Je vous propose d'écrire et de partager ici des mini fanfics FE sous forme de "souvenirs" (les mêmes souvenirs que dans Echoes) qui s'organiseraient sous forme d'assez courtes conversations entre plusieurs personnages de l'univers de Fire Emblem.
Le but est surtout de mettre en valeur des personnages et/ou d'apporter un petit plus aux jeux Fire Emblem selon votre goût. Veillez cependant à respecter comme vous le pouvez la timeline ainsi que la personnalité des personnages, pour un tout cohérent.

Je commence avec ces trois petites scènes :


Le paricide du Medonien :
Michalis - Osmond :

Michalis : Père, qu'en est-il de l'opération "Tempête de Medon" ? Nos troupes sont-elles prêtes à partir ?
Osmond : Michalis ! Nous avons déjà eu cette discussion, et ma réponse est non ! Jamais nous n'attaquerons Akaneia par simple esprit de conquête, par caprice ! Nous sommes en paix, et nous le resterons !
Michalis : Je ne le répéterai pas, vieux débris. Il est plus que temps pour Medon de briller de nouveau et de s'affirmer en tant que grande puissance dirigeante. Les vrais Medoniens sont des conquérants.
Osmond : Michalis ! Comment oses-tu ?!
Michalis : N'ayez crainte. Avec l'appui de Gharnef, notre légitime domination du monde ne s'en verra que facilitée.
Osmond : Nulle alliance, ni pacte, ne sera fait avec ce pontife fou à lier ! Medon n'a pas besoin de...
Michalis : Medon n'a plus besoin de vous et de vos belles paroles ! Medon a besoin d'un homme fort qui saura lui redonner sa gloire d'antan !
Osmond : ... C'en est trop, Michalis. Voilà que tu t'obstines depuis maintenant trop longtemps à prendre la guerre pour un jeu. Tu ne me laisses pas le choix. Je vais devoir te déshériter, mon fils. J'en suis désolé...
Michalis : Hmph... Je ne peux plus supporter cette hypocrisie. Vous salissez la fratrie en plus d'affaiblir la patrie. En effet, c'en est trop. Vous ne m'avez jamais écouté et avez précipité Medon dans un gouffre... mais je vais rétablir l'économie et réformer l'armée moi-même, je procéderai à une purge et m'assurerai la loyauté de mon peuple, je réaliserai tout ce que vous n'avez pas pris la peine d'entreprendre par faiblesse !
Osmond : ...
Michalis : Eh bien, les arguments vous manquent-ils ?

Le roi Osmond s'emplit de désespoir. Il pousse un long soupir s'apparentant à des sanglots qu'il essaie de dissimuler.

Osmond : Oh mon fils, réconcilions-nous ! Tu le sais, je suis gravement malade... Cessons de nous faire de la peine ainsi.
Michalis : Je le sais. Je ne fais donc qu'accélérer l'inéluctable. Adieu.
Osmond : Allons, mon fils ! Pose cette dague ! Non, Micha... Bwaargh !
Michalis : ...
Osmond : Aaaaaargh !

Un temps long

Michalis : ... Hmph... Je vais tout reconstruire moi-même, mais il me faut enterrer les fantômes du passé. Il me reste seulement à éliminer mes sœurs... Cette perspective ne m'enthousiasme guère... Mais qu'importe. En tant que roi de Medon, je n'ai pas le droit de me laisser entraver par mes sentiments...

À ces mots, une unique et lourde larme s'écoule le long de la joue droite du jeune assassin. Elle emporte dans sa chute la seule goutte de sang qui tachait encore son visage.    



La fillette du lac :
Miikoto - Azura :

Azura : "You are the ocean's gray waves, destined to seek life beyond the shore just out of reach"
Mikoto : Oh... Azura ? Je vois que, toi aussi, tu aimes te reposer au bord du lac. Comme tu as raison ! C'est un endroit très reposant.
Azura : ...
Mikoto : Ah... Tu repenses à ton enlèvement ?... Je suis sincèrement désolée que tu aies eu à vivre tout cela. Sache néanmoins que tu peux me considérer comme une mère, tu peux affirmer être une membre de notre famille, Azura.
Azura : Je ne suis qu'une otage. Ce n'est pas si différent de Nohr ici : ma vie est insignifiante, même pour ma "famille"...
Mikoto : Voyons, je suis là pour toi. Hinoka et Takumi sont peut-être seulement un peu durs, mais ils ne sont que des enfants, ils n'ont pas bien conscience du mal qu'ils peuvent te faire. Ta sœur aînée me fait aussi des reproches, vois-tu. Je pense qu'il nous faut juste un peu de temps, et nous serons heureux, tous ensemble.
Azura : Je me demande le temps que je vais mettre pour me jeter dans ce lac avec ce rocher...
Mikoto : Oh, Azura...

La jeune fille aux cheveux azur contemple le lac, le regard vide. Mikoto, fixant la fillette, s'emplit de pitié. Elle se reprend.

J'aime beaucoup la mélodie que tu chantais à l'instant. Elle est très reposante, elle aussi.
Azura : ...
Mikoto : "Yet, the waters ever change, flowing like time. The path is yours to climb."

Le regard d'Azura s'illumine, sa bouche entrouverte reflète toute sa surprise

Azura : Oh ? Mais... Comment connaissez-vous ce chant ?
Mikoto : Je n'en connais que le début. Je l'ai vaguement appris il y a des années de cela... Et si tu m'apprenais la suite ? Nous pourrions venir au bord de ce lac tous les soirs et nous chanterions ensemble.
Azura : Ce serait... c'est une très bonne idée !

Azura se jette dans les bras de Dame Mikoto en pleurant

Azura : Oh, mère, vous m'avez tant manqué !
Mikoto : Allons, Azura... Tu es encore bouleversée... Que dirais-tu d'une promenade hors des murs du château à mes côtés ? Cela te changera les idées, mais tu auras tout le temps de me parler de ta vie passée en Nohr, si tu le souhaites.
Azura : Vous... vous m'autoriseriez à sortir ?
Mikoto : Corrin est irremplaçable et était ce que j'avais de plus cher au monde. Mais tu n'es pas une prisonnière que l'on abandonnera. Je te considère réellement comme ma fille. En Hoshido, nous prônons la paix mais aussi la liberté. En tant que princesse hoshidienne, tu as tous les droits, exceptés ceux qui causent du mal aux autres. Je demanderai par ailleurs à tes frères et sœurs de faire un effort pour t'intégrer dans la famille.
Azura : Merci, Dame Mikoto !
Mikoto : Ne me remercie pas, ce n'est rien. Alors, qu'en est-il de cette promenade ?
Azura : J'accepte !
Mikoto : Hi hi ! Et après, nous irons voir ta sœur, Sakura. Elle est encore petite et elle est très timide, mais cela ne vous empêchera pas de jouer ensemble.    



Soutien C : Ryoma-Scarlet :
Scarlet : Argh... argh... Dîtes-moi, Messire Ryoma, vous ne retiendriez pas vos coups, par hasard ?
Ryoma : Ça suffit, Scarlet. Tu es épuisée. Si je me donne au maximum, tu ne parviendrais pas à parer mes coups et tu serais définitivement blessée.
Scarlet : Haaa ha ha ha ha ! Ben voyons, je vous pensais plus modeste que ça. Mais je voudrais reprendre l'entraînement avec vous ici et maintenant, quoiqu'il m'en coûte. Comment puis-je prétendre être à la tête de la résistance chevoise sinon ? Je dois repousser mes limites à l'entraînement pour ne pas les atteindre en pleine bataille.
Ryoma : Hm... Je salue ton inébranlable volonté de vaincre. D'ailleurs, je partage ton point de vue... Dans ce cas, j'accepte de poursuivre notre duel, mais seulement après une courte pause.
Scarlet : Entendu. Merci, Votre Altesse.
Ryoma : Profites-en pour te rafraîchir.
Scarlet : Oui. Euh... Messire Ryoma, après cela, accepteriez-vous que nous reprenions notre duel... mais sans arme ?
Ryoma : Scarlet, tu sais bien que celles-ci sont non létales ?
Scarlet : Oui, bien sûr. Mais je pense pouvoir prétendre assez bien manier la lance et la hache, et cela fait maintenant un moment que nous nous entraînons au katana. Si vous le voulez bien, je voudrais vous affronter dans un combat à mains nus ! Le meilleur des guerriers sait se battre sans arme et doit pouvoir faire face à tout imprévu.
Ryoma : Tu as bien raison ! J'accepte ton défi ! Cela fait longtemps que je n'ai moi-même pas pratiqué de combat à mains nus. Garde cependant à l'esprit que le guerrier idéal ne part jamais au combat sans son arme, il ne la perd en aucun cas, et il la maîtrise si bien qu'il en devient invincible au combat.
Scarlet : Je suis d'accord avec vous ! Cela fait seulement longtemps que je n'ai pas pratiqué les arts martiaux hoshidiens. J'espérais pouvoir me mesurer à vous dans ces disciplines.
Ryoma : Oh ? Tu as des bases dans les arts martiaux hoshidiens ?
Scarlet : Plus que des bases, sans vouloir être prétentieuse, ha ha !
Ryoma : Comment as-tu pu les apprendre sans sensei ?
Scarlet : Mais nous en avions, des sensei ! Même si en Cheve, l'architecture et le mauvais temps sont propres à Nohr, notre petite armée et nos méthodes de combat sont bien différentes de ce que l'on peut imaginer. Avant même de se battre à la lance et de monter sur le dos d'une wyverne, on apprend des techniques diverses d'arts martiaux hoshidiens grâce à un chevois spécialiste en la matière.
Ryoma : Je l'ignorais.
Scarlet : Vous avez beau avoir passé un bout de temps avec moi en Cheve, il y a toujours un tas de choses que vous ignorez sur moi et ce petit bout de terre en Nohr, ha ha !

Scarlet met une tape amicale sur l'épaule de Ryoma. Ce dernier reste de marbre et fixe la cheffe de la résistance chevoise avec froideur

Scarlet : Euh... Ne faîtes pas cette tête. Enfin, je veux dire... Il y a pas de lézard hein ? C'était juste que... euh... Je sais pas pourquoi j'ai fait ça à vrai dire. Veuillez m'excuser, Votre Altesse.
Ryoma : Ha ha ha ha ha ! Ne t'en fais pas, Scarlet, je te fais marcher.
Scarlet : Ah oui... ha ha... Ce n'est pas dans vos habitudes, si ?
Ryoma : Peut-être ignores-tu bon nombre de choses à propos de moi... Tu devrais aller te rafraîchir maintenant pour que nous puissions commencer notre combat et continuer à discuter de Cheve plus tard.
Scarlet : Ha ha ! Bien, Votre Altesse ! Ne retenez pas vos coups à mon retour surtout !
Ryoma : ... Sacrée Scarlet...


Voili voilou. Dites-moi ce que vous en pensez, et n'hésitez pas à écrire une conversation à votre tour ! La saga est aussi pleine de mystères. En étant un peu curieux, et avec un peu d'imagination, il y a de quoi écrire. cheers