dernière. Mais tout semblait normal hormis ces détails un peu troublant. Elle le signala néanmoins à ses collègues.

Xena : Si vous voulez vous pouvez venir voir ici, il y a des éléments qui me trouble. On dirais qu'il y a des sortes de poignées derrière ces deux pierres tombales grises, mais j'ai beau tirer dessus, les pousser ou les tordre ça ne semble rien donner. On dirait également qu'il manque un fragment au dessus de cette pierre tombale, comme si quelqu'un avait tenté de la fracasser comme le juge les fissures autour de l'impact. Vous pouvez venir voir si vous le souhaitez, moi je ne peux rien faire avec ça et c'est sûrement la seule chose intéressante que j'ai réussi à relevée au bout de ces 2 heures de recherches.

Xena resta ensuite plongée dans ses pensées en se tenant derrière les pierres tombales, essayant de comprendre ce qu'elle avait devant elle.

_________________
Chapitre 2: Princesse en danger ! - Page 6 15480110

The Light and the Darkness... Both are absolutely fascinating.

descriptionChapitre 2: Princesse en danger ! - Page 6 EmptyRe: Chapitre 2: Princesse en danger !

more_horiz
Morgan s'était tenu prêt à intervenir pendant l'affrontement de la stratège au cas où son agresseur se serait montré plus violent que nécessaire, mais encore une fois c'était inutile. Tant mieux, parce qu'intervenir au milieu d'un duel, c'était courir le risque de se faire deux ennemis d'un coup. Sans compter le timing à respecter pour n'arriver ni trop tôt ni trop tard.
Mais son opposant se révélait être une figure familière et amicale. Il en fut soulagé, car elle n'était visiblement pas un challenge pour lui.

Quand cette situation fut réglée, il déambula parmi les tombes, lisant les noms tout en ressentant l'inutilité de sa démarche : il ne savait quel nom chercher ni même s'il y en avait à trouver.
("La famille royale pourrait-elle être responsable de la mort d'un grand nombre d'habitants des quartiers pauvres ou d'une figure charismatique qui aurait été populaire auprès d'eux ? Un tel geste a tendance à engendrer des désirs de vengeance. Cela s'est déjà vu. Et donc, si cela s'est produit, il y a sûrement une tombe ou au moins un simple panneau qui en garde la mémoire et pourrait nous apprendre des choses.")
Mais il ne vit rien de ce genre.

Il s'agenouillait également devant certaines tombes, scrutant le sol à la recherche de témoignages d'une activité humaine plus régulière que nécessaire, et essayant discrètement d'en déplacer certaines, mais en vain.

descriptionChapitre 2: Princesse en danger ! - Page 6 EmptyRe: Chapitre 2: Princesse en danger !

more_horiz
Après le… Moment peu glorieux de la retrouvaille entre Signy et son professeur, le groupe continua à avancer en direction du cimetière, où personne ne dit quoi que ce soit. Ils étaient tous plongés dans leurs réflexions, quelles qu’elles furent. La stratège ne faisait pas exception, se rendant compte qu’entre sa perte de temps inutile face à Percival et sa remarque stupide à Arnold, elle avait commis plus d’impairs en une journée qu’elle n’en avait probablement fait depuis sa rencontre avec le groupe de Gaïa. En espérant que le choix du lieu ne se révélera pas être lui aussi une mauvaise idée, c’est avec une boule au ventre qu’elle découvrit les lieux.

https://www.youtube.com/watch?v=dgKzIA5DG6s

Quel endroit déprimant. Signy savait parfaitement que ce ne serait pas autrement et s’y était même préparée, mais le nombre de cercueils présents était encore pire que ce à quoi elle s’était attendue. Plus le fait qu’il s’agissait probablement d’une minorité de la population qui avait les moyens de s’offrir ce genre de sépultures, l’idée de tous ces morts fit froid dans le dos à la jeune femme.

Retrouvant son calme, la soigneuse chercha des traces. Vu la neige abondante, elle n’avait que peu d’espoirs de trouver des empreintes physiques, mais peut-être que des résidus de magie pouvaient traîner dans les environs, donnant une indication de quoi que ce soit, vu que Abina s’occupait déjà à parler avec la seule personne présente sur place. Un sort de téléportation utilisé, un bâton Passe ou qu’en savait-elle ?

Rien, à perte de vue, juste des tombes. Signy crut voir une ombre menaçante à un moment mais en se rapprochant, il s’agissait juste d’un arbre défraîchi ballotté par le vent. Si les rebelles avaient quelque chose à voir avec ces lieux, ils étaient si discrets que ce n’en était pas visible pour la jeune rousse. Fouiller touts les tombes pour voir si l’une d’elles était en fait un escalier dissimulé ? Ce serait beaucoup trop long et tellement irrespectueux en même temps pour les morts… Signy avait beau s’imposer moins de limite que la majorité des gens sur « où arrêter la réflexion », elle avait cependant des principes « sacrés », à défaut d’un meilleur terme.

Xena : Si vous voulez vous pouvez venir voir ici, il y a des éléments qui me trouble. On dirais qu'il y a des sortes de poignées derrière ces deux pierres tombales grises, mais j'ai beau tirer dessus, les pousser ou les tordre ça ne semble rien donner. On dirait également qu'il manque un fragment au dessus de cette pierre tombale, comme si quelqu'un avait tenté de la fracasser comme le juge les fissures autour de l'impact. Vous pouvez venir voir si vous le souhaitez, moi je ne peux rien faire avec ça et c'est sûrement la seule chose intéressante que j'ai réussi à relevée au bout de ces 2 heures de recherches.

A l’entente de ces mots, non loin d’elle, la stratège rejoignit sa supérieure. En effet, il y avait des poignées étranges… Elle ne se souvenait pas avoir constaté quoi que ce fut du genre sur toutes les autres qu’elle avait examiné donc c’était toujours quelque chose. Mais puisque Xena n’était parvenue à rien avec ses capacités physiques, les petits bras de Signy n’allaient strictement rien faire. Passant doucement ses doigts sur la surface, elle ferma les yeux, cherchant à détecter une once de magie qui viendrait de ces poignées.

Rien, encore une fois. Pas la moindre aura. Cherchant un petit peu au hasard, Signy sortit son bâton de Remède. Elle laissa la magie couler à travers, entourant l’anneau dans une lueur verdâtre, mais n’activant pas pour autant ledit bâton, de peur de gaspiller une de ses utilisations. Après tout, les Remèdes ne couraient pas les rues et étaient relativement chers. Rien, encore une fois.

Signy : … Je ne sais quoi penser de cette découverte, Xena. Pas de magie, le déclenchement de la mienne n’apporte rien… Il est pourtant évident que ces poignées ont une fonction, mais laquelle ? Peut-être était-ce un ancien passage secret, tombé dans l’oubli au fil des siècles et dont le mécanisme serait aujourd’hui cassé ? En imaginant que le cimetière fut plus petit à une époque, il pourrait correspondre à un passage secret, ce ne serait pas tellement à la vue de tous. Mais avec des « peut-être » et des « en imaginant », je pourrais trouver une solution pour nous débarrasser du Miasme avant même de l’avoir analysé. Une autre possibilité serait que ce serait bel et bien un passage secret et que quelqu’un de très puissant physiquement dans le groupe des personnes pourrait les déplacer pour ses collègues. Quelqu’un de possiblement plus fort que n’importe quel mercenaire de notre groupe, si tu n’y es pas arrivé non plus. Et donc, par extension, quelqu’un de dangereux pour nous.

Il y a aussi l’hypothèse qu’il faudrait un artefact, une sorte de « clé » en rapport avec ces poignées pour déclencher le mécanisme, ce qui ne serait pas forcément indépendant de ma première idée, même si l’artefact devrait avoir une forme très incongrue…. Toujours du domaine du « possible », pas du tout celui du « probable ». Il y a aussi la possibilité que les anneaux en eux-même ne servent à rien et ne soient qu’un repère pour trouver la vraie entrée mais si tel est le cas, comment trouver l’entrée à partir du repère ? Non, à l’heure actuelle, nous ne pouvons rien faire de ces anneaux.


La stratège se tut, regardant plus intensément les anneaux. Elle n’y faisait pourtant pas attention, étant perdue dans son fil de réflexions.

Signy : …. Mes excuses Xena. Je n’ai pas été très brillante aujourd’hui. Je me fais corriger sur une question évidente par Sir Arnold, je me fais ridiculiser par le Professeur Percival après avoir accepté un duel, tout en sachant que ce n’était pas une bonne idée… Et je suis aussi de ceux qui ont rallié les gens à l’idée du cimetière alors qu’il n’y a visiblement rien. J’ai conscience d’avoir des progrès à faire, j’espère juste que vous ne regretterez pas de m’avoir choisie en tant que stratège, Néo et toi. Je ferai de mon mieux pour pallier mes lacunes afin qu’elles ne mettent jamais en danger qui que ce soit dans notre groupe.

_________________
L’oiseau et le guerrier
Le noir et le blanc
L'annonciateur de mort et son semeur.

descriptionChapitre 2: Princesse en danger ! - Page 6 EmptyRe: Chapitre 2: Princesse en danger !

more_horiz
Pendant qu'il pesta contre son échec, il entendit Signy s'exprimer à ce sujet.

"Mes excuses Xena. Je n’ai pas été très brillante aujourd’hui. Je me fais corriger sur une question évidente par Sir Arnold, je me fais ridiculiser par le Professeur Percival après avoir accepté un duel, tout en sachant que ce n’était pas une bonne idée… Et je suis aussi de ceux qui ont rallié les gens à l’idée du cimetière alors qu’il n’y a visiblement rien. J’ai conscience d’avoir des progrès à faire, j’espère juste que vous ne regretterez pas de m’avoir choisie en tant que stratège, Néo et toi. Je ferai de mon mieux pour pallier mes lacunes afin qu’elles ne mettent jamais en danger qui que ce soit dans notre groupe."

Cette fois, le mercenaire leva les yeux au ciel. De toute façon, il aurait fait un pire stratège, car en plus de son instabilité, le bougre avait des soucis d'expression. il s'avance vers les deux autres personnes avec un semblant de sourire pour cacher sa frustration.

"C'est moi qui ai suggéré le cimetière en premier, le groupe a suivi car on a été plus ou moins convainquant au point que les autres ne se sont pas imposés." Dit-il, pensant à Erina qui avait une bien meilleure suggestion.

"Se faire ridiculiser en public n'a fait que te donner un point commun avec moi. Sois juste heureuse qu'il s'agissait d'une connaissance à toi, le ridicule ne tue pas tandis que lui, il pouvait. Tu me l'as dis toi-même, les erreurs et les mauvaises journées, ça arrive."

Ayant énormément de mal à cacher son agacement, le garçon tourna le dos à son groupe et regarda en direction des taudis.

"J'ai été mercenaire un paquet de fois mais pour des missions calmes, j'ai aussi été tavernier, la gestion d'information et la prise de décision sont censées être dans mes cordes, mais pas aujourd'hui. Entre ma bêtise avec le premier ministre ou l'itinéraire pour ces deux jours... T'as fais moins de bêtises que moi aujourd'hui."

Il haussa les épaules puis se retourna à nouveau vers son groupe.

"Bon, tirons-nous d'ici, on a assez perdu de temps comme ça." Dit-il froidement, frustré contre lui-même et incapable d'assumer son propre discours.

Il alla voir Erina, repensant à sa suggestion à elle "j'avais pensé visiter le cimetière après avoir obtenu quelques informations dans des endroits plus animés mais votre raisonnement se tient. J'espère que nous y trouverons rapidement de quoi faire avancer l'enquête."

Lorsqu'il se trouva en face d'elle, il lui adressa la parole.

"On dirait que j'ai les muscles et toi le cerveau, j'ai été aveuglé par mon expérience passée, je confirme qu'elle m'est totalement inutile. N'hésite pas à élever la voix lorsque tu exprimes un désaccord." S'exclama-t-il en voyant le regard de l'intéressée un peu dubitative, venant de comprendre qu'il eu fait un blâme déguisé sans le vouloir,  il agita la main devant lui en se corrigeant "Non attends ! Je voulais dire que tu peux avoir un meilleur avis que le notre. Pas que c'était de ta faute si on était dans l'impasse ! je suis désolé j'ai vraiment cette manie de... Enfin, tu m'as compris, tu as ton rôle dans ce groupe."

Pour le mercenaire, la parole et l'expression furent définitivement les domaines les plus compliqués pour lui.

_________________
Zunashy, chef de la Zunarmy.

Chapitre 2: Princesse en danger ! - Page 6 Zuna_510

descriptionChapitre 2: Princesse en danger ! - Page 6 EmptyRe: Chapitre 2: Princesse en danger !

more_horiz
Le groupe de Néo ont choisi de se rendre dans la salle du trône cet après midi. Ce qui ne tarde pas de faire en sortant du temple.

En arrivant sur place, Zaris se boucha le nez et se mit à respirer par la bouche pour rendre son passage plus supportable en terme d'odeur. Il se dirigea vers le couloir de gauche pour inspecter les 8 gardes morts. Les premières choses qui sautent aux yeux, ce sont les morceaux de métal au sol près des gardes et leur armure qui semble avoir, en partie, explosé. Ce qui, pour le beorc, laisse peu, voir pas de doute sur la cause de leur mort.

Zaris balaya la salle du regard. Au vu de son état, l’assassin devait être près du trône au moment de l'explosion. Avec ses observations, il estime que la portée de l'attaque était à peu près la distance entre le trône et l'entrée du couloir de gauche. Son estimation devait être surévaluer, les gardes ont du être projetés en arrière lors de l'explosion. Mais il pense qu'il vaut mieux surévaluer la portée plutôt que la sous-évaluer et donc risquer de se faire tuer si jamais ils devaient avoir affaire à des attaques suicides de ce genre contre la Résistance.

Il regarda encore un certain temps la salle et les gardes mais il n'arriva pas à en tirer grand chose de plus. Il se dirigea alors vers son chef pour faire un rapport de son enquête.

Zaris : J'ai examiné les corps à l'entrée du couloir de gauche pour essayer de déterminer la cause de leur mort. Et je peux vous dire que l'état de leur armure ne laisse pas de place au doute sur ce point. Ils sont bien morts à cause l'explosion de l'attentat. De plus j'ai essayer d'estimer la portée de l'attaque. Cette portée doit à peu près faire la distance entre le trône et l'entrée du couloir.

descriptionChapitre 2: Princesse en danger ! - Page 6 EmptyRe: Chapitre 2: Princesse en danger !

more_horiz
Leur petit groupe rejoignit le cimetière après quelques minutes de marche. Erina n'avait jamais vraiment aimé ce genre d'endroits. Certains les trouvaient apaisants. Pour sa part, elle y ressentait surtout une atmosphère pesante. Elle avait même l'impression que le froid était encore plus mordant ici. Peut-être parce que le vent et la neige n'y étaient gênés par aucun obstacles.

Tout comme ses camarades, elle se mit à chercher des indices parmi les sépultures, frottant les pierres tombales afin de pouvoir lire les inscriptions que la neige dissimulait. Comme elle s'y attendait, elle ne trouva rien d’utile à leur enquête. Peut-être que ses camarades avaient été plus chanceux de leur coté.

- Si vous voulez vous pouvez venir voir ici, il y a des éléments qui me trouble. Fit Xena, postée devant deux sépultures grises. On dirais qu'il y a des sortes de poignées derrière ces deux pierres tombales grises, mais j'ai beau tirer dessus, les pousser ou les tordre ça ne semble rien donner. On dirait également qu'il manque un fragment au dessus de cette pierre tombale, comme si quelqu'un avait tenté de la fracasser comme le juge les fissures autour de l'impact. Vous pouvez venir voir si vous le souhaitez, moi je ne peux rien faire avec ça et c'est sûrement la seule chose intéressante que j'ai réussi à relevée au bout de ces 2 heures de recherches.

Tendis que Signy essayait de détecter quelque chose avec sa magie, Erina observa attentivement les poignées. Son regard se leva ensuite sur l'emplacement du fragment qui semblait avoir été arraché à la pierre. Des pilleurs ? Ou bien...

- Le fragment manquant était peut-être une sorte de clé pour compléter un mécanisme. déduit t-elle à voix haute. La personne qui l'a retiré voulait peut-être empêcher quelqu'un d'autre de l'ouvrir.

Elle tapota ses doigts gelés contre la hampe de sa lance tout en réfléchissant.

- Mais rien ne nous dit que cela ait un rapport avec ce que nous cherchons... C'est peut-être une simple cachette.

Il semblait qu'ils n'avaient plus rien à faire ici. L'air dépitée, Signy se mit à s'excuser auprès de Xena. Il était clair que le cimetière était finalement un assez mauvais choix. En voyant la stratège déçue de la sorte, Erina ressentit une pointe de culpabilité. Elle regrettait de ne pas avoir insisté pour se rendre au bar en premier lieu. Elle s'était pourtant fait la réflexion que cet endroit n'apporterait pas grand chose à leur enquête.

- C'est moi qui ai suggéré le cimetière en premier, le groupe a suivi car on a été plus ou moins convainquant au point que les autres ne se sont pas imposés. Rétorqua Telrar. Se faire ridiculiser en public n'a fait que te donner un point commun avec moi. Sois juste heureuse qu'il s'agissait d'une connaissance à toi, le ridicule ne tue pas tandis que lui, il pouvait. Tu me l'as dis toi-même, les erreurs et les mauvaises journées, ça arrive.

- Personne ne t'en veux Signy, ajouta Erina. Tu n'es pas la seule à devoir prendre des décisions et l'erreur est humaine. J'aurais du essayer d'être plus convaincante.

- Bon, tirons-nous d'ici, on a assez perdu de temps comme ça. Grommela son compagnon avant de venir près d'elle.

- On dirait que j'ai les muscles et toi le cerveau, j'ai été aveuglé par mon expérience passée, je confirme qu'elle m'est totalement inutile. N'hésite pas à élever la voix lorsque tu exprimes un désaccord.

Il ne s'agissait pas vraiment d'un désaccord. Elle n'avait pas voulu imposer son avis alors qu'ils avaient l'air si convaincus de faire bonne route. Elle leur avait fait confiance. Cela n'avait rien à voir avec le fait d’élever la voix. Si vraiment elle avait eut la certitude que le bar avait été le meilleur choix, elle n'aurait pas hésité à se montrer plus convaincante. Même si il était vrai qu'elle n'était pas très à l'aise pour prendre la parole en public, elle n'en était pas incapable.

- Non attends ! Se rattrapa t-il. Je voulais dire que tu peux avoir un meilleur avis que le notre. Pas que c'était de ta faute si on était dans l'impasse ! je suis désolé j'ai vraiment cette manie de... Enfin, tu m'as compris, tu as ton rôle dans ce groupe.

- Ce n'est rien, fit t-elle en levant les mains pour le rassurer. Tu as raison, j'aurais mieux fait d'insister pour aller dans un autre endroit. C'est que vous aviez l'air tellement sûrs de vous. Elle sourit en ajoutant pour le taquiner, caressant le biceps du jeune homme de l'index.

- Toi et tes muscles, vous feriez mieux de m'écouter la prochaine fois.

descriptionChapitre 2: Princesse en danger ! - Page 6 EmptyRe: Chapitre 2: Princesse en danger !

more_horiz
Calcias entra avec le groupe dans l'immense salle du trône, passant bien vite les deux gardes de la salle, et essayait tant bien que mal à s’accommoder à l'odeur nauséabonde qui régnait en maître en ces lieux, malgré le fait qu'ils étaient tout bonnement immenses.
L'endroit était pourtant dans un état de chaos, avec les décorations abîmées, et les couleurs pour la plupart claires qui avaient été souillées par le brun du sang séché répandu partout par les nombreux cadavres sur le sol.

Il observa ses compagnons, inquiet pour ce qu'ils en pensaient. Ils avaient beau l'avoir déjà vu brièvement, ce n'était certainement pas une scène à examiner pour tous. Zaris était déjà affairé à examiner les corps, il ne s'en faisait pas trop pour lui, par conséquent.
Néo non plus, puisqu'il avait déjà vu des champs de batailles... et autant de morts qui le composait, selon lui.
C'était plus de Lamne qui n'avait pas voulu venir ici à la base, et surtout de Kurtis qu'il se souciait. A ce titre, il valait mieux qu'il se dévoue pour fouiller les zones les plus dérangeantes, une partie étant déjà prise en charge, cela le rassurait un peu.

Calcias : Lamne, Kurtis, faites de votre mieux, mais ne vous forcez pas, si ça ne va pas.

Ce n'était pas particulièrement une bonne chose d'éventuellement se retrouver avec deux personnes en moins, mais l'épéiste souhaitait tout de même les préserver, malgré leur situation. Si la fouille de cette salle leur posait problème, ce n'était pas lui qui leur en voudrait.

Ceci fait, il commença ses recherches en commençant par examiner les murs maculés de sang, plus pensif qu'autre chose, avant de doucement se diriger dans la direction du trône. Il y avait tellement de choses à vérifier.

Il marcha sur quelque chose qu'il identifia comme quelque chose de mou et retira vivement le pied en se rendant compte qu'il avait fait pression sur un morceau de chair en décomposition, tout en réprimant un violent haut le cœur. Non, définitivement, de plus près, c'était encore pire.
Il n'avait jamais vu un cadavre en aussi piteux état, et malgré le fait qu'il en avait déjà vu d'autres, celui-ci en particulier avait le don de l’écœurer. Quelle horrible manière de finir ses jours, disséminé aux quatre coins d'une pièce, en morceaux...
Et pourtant, aller aussi loin pour une cause... Il ne savait pas si c'était de la folie, ou une dévotion admirable.
Non loin du trône, il retrouva une jambe, accompagnée d'un morceau de papier qui était à l'origine blanche, mais dont il pouvait discerner quelques écritures qui lui semblait illisibles.

Calcias se baissa pour saisir la feuille et tenter de l'examiner plus en détails puis se releva, et lorsqu'il le fit, il se demanda s'il ne s'était pas relevé trop vite. Il avait l'impression de les gribouillis parcourant la feuille... Bougeaient ?
Il se frotta les yeux quelques instants, et regarda à nouveau la feuille, qui en était toujours au même point. Il n'hallucinait pas, l'écriture tremblait bien !
Après avoir fixé la feuille quelques minutes, il se demanda ce qui pouvait causer ce phénomène. Considérant que l'attentat avait été provoquée par un mage s'étaient fait explosé, il était probable que ce papier ait été scellé par magie, puisqu'il n'avait rien vu de suspect avant de la prendre. Il eut alors une idée.

Il prit délicatement la feuille dans sa paume, posa son autre paume dessus, et ferma les yeux, pour tenter de lui insuffler de sa magie directement. Lorsqu'il eut finit, il fut surpris de confirmer sa théorie, alors que le texte finit de correctement se mettre en place. Un système qui paraissait ingénieux pour d'éventuels messages codés, s'il en était.
Cela le fit légèrement sourire. Cela voulait dire que la lettre avait bien réagit passivement à lui, bien que de manière minime, c'était que son cas n'était peut-être pas sans espoir. Une confirmation lui faisait toujours plaisir.

La petite lettre en question, le rappel :3 :
A vous qui lisez ce message, sachez que je suis heureux d'avoir pu détruire ce qu'il restait de la famille royale, le peuple reprendra bientôt le pouvoir et ce système de classe sociale va disparaître sous peu. Nous vivrons enfin libre, l'oppresseur n'a plus rien qui le relis à ce système de classes. Maudit Hérons je vous maudits tous, de même que ces satanés Marqués dégoûtants, vous m'avez tout pris, il était temps pour vous de payer. Cependant, dans le cas ou mon opération aurait failli, vivez avec la peur d'être réduit au silence par la Résistance sous peu, nous avons fini de nous cacher, nous allons passer à l'action, notre Chef va s'en assurer, vous êtes tous des monstres. Gloire à la résistance, Gloire au peuple !


Ce rictus s’effaça bien vite cependant quand il lut enfin le mot inscrit. La réponse à sa question le midi était sous ses yeux, en tout cas pour cet homme, et potentiellement tout le groupuscule opposé. Une histoire de vengeance, et de volonté de faire tomber tout le système social. De rendre le pouvoir au peuple...
La noblesse était vraiment aussi peu soucieuse du peuple pour que celui-ci se retourne contre elle ? ... Non. C'était une question bête. Vu le vocabulaire... L'attaquant était un Beorc ou un Homme-bête non-héron.
Ces Maudits nobles ne faisaient pas leur devoir. Ils ne protégeaient pas leur peuple. Ou en tout cas, c'était le point de vue que la Résistance adoptait, selon lui. Le chaos était bien leur objectif. La disparition des classes sociales... C'était ce que cela impliquait.
Elles étaient tout de même nécessaire pour le bien commun, et c'était pour cela qu'il ne pouvait cautionner cela. Mais que faire si la noblesse était aussi corrompue ? C'était le peuple qui payait ainsi.

Pour Calcias, c'était un cas compliqué, qui lui rappelait un peu l'histoire de son propre pays, il y a 80 ans. Toute la noblesse avait été refaite en conséquence, au prix d'un nombre incroyable de vies innocentes. La solution avait été de rassembler le monde sous une même bannière vertueuse, pour mettre un terme à un chaos ambiant.

Il ne s'agissait pas du seul sujet du mot néanmoins, et la deuxième partie l'alarma tout autant, et de manière beaucoup plus urgente. Ce groupe voulait passer à l'action, et cesser de se terrer. Ce qui voulait dire... Qu'ils allaient sûrement récidiver. Et cette fois, les Mercenaires risquaient d'être pris entre deux feux, avec ces conflits.

Le jeune homme enjamba la jambe restée à côté et se pressa d'aller voir son chef pour lui présenter le message ensanglanté, prenant bien soin de ne pas remarcher là où ce n'était pas nécessaire, et essayer de bien réfléchir à ses mots à lui dire.
Lui partager ses réflexions concernant le système serait sûrement très mal vu, s'ils étaient entendus.

Calcias : Chef, vous devriez lire ceci. Elle était scellée par magie. Cette Résistance veut bien tuer la famille Royale... Et je ne pense pas qu'ils abandonneront cet objectif.

descriptionChapitre 2: Princesse en danger ! - Page 6 EmptyRe: Chapitre 2: Princesse en danger !

more_horiz
Erina : Le fragment manquant était peut-être une sorte de clé pour compléter un mécanisme. La personne qui l'a retiré voulait peut-être empêcher quelqu'un d'autre de l'ouvrir.

Le regard de Signy se perdit sur la stèle fissurée, l’examinant. Un mécanisme ? Si tel était le cas, alors peut-être était-ce en rapport avec les poignées ? Cependant, alors qu’un sourire ironique se forma derrière sa tenue, la stratège rejeta l’idée avant même d’avoir eu le temps de chercher plus loin. Ce n’était simplement pas possible, par la simple raison que la partie manquante n’avait aucun rapport visuellement avec l’espace laissé par les anneaux par rapport aux tombes. Chercher plus loin ne ferait que leur faire perdre du temps et ils ne pouvaient pas se le permettre. Certaines choses étaient curieuses, d’autres amenaient des questions mais rien n’était probant pour l’enquête par rapport à la résistance.

Telrar : Se faire ridiculiser en public n'a fait que te donner un point commun avec moi. Sois juste heureuse qu'il s'agissait d'une connaissance à toi, le ridicule ne tue pas tandis que lui, il pouvait. Tu me l'as dis toi-même, les erreurs et les mauvaises journées, ça arrive.

Signy tourna son regard vers Telrar, surprise. De toutes les personnes présentes, la stratège n’aurait certainement pas pensé qu’IL serait celui qui chercherait à lui remonter le moral, même si la méthode pouvait sembler un peu maladroite. Pourtant, c’est ce moment de sincérité qui toucha Signy. Comme quoi, elle ne s’était pas trompée, parfois, il fallait voir plus loin qu’une impression persistante de quelqu’un.

Dissimulée par son manteau, elle eut un petit sourire amusée en regardant le combattant.

Signy : … J’imagine que savoir que je ne suis pas la première à le faire a un côté rassurant. Bien sûr, j’éviterais de le faire autant que possible, parce qu’il m’a vraiment fait mal tout à l’heure… Et oui, j’ai eu de la chance que ce soit Sir Percival, comme nous avons eu de la chance que Sir Orison soit parvenu à vous arrêter sans vous tuer. Mais vous comme moi ne devrions pas trop compter sur la chance pour survivre.

Elle ne fit pas plus de remarque sur la mauvaise journée car en effet, c’était ce qu’elle avait déjà dit. Mais visiblement, ils acceptaient que leur stratège ne soit pas infaillible, et même si elle ne comptait surtout pas se relâcher, il y avait là un côté rassurant… Et pour appuyer ses dires, Erina se joignit à lui pour lui faire la remarque que l’erreur était humaine. Ces remarques réconfortantes qui viendraient de n’importe qui lui feraient déjà du bien mais en plus, qu’elles viennent de ces deux personnes, que Signy avait remarqué être isolées, n’était que plus marquant encore.

Erina : Tu as raison, j'aurais mieux fait d'insister pour aller dans un autre endroit. C'est que vous aviez l'air tellement sûrs de vous.

Signy : Vous savez, Erina, lors de ma première mission avec Lamne, je n’étais clairement pas rassurée puisqu’il est… Hmm, vous savez ce que je veux dire. Mais finalement, ses remarques innocentes ont plusieurs fois aiguillé mes réflexions durant l’enquête, et il a fait des propositions très pertinente. Peu importe à quel point je peux avoir l’air sûre de moi, vous serez toujours invités à exposer votre avis. Aujourd’hui l’a prouvé, je ne suis pas infaillible et je ne peux pas forcément penser à tout, ce n’est pas une simple question d’intelligence. … Plutôt contradictoire avec ce que j’ai dit lors de mon annonce officielle en tant que stratège mais j’étais juste habituée à parler avec des Primates, qui ne protestaient que pour le plaisir de me faire tourner en bourrique.

Puis, lorsque Erina taquina son collègue, Signy eut un sourire amusé. Ils faisaient une paire intéressante. Pour en rajouter un peu plus, la stratège lança à la chevalière pégase.

Signy : S’il recommence à faire des siennes, Erina, n’hésitez pas à faire appel à moi, nous ne serions pas trop de deux pour le calmer.

Et si il y avait un doute sur la remarque de Signy, son petit rire achèverait de dissiper les doutes. Mais peu après, elle reprit son expression normale, ce qui était déjà une amélioration par rapport à tout à l’heure.

Signy : Hmm, comme l’a soulevé Telrar, c’était une perte de temps de venir ici. Si nous rentrions nous mettre au chaud ? Même si techniquement, je le dis plus pour vous que pour moi même puisque bon… Mais dans tous les cas, nous devrions nous préparer à aller à la messe de Sir Kasyade. Préparer en ce sens que je ne porte pas une grande affection aux églises, il serait donc inconvenant que je vienne à avoir un geste malheureux durant la cérémonie…. Xena, qu’en penses-tu, nous rassemblerions-nous afin de commencer à retourner à l’église ?

_________________
L’oiseau et le guerrier
Le noir et le blanc
L'annonciateur de mort et son semeur.

descriptionChapitre 2: Princesse en danger ! - Page 6 EmptyRe: Chapitre 2: Princesse en danger !

more_horiz
Pov de Lamne.

Bien...

Va pour la salle qui pue, du coup.

Très sincèrement, j’aurai préféré qu’on n’ait pas à y retourner. Mais de toute évidence, c’est là-bas qu’est centralisée toute notre enquête… Je ne vais pas faire ma chochotte et ralentir le groupe par simple égard envers mon odorat !

Bien que Calciné cherche à me rassurer à ce propos. Qu’il est gentil, Calciné ! Il est si avenant… Raison de plus pour ne pas le décevoir ! Bombant le torse, je tente de me donner de la contenance au moment de lui répondre.

« -Ne t’en fais pas ! Cela va le faire ! Une fois dans ma tribu, des pièces de viandes sont restées plusieurs jours dans une hutte sans qu’on ait pensé à les faire sécher… Lorsqu’on s’en est rendus compte, tout avait pourri ! Et évidemment, c’est moi qui me suis farci le nettoyage… »

Je détourne le regard, et conclus à demi-mots.

« -Bon, peut-être que si je n’avais pas oublié de m’en charger… »

Nous finissons assez rapidement par arriver. Pouah, on sent tout depuis l’extérieur ! Mes camarades Beorcs ont-ils un odorat moins développé que les Taguëls pour réussir à retourner là-dedans ?… Les deux gardes postés à l’entrée nous laissent passer, et se placent devant les portes en l’attente de notre départ. Pendant ce temps, nous nous avançons un peu plus à l’intérieur, et tandis que mes alliés commencent à se disperser pour l'enquête…

Je dois m’immobiliser un instant pour réussir à gérer cette odeur. Autant la vue des corps démembrés et du sang séché m’indiffèrent… Autant ça, c’est insupportable ! Mais alors que je tente d’amoindrir mes capacités olfactives, mes oreilles, elles, fonctionnent à plein régime.

« -Enfin… Nous allons pouvoir nettoyer cette salle.
-Oui. Devoir encore supporter la vue de tous ces corps…
-Ne m’en parle pas. J’ai l’impression de revivre la scène à chaque fois que mon regard se pose sur eux…
-Ils vont enfin avoir le droit à un enterrement digne. Ne reste plus qu’à attendre que ces mercenaires aient fini leur boul… Attends, il y en a un qui approche. »

En effet, à l’écoute de leur échange, j’ai naturellement fait volte-face pour me rapprocher des deux gardes. Ceux-ci se mettent spontanément au garde-à-vous, suite à quoi l’un d’eux m’interroge.

« -Désirez-vous sortir ? »

J’agite une main nonchalante tout en me pinçant le nez.

« -Ouais, mais… J’peux pas. »

J’abaisse ensuite mes deux mains, et profite plutôt d’être au éloigné de la scène pour respirer un peu.

« -Dîtes… Vous étiez là, quand ça s’est produit ? »

Les deux hommes s’échangent un court regard, puis acquiescent.

« -O-oui. »

La tête de celui à gauche s’affaisse même.

« -Nous… Nous sommes les seuls rescapés de la garde. »

Je hausse les sourcils. Wow. Pas très sympa de faire surveiller cette salle à ces deux types alors que les cadavres démembrés de tous leurs compagnons s'y trouvent encore.

Je coule un nouveau regard en direction de la scène, et vient me gratter l’arrière du crâne, mal à l’aise.

« -Vous… Sauriez m’expliquer ce qu’il s’est passé ? J’avoue ne pas être certain de tout comprendre… »

A nouveau, ils s’échangent une brève œillade. Je sens très bien qu’ils n’ont guère envie d’en parler, mais que leurs obligations les y poussent.

« -La princesse était assise sur le trône lorsqu’un homme encapuchonné a fait exploser l’entrée, là-bas. »

Il m’indique la porte de droite.

« -On l’a entendu hurler depuis le couloir. Il parlait de se sacrifier au nom de je-ne-sais quel avenir radieux.
-Il s’est également proclamé de la Résistance…
-Le Ministre nous a aussitôt conduit auprès de la Princesse, afin de la protéger. Nous nous sommes mis en position de défense entre elle et l’assaillant, lorsque…
-Ses vêtements ont commencé à prendre feu. Ses mains… Et son visage… Luisaient eux aussi d’une terrifiante lueur rougeâtre.
-Et puis il a… »

Les deux hommes s’interrompent, livides. Leur ton n’est plus tout à fait le même lorsque l’un d’eux se décide à reprendre.

« -Explosé. Les deux évêques au dessus de nous ont dressé une barrière magique, mais seulement autour de la Princesse…
-Le Ministre et nous-même avons survécu uniquement car les autres s’étaient placés devants. Si nos positions avaient été inversées… »

A nouveau, ils s’arrêtent. Ne sachant trop comment conclure, celui de droite relève son bras, et soulève sa manche, pour me dévoiler une peau défigurée par les stigmates laissés ce jour-là. Je suis bien contraint de serrer les dents pour ne pas afficher une grimace dégoûtée.

« -Nous avons tout de même été blessés. Mais nous en sommes ressortis vivants, et… Surtout, la Princesse est indemne. C’est tout ce qui importe.
-Si aujourd’hui encore, il nous fallait mettre nos vies en jeu, nous n’hésiterions pas une seconde. »

Je les toise un à un, pantois. C’est… Une sacrée dévotion. Pouvoir le proclamer avec une telle conviction, malgré qu’ils aient vécu tout cela… Je ne pense pas être capable d’une telle prouesse. La vie d’une dizaine d’hommes peut-elle réellement valoir celle de la Princesse seule ? Je ne dois pas avoir les traits d'esprits nécessaires pour le réaliser...

C’est donc partagé entre la perplexité et l’admiration que je les remercie pour leur témoignage.

« -Ça n’a pas dû être facile de raconter tout ça, donc… Merci ! Je vais voir auprès de mes compagnons ce qu’on peut en tirer…  »

Je fais demi-tour et m’apprête à rejoindre Nez-Haut, mais suis interrompu dans ma manœuvre.

« -Allez-vous les retrouver ?... Ceux qui ont fait ça ? »

Je me retourne donc pour dévisager le garde qui m’a interpellé, et celui-ci enchaîne, hésitant.

« -Tous ces hommes… Étaient nos compagnons d’armes. Si tous ne demandaient qu’à donner leur vie pour la Princesse… Ils ne méritaient tout de même pas… Une telle…. »

La mâchoire serrée, il ne parvient pas à conclure sa phrase. Son collègue appose sa main sur son épaule en guise de soutien, et je reste là, un peu bête, à ne pas trop savoir que dire.

« -Hum… Je... »

Réfléchis Lamne, réfléchis ! Que dirait Signe Ici dans une situation pareille ? Sûrement un truc du genre…

Je plaque mes bras le long de mon corps, me redresse, et effectue une courte révérence vers l'avant.

« -Je jure au nom des Mercenaires de Gaïa que nous mettrons tout en œuvre pour arrêter les coupables. »

Lorsque je me redresse, mon regard se perd un instant dans le vide. Est-ce que je pense réellement ce que je viens de dire ? Pourrai-je véritablement tout mettre en œuvre pour accomplir la mission qu’on m’a donnée ? A quel point est-ce que celle-ci me tient à cœur ? Ou plus précisément… A quel point est-ce que servir les Mercenaires m’importe ?

Et jusqu’où suis-je prêt à m’engager… Par égard pour eux ?

Toutes ces interrogations s’envolent aussitôt que je sois de nouveau bien droit. Je salue les gardes d’un dernier hochement de tête, et retourne enfin auprès de Nez-Haut. D’autres ont commencé à faire leur rapport, et j’attends qu’ils aient fini pour enchaîner.

« -Ces deux gars, là-bas, sont les seuls rescapés, avec la Princesse, le Ministre, et… Deux évêques, si j’ai bien compris. Lorsqu’ils ont accouru ici, le type avait déjà détruit la porte de droite pour rentrer. Ils ont ensuite fait barrage de leurs corps devant la Princesse, et l’autre a explosé. »

Alors que je pense avoir tout résumé, un dernier détail me revient.

« -Ah, et il a déclaré se sacrifier au nom de la Résistance. »

Puis je me tourne vers Tetris.

« -Peut-être que si tu leur parles, ils pourront te dire avec plus de précision où le type a fait boum ?… »

Finalement, je croise les bras derrière la tête, et me tourne vers la porte de droite.

« -En tout cas, si on veut remonter sa piste, on devrait partir là-bas. »

les petits noms de Lamne :
Abina -> Habite-Là
Jin -> Jiji
Xena -> Nana
Néo -> Nez-Haut
Calcias -> Calciné
Telrar -> Très Rare
Signy -> Signe Ici
Kurtis -> Tetris
Zaris -> Cerise
Cécilia -> Ces Cils Là
Arnold -> Arnaud
Kasyade -> Cassonade
Princesse Eléanora -> Elle En Aura


Dernière édition par Pikafan le Sam 28 Mar 2020 - 23:00, édité 2 fois

descriptionChapitre 2: Princesse en danger ! - Page 6 EmptyRe: Chapitre 2: Princesse en danger !

more_horiz
Le groupe pénétra à nouveau dans la salle du trône. Néo prit une grande inspiration. La salle était vraiment immense, et, si elle n’avait pas été en partie maculée de sang, elle serait somptueuse. Se sentant tout petit à côté d’une telle magnificence, Néo laissa errer ses pensées à la richesse dont faisait montre la famille royale.

Néo : Bien. Mes amis, vous savez ce qu’il nous reste à faire. Je ne vous demanderai qu’une seule chose, faites-moi part des indices que vous trouverez. Même si vous en trouvez un qui vous semble peu pertinent, transmettez-le moi quand même, la moindre piste aussi infime soit-elle se doit d’être explorée.

Croisant les bras, il laissa ses divers compagnons tenter de trouver des indices, tout en les surveillant du regard. Il y avait les restes humains, bien sûr, qu’il fallait observer : c’est pour ce faire qu’ils ont été gardés en dépit de l’odeur infâme ! Il serait peut-être délicat cependant de distinguer les morceaux de corps de l’assaillant de ceux des gardes, tant ils étaient déchiquetés. Mais, heureusement, ils avaient du temps, beaucoup de temps. Près de six heures. Et, après seulement quelques minutes, Zaris, qui avaient examiné les corps vint voir Néo.

Zaris : J'ai examiné les corps à l'entrée du couloir de gauche pour essayer de déterminer la cause de leur mort. Et je peux vous dire que l'état de leur armure ne laisse pas de place au doute sur ce point. Ils sont bien morts à cause l'explosion de l'attentat. De plus j'ai essayer d'estimer la portée de l'attaque. Cette portée doit à peu près faire la distance entre le trône et l'entrée du couloir.

Néo : Très bien, merci Zaris.

Songeant à Signy, qui consignait ses notes sur un carnet, Néo se dit qu’il valait mieux faire de même pour ne pas oublier d’indice. Il n’avait pas de carnet, cela dit.

Néo, pensées : Eh oui, ma chère Signy, je ne suis pas aussi bien équipé que toi !

Il fut amusé par cette pensée, bizarrement, le simple fait de penser à elle le réconfortait. Il se demanda un instant si tout se passait bien de son côté, au cimetière. Puis il se reprit, et se concentra à nouveau sur le moment présent. S’il ne disposait pas d’un cahier digne de ce nom, il n’avait sur lui que quelques feuilles de brouillon, mais cela ferait quand même l’affaire.

Le chef des mercenaires commença à y noter ce que lui avait rapporté Zaris. A peine eut-il fini que Calcias, à son tour, vint à lui.

Calcias : Chef, vous devriez lire ceci. Elle était scellée par magie. Cette Résistance veut bien tuer la famille Royale... Et je ne pense pas qu'ils abandonneront cet objectif.

Néo lut à voix haute.

Lettre de l'assassin :
A vous qui lisez ce message, sachez que je suis heureux d'avoir pu détruire ce qu'il restait de la famille royale, le peuple reprendra bientôt le pouvoir et ce système de classe sociale va disparaître sous peu. Nous vivrons enfin libre, l'oppresseur n'a plus rien qui le relis à ce système de classes. Maudit Hérons je vous maudits tous, de même que ces satanés Marqués dégoûtants, vous m'avez tout pris, il était temps pour vous de payer. Cependant, dans le cas ou mon opération aurait failli, vivez avec la peur d'être réduit au silence par la Résistance sous peu, nous avons fini de nous cacher, nous allons passer à l'action, notre Chef va s'en assurer, vous êtes tous des monstres. Gloire à la résistance, Gloire au peuple !


Néo : Fantastique, Calcias ! C’est un précieux indice. Et tu dis qu’elle était scellée par la magie, c’est ça ? Il faut donc en déduire que ce message avait été écrit avec de la magie, sans doute pour que la résistance s’assure que celui-ci soit lisible même après l’explosion. Ils ont vraiment un sacré sens théâtral !

Néo prit la lettre avec lui, mais recopia aussi son contenu sur sa feuille de brouillon, au cas où. C’est alors que Lamne vint le voir.

Lamne : Ces deux gars, là-bas, sont les seuls rescapés, avec la Princesse, le Ministre, et… Deux évêques, si j’ai bien compris. Lorsqu’ils ont accouru ici, le type avait déjà détruit la porte de droite pour rentrer. Ils ont ensuite fait barrage de leurs corps devant la Princesse, et l’autre a explosé.

Néo : Ces deux gars… Ah, je vois, il s’agit des deux sentinelles. Alors ils faisaient partie de la garde au moment du drame. Les pauvres…

Lamne : Ah, et il a déclaré se sacrifier au nom de la Résistance.

Néo : Oui, d’accord. Merci, Lamne.

Néo, pensées : Deux Évêques ? Il n’y a que des corps en armure, à part celui du meurtrier. S’ils ont survécu, où sont-ils ?

Lamne dit alors à Kurtis :

Lamne : Peut-être que si tu leur parles, ils pourront te dire avec plus de précision où le type a fait boum ?…

Cela ne serait sans doute pas utile. Zaris avait déjà estimé la portée de l’explosion, une donnée qui pourrait être vitale si le groupe affrontait la résistance et que celle-ci employait des armes similaires. La position exacte où l’assassin s’était fait exploser était à peu près au centre de la mare de sang, proche du trône… Trop, proche du trône.

Finalement, Lamne croisa les bras derrière la tête, et se tourna vers la porte de droite.

Lamne : En tout cas, si on veut remonter sa piste, on devrait partir là-bas.

Néo, pensées : La porte de droite ?

Après avoir consigné ces nouveaux indices, Néo s’avança vers la scène de crime, proche du trône.

Néo, pensées : C’est vraiment proche du trône. Trop, proche… Je ne comprends pas une chose, la sécurité était-elle défaillante ce jour-là ? Un intrus n’aurait jamais du pouvoir s’approcher autant d…

Il s’arrêta net, juste face au trône. Un courant chaleureux lui parcourait le corps. D’où pouvait provenir cette étrange sensation ?

Au départ, il se demandait ce que cela pouvait être. Mais, en se concentrant sur le trône, il distingua ce qui semblait être de minuscules panaches de vapeur. Seulement, cette vapeur n’en était pas une, et elle était normalement invisible à l’œil nu.

Néo : Qu’est-ce que… De la magie ?

Ce que Néo voyait, ce qu’il ressentait, c’était des vestiges d’un ancien sort magique ! Mais, comment était-il capable de telle prouesse ? C’est vrai qu’il savait utiliser un pan de la magie Anima, celle du vent uniquement, mais il ne soupçonnait pas qu’il avait un lien si fort avec la magie ! Comment se pouvait-il… D’où lui venait un tel atout ? Qu’est-ce que son passé à jamais disparu décelait ?

Fermant les yeux, il fut pris d’une vision…

C’était lui, mais avec quelques années de moins. Sur un cheval en train d’avancer, auprès d’autres cavaliers dont la plupart étaient en armure. Le Néo du passé faisait gracieusement danser un sort de magie avec sa main, qu’il résorba.

Néo : Alors, convaincu, Fidren ?

Fidren : Wow ! Alors ça…

Néo : Avec de tels pouvoirs, crois-tu vraiment que les chevaliers de Berkam pourront me tenir tête bien longtemps ?

Son sourire s’élargit.

Néo : Ils ne sont pas mauvais, je ne leur enlève pas leurs compétences, mais ils sont entraînés pour le combat armé. L’armure et la lance, aussi redoutables soient-elles, ploient généralement devant la magie ! Tu as compris ?

Fidren : Oui, j’ai compris, tu m’as convaincu.


Néo reprit ses esprits.

Néo, pensées : Ce souvenir… C’est la première fois qu’un souvenir d’avant me revient ! Si je ne me trompe pas, Berkam désigne une des provinces de Flusseim ! Qu’est-ce que ça peut bien vouloir dire ?

Néo avait le cœur qui battait la chamade. Pour la première fois, il revoyait un souvenir d’avant son amnésie, et il en était tout chamboulé ! Mais, il finit par reprendre son sang-froid. Laissant de côté l’enquête sur son passé, il se focalisa à nouveau sur l’enquête du présent.

Néo, pensées : Ces restes de magie… C’était un sort de magie blanche. J’ignore comment j’en arrive à cette conclusion, mais, j’en suis sûr ! Il s’agit des vestiges d’un sort de protection très puissant qui a été lancé, autour du trône. Qui aurait pu lancer… Mais oui, les deux évêques dont Lamna m’a parlé ! Ils ont dû tenter le tout pour le tout, dans l’urgence, pour protéger la princesse de l’explosion !

Néo fonça, hagard, vers les deux sentinelles que Lamne avait interrogés auparavant.

Néo : Les deux évêques, dont vous aviez parlé à mon compagnon, ceux qui étaient présents lors de l’attentat… Où se trouvent-ils en ce moment ? J’aimerais leur parler.

_________________
Chapitre 2: Princesse en danger ! - Page 6 Hyrule10 Chapitre 2: Princesse en danger ! - Page 6 12348510 Chapitre 2: Princesse en danger ! - Page 6 Lehran10

descriptionChapitre 2: Princesse en danger ! - Page 6 EmptyRe: Chapitre 2: Princesse en danger !

more_horiz
"Courage, mon grand... C'est comme au village. C'est rien que des carcasses. On ne peut plus rien faire d'autre que les brûler et les enterrer..."

L'arrivée dans la salle du trône n'a laissé presque personne de marbre. Dans sa volonté de garder le lieu du crime intact, le Premier Ministre Arnold est allé jusqu'au bout de sa pensée et n'a pas touché à la macabre mise en scène laissée par le tueur, notamment aux huit cadavres humains dans le couloir. En professionnels, les mercenaires s'attelèrent à fouiller l'endroit méticuleusement. Finley fut d'abord étonné que les gardes ne réagissent pas plus que ça au fait que Lamne les approche, et puis il se rappela de qui tenait les rênes de ce royaume. Un homme-dragon. Et probablement une princesse marquée, à défaut d'être totalement héron. Finley était décidément bien loin de sa campagne natale.

Voyant que Zaris avait décidé d'inspecter les restes humains de son propre chef, il en profita pour s'en écarter le plus possible. Seul le trône semblait épargné des effusions de sang, sans doute parce qu'il était dans l'axe de champ de force qui a protégé la princesse.

"Personne m'en voudra si je fais semblant de chercher de ce côté... De toute façon, c'est pas comme si j'avions aucune idée de ce qui pourrait nous aider à avancer."

Finley s'agenouilla près du trône et en fit le tour rapidement. C'était sans doute le fauteuil le plus inutilement raffiné qu'il verrait de toute sa vie, pensa-t-il. Et puis son regard s'arrêta sur un étrange morceau de métal argenté. Le trône étant intact et pas fait du même matériau, cette chose devait venir d'autre part. D'étranges gravures parcouraient le débris : en le retournant, Finley semblait distinguer une moitié de fleur...

Quel rôle avait cet objet à jouer dans l'enquête ? Le fermier n'en savait rien. Ce n'était pas son domaine que de résoudre des puzzles, mais peut-être que les autres trouveraient à sa place. Tenant à se rendre utile à la hauteur de ses moyens, il leva le bras et se retourna en direction de la porte.
- "J'crois que j'avons trouvé une pièce à conjonction, m'sieur Néo !", cria-t-il en espérant qu'on l'entende.

Mais le chef était déjà parti interpeller les gardes. Son ton était d'un coup devenu pressant, comme si une idée venait de lui traverser l'esprit et qu'il s'y accrochait de toutes ses forces.

descriptionChapitre 2: Princesse en danger ! - Page 6 EmptyRe: Chapitre 2: Princesse en danger !

more_horiz
Après les tests de Signy sur les sortes de poignets étranges derrière les tombes il semblerait que, là encore, il n'y avait rien du tout. C'était donc un échec complet pour le groupe entier, il n'y avait pas de fautifs particulier au final et alors que la jeune stratège était occupée de présenter ses excuses envers Xena sur le point de lui répondre, elle fut interrompue à la plus grande surprise de tous par Telrar qui était lui aussi occuper de s'excuser à sa manière ce qui fit sourire Xena. Décidément Telrar était quelqu'un de très difficile à cerner mais c'était loin d'être un mauvais bougre comme il le montrait aux autres.

Il expliqua alors à Erina qu'elle ne devait pas avoir peur de donner son avis elle aussi et il était vrai que si la jeune cavalière pégase avait donné son avis plus tôt, le groupe n'aurait sûrement pas été là aujourd'hui et serait à la Taverne qui semblait être le lieu le plus évident à visiter. Xena ne pouvait donc qu'approuver les dires du lancier. Elle laissa donc aux trois autres mercenaires le temps de discuter entre eux, avant de leurs répondre à chacun.

Xena : Tout d'abord je tiens à vous dire à Signy et Telrar que vous n'avez rien à vous reprocher au sujet du cimetière. On a tous accepté d'y aller après tout. Il n'y a pas de coupable en particulier, on a décidé de se faire confiance mutuellement, ce qui est une chose essentielle pour qu'un groupe fonctionne et c'est pour ça qu'on est ici. Pour ma part je n'en veux à aucun d'entre vous dans le groupe même si j'avoue ressentir une certaine frustration de n'avoir rien trouvé. J'ai du mal à encaisser les échecs en général, mais ce sont des choses qui arrivent, personne n'est invincible, personne ne gagne tout le temps et personne ne peux non plus tout deviner. En tout cas je suis agréablement surprise de voir qu'une fois calmé, Telrar, tu as plus la tête sur les épaules. Tu est bien la dernière personne au monde à qui j'aurais penser entendre des excuses un jour et non content de t'excuser pour les même raisons quee Signy, même si comme j'ai dit il n'y a pas raisons de s'excuser justement, tu t'excuses également pour ce qui s'est passé à l'heure du repas, et bien moi j'accepte tes excuses pour ma part, n'y pense plus trop.

Xena se retourna alors vers Erina pour répondre à sa remarque faite tantôt.

Xena : Ce n'est pas bête pour le fragment de la tombe. Je t'avoue que je n'y avais moi même pas pensé, on aurait dit que quelqu'un avait tenté de fracasser la pierre tombale mais maintenant que j'ai ton avis en compte... Mmh, c'est bien pensé Erina, je te félicite d'avoir penser à ça, même Signy ne semblait pas y avoir pensé. Je suis de l'avis de Telrar du coup, tu devrais exposer ton avis plus souvent, je suis convaincue que tu as des choses intéressantes à dire et c'est dommage de ne pas les partager plus souvent. Signy est-ce que tu pourrais au moins noter les observation que moi, toi et Erina avons faites de la pierre tombale, juste au cas où ? Je doute que ça nous serve à grand chose, mais c'est la seule chose intéressante que l'on aie réussi à relever en ces lieux, on pourra toujours revenir ici plus tard si jamais nous sommes bloqués dans notre enquête.

Une fois que Signy eut écris les observations dans son carnet, la jeune fille demanda alors à Xena si le groupe pouvais partir. Elle regarda si Morgan ou même Abina n'avaient rien trouver pour élever un peu la voix pour que ces derniers l'entendent.

Xena : Bien, je pense que l'on peut dire que l'on a fouillé tout ce qu'il y avait à fouiller ici, on fait ça avec une heure d'avance, mais je pense qu'on peut rentrer et dire que c'est suffisant pour aujourd'hui, rentrons à l’église tout le monde, on a fait ce qu'on a pu. J'espère que l'autre groupe a au moins trouvé quelque chose de fructueux.

Xena émit un petit claquement de langue avant de poursuivre.

Xena : C'est vrai qu'on ne pourras avoir notre réponse que demain soir, Arnold nous à dit qu'il serait préférable de partager nos trouvailles entre nous uniquement qu'une fois nos un jour et demi d’enquête achevé pour se concentrer sur une chose à la fois. On va devoir patienter un peu plus. Rentrons et encore une fois, bon travail tout le monde, ce n'est pas ça qui va nous empêcher de résoudre l’enquête avant le délai convenue avec Arnold.

Puis après quelques pas, Xena s’arrêta une dernière fois en regardant Erina, Signy et Telrar avant de leur faire une dernière remarque.

Xena : En tout cas, en tant que Chef, je dois dire que ça fait plaisir de vous voir solidaires. Si tout le monde agissait comme vous venez de le faire dans le groupe au lieu de rester dans leur coin on deviendrait rapidement une véritable bande de mercenaires soudés et unis et rien ne pourrait nous arrêter. Sur ce, allons-y pour de bon, inutile de troubler le repos des morts plus longtemps.

_________________
Chapitre 2: Princesse en danger ! - Page 6 15480110

The Light and the Darkness... Both are absolutely fascinating.

descriptionChapitre 2: Princesse en danger ! - Page 6 EmptyRe: Chapitre 2: Princesse en danger !

more_horiz
Maintenant que Kurtis était au courant de la mission qu'il exécutait, non sans réprimande au passage, il pouvait désormais donner son plein potentiel au groupe pour les aider à venir à bout de leur mission. En parlant de leur mission, elle allait maintenant se poursuivre dans la salle des trônes comme il le souhaitait. Enfin, est-ce qu'il le souhaitait vraiment ? Oui et non... D'un côté, la salle du trône semblait importante pour l'enquête mais de l'autre, il aurait à fréquenter la mort de très près... Encore une fois... Ainsi, une fois dans la pièce, même s'il ne fut pas dérangé par l'odeur immonde ambiante grâce à son nez qui était bouché, le dégoût qu'il éprouvait était si visible qu'il n'échappa pas à la vue de Calcias :

- Lamne, Kurtis, faites de votre mieux, mais ne vous forcez pas, si ça ne va pas, l'encourageait-il alors.

De l'autre côté, Néo aussi s'avérait tout aussi encourageant en déclarant :

- Bien. Mes amis, vous savez ce qu’il nous reste à faire. Je ne vous demanderai qu’une seule chose, faites-moi part des indices que vous trouverez. Même si vous en trouvez un qui vous semble peu pertinent, transmettez-le moi quand même, la moindre piste aussi infime soit-elle se doit d’être explorée.

Kurtis sentit alors la motivation monter en lui, il ne fallait pas qu'il déçoive encore son chef et pour ce faire, il devait être performant lors de l'enquête. Il regarda à droite à gauche mais ne vit absolument rien, du moins, rien qui ne soit plus à sa portée qu'à celle de ses alliés. D'abord Zaris, puis Calcias, enfin Lamne et finalement Finley, tous s'avéraient bien plus efficace que lui... D'ailleurs, quand Lamne eut fini de discuter avec les gardes à l'entrée de la pièce, il lui avait dit :

- Peut-être que si tu leur parles, ils pourront te dire avec plus de précision où le type a fait boum ?…

"Évidemment !" se disait Kurtis. Il fallait chercher où l'homme s'était fait explosé ! Le chaman se tourna alors vers le trône avant de remarquer, tandis que ses yeux bougeait vers son objectif, une chose qui attira son regard. Il chercha à le retrouver en balayant son regard dans la pièce et quand il le trouva, il s'avança vers lui, enfin ça... Ce bras arraché et pourtant intact... Comment cela pouvait-il être possible ? En tout cas, il portait un beau bracelet de métal argentée avec un rubis noir en son centre. Le chaman songea à le prendre pour son usage personnel mais s'y refusa... Le temps de quelques secondes en tout cas... Le bracelet était finalement bien plus étrange qu'il ne le paraissait : il paressait au jeune homme qu'il y eut un peu de magie à l'intérieur. Curieux... Peut-être bien que le bracelet pouvait augmenter la magie de son utilisateur ou même en créer si celui-ci n'avait aucune affinité particulière pour la magie. Il n'avait jusque-là jamais vu ce genre d'objet et pourtant, il lui paraissait des plus intéressant. En tout cas, il fallait absolument qu'il le présente à Néo car, quitte à ce que cet objet ne serve à rien dans l'enquête, il aurait aimer voir s'il pouvait demander à ce qu'on lui répare afin de booster sa propre magie... Lorsqu'il se retourna vers Néo, toutefois, il le remarqua comme plongé dans ses pensées et jugea qu'il eut fallut attendre un peu avant de le déranger avec ses questions. Alors, pour remercier Lamne de sa gentillesse plus tôt, lorsqu'il se faisait réprimandé, il lui offrit une carotte gratuite. Puis, en se retournant à nouveau vers Néo, il remarqua Calcias du coin de l'oeil. L'épéiste l'avait beaucoup aidé durant la mission contre le loup fantomatique et il n'y avait aucun doute qu'il lui devait la vie mais comment le remercier ? Son regard se baissa alors vers le bracelet puis il songea "Si j'ai la permission, après la mission de récupérer ce petit objet, je devrais peut-être lui offrir pour pallier ses difficultés à développer sa magie...". Après cette courte réflexion, il montra enfin sa découverte à son chef et une chose était à présent clair : Kurtis avait prit son temps...

descriptionChapitre 2: Princesse en danger ! - Page 6 EmptyRe: Chapitre 2: Princesse en danger !

more_horiz
Visiblement, le groupe ne s'attendit vraiment pas aux remarques de Telrar, il les regarda puis lâcha un sourire.

"Je suis si grincheux que ça ? C'est juste... Difficile pour moi de m'exprimer ces temps-ci, j'ai l'impression que mon objectif devient de moins en moins accessible au fur et à mesure que j'avance. La mission avec Erina ne s'est pas passée pour le mieux, certes, nous l'avons réussie, mais elle a failli en mourir. Et c'était aussi à cause d'un de mes plans. J'ai été aidé une deuxième fois par Orison pour trouver les herbes... Difficile de garder une certaine fierté, ainsi qu'une certaine confiance, non pas envers les autres, mais envers soi-même." Raconta le bougre en essayant de garder la tête haute.

"Mon objectif est assez simple, je veux rencontrer mon père, je veux savoir qu'il est, en personne. J'ai cru comprendre qu'il était un noble, pour moi, un noble a toujours été synonyme de désagréable et méprisant, peut être qu'il ne s'agit là que du statut et non pas de la noblesse dont on pensait parler ? J'aurais ma réponse en temps voulu. Pour être franc, je pense que devenir gladiateur aurait sans doute été plus court et simple, mais quelque chose me dit que soutenir ce projet était la bonne chose à faire."

Telrar regarda les tombes, pensant qu'il les aurait sans doute rejoint très vite s'il s'était engagé dans cette voie, Xena le tira de cette pensée.

"En tout cas, en tant que Chef, je dois dire que ça fait plaisir de vous voir solidaires. Si tout le monde agissait comme vous venez de le faire dans le groupe au lieu de rester dans leur coin on deviendrait rapidement une véritable bande de mercenaires soudés et unis et rien ne pourrait nous arrêter. Sur ce, allons-y pour de bon, inutile de troubler le repos des morts plus longtemps."

Le jeune homme haussa les épaules. Connaissant son propre caractère, il considéra le fait d'avoir pu communiquer avec le groupe comme une chance inouïe.

Erina lui adressa alors la parole "Toi et tes muscles, vous feriez mieux de m'écouter la prochaine fois"

Telrar répondit "Tout est dit alors, faisons comme ça." avec un sourire plus doux.

_________________
Zunashy, chef de la Zunarmy.

Chapitre 2: Princesse en danger ! - Page 6 Zuna_510

descriptionChapitre 2: Princesse en danger ! - Page 6 EmptyRe: Chapitre 2: Princesse en danger !

more_horiz
Néo : Les deux évêques, dont vous aviez parlé à mon compagnon, ceux qui étaient présents lors de l’attentat… Où se trouvent-ils en ce moment ? J’aimerais leur parler.

Garde : Eh bien, je crois qu’ils se trouvent au presbytère.

Néo : Pourriez-vous les faire venir, si c’est possible ?

Garde : Eh bien… Oui, c’est possible !

Les deux gardes se regardèrent mutuellement, puis hochèrent la tête. L’un d’eux se dévoua alors pour aller chercher les deux évêques, tandis que l’autre resta à son poste.

Néo : Je vous remercie ! Ah, j’aurais une autre quest…

C’est à ce moment que Finley hala Néo.

Finley : J'crois que j'avons trouvé une pièce à conjonction, m'sieur Néo !

Néo : Ah ? Excusez-moi, un instant.

Néo se tourna vers Finley, et les deux mercenaires se dirigèrent l’un vers l’autre. Le jeune archer tendit timidement sa trouvaille à Néo, un morceau de métal joliment orné.

Néo : Très bien, je te remercie Finley !

Néo examina quelque peu la pièce de métal. Elle avait été déchiquetée par l’explosion, mais on pouvait encore y distinguer un morceau d’une gravure, en forme de rose blanche. Néo tiqua alors… Une rose blanche ? Où avait-il déjà vu…

Tournant le regard autour de lui, il en aperçut d’autres sur le trône, ainsi que sur certains des tableaux qui ornaient la salle : une magnifique rose blanche s’ouvrant, sertie de plumes blanches de hérons.

Néo : Serait-ce… l’emblème de ce pays ?

Néo revint vers le garde, et lui montra la pièce, espérant qu’il saurait de quoi il s’agissait.

Garde : C-c’est impossible ! C’est un morceau d’une épée de la garde ! Un fragment de la garde de l’épée, d’ailleurs, c’est à cet endroit que se trouve l’emblème de la rose blanche… Ne me dites pas qu’il vient de la scène de crime ?

Néo : Si, tout juste.

Garde : Je ne comprends pas. Une telle épée ne pouvait pas se trouver là…

Néo : Elle n’appartenait pas à l’un de vos collègues, mort dans l’explosion ?

Garde : Non ! Aucun d’entre nous n’étaient équipé d’une telle épée à ce moment, vous pouvez me croire !

Néo : Je vois.

Néo, pensées : Admettons qu’il dise vrai et qu’aucun des gardes ne portait une telle épée. Elle n’était vraisemblablement pas à la princesse non plus, ni à un des deux évêques ou Arnold, ils n’ont pas été blessés, donc il est impossible que l’épée aurait été explosée ainsi si une de ces personnes l’avaient portée. Il ne reste donc qu’une seule explication logique…

Elle était portée par l’assassin. Cette hypothèse semblait étrange, mais Néo dut se rendre à l’évidence. Toutes les autres hypothèses auraient demandé une explication qu’il n’avait pas. Selon le principe du rasoir de Kamoc, il était plus judicieux de considérer comme plus probable l’hypothèse qui soulevait le moins de question : l’assassin avait donc une telle épée sur lui. Mais, comment était-ce possible ? Avait-il pu la dérober ? Ou l’avait-il achetée au marché noir ? A moins que, tout simplement, l’assassin était lui-même un des gardes… Peut-être était-il judicieux de se rendre à la caserne pour en avoir le cœur net. Mais Néo fut interrompu dans ses pensées par le deuxième garde qui revint, avec les deux évêques.

Garde : Je suis de retour !

Néo : Ah ! Alors, voici donc…

Garde : Sire Hansel, sire Manfred, je vous présente Néo, le chef des mercenaires enquêtant dans les hauts quartiers.

Hansel : Enchanté.

Néo : De même !

Manfred : Pourquoi nous avez-vous demandés ?

Néo : J’aurais voulu savoir… Est-ce bien vous qui avez lancé le sort de protection autour du trône ?

Hansel : Oui, en effet. Nous sommes l’auteur de cette œuvre. Vous avez pu la sentir, malgré tout le temps qui a passé depuis ?

Manfred : Il est vrai que nous n’y sommes pas allés de main morte. Nous avons mis toutes nos forces en jeu, car il fallait à tout prix empêcher ce malade de tuer la princesse !

Hansel : Nous avons sauvé Lady Eléanora, et Sire Arnold, hélas, huit de nos dix gardes sont morts…

Manfred : Si nous nous étions préparé plus en amont, nous aurions sans doute pu créer une barrière plus large, qui aurait sauvé tout le monde ! Hélas, nous ne pouvions pas prévoir, un tel…

Hansel : Un tel affront envers Sa Majesté ! C’est inadmissible ! Comment peut-on chercher à tuer un être aussi bon, aussi généreux, que notre princesse adorée ?

Néo : Je comprends votre colère. Je peux vous proposer de nous aider à vaincre ces odieux criminels.

Manfred : Vraiment ?

Néo : Oui ! Si vous vous joigniez à nous, alors vous pourriez nous protéger, mes hommes et moi, si en cas de combat, la résistance usait à nouveau de pareilles armes !

Hansel : Ah ! C’est vrai, ce que vous dites… Qu’en penses-tu Manfred ?

Manfred : Je serai tout à fait disposé à vous aider, si cela peut servir la cause de Sa Majesté ! Seulement, il faudra que nous demandions à Sire Arnold si l’on peut se joindre à vos rangs.

Hansel : Le premier ministre acceptera, c’est évident, lui aussi est prêt à faire ce qu’il faut pour se débarrasser de ces ignobles criminels ! Seulement, Néo, il faut bien que vous ayez conscience que nous ne sommes pas des combattants. S’il est vrai que nous maîtrisons la magie blanche, nous ne pourrons nous en servir pour nous battre, c’est en effet interdit pour un prélat de se battre sur le sol de Ghysitia, j’espère que vous comprenez.

Manfred : Nous pourrons seulement créer à nouveau une barrière de protection, comme celle qui a sauvé la vie de Sa Majesté. Nous ne pourrons rien faire de plus.

Néo : C’est déjà un atout de taille, qui pourrait sauver littéralement les vies de plusieurs d’entre nous en cas d’affrontement ! Je vous remercie.

Hansel : Il n’y a pas de quoi.

Un ange passa alors, et plus personne ne dit rien durant plusieurs minutes. C’est alors que, au même moment, la garde et Néo se rappelèrent d’un coup de la question que le mercenaire allait poser avant d’être interrompu par Finley.

Garde : Ah oui, au fait…

Néo : J’avais une dernière question, c’est vrai !

Garde : Je vous écoute.

Néo : Pourriez-vous juste me dire où mènent les deux portes, là-bas ? Celle qui est à la gauche du trône, et surtout, celle qui est à droite ? Nous aurions besoin de le savoir pour l’enquête.

Garde : Oui, je comprends. Eh bien, c’est très simple, la porte de gauche mène aux cuisines et autres salles annexes au rez de chaussé et à l'étage cette porte mène aux chambres entres autres, comme la chambre de la Princesse Eléanora, du premier ministre Arnold, les chambres de feu notre bien aimer Roi et notre bien aimer Reine qui sont désormais inutilisés et les chambres des invités et dans la même allée il y a les douches individuelles. Nos précédents dirigeants on beaucoup apprécier cette invention et les ont donc faites installés dans notre château. Quant à la porte de droite, elle mène aux chambres des Chevalier sacrés, de rang inférieur et d'élite, de toutes classes, leur terrain d’entraînement ainsi que leurs bureaux. Bref c'est leur caserne ! Est-ce que ces précisions vous conviennent ?

Néo : Oui tout à fait, je vous remercie.

Néo se gratta l’arrière du crâne. Mine de rien, ils avaient déjà mis la main sur une grande quantité d’indices ! Il est vrai qu’il était clair qu’il y aurait plusieurs indices dans la salle du trône, mais il n’aurait pas cru qu’ils en trouveraient autant. Heureusement qu’il avait noté tout ce qui était important sur sa feuille de brouillon, car il n’aurait sans doute pas pu se rappeler de tout ça ! Seulement, il n’y avait presque plus de place sur sa feuille désormais…

Néo, pensées : Zut. Je n’ai plus de papier… Mais, je pense que nos investigations en ce lieu sont terminées. Plusieurs heures ont déjà passé, nous allons bientôt devoir partir. Nous verrons le reste du groupe à la messe de ce soir : j’en profiterai pour demander à Signy si elle n’aurait pas un carnet en rab à me prêter…

Le chef des mercenaires laissa ses pensées vagabonder, songeant à la jeune fille rousse. Mais, il fut rapidement interrompu voyant que Kurtis s’approchait de lui.

Néo, pensées : Quoi ? Il y aurait encore un indice ?

Le Shaman tendit à Néo un bracelet, lui expliquant qu’il venait du bras de l’assassin, et qu’il était parcourut de magie.

Néo : Je vois, merci bien, Kurtis !

Néo tourna le bracelet dans plusieurs sens, le parcourant du regard.

Néo : Effectivement, il est bel et bien imprégné d’une faible magie. Est-ce que cela signifie que c’est ainsi que l’assassin s’est fait explosé ? Ce bracelet était sans doute relié au mécanisme que l’homme portait à son torse. Ce ne devait être que l’amorceur, sinon ce bracelet n’aurait pas été aussi intact ! La véritable bombe était donc un appareil magique, au moins partiellement. La faible magie qui est dégagée de ce bracelet indique sans doute que la magie lui a été imprégnée au moment de la fabrication de l’arsenal, on peut donc supposer que ce n’est pas le meurtrier lui-même qui avait fait usage de magie. Même si on ne peut pas écarter le fait qu’il maîtrisait lui aussi la magie, si c’était le cas, il aurait sans doute utilisé un sort moins risqué qu’un tel mécanisme.

La dernière heure passa, sans que plus personne n’obtienne le moindre indice. Ils avaient fait le tour, désormais la salle du trône ne leur livrerait plus rien. Avant de quitter les lieux pour se rendre à l’église, Néo rassembla tous ses compagnons pour faire le point sur tout ce qui avait été trouvé durant cet après-midi. Néo transmit ainsi à l’ensemble du groupe tout ce qu’il avait pu noter sur sa feuille :

_ Les 8 gardes morts devant l'entrée du couloir de gauche : leur armure avait littéralement été déchiquetée, ce qui indique que l’explosion a été violente. Zaris a pu estimer la portée de l’explosion, une donnée qui pourrait être vitale en cas d’affrontement ;

_ La lettre sur le sol : son message provocateur indique que le groupe de la résistance a un certain sens théâtral. Calcias a détectée de la magie dans le papier, c’est ce qui explique que le message ait résisté à l’explosion. La résistance a donc les moyens de manipuler la magie et de l’insuffler dans les objets.

_ Les deux gardes postés à l'entrée : Lamne les ayant interrogés, il a été appris que l’assassin serait venu de la porte à la droite du trône, porte menant à la caserne.

_ Le sort de protection autour du trône : Néo a réussi à détecter le sort qui avait été lancé, bien que cela ait eu lieu plusieurs jours auparavant. La puissance de ce sort de protection l’a donc interpellé. Ayant réussi à s’entretenir avec les deux évêques qui en sont l’auteur, il a été convenu qu’ils accompagneraient le groupe s’il devait affronter la résistance. Ainsi, par leur sort de protection, ils garantiraient qu’aucun mercenaire de Gaïa ne troue la mort si l’ennemi devait à nouveau user d’explosifs, ou d’on ne sait quelle autre arme magique qui n’a même pas encore été révélée...

_ L’emblème de la rose blanche : il y a des morceaux de la garde d'une épée avec l’emblème des Gardes de Ghysitia, représentant une rose blanche recouvertes de plumes de Hérons. Finley a put retrouver cet important indice. Sa présence pourrait supposer que l’assassin aurait voler une telle épée, ou pire, qu’il serait lui-même un garde.

_ Le bracelet détonateur : il restait miraculeusement un bras de l'assassin intact. Sur ce bras, se trouvait un bracelet aux propriétés magiques. Trouvant cet indice, Kurtis permet au groupe de comprendre que le dispositif de la bombe était un outillage magique, dont ce bracelet était le détonateur. La résistance a donc les moyens de manipuler la magie et de l’insuffler dans les objets, comme cela avait aussi été prouvé avec la lettre magique.

Néo : Eh bien ! C’est du bon travail, les gars, je suis fier de vous tous ! On va pouvoir tranquillement retourner à l’église, et se préparer pour la messe de ce soir.

_________________
Chapitre 2: Princesse en danger ! - Page 6 Hyrule10 Chapitre 2: Princesse en danger ! - Page 6 12348510 Chapitre 2: Princesse en danger ! - Page 6 Lehran10

descriptionChapitre 2: Princesse en danger ! - Page 6 EmptyRe: Chapitre 2: Princesse en danger !

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum