Communauté Fire Emblem
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Communauté Fire EmblemConnexion

Forum de partage
et d'entraide


Mission 7 : La Noblesse du Coeur

descriptionMission 7 : La Noblesse du Coeur - Page 2 EmptyRe: Mission 7 : La Noblesse du Coeur

more_horiz
Calcias pouvait apercevoir des troupes ennemies éparpillées dans la forêt qui approchaient. Sa hâte l'avait vite fait repéré, et celles-ci ont eu tôt fait de s'avancer vers lui.
Ils étaient définitivement dans une optique offensive plutôt que de fuite !

Un Soldat, un épéiste... Il claqua la langue. A deux contre un, cela risquait d'être compliqué. Et à plus forte raison s'ils voulaient tous les deux lui chercher des problèmes.

Il se mit rapidement en garde, à temps pour croiser le fer avec celui qui partageait sa classe, mais fut forcé de se désengager rapidement pour pouvoir éviter l'estoc de lance de l'autre adversaire.

La situation n'était pas à son avantage car ces deux manœuvres se répétèrent quelques fois, mais Calcias finit par réussir à faire planter la lance du soldat dans un arbre à proximité en évitant au dernier moment encore un coup en traître qui lui entailla légèrement le bras.

Cela lui donna tout de même quelques secondes de répit pour foncer sur l'épéiste qui été resté dans le même schéma d'attaque, mais sans son compagnon pour l'épauler, il se retrouva rapidement avec une épée de fer enfoncée dans l'épaule, ce qui ne manqua de le faire hurler et lâcher son arme avant de se faire assommer par un coup du plat de la lame sans ménagement, mais le bruit strident provoqué attira encore un soldat pendant que l'autre retirait sa lance et était à nouveau prêt à attaquer Calcias.

Le jeune homme pesta, n'ayant pas pensé à que cela arrive. La portée de ces armes était un véritable problème pour lui, et il n'avait pas encore trouvé comment se débrouiller efficacement contre ce genre d'adversaires, bien qu'ayant quelques pistes.
Mais les mettre en oeuvre contre deux de ces personnes était délicat.

Heureusement pour lui, cette interrogation ne dura que le temps d'un instant, car il fut rejoint par un soldat de la troupe de Cassandra, prêt à lui prêter main forte contre ces envahisseurs.

Soldat : Ben dis donc, t'es une flèche, petit ! Tu peux remercier ces cris, je t'avais perdu de vue dans la forêt !


Calcias opina rapidement. C'était vrai qu'il s'était peut-être un peu trop précipité, mais l'aide d'un défenseur était la bienvenue.

Calcias : Faites attention, surtout.

Soldat : Parle pour toi !


Le combat maintenant était plus équilibré, et presque égal grâce à cette intervention. N'espérant cependant pas que la même tactique fonctionne à nouveau, Calcias choisit donc d'aller directement à la rencontre du premier soldat ennemi, tandis que le deuxième fut arrêté par ce nouvel allié, l'empêchant ainsi d'intervenir.

Soldat : Où tu crois aller, coco ? C'est moi ton adversaire !

Ce répit qui lui était offert, Calcias ne voulait pas le gâcher. Il essuya de vilaines éraflures en essayant de trouver un angle d'attaque pour passer au travers des mailles de cette lance le tenant à distance raisonnable.
Et lorsqu'il l'eut trouvé... Il repoussa sur le côté la lance d'un coup d'épée et se rapprocha, son talisman brillait tandis qu'adepte lui permit de profondément entailler l'armure légère et les jambes de son adversaire, qui s'effondra en conséquence.

Tant pis pour les cris, se disait-il, si cela ramenait encore du monde.
L'important était qu'ils ne s'enfuissent pas, ou en tout cas pas très loin, et Calcias ne voyait pas trente-six mille solutions pour parvenir à ce résultat, bien que cet ennemi aurait besoin de soins ensuite, tout comme lui-même.
Son allié était toujours au prises avec l'autre soldat, il ne perdit donc pas de temps alors pour aller lui donner un coup de main.

descriptionMission 7 : La Noblesse du Coeur - Page 2 EmptyRe: Mission 7 : La Noblesse du Coeur

more_horiz
Signy était dissimulée dans la forêt. N’étant pas une championne de la discrétion, quelqu’un cherchant sa présence n’aurait aucun mal à la détecter mais encore fallait-ils qu’ils pensent à chercher. Et les deux hommes qui passèrent par là, voulant prendre Néo à revers, n’étaient pas forcément aux aguets pour la jeune rousse sans armure. Si bien que discrètement, elle s’approcha d’eux dans le dos, épée dans le fourreau afin de juste assommer.

Cependant, si elle était devenue plus habile au combat, son équilibre était toujours aussi désastreux, si bien qu’elle glissa sur des feuilles humides dans la forêt, se cassant littéralement la figure juste à côté des deux hommes, qui se retournèrent en sursaut. Leur regard se pausa sur elle, et le sien sur eux. Un instant de flottement se produisit.

Signy : … Euh, bonjour, beau temps n’est-ce pas ?

Ils ne répondirent pas, semblant assimiler doucement ce qu’il se passait. Mais l’un des deux s’approcha de la jeune femme en sortant son épée, pensant naturellement avoir l’avantage, de par la hauteur et de par le fait que son adversaire n’avait pas dégainé. Cependant, d’un seul coup, la stratège se redressa en bondissant devant, frappant son ennemi en plein à la poitrine. L’épéiste ne s’y attendant pas vit son souffle se couper d’un seul coup, alors qu’il était envoyé à terre. Et lorsque l’autre porta un coup à la stratège, elle parvint à le bloquer de justesse.

Cependant, elle était à deux contre un face à des adversaires n’étant pas de complets manches du corps à corps. Son premier réflexe fut de penser à se reculer tout en étant sur ses gardes, les attirer au camp mais d’un claquement de langue, elle chassa l’idée. Si l’un d’eux avait un cor, elle se DEVAIT d’être agressive et mettre la pression. Ne surtout pas les laisser marquer leur position, quitte à se prendre des coups, ou à ôter la vie de ses adversaires.

Dégainant donc son épée, elle s’élança sur les deux épéistes, déstabilisés de la voir charger de la sorte. Pour le coup, le fait d’avoir donné une piètre première impression jouait en sa faveur ici. Si bien qu’elle parvint à blesser sa victime au ventre avant de devoir reculer pour ne pas se faire décapiter. Un trait de feu fut néanmoins tracé sur sa joue, et elle était maintenant entourée par les deux. Alternant son regard, Signy fit en sorte de ne pas perdre qui que ce soit de vue.

Les deux attaquèrent en même temps, de chaque côté. Et tout comme lors de l’attaque pirate, elle sentit une lame lui déchirer la poitrine de par derrière. Alors que la sensation se dissipa pour revenir au présent, la stratège se retourna pour bloquer l’attaque qui lui aurait été fatale, ouvrant son dos à l’adversaire… Mais le coup ne vint jamais, une flèche fusa non loin de la jeune femme, abattant l’épéiste en pleine tête.

Parvenant à se sortir de sa stupéfaction avant son adversaire, Signy profita qu’il était encore choqué pour lui donner un coup d’épée dans le ventre, le laissant s’écrouler par terre. Et pour écourter son agonie, elle lui trancha la tête. Mais alors que son regard se posa sur son sauveur, un archer du groupe de Cassandra, elle lui fit un signe du chef pour le remercier. Il venait de lui sauver la vie.

Soldat : Aaargh !

Les deux alliés se retournèrent en même temps, le camp était attaqué ! Certains ennemis devaient avoir trompé la vigilance de Néo, Signy et Calcias réunis ? Ils avaient des progrès à faire sur le sujet… Cependant, pas le temps de tergiverser, Eléanora était en danger. Signy s’élança donc vers le camp à protéger, où elle vit la princesse Ghysitienne, tremblante devant un épéiste s’apprêtant à la frapper.

Intuitivement, la stratège sut ce qu’elle devait faire. Se jetant sur l’épéiste juste avant l’attaque, elle parvint à dévier sa lame qui brassa du vent. Cependant, dans un réflexe, l’ennemi envoya sa lame dans la direction de son agresseuse, lui provoquant une entaille à l’épaule qui la fit grincer de douleur. Dans un nouvel effort physique, Signy parvint à le jeter au sol et lui donner un violent coup de pommeau entre les yeux, l’envoyant lui-aussi au royaume de Morphée. En effet, selon les circonstances, assommer son adversaire était plus simple que le tuer. Ici, la stratège aurait juste perdu du temps à tenter de le transpercer de sa lame, là où le pommeau avait juste à être avancé pour frapper.

Reprenant son souffle, la stratège se redressa et fit un sourire à Eléanora.

Signy :
Vous allez bien, vous n’êtes pas blessée ?

_________________
L’oiseau et le guerrier
Le noir et le blanc
L'annonciateur de mort et son semeur.

descriptionMission 7 : La Noblesse du Coeur - Page 2 EmptyRe: Mission 7 : La Noblesse du Coeur

more_horiz
Signy : Vous allez bien, vous n’êtes pas blessée ?

Eléanora serra fort son épée de bronze toute tremblotante dans ses mains. Son front était humide, elle suait et ne se sentait pas vraiment bien, cependant elle fut soulagée lorsqu'elle constata que Signy avait épargné la vie de leur ennemi. C'était la première fois qu'elle voyait un des mercenaires de Gaia faire preuve de clémence et épargner la vie d'une personne. Elle pouvait reprendre un peu espoir et espérer que les choses continuent sur cette voie.

Eléanora : M-merci Signy, je vais bien... Et... merci beaucoup d'avoir épargné la vie de notre ennemi. Nous avons beau être dans des camps différents, cela ne veux pas dire que cette personne mérite de mourir non plus... Vraiment, merci. Je suis sûre que sa f-famille vous en saurait gré elle aussi... P-par contre je voulais m'excuser, je sais que ce n'est pas votre position et j'espère que ma faiblesse n... Ne... Ne ruine pas vos plans ni ne met Sir Calcias ou Sir Néo en danger…

Signy se pinça les lèvres, Eléanora semblait se méprendre sur un détail visiblement. Il lui fallait rectifier un détail.

Signy : Ici, je ne l'ai pas épargné, je ne l'ai juste pas achevé. Vu la position dans laquelle j'étais, l'assommer était nettement plus simple que le tuer, ma lame étant tournée dans le mauvais sens. Mais dans d'autres circonstances, je n'aurais pas hésité à le tuer pour vous protéger. Je vous prie de bien comprendre : Je n'aime pas tuer, mais parfois, c'est inévitable lorsque l'on a des convictions contraires. Si e peux épargner mes adversaires, je le fais, mais ce n'est pas nécessairement possible.

Signy adressa un sourire chaleureux à Eléanora

Signy : Le principe d'un plan de Tacticienne, c'est d'être en constante évolution. Et si je suis intervenue, c'était non seulement car notre formation a été percée, la tente restant notre objectif à protéger à tout prix mais aussi parce que je pense que j'étais plus utile ici que là-bas.

Signy *pensées * : En revanche, je me demande comment s'en sort Calcias, il faudrait que j'aille vérifier…

Eléanora eut une mine un peu déconcertée par ce que venait de lui dire Signy, puis secoua la tête, n'approuvant pas certains de ses dires.

Eléanora : J-je préférerais que vous n'ayez pas à tuer pour me protéger si vous voulez que je sois honnête avec vous... Imaginez si... Si cet homme a une famille et que ses enfants apprennent la mort de ce dernier ? Je... Je n'accepterais jamais la mort du moindre être vivant, peu importe les circonstances... C'est... Terrifiant. Tout ces cris, ce chaos... Ce sang... Je ne le supporte pas, pourquoi faut-il que les hommes s’entre-tuent à la moindre occasion... ? N'y a-t-il donc pas de place pour le dialogue... Pas de place pour une paix universelle... ? Ce que vous m'avez dit tantôt... Sir Calcias me trouve-t-il si... Effrayante que ça ? Est-ce l'un des facteurs de la guerre... De massacres ? Pourquoi est-ce que les être vivants ne peuvent s'accepter les uns et les autres... ? Je ne comprend pas, et ce n'est pas un monde juste... Rien de ce que les Déesses ont voulu mettre en œuvre... Et oui je dis bien les Déesses je... J'ai un peu étudié la culture d'Ashunera dans quelques uns des livres privés de la famille royale, je sais à peu près ce qu'il faut savoir à son sujet et je la respecte autant que Naga... Si Ashunera à donné son amour à Naga lorsqu'elle la créa, est-ce si difficile à l'homme, enfants de la Déesse, d'en faire de même... ? J'aimerais vraiment pouvoir faire quelque chose contre autant d'injustice et de Chaos mais j'en suis pour le moment incapable... Désolée je... Ce n'est pas dans mes habitudes de parler autant mais... Il faut que ça sorte, ça m'étouffe d'être incomprise j'ose espérer que vous au moins me prêterez votre oreille car avec Xena et la plupart des autres mercenaires ça me semble complètement impossible, et ça m'affecte énormé- Signy, derrière vous !

A ce moment là, l'homme que Signy venait d'assommer était debout derrière elle, arme en mains, prête à l'abattre. La princesse était complètement figée.

Signy écoutait ce que la marquée avait à dire, ne cherchant à aucun moment à l'interrompre, même si le passage sur la religion faillit lui faire souffler du nez. En soit, la croyance n'était pas forcément un mal, d'autant plus qu'en étant un peu pointue, elle avait elle-même des croyances en recherche. Cependant, il y avait quelque chose dont elle allait devoir informer sa camarade, tôt ou tard. Mais alors qu'elle s'interrompit elle même, Signy n'eut pas le temps de réagir totalement.

Le coup d'épée lui laissa une profonde coupure dans le dos, mais elle était parvenue à en esquiver suffisamment pour ne pas avoir sa vie en danger, bien que la douleur blanche qu'elle ressentit lui fit pousser un cri de souffrance.

Signy : Argh...

Serrant les dents, elle asséna un coup de la pointe à la gorge de son adversaire, le tuant sur le coup.

Signy : ... ... Là, par exemple, je n'avais... Pas vraiment le choix...

Juste capable de rester consciente, la stratège tomba néanmoins à genoux, cherchant à s'appuyer sur son épée. La pure adrénaline lui avait permis de porter ce coup.

La Princesse Ghysitienne n'eut d'autre réflexe que de détourner le regard et se protéger la tête de ses bras qu'elle avait croisé au dessus de cette dernière, ses jambes lâchèrent sous la pression et elle se retrouva cul à terre, tremblotante de tout les membres de son corps. Puis, après un instant qui lui parut être une éternité, elle baissa les bras avant de constater avec horreur que la stratège était sur le point de s'évanouir, le cadavre de son adversaire gisant non loin sur le sol alors que du sang s'échappait en masse de sa gorge.

Eléanora se jeta instinctivement dans les bras de Signy et mise la paume de ses mains sur sa plaie dans son dos. La jeune Marquée sentais le sang chaud de Signy s'étaler le long de ses mains.

Eléanora : Oh non... Non, non, non ! Qu'est ce que je vais faire ?! S-signy restez avec moi s'il vous plait ! Oh non c'est de ma faute... Je suis vraiment désolée, vous vous retrouvez blessée à cause de moi e-et de mes caprices... !

Eléanora, pensées : Rien ne se passe cette fois avec mes mains, était-ce vraiment moi la dernière fois ? Si c'était le cas, pourquoi ça ne fonctionne pas maintenant, mes mains sont sur sa plaie !

Malgré tous les efforts de Eléanora, le même phénomène ne se reproduisit pas. Et alors qu'elle commençait à céder à la fatigue, un soldat revint en arrière, reprendre une position plus défensive. Il vit l'état de Signy, il sortit de sa besace une Potion et lui fit consommer, avant d'en verser un peu sur la plaie. Une nouvelle plainte de souffrance s'échappa des lèvres de la rousse alors que ses plaies se refermaient doucement. Néanmoins, une seule rasade n'était pas suffisante pour la guérir intégralement, mais elle tenait de nouveau sur ses jambes.

Signy : Argh, c'est douloureux.... C'est dans ces circonstances que je trouve dommage de ne pas pouvoir me soigner moi-même avec un bâton. Je crois... Je crois que je vais devoir vous en prendre une autre dose, messire, mes excuses.

Le soldat haussa les épaules et lui fit boire le reste de la potion, remettant la stratège sur pieds.

Signy : Hmm, la sensation est toujours désagréable.... Je vous remercie sincèrement messire. Et Eléanora, je voudrais faire remarquer que cet homme vient d'illustrer les risques de ne pas incapacité son adversaire. S'il vous a attaqué une fois, pourquoi ne recommencerait-il pas? Cet homme nous apporte la preuve que non, l'épargner ne vous protège pas... Être pacifiste et croire en l'harmonie est une bonne chose. Ceci étant, il ne faut pas que vos convictions vous fassent faire des erreurs coûtant cher. Auriez-vous préféré que je meure plutôt que je ne tue cette personne? Ce sont des questions très compliquées, mais je vous invite à y réfléchir. Quel serait la situation que vous craignez le plus.

Eléanora : Je... Je pense toujours qu'une solution pacifique peut avoir lieu, si le cœur de cet homme n'était pas entièrement corrompu alors le dialogue aurait put être possible... E-et pour votre question ma réponse peut vous sembler égoïste mais j'aurais voulu... Qu'aucun de vous deux ne meure... mais... J'admets avec amertume que vous n'aviez pas le choix... Ou plutôt, que vous n'aviez pas le choix car je n'ai absolument rien fait pour vous d-défendre... Si je n'était pas rester pétrifiée ici à avoir peur j'aurais pu vous sauver tout les deux, je m'en excuse profondément... De... De ma faute vous avez du vous salir les mains encore plus que nécessaire, je suis désolée…

Signy adressa un petit sourire.

Signy : Si je me montre insistante aujourd'hui, c'est parce que vous êtes une personne profondément bonne, avec un objectif louable, et que je trouve que la vie de mercenaires ne vous correspond pas à l'heure actuelle, mais vu qu'il s'agit de votre mission, il faudra que vous appreniez à accepter de cruelles vérités. Et bien évidemment qu'une solution pacifique peut-être trouvable... Mais chacun a vécu des expériences de vie différentes. Ce qui nous fait peur, ce que l'on aime, ce que l'on aime pas.... Tout cela fait que l'on peut prendre les armes. Pour ma part, j'ai mes réponses à "pourquoi je prends les armes", et en tant que stratège de notre groupe, je ferais de mon mieux pour vous aider à trouver les vôtres. Et pour ce qu'il vient de se passer, ne vous inquiétez pas, il était attendu ce genre de choses de quelqu'un aussi empathique que vous n'ayant jamais livré de combats.

La jeune fille blonde secoua la tête alors que Signy disait qu'elle était une personne profondément bonne.

Eléanora : J-je ne pense pas être aussi bonne que vous le pensez... Vous savez... Quand mes parents sont morts, je n'ai ressenti de tristesse que pour ma mère... Quand j'ai su que mon père était mort en revanche... J'ai ressenti un... Soulagement ? J-je sais que c'est horrible mais même aujourd'hui je ne peux m'empêcher de me dire que ce soit mieux ainsi en ce qui le concerne... Il a... Il.. Il a fait des choses horribles au peuple de Ghysitia vous savez... ? M-m-mais assez parlé de lui ! Pour le moment je... je n'ai aucune raison de prendre les armes, bien que Ghysitia compte sur moi, mais... Justifier qu'on ôte la vie d'une personne... ? Je ne peux l'accepter p-peu importe la raison... Je suis désolée de ne pas être une alliée fiable pour le moment et... Vous avez vu... ? J'ai beau avoir posé mes mains sur vos plaies tantôt, je n'ai pas eu ce "don" ou "pouvoir" que nous avons évoqué dans la matinée... Je ne sais pas quoi en penser…

Signy adressa un petit sourire triste à la princesse. Il avait du être un père absolument abject pour que même quelqu'un comme Eléanora se sente soulagée. Elle allait devoir passer derrière un monstre visiblement....

Signy : Prenez votre temps, mais n'oubliez jamais ce que vous avez pu ressentir pour votre père. Vous l'avez dit vous même "c'est mieux ainsi en ce qui le concerne", de votre ressenti. Et certaines personnes, si tenté qu'on leur donne du pouvoir, pourraient se révéler aussi malfaisantes. Parfois, tuer un homme correspond en réalité à sauver nombre de victimes qu'il aurait pu faire en restant en vie. Mais ça, il est impossible de le savoir avant d'avoir essayé.

Et à la remarque de Eléanora sur ses facultés, la stratège hocha du chef.

Signy : En effet, j'avais constaté. Peut-être m'appréciez vous moins que vous n'appréciiez Calcias lorsque c'est arrivé? Hihihi, ne vous en faites pas, je plaisante. Cela étant vous n'êtes pas encore officiellement une combattante, donc peut-être votre potentiel s'est manifesté à vous pour signaler sa présence mais que vous devrez attendre d'être officiellement une T1 pour pouvoir vous en servir. Ou bien, ne maîtrisant pas encore votre pouvoir, vous avez pu l'activer lorsque Calcias était évanoui, là où j'étais encore consciente. Ou peut-être ai-je eu tord mais la question de ce qu'il a bien pu se passer pour Calcias subsiste en ce cas. Mais ce n'est guère le moment pour en parler, notre priorité est de protéger notre client alors je resterai avec vous pour être plus proche de la tente.

Eléanora : Je... Je n'avais pas vu la chose sous cet angle... Mais la mort d'une personne peut très bien apporter le malheur autour de lui également... Imaginez si... Ses enfants meurent de faim, si personne d'autre ne peut s'en occupée... E-est-ce que vous trouveriez ça normal... ? Vous dites sauver des tas d'autres personnes mais... Vous en condamnez d'autre également... Et si les familles des victimes voulaient se venger également... Ça n'apporte qu'un cercle vicieux qui créerait encore plus de mort dans le futur... Je pense que... juste tenter de convaincre nos adversaires sur un champ de bataille peut être bien plus bénéfique, au moins p-personne ne souffrirait... En ce qui concerne l'autre sujet... Je ne pense pas apprécier Calcias plus que n'importe qui d-d'autre dans notre groupe, j'aimerais certes tisser une amitié avec chacun de vous, mais pour le moment je ne connais pas vraiment assez chaque personne du groupe pour... Faire du favoritisme... Je n'aime pas pas faire du favoritisme mais force est de constater qu'au fil des années j'ai toujours apprécié la compagnie de sir Arnold bien plus que la compagnie d-de quiconque... J'avoue également qu'il me manque énormément, mais je ne peux rien y faire... J'espère que le camp adverse ne va pas atteindre cette tente en tout cas... J'aimerais éviter de voir plus de morts s'entasser aujourd'hui même.

Signy : L'imagination ne vous aidera pas. Bien sûr que théoriquement, ce genre de choses peuvent arriver mais ce serait présupposer de beaucoup de choses : Premier point, assumer que votre adversaire a des enfants, ce qui n'est pas nécessairement le cas. Deuxième point, même si le premier point est véridique, il faut aussi assumer que ces enfants n'ont qu'une personne pouvant s'occuper d'eux. Ce qui peut être tout aussi faux. Et troisièmement, il faudrait aussi assumer que ces enfants, non aidés, ne parviennent pas à s'en sortir. Ce qui peut de nouveau être faux. Alors que la personne que je viens d'abattre pourrait aussi avoir égorgé des enfants. Il est impossible de le savoir, et c'est pour me préserver que j'essaie d'oublier que je combats une personne avec son histoire. En fait, j'ai oublié comment m'y intéresser à force de combattre. Un ennemi attente à ma vie ou à celle de ceux que j'ai juré de protéger, et si j'en viens à tuer, c'est déplorable mais le monde se porte mieux sans certains individus. Peut-être en fais-je moi-même parti d'ailleurs, je n'en sais rien. Et je tenais néanmoins à vous féliciter sur quelque chose : Vous commencez déjà à vous endurcir, vous n'avez pas .... Refait ce que vous avez fait sur le Fire Emblem. C'est un bon premier pas en avant je trouve, ça donnera une raison de moins à Xena et Jin de râler, hihihi!

Eléanora : J-j'aimerais que l'on oublie c-cette histoire... ! Je n'ai jamais eu aussi honte de toute ma vie, surtout lorsque Jin m'a demandé de nettoyer "ça"... M-mais oui je comprend ce que vous voulez dire, mais n'excluez pas la possibilité non plus... Après tout, vous tuez d'autres être humains et peut-être même que c-certains d'entre eux ne sont pas forcément les monstres que l'on s'imagine être... Peut être que... Je suis simplement trop naïve, mais lorsque je vois les personnes du camp adverses mourir cela me fait autant mal que de voir mes alliés b-blessées... Je... Ne sais pas si je serais un jour c-capable de faire du mal à une personne qui serait dans le camp adverse, cette pensée m'horrifie.

Signy posa son regard sur Eléanora, arborant une petite mine, peut-être la mine la plus sombre qu'elle aie jamais montré à quiconque dans le groupe.

Signy : .... Je n'ai jamais considéré ne tuer que des monstres. En réalité, mes premiers mois de mercenaires furent l'enfer, toutes les questions, toutes les considérations que vous pouvez avoir à l'heure actuelle, je suis moi-même passé par là. J'en ai fait des nuits blanches.... Mais un jour, j'ai compris. Se poser toutes ces questions n'amènent à rien. En admettant tout ce que vous avez dit comme vrai, je ne sais pas où cet homme vit, donc impossible d'aider ces enfants. Je suis faible, je n'ai pas le pouvoir de sauver tout le monde, alors au lieu de chercher à sauver tout le monde, ce qui mènerait invariablement à des drames, je cherche à protéger en priorité les personnes que j'ai décidé de protéger. Ce que cet homme a aussi choisi de faire, de même pour tous ceux qui combattent dans cette forêt.

Puis elle reprit sa mine normale.

Signy : Allez, il faut protéger la tente. Je vais veiller sur vous, ne vous en faites pas, mais en retour, soyez prévenue que si je n'arrive pas à l'assommer et que mon adversaire met votre vie ou la mienne en danger, je n'hésiterai pas à le tuer.

La tête blonde baissa les yeux un instant, il semblerait qu'elle aie touché à quelque chose de plus sensible que ce qu'elle n'aurait cru.

Eléanora : D-désolée, je ne faisais que vous expliquer mon point de vus mais il semblerait que j'ai dit des choses qu'il ne fallait pas, j-je m'excuse... Le pire est que... J-je ne pensais pas que vous étiez une personne faible, au contraire je trouve que... Quand vous laissez tomber votre masque... V-vous êtes une personne r-remarquable Signy, vous faites l-la dure, mais au fond vous êtes une personne gentille et même si vous avez pour le moment une faiblesse comme vous le dites... J-je suis convaincue qu'un jour votre force se développera et que vous pourriez épargnez vos adversaires c-comme n'importe quelle autre personne forte qui a un cœur le ferait... Désolée si je dis encore des choses vexantes mais j-je dois avouer que je me sens un peu plus à l'aise à vos cotés depuis que nous apprenons à faire plus amples connaissance s-sans avoir Xena qui vous i-influence juste à coté... Vous êtes d'ailleurs la personne avec qui j-j'ai le plus converser en dehors du Pape Kasyade et de Sir Arnold c'est bizarre sachant que ce matin encore v-vous... Me faisiez peur... Pour c-ce que vous venez de dire en revanche, j'espère qu-que nous n'en arriverons pas à ce point là et que nous pourrions finir cette b-bataille sans... Sans faire trop de victimes i-inutiles... !

La plus jeune se passa une main sur la figure, reprenant ses esprits, quelque peu décontenancée néanmoins. C'était la première fois qu'elle parlait de ses doutes, et ce n'était pas si désagréable. Cependant, à la remarque de la princesse, sur la fin de la bataille, Signy rit doucement de bon cœur.

Signy : Mais vous allez me mettre la pression avec ce genre de remarques! Soit, je promets de faire ce qu'il m'est possible de faire pour épargner mes ennemis sans nous mettre en danger, vous avez ma parole.

Se remettant en garde, la stratège regarda juste en direction du front, prête à combattre de nouveau.

Eléanora : M-merci !

_________________
Mission 7 : La Noblesse du Coeur - Page 2 15480110

The Light and the Darkness... Both are absolutely fascinating.

descriptionMission 7 : La Noblesse du Coeur - Page 2 EmptyRe: Mission 7 : La Noblesse du Coeur

more_horiz
Après avoir maîtrisé leur adversaire commun et avoir assommé celui qui avait souffert par sa faute, Calcias se permit de souffler légèrement, alors qu'il se tenait le bras gauche.
Cette altercation et celles précédentes ne l'avait pas laissé indemne, cependant, il préférait essayer de masquer sa douleur afin de partir à la recherche d'autres ennemis... Ou plutôt, c'était ce qu'il aurait fait, s'il n'avait pas senti la poigne de son compagnon d'un instant pile à une de ses coupures, le faisant glapir malgré lui.

Soldat : Arrête un peu. Il va falloir te soigner, petit, tu peux pas continuer à te battre comme ça !

Calcias : Ecoutez, je vous remercie pour votre aide, vraiment, monsieur...

Norbert : Appelle-moi Norbert.

Calcias : Sieur Norbert. Mais nous ne pouvons pas rester là sans rien f--

Norbert : Qui a dit qu'on va rester là ? Réfléchis, t'as vu ton état, et notre terrain ? On en a terminé ici. S'il y avait d'autres troupes dans le coin, je pense qu'elles se seraient ramenées, vu tout le tintouin qu'on a provoqué, et il faut que tu prennes le temps de te reposer, ou tu vas finir par y passer !


Le jeune homme fit la moue. Il n'avait pas le temps de s'occuper de ses blessures, et il fallait vite patrouiller afin que personne ne s'échappe. C'était le plus important, sa mission, à l'heure actuelle !
Il tira alors pour se dégager de l'emprise à laquelle il était contraint.

Calcias : Gnn... ! Je vous en prie, lâchez-m-- Akh !

Au moment même où il réussi enfin à faire lâcher prise et se reculer de Norbert, Calcias se prit une flèche dans l'épaule gauche, qui était manifestement destinée à sa tête, à l'origine.
Au final, cette agitation avait encore attiré quelqu'un, un archer, qui avait prit soin de se mettre en équilibre sur une branche en hauteur. Hors de portée d'une épée, et tout juste d'une lance.

Norbert : Et mince... J'aurais pas assez de puissance pour briser ce perchoir, à cette hauteur.

Calcias : Aïe... Pas... Pas assez de puissance, vous dites ?


L'épéiste observa l'archer qui était en train d'encocher une nouvelle flèche, ou plutôt, la branche sur laquelle il se tenait. Et après avoir évité sans mal l'autre munition qui fusait dans sa direction, il enquit le lancier à lui tendre son arme, dont il enchanta la pointe de sa main droite.

Calcias : Brisez cette branche ! Ah... Ah...

Norbert ne questionna pas ce qu'il s'était passé sur le moment, et alla directement voir son ex-collègue, et transperça le bois sur lequel il se tenait, provoquant sa chute, son étourdissement, et sa neutralisation en un instant.
Après un rapide coup d’œil aux alentours pour vérifier que cette fois il n'y avait vraiment plus personne, il revint vers Calcias en se frottant la nuque, quelque peu surprit par ce qu'il s'était passé, et ce qu'il voyait également.

Norbert : T'es vraiment un drôle de coucou, toi, hein...

L'épéiste ne répondit pas, occupé à récupérer son souffle, tandis que les multiples volutes de magie dansaient autour de lui, que son talisman brillait pleinement et dont le rouge flamboyant tranchait avec le vert de la forêt.
Dans la précipitation et avec ses blessures, il avait mal ajusté la magie qu'il avait insufflé à l'arme de son partenaire, et avait dépensé bien plus de forces qu'il n'avait voulu, pour un résultat à peine supérieur à ce qu'il avait l'habitude de faire. A vrai dire, il avait plus l'impression d'avoir essuyé le contrecoup d'une deuxième utilisation de ses pouvoirs plutôt qu'une première.

Après un petit moment cependant, il se reprit de cela, et senti immédiatement une puissante paume se poser sur son épaule droite qui était encore totalement intacte avant même qu'il puisse réagir.

Norbert : Bon, ça suffit. Viens avec moi, toi, on va trouver ta soigneuse, elle saura mieux s'occuper de ton cas que moi, j'ai même pas de quoi t'aider, de toute manière. Et si tu la ramènes encore je t'enfonces encore plus cette flèche !

Et c'est ainsi qu'avec quelques protestations et gémissements, Calcias et Norbert se dirigèrent vers le camp, l'un mélangeant un décor magique qui se dégradait autour de lui tranchant avec ses plaies d'où s'échappait lentement un liquide chaud et rouge, l'autre exaspéré par l'entêtement du premier, continuant de le pousser.
Une fois arrivés, ils ne tardèrent pas à trouver Signy et Eleanora non loin de la tente à protéger, avec un cadavre à côté.

Au fur et à mesure qu'ils s'approchaient, Calcias senti une certaine panique s'emparer de lui. Que Signy lui ait dit quelque chose ou non à son sujet, cela ne changeait rien, et bien qu'il pouvait être d'accord avec elle sur le fait qu'il devait expliquer ses craintes à Eleanora la concernant, ce n'était ni le lieu, ni le moment, et elle pouvait parfaitement profiter de sa condition actuelle pour... !

Norbert : Tenez, vous pouvez vous occuper de votre copain avant qu'il fonce à nouveau tout seul dans le tas ? J'ai dû le retenir pour pas qu'il y aille comme ça...

descriptionMission 7 : La Noblesse du Coeur - Page 2 EmptyRe: Mission 7 : La Noblesse du Coeur

more_horiz
Un petit gémissement se fit entendre depuis la tente principale.

Soldat : Oh ?

Cassandra : Tu pourrais aller voir, s’il te plaît ? Je dois rester à mon poste. Assure-toi qu’il ne s’est pas blessé…

Soldat : Bien sûr, à vos ordres, Lady Cassandra !

Le soldats entra dans la tente. Là, il trouva un jeune homme, aux cheveux bleus, à moitié écroulé, essayant de se maintenir en agrippant une chaise.

Soldat : Mon seigneur ! Vous allez bien ?

??? : O-oui, ça va, je… J’ai juste essayé de me lever de mon lit, mais, j’ai perdu ma canne…

Soldat : Oh ! Laissez-moi vous aider.

Le soldat ramasse la canne, la pose contre la chaise, et relève le jeune homme.

Soldat : Vous ne devriez pas faire tant d’effort. Je vais vous raccompagner à votre lit.

??? : N-non ! Ma… ma canne, je vous prie !

Soldat : …

Le soldat hésita, puis lui rendit la canne. Le jeune homme se remit alors à marcher. Il fit un pas sans canne, puis un deuxième. Au troisième pas, il gémit à nouveau, perdit l’équilibre, et se rattrapa de justesse avec sa canne.

Soldat : Mylord !

??? : Ç-Ça ira ! Je dois… Je dois m’exercer tous les jours, comme me l’a conseillé Cassandra ! Sinon, je risquerait de perdre… à jamais l’usage de mes jambes, vous le savez…

Soldat : Oui, je sais… Permettez-moi de rester auprès de vous, je pourrai vous rattraper en cas de chute.

??? : Mais… le combat a débuté, non ? Il faut que vous rejoigniez Cassandra dehors, elle a besoin de vous !

Soldat : Quoi ? Mais, comment… Vous avez entendu les bruits alentours, n’est-ce pas ?

??? : … On peut dire ça. Allons, allez porter main forte aux autres ! Je ne risque rien, de toute façon, si je devais tomber, je ne tomberais pas de bien haut…

Soldat : Mon seigneur…



Entre-temps…



Néo survola la forêt, jusqu’à dépasser les trois fuyards. Alors il se posa devant eux, afin de leur barrer la route.

Néo : Votre fuite s’arrête ici !

Soldat : Ah, non !

Il y avait un T1 Épéiste, et deux T1 Soldat. Ils avaient l’avantage du nombre, mais Néo n’avait pas le droit d’échouer. Il dégaina vite sa lance, tandis qu’un des ennemis l’attaqua. Néo para la lance avec la sienne, mais déjà un autre ennemi lui fit un coup d’estoc.

Néo repoussa l’ennemi de sa lance, tandis que l’épéiste se saisit de l’ouverture pour l’attaquer. Néo se prit l’attaque de plein fouet, mais elle ne lui fit pas grand-chose.

Néo, pensées : Bon, au moins, ils sont un petit peu plus faibles que je ne le suis. Je devrais arriver à les battre sans trop de problème…

D’un coup circulaire, il désarçonna ses trois ennemis. Puis, il invoqua un sort de vent. Surpris par un sort dont il ne s’attendait pas, le soldat le prit en pleine poire, ce qui l’aveugla. Néo l’acheva de sa lance.

Les deux autres ennemis, paniqués, l’attaquèrent simultanément, Néo se prit les deux attaques, mais riposta en enfonçant sa lance dans le flanc de l’épéiste. Celui-ci tomba à genoux. Le mercenaire de Gaïa l’acheva d’un coup sec.

Néo, pensées : C’en est presque terminé.

Alors qu’il pensait en avoir presque fini, le dernier soldat en vie sortit un cor, et souffla dedans de tous ces poumons. Le son qui en sortit se propagea aux alentours.

Néo : Non !

Soldat : Eh eh ! C’est trop tard, maintenant !

Alors que Néo allait l’achever, il fut visé par une flèche meurtrière. Il dut annuler son attaque au dernier moment pour esquiver de justesse. Un archer se montra, puis deux, puis trois. Puis tout un groupe de soldats accoururent.

Soldat : La garnison ! Je suis sauvé !

Soldat : Alors ils étaient dans cette partie de la forêt… Nous en avons mis du temps, à les retrouver ! Mais c’est chose faite, à présent ! Allez prévenir le capitaine, et vite !

Néo : Non, misère !

Néo jaugea rapidement la situation. Les ennemis étaient bien trop nombreux, et la présence de plusieurs archers rendait le combat presque inenvisageable… D’autant plus qu’il devait y en avoir de dissimulés dans les alentours !

Néo prit alors son envol, et retourna auprès de ses alliés. Le temps était compté, plus vite ils les informerait de la situation, plus vite ils pourraient réagir ! La bataille était désormais imminente, plus rien n’allait empêcher le sang d’être versé dans cette forêt…

_________________
Mission 7 : La Noblesse du Coeur - Page 2 E743317b725c3909444b1a12ea851cad

descriptionMission 7 : La Noblesse du Coeur - Page 2 EmptyRe: Mission 7 : La Noblesse du Coeur

more_horiz
Alors que la stratège parvenait à se recentrer sur la bataille, épée brandie, un de leurs alliés revint avec Calcias, couvert de blessures et gémissant. Cependant, Et cela ne surprit pas Signy, il ne gémissait pas simplement de douleur, mais aussi pour retourner au front. Et alors qu’il était forcé de s’approcher d’eux, le visage de l’épéiste devenait de plus en plus pâle. Si elle était cruelle, la jeune femme en aurait profité pour forcer la discussion, mais ce n’était pas son genre et ce n’était clairement pas le lieu.

Norbert : Tenez, vous pouvez vous occuper de votre copain avant qu'il fonce à nouveau tout seul dans le tas ? J'ai dû le retenir pour pas qu'il y aille comme ça...

La remarque arracha un rire à Signy, qui saisit Calcias par l’épaule, assez fermement pour le maintenir en place mais pas assez pour lui faire mal.

Signy : Cela ne m’étonne même pas vraiment. Il a une tendance à l’auto-destruction assez fascinante, je veillerai sur lui.

Sur un signe du chef, le soldat retourna au front, alors que la stratège utilisait son soin classique tout en regardant en biais son collègue, avec un sourire amusé.

Signy : Vous savez Calcias, je ne sais pas quel est votre objectif mais permettez-moi de douter que votre mort arrangerait quoi que ce soit pour qui que ce soit. Je ne connais pas toutes vos circonstances, je ne connais pas toute votre histoire, mais la fuite ultime n’est pas une solution. Je ne pense pas que vous soyez simplement téméraire, je pense sérieusement à présent que vous--

https://www.youtube.com/watch?v=Qi2gpysKyxM

Un son de cor. Puissant. Intuitivement, Signy comprit ce que ça voulait dire et se mit en garde, une fois les dernières blessures de Calcias refermées. Ils allaient bientôt se faire encercler par les soldats, et au milieu de ce branle-bas de combat, la seule question qu’elle se posait était sur le retour de Néo. Pourrait-il s’échapper à temps pour revenir en arrière ?

Cette crainte s’apaisa alors qu’une créature volante fonçait vers eux, et Signy n’eut aucun mal à reconnaître Martel et son compagnon. A peine la wyverne posée à terre qu’elle s’approcha des deux.

Signy : Néo, tu es blessé, je m’en charge !

Son bâton de soin dressé, la stratège put refermer les quelques blessures de Néo sans difficulté, signe de sa progression. Cependant, elle ne prit pas le temps de le relever, car le cor et le retour de son chef, ces deux évènements ne pouvaient vouloir dire qu’une seule chose.

Signy :
As-tu pu les dénombrer ? Combien étaient-ils environ ?

Néo : Je l’ignore, d’autant plus que certains pouvaient être dissimulés. Mais je les pense plus nombreux que nous.

Signy *rire sans joie* :
Le jour où nous serons en supériorité numérique dès le départ, je pense qu’il y aura des questions à se poser…

https://www.youtube.com/watch?v=JXXzY5TLPD8

????? : Ainsi, c’est ici que vous étiez cachés…

De nouveau, Signy eut tous ses sens en alerte, alors que son regard se posait sur l’homme s’approchant du groupe, devant plusieurs soldats. L’aura qu’il dégageait de force mais aussi de retenue ne pouvait vouloir dire qu’une chose. Danger. Très gros danger, plus élevé que tout ce qu’elle avait déjà affronté, bien qu’elle ne puisse pas clairement le situer par rapport à ses professeurs. Mais une chose était certaine. Néo, Calcias, elle-même, même en admettant que Xena, Telrar, Erina et Abina aient été avec eux, il pouvait TOUS les balayer sans soucis. Elle se sentit défaillir mais elle ne vacilla pas.

????? :
Je suis Gobar, et ma mission est de capturer un traître. Rendez-vous et je m’assurerai qu’aucun mal ne vous soit fait. Notamment vous quatre, vous n’êtes pas des soldats, votre équipement ne correspond point. Des mercenaires ? Si tel est le cas, vous avez été recruté pour quelque chose vous dépassant.

Signy déglutit un instant, considérant cette option. S’il donnait la charge, l’homme n’aurait aucun mal à les piétiner. Ses pensées se bousculaient, mais rien ne lui avait donné une telle impression de danger par le passé. Peut-être devaient-ils accepter la proposition de Gobar… ?

https://www.youtube.com/watch?v=Iohf7f8eyrY

Alors que cette pensée vint à l’esprit de la stratège, une femme s’élança contre le paladin, donnant un puissant coup d’épée qui aurait décapité sa monture, si cette dernière s’était reculé moins prestement. Gobar prouva néanmoins ses aptitudes de cavalerie en restant sur le dos de son compagnon, malgré la manœuvre soudaine. Puis il sortit sa lance et se mit en garde face à son adversaire.

Gobar : Cassandra. J’ai entendu parler de vous. Une femme talentueuse, mais pourquoi protégez-vous ce traître ?

Cassandra :
Je n’ai pas de raison à vous donner, j’agis comme je dois le faire.

Elle se tourna vers ses alliés.

Cassandra : Vous autres, n'intervenez pas dans ce duel, Gobar est bien trop fort pour vous ! Laissez-le moi, je m'en charge !

Gobar :
Tss ! Soit, qu'il en soit ainsi. Soldats, faites de même, et évitez d'approcher Cassandra ! Contentez-vous de déferler sur nos ennemis, et d'écraser tous les traîtres à leur patrie !

Sur ces mots, le duel commença. La vitesse des deux adversaires était folle, les coups étaient échangés si vite que Signy avait du mal à suivre le rythme. Mais elle crut voir un moment Cassandra être blessée. Légèrement ou non, elle n’en savait rien mais dans le doute, son remède fut apprêté et sa main tendue vers le combat.

Après quelques secondes sans rien faire, la stratège grogna et rengaina son bâton. Ils bougeaient trop vite, Signy ne parvenait pas à bien viser. Lancer un sort de soin dans ces conditions risquait surtout de soigner son adversaire, ce qui empirerait la situation. Le point positif était que cet étalage de maîtrise martiale allait garder tout le monde à l’écart, personne n’allait oser intervenir… Elle devait donc se concentrer sur les autres soldats, et ne pas oublier sa mission. Protéger la tente.


HRP : Je vais réitérer ce qui s'est dit dans le RP : Personne ne doit intervenir dans le combat entre Cassandra et Gobar. Signy ne pourra PAS soigner Cassandra même avec le remède, elle ne prendra pas le risque de heal son opposant.

Vous pouvez rédiger sur le combat si vous le désirez, mais il y a une seconde règle à aussi respecter : Non seulement personne d'autre ne peut intervenir mais en plus, aucun des deux ne peut prendre l'avantage, demande de Néo.

_________________
L’oiseau et le guerrier
Le noir et le blanc
L'annonciateur de mort et son semeur.

descriptionMission 7 : La Noblesse du Coeur - Page 2 EmptyRe: Mission 7 : La Noblesse du Coeur

more_horiz
Calcias : Auto-destru--... ?

Calcias se figea quelques instants à l'entente de ces mots. C'était vraiment ce dont il s'agissait, pour Signy ? Le simple fait qu'elle le maintenait en place pour le soigner le faisait moins s'agiter, mais son regard se détournait à ses paroles, alors qu'elle lui venait en aide.
Non seulement pour ne pas avoir à croiser le sien, mais aussi pour éviter de quitter la Maudite princesse des yeux. La situation n'avait également pas l'air de la mettre à l'aise...

Mais avant que Signy ne termine sa phrase ni qu'il puisse la remercier, un cor résonna, et le Chef fit son apparition peu après pour se poser près d'ici. Il suivi la marche de la stratège pour s'éloigner quelque peu, préoccupé.
Avec la confirmation de Néo, l'épéiste était désormais plus qu'inquiet concernant la situation présente, et l'arrivée du général ennemi n'arrangeait rien à cela, bien au contraire.

Ce pourquoi il avait prit ces risques et n'avait pas voulu perdre de temps avait été vain, au final. Et alors que Cassandra et Gobar débutait leur face-à-face, Calcias était désemparé. Leur puissance était monstrueuse, leur vélocité tout aussi étonnante, mais la leader des résistants leur permettait de gagner du temps ainsi.
Que pouvait-il faire, maintenant ? Plus nombreux...

Maintenant que l'armée principale avait été alertée, ce n'était plus qu'une question de temps avant qu'ils ne soient submergés... Il fallait au moins évacuer les civils ! Essayer de les aider ! Son regard se posa sur la wyverne qui était à l'arrêt, avant que son esprit se fasse plus clair. C'était peut-être...

Calcias : Chef ? Pourrais-je vous poser une question ? Croyez-vous pouvoir mettre à l'abri la personne qu'il nous faut protéger par la voie des airs ? Si vous parveniez à vous en aller, au moins...

Néo : Quoi ? Non, Calcias, je ne pourrais pas. Il est hors de question que je te laisse, toi, Signy, Eleanora et tous les autres. De plus, j'aurais bien du mal à pouvoir correctement être au maximum de mes capacités avec un passager sûrement non habitué au vol.


Calcias se mordit la lèvre à cette réponse. Il espérait vraiment qu'au moins ce civil protégé par ces gardes puisse être sauvé ! Il finit par se tourner vers Signy, un air désespéré sur le visage.

Calcias : Ça recommence... Nous allons tous... Signy, vous disiez ne pas connaître mon objectif ? Il n'a pas changé depuis la dernière fois. C'est celui que je poursuis depuis longtemps maintenant. Je veux protéger les civils, et les innocents ! Je n'ai pas le temps nécessaire à consacrer à quelques égratignures si cela me permet de sauver ne serait-ce qu'une personne supplémentaire ! Merci néanmoins, vous êtes toujours là pour vous occuper de moi. Que ce soit contre les Templiers, la Résistance, les Pirates de l'air... Mais si Sieur Norbert ne m'avait pas arrêté, nous aurions peut-être évité cette situation. Quoiqu'il en soit, c'est trop tard à présent...

Comme ce jour... C'était comme ce jour, maintenant ... ! Il tourna inconsciemment son index en l'air, se replongeant dans ses souvenirs. Ce jour où tout avait basculé pour lui... ... Non, c'était faux. ce n'était pas des villageois qui étaient attaqués, mais la situation était similaire. Avec un nombre de combattants aguerris risquant d'être aussi supérieur à leurs nombres, le gros de l'armée, présumait-il, c'était catastrophique.

Calcias : Faible... Je suis juste faible. Ah... Ah ah... J-Je ne veux pas fuir, Signy. Je ne veux pas, bien au contraire. J'en ai juste assez d'agir dans l'ombre, et que tant de personnes meurent sans que je ne puisse rien faire... Sans arriver à protéger qui que ce soit ... !

C'est alors qu'il réalisa quelque chose. C'était vrai. Tout le monde était mort la première fois, alors qu'il combattait dans la lumière... Mais il n'avait pas eu de soutien à ce moment là, n'ayant presque pas de guerriers à ses côtés, avant de plonger dans ses méthodes, dans l'ombre, où... Le résultat n'était qu'à peine mieux. Et depuis, il... avait été seul. Seul dans ses projets de sauvetage, et peut-être encore seul même à présent, du moins dans ses actions.
Il n'avait jamais considéré ses alliés pour ses objectifs lorsqu'il était sur le champ de bataille, jusqu'à présent. Par habitude, peut-être.

Calcias : Je ne veux pas que ces gens meurent, je ne veux pas que vous mouriez, mais que pouvons-nous faire ? Que puis-je faire ? Que dois-je faire... ?!

Le craquement de la voix sur la fin de sa phrase sonnait comme une supplication. Un appel à l'aide.

descriptionMission 7 : La Noblesse du Coeur - Page 2 EmptyRe: Mission 7 : La Noblesse du Coeur

more_horiz
Calcias : Ça recommence... Nous allons tous...

Les cils de Signy se froncèrent, alors que Calcias semblait se perdre dans ses pensées. « recommence » ? Ainsi donc, lui aussi avait vécu un évènement traumatique dans son passé. Lié à sa phobie des marqués, ou sans le moindre rapport ? A vrai dire, la stratège n’en avait aucune idée. Peut-être pourrait-elle l’encourager à se confier ?

Une idée lui vint, elle avec une plume et un carnet, alors que les personnes venaient lui raconter leurs soucis. Après tout, elle avait déjà proposé à plusieurs membres du groupe d’écouter les soucis qu’ils avaient. Peut-être pourrait-elle même proposer un service contre monnaie ? …. Non, ce serait stupide. Qui viendrait payer pour confier ses soucis secrets ? Absurde…

Cependant, à l’heure actuelle, elle n’était pas dans un scénario hypothétique, la réalité était qu’elle se trouvait avec deux armées, une devant elle, une derrière, avec une alliée trop innocente même pour tuer afin de ne pas être tuée, un chevalier Wyvern au milieu d’archers et un épéiste qui semblait perdre pied. Si, pour tout le reste, elle ne voyait pas quoi faire, pour le dernier point, Signy avait une idée toute simple.

D’un seul coup, elle lança sa main ouverte en direction de Calcias, lui assénant une gifle en pleine joue. Assez fortement pour faire un petit bruit mais suffisamment faible pour ne pas vraiment lui faire mal. Attendant rapidement qu’il aie retrouvé ses esprits, Signy se tint en garde, en regardant son partenaire en biais.

Signy : Je pourrais vous demander de me présenter au Nécromancien que vous semblez connaître ? Parce que, pour qu’un cadavre puisse protéger qui que ce soit, j’imagine que vous souhaitez devenir un mort vivant. Si tel n’est pas le cas, sachez que vous allez devoir retrouver le sens des réalités. Dans les faits, chercher à protéger autrui, prenant des risques, est louable. Mais au mépris de vous-même ? Comme vous le souhaitez, protéger ces deux innocents malgré tout ce que vous avez subit et bonne chance pour protéger les centaines d’autres innocents avec vos limbes de chair.

https://www.youtube.com/watch?v=dbVt041PAWA

Et alors que Calcias manifesta soudain sa demande de directives, la stratège se mit en garde. Maintenant que Cassandra était occupée à combattre ce Paladin et que personne ne pouvait l’aider, il fallait déterminer qui s’occuperait de la chaîne de commandement. Mais en période de crise… Elle n’avait pas le choix, tous les soldats semblaient être des combattants et non des commandants, il fallait donc que quelqu’un donne les ordres. Elle inspira profondément.

Signy : … Je déteste prendre le commandement par nécessité. Soldats, si vous voulez vivre, écoutez moi !

Une vague d’incertitude traversa le rang de ses alliés, ce à quoi s’attendait Signy. Tant pis, elle n’avait pas le temps de s’assurer qu’ils écouteraient ses indications, les ennemis étaient déjà sur eux.

Décidant de laisser les soldats agir globalement comme ils l’entendaient, elle se concentra plutôt sur ce que chacun des mercenaires devait faire.

Signy : Calcias, vous m’avez demandé ce que vous deviez faire. Je pense que vous comprenez bien que Néo est notre meilleure chance, il faut que vous renforciez son arme, si votre pouvoir n’est pas limité aux épées. Néo, je vais venir avec toi, je commence à maîtriser le vol en Wyverns grâce à toi et ce sera plus simple pour vous soigner tous les deux sans utiliser de remèdes, mais à l’arrière cette fois, afin de ne pas te gêner. Eléanora, restez près des archers, je n’ai pas la possibilité d’assurer votre protection au front et vu que vous êtes une novice, je préférerais que vous ne vous fassiez pas tuer par votre inexpérience.

Et il était maintenant temps de voir si elle avait été entendue dans sa requête ou non.

Signy : Archers, abattez les archers ennemis en priorité, ils sont la menace numéro 1 à notre victoire ! Epéistes, protégez les archers, il ne faut pas qu’ils se fassent attaquer au corps à corps ! Soldats, en avant !

Bien que certains avaient décidé de jouer les obstinés et n’écoutèrent pas Signy, leurs alliés agirent à peu près comme la stratège l’entendait. Maintenant, il fallait voir comment ses trois compagnons allaient réagir à ses directives.

_________________
L’oiseau et le guerrier
Le noir et le blanc
L'annonciateur de mort et son semeur.

descriptionMission 7 : La Noblesse du Coeur - Page 2 EmptyRe: Mission 7 : La Noblesse du Coeur

more_horiz
Calcias se tint la joue, juste après que Signy lui ai infligé sa claque, plus surpris qu'autre chose, et la regarda avec incompréhension. Il ne l'avait pas vu venir le moins du monde, dénotant son manque d'attention pour la bataille elle-même.
Cependant, ses explications ne lui convenaient pas du tout. Comment pourrait-il protéger des personnes non-existantes encore s'il ne faisait pas le nécessaire pour celles qui étaient devant lui ?
S'il mourrait dans le processus, cela aurait juste voulu dire qu'il était trop faible. Mais si cela avait une utilité, au moins... La seule chose qu'il souhaitait, c'est que ce qu'il fasse ne soit pas pour rien.
Par contre.... Deux innocents ? Il lui semblait pourtant qu'ils n'avaient qu'une seule cible qui pourrait éventuellement pousser Signy à les appeler ainsi. Avait-il mal suivi ?

Il comprenait qu'elle voulait surtout le faire réagir, et cela fonctionnait, également grâce au fait de la voir essayer de diriger tous leurs alliés. L'important, c'était de faire de son mieux pour se sortir de ce traquenard, et elle avait été bien plus rapide et compétente au vu de la situation... Coordonner tout le monde, ou enfin, essayer...

Et là où il avait eu du mal à voir une solution à cause des circonstances, Signy lui en traçait une. Et bien qu'un doute survint dans son esprit, il était d'accord avec elle. Le Chef était le plus à même de régler la situation... De minimiser les pertes. Il fallait tenter quelque chose de différent, et il pouvait aider.

Calcias : Je n'ai pas de Nécromancien parmi mes connaissances, j'en ai bien peur... Mais cela n'a pas d'importance. Nous n'avons pas le temps de tergiverser sur ce genre de détails... Merci infiniment, Signy, vraiment. Vous tenez à vos paroles... C'est quelque chose que j'apprécie grandement. Pardonnez-moi pour cet égarement. Je vais faire de mon mieux, aussi. Chef, tendez votre lance vers moi, je vous prie.


Une fois à sa portée, il prit soigneusement la pointe entre ses mains. Mais avant de commencer, il tenait tout de même demander quelque chose à Signy, alors que son regard partait de nouveau en direction d'Eleanora.

Calcias : Vous savez, Signy... Quand vous disiez que cette Maudite m'a sauvé la vie... Je n'arrive pas à y croire. Comment vous avez tous pu laissé faire cela... Ces pirates ne méritaient pas ça. Je vous en prie, ne la laissez pas faire, s'il arrive quelque chose, cette fois. Puis-je vous faire confiance ?


Il préférait prévoir l'imprévu, bien que théoriquement, il était censé pouvoir faire fonctionner sa magie normalement. Mais la sensation qu'il avait eu lors de son précédent enchantement ne lui inspirait guère confiance.

Cependant, Signy se tourna vers Calcias, un regard d'incompréhension peint sur le visage.

Signy : Erm, d'après les témoins, Eléanora n'a rien fait du tout au pirate, vous l'avez tué en un seul coup. Par contre, apprenez que je n'ai pas eu l'occasion de m'occuper de vos blessures et qu'il faut possiblement remercier cette "maudite" pour le soin prodigué à celles-ci. Je ne suis pas sûre de moi mais parole de Stratège, c'est la réponse la plus probable.

Calcias : P-Pardon ? Comment serait-ce possible ? C'est... Quoi ?


Il relâcha légèrement sa prise, ne s'attendant certainement pas à une telle réponse. Elle, soigner ses blessures ? C'était... inconcevable. Il comprenait qu'il y avait encore beaucoup de choses qu'il ignorait sur les Immortels, mais cela... C'était hors de sa compréhension. Cependant, cela ne le rassurait pas pour autant. Signy ne se méfiait pas le moins du monde d'elle... Cela pouvait tourner à la catastrophe.
En un profond soupir, il décida tout de même de débuter le processus pour améliorer la lance. S'ils allaient être en l'air, au moins, ils pourraient repérer si quelque chose n'irait pas, bien que la situation ne le rendait pas serein du tout.

Pourtant, ses craintes se révélaient bien être confirmées, et ce dès le départ. Il n'arrivait pas à convertir correctement assez de magie, et la plupart de ses forces allaient dans les airs sous forme de feu-follets. Le procédé ne prit qu'une seconde de plus, mais il ne l'interrompit pas pour autant. Le Chef et Signy en avaient besoin, après tout.
Et une fois cela fait il lâcha la pointe, désormais embuée de magie de vent, et recula d'un pas.
Etant donné que celle-ci ne constituait qu'une partie minime de la lance, elle ne semblerait pas plus légère comme c'était le cas pour une épée, mais sa puissance était à présent supérieure à son tranchant de base.

Calcias : C'est... Bien ce que je pensais...

Calcias tomba, totalement épuisé par la manœuvre. Avait-il fait le bon choix en faisant cela ? Alors que sa conscience virait au noir, il se disait que si cela permettait un autre résultat que cette nuit, même différent de peu... Il ne regrettait pas le moins du monde d'avoir suivi les consignes de Signy.

descriptionMission 7 : La Noblesse du Coeur - Page 2 EmptyRe: Mission 7 : La Noblesse du Coeur

more_horiz
Signy : Calcias, vous m’avez demandé ce que vous deviez faire. Je pense que vous comprenez bien que Néo est notre meilleure chance, il faut que vous renforciez son arme, si votre pouvoir n’est pas limité aux épées. Néo, je vais venir avec toi, je commence à maîtriser le vol en Wyverns grâce à toi et ce sera plus simple pour vous soigner tous les deux sans utiliser de remèdes, mais à l’arrière cette fois, afin de ne pas te gêner. Eléanora, restez près des archers, je n’ai pas la possibilité d’assurer votre protection au front et vu que vous êtes une novice, je préférerais que vous ne vous fassiez pas tuer par votre inexpérience.

Néo s’approcha de Signy et Calcias. L’épéiste enchanta la lance de Néo avec sa magie, mais perdit ses forces, et s’évanouit.

Néo : Calcias ? Malédiction, on n’a plus le temps… Vous, là ! Sauvez-le, et protégez-le, je vous prie !

Soldat : Bien sûr !

Le cavalier interpellé par Néo ramassa le corps de Calcias, et s’éloigna du front.

Néo : Eh bien, Signy, si tu veux bien monter…

Signy : Oui.

Alors qu’elle se concentrait pour ne pas perdre l’équilibre en montant, un mage ennemi en profita pour lancer en sort de feu en direction de Signy. Néo fendit l’air de sa lance, et frappa de plein fouet le sortilège avec sa lame imprégnée de magie. Dans une explosion colorée, le sortilège disparu.

Une fois Signy installée sur Martel, cette dernière prit son envol, et Néo abattit sa lance sur le mage à l’auteur de cette attaque, tandis que des dizaines de soldats s’affrontaient.

Un T1 Chevalier abattit sa lance sur le trio volant, mais Néo la para avec sa propre lance. Puis il riposta d’un coup ascendant, avec dans l’idée de temporiser. Mais, le coup de lance trancha littéralement l’armure du pauvre chevalier, qui s’écroula, pissant le sang.

Stupéfait, Néo prit une seconde pour contempler la lame de sa lance, luisant d’éclats vert et jaune de magie du vent.

Néo : Merci, Calcias…

Dans le même temps, Cassandra et Gobar s’affrontaient, au milieu des combats entre leurs soldats, mais sans pourtant qu’aucun d’eux ne tente de les attaquer. Cassandra abattit sa hache vers le Paladin, mais celui-ci para de son bouclier, avant de tenter un coup d’estoc de sa lance. Cassandra bondit pour esquiver, et tenta une nouvelle attaque de sa hache que Gobar esquiva. Puis il prit de l’élan. Alors que le paladin chargea avec sa lance, Cassandra dégaina une épée de sa main gauche, en plus de la hache qu’elle avait dans la main droite.

Gobar : Tu ne penses quand même pas m’arrêter en pleine charge ?

Cassandra : Continue, et tu verras !

Gobar : Tss !

Le Paladin fonça sur Cassandra. Alors que la lance allait la toucher, au dernier moment, l’Héroïne se décala, frappa l’épieu du plat de sa hache pour le dévier, et de son épée parvint à toucher Gobar à la cuisse. Le choc fut amorti par ses protections, mais Gobar poussa tout de même un cri de surprise et de douleur mêlés.

Gobar : Arg ! Comment as-tu osé ?

Cassandra : Comme si j’avais le choix ! Tu penses honnêtement que j’aurais pu arrêter un paladin au galop ?

Gobar : Pfft ! J’ai été trop présomptueux. Mais, cela ne se reproduira pas, je peux te le garantir !

Il dégaina un javelot, et tira vers Cassandra, qui esquiva.

Cassandra : Oh ? Môsieur veut jouer la prudence maintenant ? Je ne te connaissais pas couard !

Elle répondit en dégainant un tomahawk, et le lança à son tour vers son ennemi. Gobar para avec son bouclier, et l’arme retourna dans les mains de Cassandra.

Les deux ennemis étaient de niveau similaires, leur duel était serré, et était bien parti pour durer. Pourtant, un événement futur allait briser l’équilibre des forces, et permettre à l’un des deux de vaincre l’autre… Mais, pour l’heure, les combats faisaient rage entre les deux officiers, les mercenaires, et les dizaines de soldats…

_________________
Mission 7 : La Noblesse du Coeur - Page 2 E743317b725c3909444b1a12ea851cad

descriptionMission 7 : La Noblesse du Coeur - Page 2 EmptyRe: Mission 7 : La Noblesse du Coeur

more_horiz
Signy resta silencieuse en voyant Calcias se concentrer pour renforcer la lance de Néo. Il semblait avoir plus de soucis que lorsqu’il avait enchanté l’épée de bronze, et plusieurs petits feu follets se créèrent lors du processus. Une sorte de fuite de magie ? D’ailleurs, l’effet semblait moins performant que la fois où ils avaient décidé d’expérimenter.

Calcias : C'est... Bien ce que je pensais...

Les cils de la stratège se froncèrent, alors que Calcias perdait connaissance et que Néo demanda à un cavalier de mettre leur compagnon à l’abri. Que voulait-il dire par « ce que je pensais » ? Parlait-il de son incapacité à enchanter pleinement la lance ? Et si oui, était-ce parce qu’il s’agissait d’une lance ou par le fait qu’il avait déjà ressenti le problème un peu avant, en tentant d’enchanter sa propre arme ? Il faudrait lui demander quand il serait en état d’en discuter.

Sous la protection de Néo qui brisa un sort la prenant pour cible, Signy parvint à monter sur Martel, se mettant juste derrière la place « principale ». D’un puissant coup d’aile, Martel s’éleva un peu, avant de s’approcher du front. Incapable de ne pas légèrement glisser à l’arrière, étant habituée à avoir quelqu’un pour l’empêcher de reculer, Signy saisit le bassin de Néo et se serra contre lui.

Les dents de la jeune femme se serrèrent, alors que son allié testait l’efficacité de son arme. Elle rendait la situation incroyablement plus compliquée pour elle même et autrui. Dans cette position, ses pensées devenaient plus troubles et se concentrer devenait plus complexe. Elle se mordit la lèvre, tout en baissant les yeux, honteuse.

Signy : … Idiote…

Par chance pour elle, sa remarque était tombée en même temps que Néo avait percé le chevalier, l’empêchant ainsi d’entendre ce murmure. Cependant, elle parvint à reprendre ses esprits juste au moment où les archers ennemis reçurent l’ordre de tirer. Il ne fallut pas réfléchir pour savoir qui était la cible. Mais Néo eut le bon réflexe de virer à droite pour esquiver. Une flèche allait se diriger vers le cavalier, mais Signy parvint à la parer de son épée.

Un autre mage lança une lame de vent en direction du trio mais le hasard fit que la parade de flèche avait déséquilibré Signy. Ne voulant pas gêner les directives de Néo, elle s’était simplement laissée tomber, sachant ne pas être trop haute. Par la force des choses, le corps de la jeune femme se trouva en plein dans la trajectoire de l’attaque magique, ce qui n’eut pas trop d’effet sur elle.

Cependant, le choc avec le sol fut bien moins agréable. Son bras gauche, qui avait encaissé la majorité des dégâts, saignait mais à priori, elle ne s’était rien cassé. Au moins, le fait d’être droitière lui permit de continuer à se battre malgré la douleur. Reprenant ses lunettes, la stratège se remise péniblement debout, tandis que Néo s’occupait du mage qui les avait attaqué. Sachant qu’ils allaient perdre du temps à tenter que Signy remonte derrière Néo, elle préféra se replier vers ses alliés.

Signy *pensées* : Eh bien, au moins j’ai la preuve que c’est une mauvaise idée de continuer à voler avec Néo. Je vais devoir attendre...

_________________
L’oiseau et le guerrier
Le noir et le blanc
L'annonciateur de mort et son semeur.

descriptionMission 7 : La Noblesse du Coeur - Page 2 EmptyRe: Mission 7 : La Noblesse du Coeur

more_horiz
Néo : Signy ?

Alors que Signy était tombée de Martel, Néo eut pour réflexe de regarder vers elle, pour s’assurer qu’elle ne se blesse pas dans la chute. Mais il se ravisa juste à temps pour esquiver une autre attaque.

Il faucha le mage qui était à l’origine de cette attaque, avant d’esquiver à nouveau une flèche. Néo lança un sort de vent au visage de l’archer, ce qui l’aveugla. Puis il l’acheva d’un coup de lance.

Enfin il put se tourner à nouveau vers Signy. Mais elle allait bien, elle lui fit signe de ne pas s’inquiéter. Plusieurs soldats de Cassandra s’interposaient déjà entre elle et les assaillants afin de la protéger.

A mesure que les minutes passaient, le chaos ambiant augmentait. Les soldats étaient de plus en plus nombreux à affluer, de toutes part. Dans le terrain aussi boisé, où il était impossible de se battre en rangs, les attaques étaient sauvages et incalculées. Chaque soldat tentait de toutes ses forces de défendre chaque parcelle de terrain, avec plus ou moins de succès, tandis que les deux capitaines se livraient toujours un duel acharné, sans qu’aucun des deux ne semble prendre le dessus.

A l’intérieur de la tente du centre, le jeune homme commençait à gémir.

Soldat : Mon seigneur, vous n’allez pas bien ?

??? : Hum… Je… Han… Non, je dois vous avouer…

Soldat : Que vous arrive-t-il ?

??? : Le chaos… Le tumulte de la bataille, il grandit… Je le ressens, il coule en moi…

Soldat : Pardon ?

??? : Tous ces êtres innocents… se livrent bataille, et risquent leur vie. Tout ça, par ma faute…

Soldat : Mon seigneur, vous n’êtes pas responsable de tout ceci ! Le vrai responsable de cette mascarade, c’est votre frère !

??? : … Modérez vos propos, je vous prie. Le roi vous ferait exécuter pour trahison s’il vous entendait dire ça.

Soldat : Mais…

??? : Non, la vérité, c’est que si je n’étais jamais venu au monde, tout ceci ne se serait pas produit. C’est bel et bien de ma faute… au moins en partie. Je ne peux pas… Je ne peux pas laisser tous ces gens mourir !

Soldat : Que voulez-vous faire ?

??? : … Conduisez-moi, à l’extérieur, je vous prie.

Soldat : Comment ? Mais, c’est bien trop dangereux ! Je vous prierai de reconsidérer votre décision.

??? : Je sais… ce que je peux faire… et ce que j’ai le devoir de faire…

_________________
Mission 7 : La Noblesse du Coeur - Page 2 E743317b725c3909444b1a12ea851cad

descriptionMission 7 : La Noblesse du Coeur - Page 2 EmptyRe: Mission 7 : La Noblesse du Coeur

more_horiz
??? : Je vous en prie… asseyez-moi.

Soldat : Mais, si vous sortez, l’ennemi saura que vous…

??? : Justement. Je vais enfin me montrer au grand jour… et mettre fin à cette comédie. Ne vous en faites pas, il ne m’arrivera rien, les soldats du roi ne me captureront pas ! Mais… je ne peux pas vous en dire plus, sinon…

Soldat : Sinon quoi ?

??? : … Je ne puis vous en dire davantage. Je vous demande juste de me faire confiance. Je survivrai… mais ce combat cessera tout de même.

Soldat : … Très bien. Si vous voulez bien…

Le soldat aida le jeune homme à s’asseoir sur un fauteuil doté de quatre roulettes. Puis il le poussa lentement vers la sortie de la tente…

Au dehors, la situation était critique. Les soldats de Cassandra perdaient du terrain partout, débordés par le nombre.

https://www.youtube.com/watch?v=nXtbaS6w1m4

Cassandra frappa du plat de sa lame le plastron de Gobar, celui-ci contra d’un coup d’estoc, que l’Héroïne para avec son bouclier. Elle frappa de son écu son adversaire, tout en cherchant à le toucher de sa lame. Le Paladin para de justesse l’épée avec son propre bouclier.

Néo se battait corps et âme contre plusieurs ennemis à la fois, tout en gardant un œil sur ses alliés. Calcias était toujours inconscient, et Signy était restée en retrait pour soigner les blessés. Quant à Eléanora…

Néo, pensées : Je suis le dernier mercenaire capable de me battre. Je dois tout donner ! Mais les soldats de Cassandra sont en sous-nombre criant ! Plus le temps passe, et plus le combat tourne en la faveur de nos enn… Quoi ?

Néo ouvrit la bouche, lorsqu’il vit la tente centrale s’ouvrir. Il ne rêvait pas, c’était bien celle dans laquelle se trouvait le protégé de Cassandra ? Il n’allait tout de même pas en sortir ?

De la tente sortit un soldat, poussant devant lui un fauteuil à roulettes. Sur ce dernier se tenait un jeune homme au teint pâle, chétif, aux cheveux bleus. Néo crut un court instant luire une étincelle fugace dans l’iris de ses yeux, d’un orange faisant ressortir le bleu de ses cheveux.

Le jeune homme prit la parole.

??? : Soldats du roi… C’est moi que vous êtes venus chercher. Veuillez cesser le combat immédiatement ! Je suis disposé à me rendre.

Cassandra : Quoi ?

Cassandra tourna la tête vers le jeune homme.

Cassandra : Khaleb, non ! Ne fais pas ç…

Gobar profita de ce moment d’inattention pour enfoncer sa lance dans la poitrine de Cassandra. La pointe de l’épieu ressortit dans son dos, et un flot de sang s’échappa se la plaie.

Cassandra : Argh !

Khaleb : Non, Cassandra !

Gobar : Eh eh !

Néo regarda vite le Paladin, puis sa lance qui empalait Cassandra, puis le jeune homme, puis Cassandra elle-même.

Néo, pensées : Le fumier ! Si seulement j’avais été assez fort, j’aurais pu intervenir…

Il serra du poing sa lance, ivre de colère. Mais il ne pouvait pas se permettre d’intervenir, il n’était pas de taille face à ce Paladin : il était impuissant.

Khaleb : Ne la tuez pas ! Je suis prêt à me rendre !

Gobar : Je sais… Mais, je n’aurais pas une autre occasion comme ça de ma vie !

Cassandra : Ordure… Tu n’as toujours pas digéré ta deuxième place à la promotion des officiers !

Gobar : Non. Qui aurait pu supporter d’avoir raté de peu d’être le major de sa promotion… surtout à cause d’une donzelle ?

Khaleb : C’est parce que Cassandra était plus douée que vous ne le serez jamais !

Le Paladin dégaina un glaive de son autre main et le pointa vers Khaleb, l’air menaçant.

Gobar : Silence, l’avorton ! D’abord je vais tuer cette garce qui m’a volé ma gloire… Ensuite, je m’occuperai de toi !

Khaleb : Non, ne faites pas ça !

Cassandra : Khaleb ! Écoute-moi… Ne te rends pas, fuis ! Enfuis-toi avec les mercenaires de Gaïa, et pars loin d’ici ! Et vis…

Khaleb : Non, Cassandra !

Cassandra : Aie la vie longue, et… heureuse, que tu mérites !

Alors Gobar égorgea Cassandra avec son glaive, tout en arrachant la lance de son torse, d’où un torrent de sang se déversa au sol. L’Héroïne au grand cœur tomba à terre, morte.

Khaleb : Cassandra ! Non !!! Cassandra !!!

https://www.youtube.com/watch?v=jA9Ayre-jwI&t=0m6s

Le jeune homme pleura alors de chaudes larmes, qui coulèrent jusque la terre qu’abreuvait déjà le sang de sa bienfaitrice.

Khaleb : Non, non ! J’ai déjà perdu la seule personne qui s’était occupé de moi, lorsque j’étais enfant… Et maintenant, toi, Cassandra ! Faut-il que tous ceux qui s’intéressent à ma personne trouvent la mort de façon injuste ? Gobar ! Je vous maudits pour ce que vous avez fait ! Vous n’aviez… vous n’aviez pas le droit… Bouh ouh ! Cassandra !

Gobar : Oh, cesse de geindre, tu en es pathétique ! Mais ne t’en fais pas, tu iras bientôt la rejoindre. Je vais t’ôter la vie… Vois-le comme un service de ma part, cela t’épargnera bien des séances de torture ! Hin hin !

Khaleb : Non ! Non, Gobar, vous n’en ferez rien !

Soldat : Mon seigneur, que…

Khaleb se leva alors de son fauteuil ! Et il fit péniblement un pas, puis deux…

Soldat : Seigneur Khaleb, non !

Khaleb : Que tous les soldats et que tous les mercenaires de Gaïa quittent cette forêt… Avant de périr dans les flammes !

Gobar : Comment…

Soldat : Non !

Khaleb : Vous m’avez bien entendu, je ne le répéterai pas. Maintenant, assistez à ma fin ! Vous tous autant que vous êtes !

Il sortit de sa tunique un tome rouge comme le feu, et l’ouvrit. Aussitôt, une gerbe de flammes en jaillit, et se mit à danser autour de lui. Ses yeux orangés devinrent rouges comme le feu, tout comme ses cheveux devinrent écarlates.

Gobar : Mais, qu’est-ce que…

https://www.youtube.com/watch?v=piIBaoySmIA&t=57s

Khaleb : Feu ravageur, feu destructeur… Ô toi qui ne connais pas la satiété, dévore la chair et le cœur, et la folie des hommes ! Je libère les flammes du Démon !

Aussitôt le feu le brûla vif, en même temps que d’autres gerbes dansèrent vers les arbres les plus proches, et les mirent en feu.

Soldat : Non, c’est pas vrai !

Soldat : Retraite ! Tout le monde, il faut sortir de la forêt ! Tout va brûler !

Néo : Miliciens de Gaïa ! Suivez les ordres, et enfuyez-vous !

Gobar : Grr… Soldats, repliez-vous hors de la forêt ! Et vite !

Gobar lui-même tourna les talons. Il se retourna une dernière fois, pour regarder vers Khaleb. Du jeune homme, il ne restait déjà plus qu’un amas de chair fumante.

Gobar : Tss !

Et le Paladin s’enfuit à son tour.



Dans les minutes qui suivirent, le feu magique se propagea très vite à l’ensemble de la forêt, véloce et indomptable. Rien ne semblait pouvoir le ralentir. Les soldats de Cassandra et les mercenaires de Gaïa, qui avaient trouvé refuge sur les plaines environnantes, reprenaient leur souffle en contemplant la forêt entière disparaître sous l’incendie. Le feu brûla des heures durant, jusqu’à ce qu’une pluie battante s’abatte, et le fasse s’éteindre peu à peu, lentement.

De la luxuriante forêt verte, il ne restait plus que des amas de bois morts, carbonisés, noirs. La forêt était morte.

https://www.youtube.com/watch?v=xk6Z4c7Qpbw

Soldat : C’est… c’est terminé.

Soldat : Nous avons échoué ! Lady Cassandra est morte ! Tout comme le seigneur Khaleb !

Néo : Je… je tenais à m’excuser, au nom de toute la milice de Gaïa. Nous n’avons pas été à la hauteur de la tâche.

Soldat : Ça ne fait rien. Ce n’est pas ça l’important ! Oh, Cassandra… Qu’allons-nous faire sans elle ?

Soldat : Nous serons traqués par les hommes du roi, à présent ! Ils n’auront de cesse de nous poursuivre, comme de vulgaires criminels !

Néo : … Pardonnez-moi, mais, j’aimerais savoir. Pourquoi donc le seigneur Khaleb était-il accusé de trahison ?

Soldat : Cassandra ne vous l’avait pas dit ? Il était le fils de l’ancien roi !

Néo : Pardon ?

Soldat : Il était le premier né. Mais, il avait été écarté de la couronne, à cause de son handicap. C’est son frère cadet qui a accédé au trône. Néanmoins, le roi actuel a tout fait pour faire tuer son frère, Khaleb, afin d’être sûr qu’il ne revendique jamais le trône qui aurait dû lui revenir !

Néo : Je comprends…

Soldat : Mais tout est fini, maintenant que le seigneur Khaleb est mort !

??? : Excusez-moi, mais… je ne suis point décédé.

Soldat : Pardon ?

Néo : Mais, que…

https://www.youtube.com/watch?v=KHu_s7irXGM

Le jeune homme s’avança, toujours assis sur son fauteuil à roulette. Il n’avait pas une égratignure.

Soldat : Comment… Seigneur Khaleb, vous êtes en vie !

Soldat : Nous vous avons pourtant vu trépasser ! Par quel miracle cela est-il possible ?

Khaleb : Par aucun miracle. Mais, laissez-moi vous expliquer. Contrairement à ce que vous avez vu, je n’ai jamais… utilisé de magie du feu. Tout ceci n’était qu’une illusion.

Soldat : Comment ?

Khaleb : J’ai déclenché cette illusion dans laquelle j’apparaissais mourir. Mais pour qu’elle fonctionne, je devais à la fois tromper mes ennemis, comme mes alliés. Je suis désolé de ne vous avoir rien dit, mais sans cela, je n’aurais pas pu le faire.

Soldat : Pourtant, la forêt a bien brûlé, non ?

Khaleb : Hélas ! Pour que le subterfuge ne soit pas découvert, j’ai dû me résoudre à brûler la forêt par la suite, an lançant plusieurs foyers de feux. Mais comme vous le voyez, la pluie aura éteint l’incendie : ces flammes n’étaient pas magiques, mais on ne peut plus banales.

Soldat : Alors vous vous êtes fait passer pour mort pour mettre fin à ce combat ! Votre bonté vous honore, mon seigneur !

Khaleb : Hélas, Cassandra est morte, par ma faute ! Je n’ai plus rien, ni personne…

Soldat : Nous pouvons continuer de veiller sur vous, en hommage à Cassandra !

Khaleb : Non, vous devez retourner à la capitale ! Vous êtes avant tout des soldats du royaume, vous devez le servir. Par ma faute, vous avez été entraînés dans cette histoire, mais… Vous n’êtes que des soldats, au fond. Si vous vous rendez, et que vous expliquez au roi que vous avez été forcés de suivre les ordres de Cassandra, car elle était votre supérieure hiérarchique… vous devriez réintégrer l’armée !

Soldat : Mais, ce n’est pas…

Khaleb : Je sais bien que vous vous êtes battus par conviction. Mais, si vous faites croire au roi que vous ne vouliez pas vous battre contre ses troupes, que vous n’aviez pas d’autre choix que d’obéir aux ordres de votre capitaine… Alors vous serez graciés. Vous devez procéder ainsi, pour votre bien à tous !

Soldat : Mais, si nous faisons cela, vous serez livrés à vous-même…

Khaleb : … Non, il me reste encore une solution.

Il se tourna vers Néo.

Khaleb : Vous devez être… Néo, le chef des miliciens de Gaïa, je me trompe ?

Néo : En effet. Mon groupe compte deux chefs, cela dit, mais il se trouve que je suis un de ces deux-là. Je crois deviner ce que vous allez me demander, mais je vous laisse vous exprimer.

Khaleb : C’est gentil. J’aurais une requête pour vous… Acceptez de me recueillir parmi vous. Je sais que ce n’est pas dans votre intérêt, je ne sais pas me battre moi-même, et je ne serais pas très utile non plus dans les tâches ménagères… Mais, en me prenant parmi vous, vous me sauveriez de mes assaillants. Ils pensent que je suis mort, et cela doit rester le cas. En compensation, si vous acceptez, alors, je m’engage à ce que vous receviez la récompense qui vous a été promise pour cette mission, en dépit du fait qu’elle se soit soldée par un échec. Je suis navré, j’aurais aimé pouvoir vous donner davantage que ce qui avait été promis, mais… je n’en aurais pas les moyens.

Néo : Je comprends. Et j’accepte, Khaleb ! Même sans la récompense, je ne saurais vous laisser livré à vous-même, dans un pays qui ne souhaite que votre mort. Je pense que ma collègue approuverait cette décision, je vous la présenterai dès que ce sera possible.

Khaleb : Alors, vous êtes d’accord ? Merci… merci, miliciens de Gaïa ! Vous me sauvez la vie…

Néo : C’est normal.

Soldat : Alors, c’est décidé ? Vous allez partir avec les mercenaires ?

Khaleb : Oui. Et vous, vous allez retourner à la capitale de Vangiskeit, là où est votre véritable place.

Soldat : Oh, c’est si émouvant ! Je n’aime guère les adieux, vous savez…

Soldat : Ce n’est pas un adieu, nous nous reverrons un jour. Et vous, mon seigneur, continuez à vivre, par respect pour le sacrifice de Dame Cassandra !

Soldat : N’oubliez pas ce qu’elle vous a dit avant de mourir. Vivez une vie longue, et heureuse !

Khaleb : Merci, mes amis ! Merci…

Et c’est ainsi que Khaleb rejoignit les rangs de la milice de Gaïa.

_________________
Mission 7 : La Noblesse du Coeur - Page 2 E743317b725c3909444b1a12ea851cad

descriptionMission 7 : La Noblesse du Coeur - Page 2 EmptyRe: Mission 7 : La Noblesse du Coeur

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum